Dubai 2020: Jean-Paul Gaultier, «l’enfant terrible de la mode», se confie sur les dessous de ses 50 ans de créations

Herb Ritts, Jean Paul Gaultier, Tokyo, 1990 © Herb Ritts Foundation / Trunk Archives
Herb Ritts, Jean Paul Gaultier, Tokyo, 1990 © Herb Ritts Foundation / Trunk Archives
Short Url
Publié le Lundi 07 mars 2022

Dubai 2020: Jean-Paul Gaultier, «l’enfant terrible de la mode», se confie sur les dessous de ses 50 ans de créations

  • En tout, ce sont une quarantaine de pièces haute couture et prêt-à-porter qui représentent presque un demi-siècle de rébellion
  • «C’est la première fois que je viens à Dubaï et je suis ravi», confie Jean-Paul Gaultier à Arab News en français

DUBAI:  On dit qu’il est plus facile de voir de près un Picasso dans un musée qu’une robe de Jean-Paul Gaultier.

Le grand designer français et ses robes uniques ont débarqué pour la première fois au Moyen-Orient cette semaine dans le cadre de la rétrospective intitulée «Gaultier de A a Z», au Pavillon de la France de l’exposition universelle de Dubaï.

photo
Herb Ritts, Jean Paul Gaultier, Tokyo, 1990 © Herb Ritts Foundation / Trunk Archives

En tout, ce sont une quarantaine de pièces haute couture et prêt-à-porter qui représentent presque un demi-siècle de rébellion et qui explorent les influences, les obsessions, les inspirations de Jean-Paul Gaultier.

C’est un véritable parcours à travers lequel on peut voir et presque toucher des tenues de stars – comme celles de Nicole Kidman, Sarah Jessica Parker, Marion Cotillard, Cate Blanchett… –, les corsets mythiques créés pour Madonna pour son MDNA Tour, ou un magnifique corset papillon porté par Dita von Teese.

photo
Ellen von Unwerth, Survivants (La titia Casta, Vladimir McCary, Jenny Shimizu), 1994 PAP/RTW Homme/Femme PE/SS 1994, Les Tatouages. 
O Ellen von Unwerth / EVU Studio.

«C’est la première fois que je viens à Dubaï et je suis ravi», confie Jean-Paul Gaultier à Arab News en français. «C’est un endroit très inspirant, très beau. Il y a une bonne énergie ici, une belle lumière, une belle architecture. C’est la ville du futur, ça me plaît, c’est inspirant», ajoute-t-il. Et c’est justement de ses inspirations qu’il s’agit.

Jean-Paul Gaultier, «l’enfant terrible de la mode», a souvent habillé la femme en corset. Si cet accessoire peut être perçu comme un synonyme de souffrance et de soumission aux normes de beauté établies par les hommes, le couturier glorifiait à travers lui dans ses créations la femme puissante et émancipée.

photo
Emil Larsson, Diamondback rattlesnake, 2021 Haute couture PE/SS 2015, Les Mariées. 
Robe cardigan, boutonnée dans ie dos, rebrodée de jais noir, effet « crotale diamantin ».

Il a ainsi été inspiré par des femmes au caractère fort et indépendant, à l’instar de Frida Kahlo. «Je voulais exprimer mon admiration pour elle», explique l’artiste en montrant la robe qui porte le nom de cette peintre mexicaine, tandis que nous visitons l’exposition.

Autre inspiration forte de l’artiste, sans l’ombre d’un doute: Madonna. Gaultier a créé pour elle le fameux corset, il a travaillé sur de multiples shows de la star américaine. «C’est une femme très forte. J’admire sa musique et j’admire la provocation qu’elle représente. Elle est passionnée et c’est important pour tout créateur», confie-t-il.

photo
Emil Larsson, Kylie X Tour, 2009 Collection Les Actrices, modele Barbarella Haute couture AH/FW 2009—2010.

Le grand couturier s’est fait connaître grâce à son style avant-gardiste qui casse les codes de la haute couture.

«J’ai commencé ma carrière dans les années 1970. Je travaillais pour Cardin, Patou, des maisons de haute couture très classiques», raconte-t-il. Or, pour celui qui a repris la marinière en la rendant tendance et qui a habillé l’homme en jupe, la mode doit exprimer «l’évolution de la société, sa transformation». «Je voulais montrer que les femmes étaient fortes et que l’homme pouvait être vénal ou fragile, sensuel, alors que ce n’était pas admis à l’époque. L’archétype de l’homme rassemblait plutôt à John Wayne!», s’exclame-t-il.

photo
Emil Larsson, MDNA, 2013.
Corset cage en vinyle noir doublé argent a armature apparente, seins coniques et hanches prononcées pour la tournée MDNA de Madonna en 2012.

Mode inclusive reflet de la société

Créée sous la houlette de Thierry-Maxime Loriot, son commissaire, cette dix-septième exposition sur Jean Paul Gaultier examine sous toutes ses coutures une esthétique singulière empreinte d’humanisme de tolérance. Ce blond légendaire au rire contagieux a réinterprété et transgressé les codes de la haute couture et du prêt-à-porter, mais également, avec humour et malice, ceux de notre société. Il a créé, pour reprendre les mots de Thierry-Maxime Loriot, «une mode inclusive accompagnée d’un message social». «Je pense qu’il était important de véhiculer le message universel sur la diversité et sur ces différentes valeurs. C’est quelque chose qui existe moins dans la mode actuelle, qui est peut-être plus artificielle aujourd’hui», confie-t-il à Arab News en français.

Ces valeurs qui saisissent et revendiquent les enjeux de la société ont été relayées par le couturier collection après collection pendant près de cinquante ans.

photo
Patrice Stable, Michelle Buswell.
Haute couture PE/SS 2005, Hommage a I’Afrique, modele “African Queen”. 
Bustier masque en raphia tukula sur tulle noir. Jupe mi-longue, scarifiée en double mousseline crépon tukula et cerise, revoilée de tulle de soie noir.

Pourtant, ce créateur n’est parti de rien… «Quand j’ai commencé, je n’avais pas d’argent. C’est un bon début: cela force à être créatif», observe Gaultier. «J’ai converti un sac plastique en robe. J’ai créé ainsi une pièce de mode. […] J’aime aussi utiliser des restes ou transformer l’ancien en quelque chose de neuf.»

photo
Marion Cotillard avec l’Oscar de Meilleur Actrice pour son role dans La Mâme (La Vie en Rose) d’OIivier Dahan, 80e cérémonie des Annual Academy Awards, Los Angeles, 24 février 2008.
Haute couture PE 2008, Les Sirénes, modele Siréne Reine
Robe longue siréne en crépe écailles nacre et argent en crescendo de tailles, motifs articulés en écailles découpées aux seins et aux hanches.
 
Photo: Vince Bucci/Getty Images.
O Getty Images / courtesy of A.M.P.A.S. via Getty Images.

Pour Thierry-Maxime Loriot, «il fallait aussi rendre hommage à des beautés plurielles et à différentes cultures – des éléments que Jean-Paul Gaultier mélange de manière merveilleuse».

photo
Emil Larsson, Butterfly corset, 2021
Haute couture PE/SS 2014, Les Papillons
 
Corset papillon Monarque satin et organza, enchassé de baguettes velours noir, ailes d’organza, en collaboration avec Mr. Pearl.

Du grand art aux beautés plurielles

«C’est peut-être parce que je suis différent moi-même que je suis attiré par ceux qui sont différents des autres», explique pour sa part Jean-Paul Gaultier. «J’aime beaucoup les femmes rondes, j’en ai montré plusieurs», ajoute-t-il. «Quand j’ai commencé, en 1976, j’ai vu différentes sortes de beauté, que ce soit au Maroc, en Inde, au Japon, en Mongolie ou en Afrique. Je voulais montrer cette diversité. Tout cela m’inspire, comme les différents types de beauté de mes modèles.»

photo
Haute couture AH/FW 1997-1998, La Russie
Robe de taffetas brun et ‘peau’ de Iéopard brodé perlé, grilles en strass sur jupon de tulle. O Thierry-Maxime Loriot.

Au-delà des voyages, la rue se trouve la source d’inspiration principale du créateur français. Un univers où métissages et multiculturalisme, androgynie et métamorphoses, femmes de pouvoir et hommes-objets se croisent et vont rencontrer le savoir-faire exceptionnel des ateliers haute couture de sa maison à travers des créations uniques.

photo
Nicole Kidman avec l’Oscar de la meilleure actrice, 75e cérémonie des Academy Awards,Los Angeles, 23 mars 2003.
Haute couture PE 2003, Les Boutons, modele Araignée du soir.
Fourreau long é bretelles drapées «toile d’araignée » en jersey de soie nuit.
O Getty Images / courtesy of A.M.P.A.S. via Getty Images.

«Ce sont des œuvres d’une fragilité extrême», explique Benjamin, d’une voix émue, à Arab News en français. Il travaille depuis des années à l’atelier haute couture de «Monsieur» et il est venu donner un coup de main pour installer l’exposition.

On peut notamment admirer de très près la robe léopard. Conçue en collaboration avec Maison Lesage, spécialisée dans la broderie haute couture, la robe a demandé mille sept cents heures de travail. Pour donner l’impression léopard, des perles ont été cousues par de petites mains pendant plus d’un an.

«Le travail de Jean-Paul Gaultier est du grand art», disait Andy Warhol.

photo
Patrice Stable, Kasia Pysiak.
Haute couture PE/SS 2002, La Parigote, modele "Place du Tertre" 
Blouson a longues manches évasées en "double coutures" et franges de soie "jean". Réalisé a partir de deux blousons et huit pantalons en jean recyclés. Douze métres de franges teintes utilisées.
OPatrice Stable.

Accompagné par ses égéries et mannequins – Farida Khelfa, Nabilla Benattia et Iris Mittenaere, miss France 2016 –, Jean Paul Gaultier, qui s’est retiré en 2020 pour passer le relais à la nouvelle génération, a traversé son vestiaire, à Dubaï, comme on traverse ses souvenirs, l’histoire d’une génération, d’une vie. Avec une certaine dose de nostalgie, sans aucun doute.


«  Sunny », la comédie à suspense d'Apple TV sur le thème des robots, un surprenant triomphe 

"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
Short Url
  • Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue
  • "Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais

DUBAI : Le début de la série mettant en scène le couple bizarre de "Sunny" sur Apple TV n'est pas particulièrement prometteuse - dans un Japon du futur proche, une veuve éplorée, Suzie Sakamoto (Rashida Jones), fait équipe avec le robot titulaire pour tenter d'élucider la disparition mystérieuse (et, apparemment, la mort) de son mari et de son fils dans un accident d'avion. Jusqu'ici, rien de génial.

Mais "Sunny" est en fait un délice. Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue sur nos peurs et nos désirs. Jones est excellente dans le rôle de l'Américaine expatriée qui est venue au Japon en quête de solitude et qui, au lieu de cela, a trouvé l'amour auprès de Masa (Hidetoshi Nishijima) au grand cœur, avec qui elle a eu un fils, Zen.

Après leur disparition, Suzie se voit offrir un "homebot", Sunny, par les employeurs de son mari, une entreprise technologique pour laquelle Masa était ingénieur en réfrigération. C'est du moins ce qu'il a dit à Suzie. Mais elle apprend alors que Masa a programmé Sunny spécialement pour elle - son premier indice que Masa n'a peut-être pas été tout à fait honnête avec elle.

Suzie n'est pas une adepte de la technologie, aussi son premier réflexe est-il de rejeter les tentatives de Sunny, trop mignonne, pour se lier à elle, tout comme elle essaie d'ignorer la langue tranchante de sa belle-mère Noriko et son mépris évident pour l'Américaine que son fils a choisi d'épouser.

Mais au fur et à mesure que Suzie découvre des détails sur la vie professionnelle de son mari (lors d'une fête d'entreprise, l'un des sous-fifres de Masa parle de lui avec crainte) et sur sa disparition, elle commence à réaliser que Sunny pourrait bien détenir la clé d'une sinistre conspiration.

Suzie est aidée dans sa quête par une serveuse de bar à cocktails, Mixxy (Annie la maladroite, auteur-compositeur-interprète et star des réseaux sociaux), qui apporte un autre aspect gênant à la relation entre Suzie et Sunny, ainsi qu'une fenêtre pour Suzie sur le monde souterrain du piratage informatique. Mais tandis que Suzie mène ses propres investigations, elle est elle aussi traquée et observée par une bande de criminels de l'ombre dirigée par le sinistre et effrayant Hime, qui, semble-t-il, connaissait aussi Masa.

"Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais. Malgré les nombreuses facettes de la série, la touche adroite de Robbins lui permet d'éviter de sombrer dans la confusion et de retenir l'attention du public en l'entraînant dans une histoire qui utilise des éléments familiers de plusieurs genres pour créer quelque chose d'unique.


Mohammed Khoja rend hommage à l'Arabie saoudite dans sa nouvelle collection

Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Short Url
  • Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse »
  • Mohammed Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter

RIYAD : « J'étais très motivé par l'idée d'intégrer mes expériences en tant que Saoudien et de contribuer à la création d'une identité saoudienne plus contemporaine à travers mon point de vue », explique Mohammed Khoja, couturier saoudien et fondateur de la marque de luxe Hindamme, à Arab News. « Mon objectif ultime est d'ouvrir davantage de portes et de faire rayonner la culture saoudienne à travers le monde. »

« Hindamme a connu une croissance considérable depuis sa création, et je suis très optimiste quant à l'avenir. Je pense que des marques comme la mienne sont particulièrement lucratives, et j'ai constaté une augmentation de la demande ainsi que des opportunités de croissance ces derniers mois », ajoute-t-il.

Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse ». Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter.

--
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)

La collection « Season V » (Saison V) de Hindamme, par exemple, s'inspire de la théorie des couleurs et comprend des dégradés qui améliorent l'humeur, ainsi que des thèmes futuristes inspirés de la nature, utilisant des tissus tels que le velours, le nylon et le satin. Khoja a dévoilé ces créations à Paris en juin dernier, aux côtés de 15 autres stylistes saoudiens, lors d'un événement pop-up intitulé Emerge. Cet événement était organisé par la Commission saoudienne de la mode et MoCX, le département général de l'innovation du ministère saoudien de la culture, en partenariat avec la Commission saoudienne des arts visuels, la Commission saoudienne des arts culinaires et la Commission saoudienne pour la musique.

La collection « Season V », créée pendant les confinements liés au COVID-19, reflète en partie le désir de Khoja de se « reconnecter » avec la Terre. Parmi les pièces notables se trouve un blazer au dégradé de température, conçu par Khoja comme un puissant rappel de la menace du changement climatique.

Pour sa dernière collection, sa sixième, le créateur s'est inspiré de différentes régions de son pays d'origine.  

« Elle est inspirée par mon amour des voyages et rend hommage à la volonté du Royaume de promouvoir le tourisme. J'ai conçu des pièces qui sont comme des cartes postales raffinées pour chaque région – c'est vraiment une lettre d'amour à notre diversité culturelle. Les nouvelles créations sont également une leçon de narration visuelle; elles vous invitent à un voyage de découverte à travers chacune de ces magnifiques régions », ajoute M. Khoja.

M. Khoja explique qu'il a passé des mois à effectuer des recherches approfondies. « J'ai intégré les points de repère les plus emblématiques et représentatifs. Chaque modèle incorpore l'iconographie de chaque région comme Jeddah, Riyad, Aseer, la Province de l'Est et AlUla. »

Khoja nous présente ici quelques-unes des pièces de sa dernière collection.

AlUla

--
« Les langues anciennes et l'art rupestre sont essentiels pour AlUla en raison de sa riche histoire des civilisations lihyanite et nabatéenne, c'est pourquoi je les ai intégrés à la chemise. En plus des inscriptions et gravures anciennes, la chemise AlUla est ornée de sites célèbres et de points de repère tels que Hegra et le Rocher de l'Éléphant, ainsi que du majestueux léopard d'Arabie », explique le couturier.

Aseer

--
La chemise en soie Aseer de Khoja présente un arrière-plan peint à la main du village de Rijal AlMaa, décoré de motifs Al-Qatt Al-Aseeri, que le créateur considère comme une source d'inspiration majeure tout au long de sa carrière. « La culture d'Aseer a toujours été une grande influence pour moi. J'ai grandi en lisant des livres sur la beauté de l'artisanat et sur la manière dont les femmes de la région se spécialisaient dans cet art », explique le styliste, ajoutant qu’Al-Qatt Al-Aseeri a également été la source d'inspiration de sa première collection.

Jeddah
--
« Jeddah est un ensemble coloré d'iconographies représentant les couleurs vives de la ville côtière », explique M. Khoja. « Jeddah est connue pour ses couchers de soleil spectaculaires, et j'ai voulu en faire la pièce maîtresse. La chemise intègre également la célèbre fontaine et l'architecture du quartier historique de Jeddah, Al-Balad. »

Province de l'Est
--
« Pour la province de l'Est, j'ai mis en avant des lieux emblématiques de la région, tels que Jabal Qarra à AlAhsa, Ithra et le puits n° 7 de Dammam - le premier puits de pétrole découvert dans le Royaume », indique M. Khoja.

Riyad
--
« La chemise en soie de Riyad est une autre pièce de narration visuelle, mettant en avant les repères modernes et emblématiques de notre capitale bien-aimée, tels que le KAFD, la tour du Royaume et la tour Al-Faisaliyah. La chemise s'imprègne des riches traditions de son passé avec un hommage en néon à Diriyah et des motifs inspirés des anciennes portes Najdi », a conclu M. Khoja.


Six marques de mascaras arabes à essayer

Short Url

Voici six marques arabes proposant des mascaras pour mettre en valeur vos yeux, dont certains sont conçus pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Asteri Beauty

--

Le mascara Maha de la marque saoudienne promet de tenir toute la journée sans s'écailler, ce qui est parfait pour les exigences de la saison estivale. Il est disponible en format standard et mini.

By Mina Al-Sheikhly

--
En plus des mascaras noirs de l'influenceuse irakienne, elle propose également des options colorées en bleu, vert, bordeaux et marron, ajoutant une touche ludique à vos looks d'été.

Huda Beauty

--
L'influenceuse américano-irakienne Huda Kattan propose deux mascaras : Legit Lashes et 1 Coat Wow ! Ils promettent de donner du volume, de la longueur et de l'ondulation, alors choisissez votre solution.

Noha Nabil

--
Vous cherchez un mascara qui peut supporter les journées à la piscine et à la plage ? La marque de l'influenceuse koweïtienne Noha Nabil propose le mascara waterproof Here to Stay, conçu pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Bassam Fattouh

--
Le mascara noir de jais Eye Dare du maquilleur libanais Bassam Fattouh aide à allonger les cils.

Bex Beauty

--

Fondée par la chanteuse émiratie et yéménite Balqees Fathi, cette marque propose Dialogue, un mascara volumateur enrichi en vitamines C et E. Il est végétalien et sans cruauté.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com