Après hésitation, la mode et le luxe s'éloignent prudemment de la Russie

Le logo de la marque de luxe Chanel à Tokyo, au Japon. (AFP).
Le logo de la marque de luxe Chanel à Tokyo, au Japon. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 06 mars 2022

Après hésitation, la mode et le luxe s'éloignent prudemment de la Russie

  • Hermès a été le premier en France à annoncer la fermeture « temporaire» de ses trois boutiques en Russie, suivi par les autres grands groupes français du luxe, Chanel, LVMH et Kering
  • Si la Russie peut apparaître comme une terre de prédilection pour le luxe, elle ne représenterait en réalité qu'une part réduite de leur chiffre d'affaires

PARIS : Discret depuis le début de la guerre en Ukraine, le secteur du luxe et de la mode prend peu à peu ses distances avec la Russie, en limitant sa présence dans le pays et en soutenant financièrement l'aide aux réfugiés ukrainiens.

Hermès a été le premier en France à annoncer, vendredi, la fermeture "temporaire" de ses trois boutiques en Russie, suivi par les autres grands groupes français du luxe, Chanel, LVMH et Kering.

"Compte tenu des circonstances actuelles dans la région, LVMH a le regret d'annoncer la fermeture temporaire de ses boutiques en Russie à compter du 6 mars", a déclaré à l'AFP un porte-parole de LVMH vendredi soir.

Avant ces groupes français, le britannique Burberry avait déjà suspendu ses livraisons en Russie, en raison de "difficultés opérationnelles".

Si la Russie peut apparaître comme une terre de prédilection pour le luxe, elle ne représenterait en réalité qu'une part réduite de leur chiffre d'affaires: à peine 1% selon Kering ou Burberry, 2% d'après LVMH.

Avec un nombre de boutiques relativement modeste: certes LVMH, qui compte 75 marques, possède 124 boutiques en propre en Russie, mais pour Chanel ou pour Kering (une douzaine de marques), la présence est nettement plus réduite, respectivement 17 boutiques et quelques points de ventes pour le premier, deux boutiques et quatre points de ventes pour le second.

Toutefois les Russes réalisent aussi leurs achats ailleurs qu'en Russie, dans les boutiques à Paris, sur la Côte d'Azur et dans bien d'autres pays et régions du monde.

Contrairement à d'autres secteurs, le luxe n'a pas pâti de la crise sanitaire liée au Covid-19, certains groupes affichant même des bénéfices nets record par rapport à 2019. Celui de LVMH est ainsi passé de 7,8 milliards d'euros à 12 milliards en deux ans.

"Nos ventes sont bien supérieures à ce qu'elles étaient en 2019, nous avons connu une croissance à double chiffre ces dernières années", expliquait samedi Pietro Beccari, le PDG de Dior, interrogé sur France Inter.

Une croissance portée largement par le public des pays émergents, Chine en tête, mais aussi Brésil et Russie, ce qui peut faire hésiter les grands groupes du secteur à prendre des décisions qui leur aliénerait une partie de leur riche clientèle.

Dans l'industrie de la mode, d'autres ont aussi choisi de suspendre leur activité en Russie, comme le suédois H&M mercredi, suivi samedi par son concurrent espagnol Inditex, maison mère de Zara et leader mondial de l'habillement; qui compte 502 magasins en Russie.

A l'inverse, des groupes français d'autres secteurs, à l'image de Danone ou Renault, maintiennent leurs activités en Russie. TotalEnergies a certes annoncé ne pas y envisager de nouveaux investissements mais ne prévoit pas pour autant de retrait. Il en va de même de la Société Générale, très exposée via sa filiale Rosbank.

Dons et prises de position 

Si les groupes de luxe se montrent discrets vis-à-vis du sujet de l'Ukraine, certaines de leurs marques n'hésitent pas à témoigner un soutien aux Ukrainiens, en partie sur les réseaux sociaux, à l'image de Balenciaga (groupe Kering), qui affiche sur son compte Instagram un drapeau ukrainien comme seule et unique photo. La marque va plus loin puisqu'elle ouvre ses réseaux sociaux "pour relayer les informations" autour de la situation en Ukraine.

L'une des raisons de cette implication est à chercher dans l'histoire personnelle de son directeur artistique, Demna Gvasalia, Géorgien qui a dû fuir son pays à 12 ans à cause de la guerre et qui a dénoncé l'"agression russe contre l'Ukraine".

Celui de Balmain, Olivier Rousteing, s'est dit sur Instagram "inspiré par la dignité, la résilience et la dévouement envers la liberté" des Ukrainiens.

Tous deux ont annoncé des dons au Programme alimentaire mondial (PAM) et au Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) pour aider les Ukrainiens fuyant les combats.

En cette période de Fashion week, d'autres initiatives sont allées dans ce sens, comme la mannequin Mica Argañaraz qui compte reverser une part de ses revenus de cette période à des associations ukrainiennes, une initiative reprise par d'autres mannequins, dont Bella Hadid et Francesca Summers.

En revanche, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode n'a toujours pas décidé si elle maintenait ou non le défilé virtuel du styliste russe Valentin Ioudachkine, qui a notamment redessiné les uniformes de l'armée russe.

En matière de dons, des groupes sont également présents: LVMH a dit verser cinq millions d'euros pour le Comité international de la Croix rouge (CICR), Chanel deux millions pour l'ONG Care et le HCR, Louis Vuitton un million pour l'Unicef... D'autres comme OTB (Prada, Diesel), Burberry, Valentino ou Kering ont annoncé des dons eux aussi, mais sans préciser leurs montants.


A la frontière du Niger, les Nigérians étouffés par la crise économique et l'insécurité

Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Nigeria, qui partage 1 600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations
  • En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie

JIBIA: Trois sœurs, bébés amarrés dans le dos, avancent sous le vif soleil de midi pour traverser la frontière entre l'Etat rural de Katsina, dans le nord-ouest musulman conservateur du Nigeria où elles vivent, et le Niger, où réside leur père, afin de se rendre à un mariage.

Ce trajet banal leur est pourtant officiellement interdit depuis août 2023 et les sanctions imposées à Niamey par la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) après la prise du pouvoir au Niger par une junte militaire.

La route où défilaient continuellement camions et voitures est silencieuse depuis presque sept mois.

"Les conducteurs de moto évitent de passer par le poste frontière et font un détour, ils prennent trop cher, c'est pour cela qu'on marche", explique Sa'adatu Sani, 30 ans, qui n'a pas pu dépenser les 800 nairas (0.50 dollars) réclamés par le moto-taxi pour se rendre de Jibia au village nigérien de Dan Issa, à 18 kilomètres.

Comme tant d'autres Nigérians frontaliers, les trois soeurs continuent de se rendre de l'autre côté, soit par le poste frontière de Jibia, où les autorités ferment les yeux sur les voyageurs à pied, soit par les chemins parallèles où s'aventurent automobilistes et mêmes certains commerçants, au risque de se faire saisir leurs biens par les douaniers.

Double peine

A quelques centaines de mètres de là, le réputé marché dominical de Jibia bourdonne mollement. L'affluence est bien inférieure à celle d'avant la fermeture de la frontière.

"Les Nigériens venaient ici vendre des haricots, des dattes, et achetaient notre maïs, notre sorgho... Maintenant nous devons trouver d'autres clients alors que tout ce que nous avons connu jusqu'ici était le commerce transfrontalier", déplore Ibrahim Lawal Makiyayi, 53 ans, qui cultive fruits et légumes à la limite de la ville, chef-lieu d'une circonscription de près de 300.000 habitants.

Dans cet Etat considéré comme le grenier à céréales du pays, "nous avons du mal à faire trois repas par jour", se plaint Hamza Lawal, chauffeur routier dont les activités sont à l'arrêt depuis la fermeture de la frontière.

Le Nigeria, qui partage 1.600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations en 2022 selon les Nations Unies (électricité, tabac, ciment...).

Depuis la fermeture de la frontière, c'est même la double peine pour la population locale, qui a vu les prix de l'alimentation exploser sous l'effet combiné des nouvelles restrictions de circulation et de l'inflation galopante après que le président nigérian, Bola Ahmed Tinubu, en fonction depuis mai, a mis en place des réformes économiques qui ont plongé le pays dans la crise.

En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie.

A Jibia, le sac de 100 kilos de millet ou de maïs a doublé en un an et se vend actuellement 60.000 nairas (40 dollars).

La crise actuelle pousse au pessimisme Hassan Issa, coordinateur régional de Médecins sans frontières (MSF), qui craint que la malnutrition, déjà récurrente ici, atteigne des sommets cette année, d'autant que le ramadan doit démarrer en mars, incitant les familles "à épuiser rapidement leurs réserves pendant cette période de fêtes".

Pillages, rançons et forces de l'ordre

En plus des difficultés commerciales, les habitants de cette région rurale sont confrontés à une insécurité endémique qui a empiré depuis la fermeture de la frontière.

Depuis des années, des groupes armés appelés "bandits" sévissent dans la région, pillant, confisquant les terres et tuant sur leur passage.

"Nous achetions aux Nigériens notre bétail, nous l'élevions et le revendions pour vivre, maintenant nous n'avons presque plus rien car les bandits nous volent nos bêtes", se lamente l'éleveur Musa Abdullahu, 67 ans.

Avec la fermeture de la frontière et l'évanouissement de leurs perspectives d'emplois et de revenus, certains jeunes nigérians se laissent tenter par le banditisme.

"Les gens n'ont rien à faire, ils tuent le temps, se mettent à consommer des drogues. La pauvreté vous pousse au pire, au vol, au meurtre, à tout, pour survivre", se désole Sade Rabi'u, 57 ans, chef traditionnel de Jibia.

Mais l'insécurité liée aux bandits n'est pas le seul ennemi des habitants.

"La fermeture de la frontière a créé des opportunités pour les bandits mais aussi pour les agences de sécurité qui n'hésitent pas à confisquer les biens et à exiger des pots-de-vin", insiste Philip Ikita, directeur de projet pour l'ONG Mercy Corps à Katsina.

Sur la route de 50 kilomètres qui mène de Katsina, la capitale de l'Etat éponyme, à Jibia, les postes de contrôle se succèdent. Policiers, militaires ou contrôleurs autoproclamés ponctionnent sans vergogne les voyageurs.

"Les bandits doivent se cacher, opérer dans l'ombre, alors que ceux qui sont censés faire respecter la loi et protéger les citoyens constituent en réalité le pire fardeau pour le commerce et la libre circulation", assène amèrement Philip Ikita.


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com