Arabie saoudite: l'éducation supérieure, source d'émancipation des femmes

Le nombre de femmes saoudiennes travaillant en tant qu'enseignantes et professeures dans des institutions du Royaume a augmenté de façon exponentielle ces derniers temps (Photo, SPA).
Le nombre de femmes saoudiennes travaillant en tant qu'enseignantes et professeures dans des institutions du Royaume a augmenté de façon exponentielle ces derniers temps (Photo, SPA).
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

Arabie saoudite: l'éducation supérieure, source d'émancipation des femmes

  • Le programme de bourses du gouvernement a subi de nouvelles transformations pour refléter le programme Vision 2030
  • La combinaison de bourses d'études, de croissance institutionnelle et de nouvelles technologies a révolutionné l'éducation des femmes en Arabie saoudite

DJEDDAH : Après des années de prédominance masculine dans le monde universitaire, le nombre de femmes saoudiennes poursuivant des études de troisième cycle et travaillant en tant qu'enseignantes et professeures dans des institutions du Royaume a augmenté de façon exponentielle ces derniers temps.
En supprimant les obstacles aux études et au travail, et en s'attaquant aux inégalités dans le monde universitaire, les portes se sont ouvertes à une plus grande autonomisation des femmes dans tous les secteurs de l'économie saoudienne moderne.
Les réformes de l'éducation sont passées par plusieurs étapes au cours des dernières décennies, notamment l'introduction de bourses gouvernementales et de programmes du ministère de l'éducation visant à encourager les étudiantes à étudier une série de sujets spécialisés et très demandés.
Bien que la première bourse de l'histoire du Royaume ait été introduite en 1935, lorsque le roi Abdel Aziz a envoyé trois étudiants saoudiens au Royaume-Uni, ce n'est que bien plus tard que Thoraya Obaid est devenue la première femme saoudienne à recevoir une bourse du gouvernement et un diplôme du Mills College à Oakland, en Californie, en 1966.
Mme Obaid est ensuite devenue l'un des 100 « bâtisseurs musulmans de la civilisation et de la culture mondiales », entre autres réalisations remarquables.
De nombreuses autres personnes ont rapidement suivi ses traces. En 1980, le nombre de bourses permettant aux jeunes Saoudiens d'étudier aux États-Unis a augmenté rapidement. Sur les 11 000 étudiants ayant obtenu une bourse au cours de cette période, un tiers étaient des femmes.
L'augmentation du nombre de diplômées s'est accompagnée d'une amélioration progressive du nombre de femmes accédant à des emplois de haut niveau et gagnant des salaires équivalents à ceux de leurs collègues masculins.
D'autres changements sont intervenus après 2005, lorsque le roi Abdallah a lancé un nouveau programme intitulé « The Custodian of The Two Holy Mosques Scholarship » (bourse du gardien des deux saintes mosquées), conçu pour renforcer les institutions universitaires saoudiennes et élargir leur offre de recherche et de cours.
Après l'arrivée du roi Salmane sur le trône, le programme de bourses du gouvernement a subi de nouvelles transformations pour refléter le programme de réforme Vision 2030 du Royaume, qui vise à diversifier l'économie saoudienne en s'éloignant du pétrole pour se tourner vers les hautes technologies, la création et d'autres industries spécialisées.
Ces nouvelles bourses ont été conçues pour couvrir des domaines d'études spécifiques afin de permettre aux jeunes Saoudiens de contribuer à faire du Royaume un acteur global dans l'économie moderne mondialisée.
Ces changements visent également à établir un lien entre les qualifications des étudiants et les carrières disponibles sur le marché du travail saoudien, à accroître l'efficacité globale et à développer les techniques de gestion.
Grâce à ces programmes, les femmes saoudiennes ont progressé dans tous les domaines du monde universitaire, de l'administration à la recherche en passant par l'enseignement.
« J'ai toujours eu l'esprit d'érudition : lire, écrire et enseigner », a déclaré à Arab News Haya Zidan, vice-doyenne des études supérieures et de la recherche scientifique à l'Université électronique saoudienne de Riyad.
Au cours de ses études, Mme Zidan a obtenu une bourse qui lui a permis d'étudier aux États-Unis et au Royaume-Uni, où elle a décroché des diplômes en sciences de la santé, avant de revenir au Royaume pour travailler dans le milieu universitaire.
« Mon premier emploi a été à l'Arab Open University, qui venait d'être créée, en 2003. Depuis, j'ai travaillé dans plusieurs universités et collèges, tels que l'université Dar Al-Hekma, l'université Princesse Nourah Bint Abdulrahman, l'université électronique saoudienne et l'université Hamdan Bin Mohammed Smart à Dubaï », a-t-elle déclaré.
Depuis plus de 15 ans, Mme Zidan prodigue son savoir sur des plates-formes d'apprentissage en ligne, qui, selon elle, sont un superbe outil permettant aux étudiants d'assister aux cours à distance.
« C'est une joie particulière que d'être en contact avec les étudiants, de partager des idées et de travailler sur des concepts, de concevoir des interventions sanitaires et des projets de recherche, et de voir comment ils grandissent et reconnaissent leur immense potentiel pour participer aux changements radicaux dans les soins de santé et la société », a déclaré Mme Zidan.
La combinaison de bourses d'études, de croissance institutionnelle et de nouvelles technologies a révolutionné l'éducation des femmes en Arabie saoudite, élargissant les horizons de millions de jeunes.
« Nous sommes toujours fiers de voir de telles réussites. Je suis constamment étonnée par les efforts déployés par les femmes pour atteindre des objectifs, tant personnels que professionnels, et par le cœur qu'elles mettent dans tout ce qu'elles font, malgré les difficultés », a déclaré Mme Zidan.
« J'apprécie également le pouvoir du mentorat des femmes plus expérimentées pour d'autres qui débutent, afin de les aider à trouver leurs marques et de leur donner l'occasion de briller elles aussi ».
« Nous apprenons aussi davantage du pouvoir des femmes. C'est un moyen de réussir et d'atteindre des objectifs en tant que collectif, conformément aux ambitions de la Vision 2030. »

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visas pour le Royaume à accomplir l’Omra

Un voyageur masqué arrivant en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage de l’Omra est accueilli à l’aéroport international du roi Abdelaziz, à Djeddah. (AFP)
Un voyageur masqué arrivant en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage de l’Omra est accueilli à l’aéroport international du roi Abdelaziz, à Djeddah. (AFP)
Short Url
  • La plate-forme Visit Saudi propose des services en ligne, notamment la délivrance de visas électroniques et l’achat de forfaits pour l’Omra
  • Cette décision vise à atteindre l’objectif de 30 millions de pèlerins par an dans le cadre de la Vision 2030

DJEDDAH: Tous les détenteurs de visas pour l’Arabie saoudite sont autorisés à accomplir l’Omra, à la suite d’une décision du ministère du Hajj et de l’Omra.

Cette décision vise à simplifier les formalités administratives et à permettre à un plus grand nombre de visiteurs d’effectuer le pèlerinage un objectif de la Vision 2030.

Elle coïncide avec le début de la saison de l’Omra de cette année et s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour faciliter les rituels, fournir des services de qualité et enrichir l’expérience religieuse des pèlerins.

La plate-forme Maqam met en relation les pèlerins avec des entreprises et des agences de tourisme agréées. Les utilisateurs de l’extérieur du Royaume peuvent également demander un visa pour l’Omra et même choisir des services groupés. La plate-forme est disponible à l’adresse suivante: maqam.gds.haj.gov.sa

La plate-forme Visit Saudi propose des services en ligne, notamment la délivrance de visas électroniques et l’achat de forfaits pour l’Omra. Ce service est disponible sur visitsaudi.com/ar

Les personnes ayant obtenu un visa à l’arrivée et venant de pays éligibles aux visas électroniques, ainsi que les détenteurs de visas américains, britanniques et Schengen, peuvent accomplir les rituels de l’Omra en toute simplicité, à condition que le visa soit utilisé une seule fois et qu’il porte le sceau du pays qui l’a délivré.

Les personnes titulaires d’un visa de visite familiale et de visite personnelle sont elles aussi autorisées à effectuer l’Omra et peuvent réserver via l’application Eatmarna lors de leurs visites à des parents ou amis dans le Royaume, et en s’inscrivant sur la plate-forme nationale unifiée des visas.

Pour accomplir le pèlerinage, les visiteurs sont tenus de se procurer une assurance maladie complète, qui couvre notamment les coûts du traitement contre la Covid-19, les accidents entraînant le décès ou l’invalidité, ainsi que les dépenses liées aux retards ou aux annulations de vols.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les guides touristiques saoudiens rayonnent à l'exposition The Line de Neom

The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
Short Url
  • Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah
  • S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom

DJEDDAH: L’exposition qui présente l'ambitieux projet The Line de l’Arabie saoudite fascine les visiteurs grâce au travail des guides touristiques spécialisés.

Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah. Les visiteurs de tous les groupes d'âge obtiendront des informations de premier plan grâce aux guides touristiques saoudiens. Ces derniers fournissent des explications en arabe et en anglais sur ce qui est exposé.

Ils contribuent à donner vie à l'exposition avec quarante-neuf visites proposées par jour, permettant aux curieux de saisir l'étendue et la complexité des concepts architecturaux et les particularités du projet en matière d’ingénierie.

S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom.

L’un d’eux, Ragad Seit, confie: «Cette expérience est plus que merveilleuse. J'aime l'enthousiasme qui se lit sur le visage des gens pendant que nous leur donnons les détails sur The Line. C'est incroyable de voir l’enthousiasme qu’ils manifestent pour ce projet révolutionnaire. Et le fait de le voir me fait sentir plus encore combien cela vaut la peine de participer à cette exposition. Je suis sûr que ce sera un grand mouvement pour l'avenir et nous avons hâte de voir le projet de The Line terminé.»

Une autre jeune guide, Ghalya Faisal Alsahhaf, nous déclare: «Mon travail ici consiste à donner des explications sur la flore unique et rare de Neom qui sera plantée dans The Line. L'expérience est vraiment unique en son genre, car j’ai la possibilité de donner aux gens les informations qu’ils attendent sur la végétation.»

«La réaction des visiteurs lorsqu'ils découvrent les différents types de flore est incroyable. De plus, je rencontre des personnes de cultures et d'horizons différents et j'interagis avec eux; c’est très agréable de discuter avec eux. L'enthousiasme des visiteurs est indescriptible.»

Abdelaziz Salmin affirme pour sa part: «Bien que je sois ici en tant que guide touristique, je suis très fier de faire partie de Neom et de travailler sur ce projet.»

«Je travaille dans les sections 1 et 2; je suis chargé d’expliquer aux gens ce qu'est The Line. L’émotion et l'intérêt montrés par le public vont de pair avec mon enthousiasme. J'attends avec impatience de voir comment la ville va se transformer, surtout après en avoir appris autant à travers cette exposition», ajoute M. Salmin.

Outre les guides touristiques, les responsables de Neom sont également présents à l'exposition pour renseigner ceux qui recherchent des réponses approfondies.

L'exposition de Djeddah ouvre ses portes de 10h à 23h jusqu'au 14 août, avant de se déplacer dans la province de l'Est et de s’installer ensuite à Riyad.

«J'ai entendu parler du projet pour la première fois sur les réseaux sociaux et j'étais vraiment enthousiaste à l’idée de découvrir le concept révolutionnaire de The Line. Je suis tellement enthousiaste de voir cela en réalité!», nous confie Mohammed Ali, l’un des visiteurs.

«En plus, nous comprenons mieux le projet avec l'aide des guides touristiques. C'est vrai qu'ils peuvent emmener les visiteurs dans un tout autre voyage», observe-t-il.

Un autre visiteur, Raïs Ali, raconte: «Le guide a rendu cette visite des plus agréables en répondant à mes questions et en fournissant différentes informations de manière claire et simple.»

«Le projet possède vraiment un aspect futuriste et prometteur. Après la visite guidée, j'avais beaucoup de questions techniques en tête, mais je suis certain qu'elles trouveront une réponse dans les jours qui viennent. Idéalement, j'aimerais emménager dans cet endroit de rêve.»

Saïd H., émerveillé par le concept de The Line présenté à l'exposition, est ravi de voir à quoi ressemblera la ville une fois achevée.

«C'est sans aucun doute une excellente idée de disposer d’un guide qui donne des détails captivants. J'ai été surpris d'apprendre que le stade de football de la ville sera intégré de manière à ce que la ville elle-même se tourne vers le stade et en devienne le lieu de rencontre. Toutes ces précisions sont tellement époustouflantes que les visiteurs ont été émerveillés par cet univers de rêve. Nous avons hâte de le voir prendre vie!», s’exclame Saïd, enthousiaste.

Divisée en différentes sections, l'exposition expose les plans de vie urbaine mis en œuvre dans la ville. The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure.

Des billets gratuits peuvent être réservés grâce à l'application Hala Yalla, dédiée à ces événements.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: 5 tentatives d'immigration déjouées, 82 migrants interceptés

Un membre d'équipage d'une ONG aide les migrants à monter à bord après que leur bateau en bois se soit renversé lors d'une opération de sauvetage en mer Méditerranée (Photo, AP).
Un membre d'équipage d'une ONG aide les migrants à monter à bord après que leur bateau en bois se soit renversé lors d'une opération de sauvetage en mer Méditerranée (Photo, AP).
Short Url
  • Quatre opérations de « sauvetage» ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur «l'interception de 6 personnes»
  • L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord

TUNIS : Les autorités maritimes tunisiennes ont déjoué cinq nouvelles tentatives d'immigration clandestine et intercepté ou porté secours à 82 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Dans le cadre de la lutte contre l'immigration irrégulière, des unités de la garde nationale du nord, du centre, du sud et du littoral ont déjoué" des départs de migrants et "secouru" ou "intercepté" au total 82 personnes, selon un communiqué officiel.

Quatre opérations de "sauvetage" ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur "l'interception de 6 personnes". Le ministère n'a pas précisé l'état des embarcations ni la nationalité des migrants.

Une somme d'argent en monnaies tunisienne et étrangère, d'un montant non précisé, a également été saisie.

Les médias tunisiens avaient fait état d'un naufrage mardi devant les côtes de l'archipel de Kerkennah (centre-est), dans lequel 8 personnes, tous des Tunisiens -trois femmes, quatre enfants et un homme-, avaient péri. Les autorités avaient réussi à sauver 20 personnes.

Le week-end passé, les autorités maritimes avaient annoncé avoir porté secours ou intercepté plus de 280 migrants, dont 170 Sub-Sahariens, qui tentaient de quitter la côte est du territoire tunisien.

L'un des bateaux transportant 22 migrants, tous Tunisiens, dont 9 enfants et 3 femmes, dérivait dangereusement à 80 km de l'île de Kuriat, en face de Monastir (centre-est).

Au printemps et en été, à la faveur d'une météo plus clémente, les tentatives d'émigration clandestine de Tunisiens et de pays d'Afrique sub-saharienne vers l'Europe tendent à augmenter.

L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord.

Ils proviennent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays voisins d'où les départs ont recommencé à croître ces deux dernières années, après un ralentissement pendant l'épidémie de Covid.

La Tunisie traverse une grave crise politico-économique et compte désormais 4 millions de pauvres. La Libye est en proie au chaos depuis 2011 avec des milices qui gèrent le trafic juteux des migrants sub-sahariens.

Entre le 1er janvier et le 22 juillet 2022, 34 000 personnes sont arrivées par la mer en Italie, contre 25 500 sur la même période de 2021, et 10 900 en 2020, selon le ministère de l'Intérieur italien.