A Paris, la mode est grave et protectrice en temps de guerre

Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)
Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

A Paris, la mode est grave et protectrice en temps de guerre

  • La semaine du prêt-à-porter féminin qui s'achève mardi était pensée comme «une sorte de retrouvailles» mais il était impossible de «fêter» cela sur fond d'invasion de l'Ukraine
  • «Le monde est grave depuis un moment, la mode a largement intégré les sentiments de sérieux (...). Elle s'imprègne de l'odeur du temps», déclare l'historien de la mode Olivier Saillard

PARIS: Des tenues évoquant des gilets pare-balles, couleurs sombres, scénographies de défilés graves: certains ont dit que la mode perdait son "droit d'exister" pendant la guerre mais la Fashion week de Paris n'a pas sonné faux, voire a révélé des éléments prophétiques.


Après deux ans marqués par la Covid, la semaine du prêt-à-porter féminin qui s'achève mardi était pensée comme "une sorte de retrouvailles" mais il était impossible de "fêter" cela sur fond d'invasion de l'Ukraine, a déclaré le président de la Fédération de la mode, Ralph Toledano. Il avait appelé dès le premier jour à vivre les défilés "dans la gravité".


Et la mode a répondu présente. Bien que conçues plusieurs mois auparavant, nombre des collections abondent en pièces "protectrices" et l'esthétique des shows est tout sauf optimiste. 

«Odeur du temps»

"Le monde est grave depuis un moment, la mode a largement intégré les sentiments de sérieux (...). Elle s'imprègne de l'odeur du temps", déclare l'historien de la mode Olivier Saillard. 


"Il y a avait une tenue tout-terrain chez Dior, assez à-propos, comme prémonitoire", ajoute-t-il.


Chez Dior, des airbags se portent en corset ou en gilet, une petite robe grise évoque les armures et des protections couvrent les épaules et chevilles.

photo
Chez Dior, des airbags se portent en corset ou en gilet, une petite robe grise évoque les armures et des protections couvrent les épaules et chevilles. (AFP)


"Il y a beaucoup de réflexion. Comment, en ces temps difficiles, associer la beauté, l'esthétique et la protection ?", explique à l'AFP la styliste italienne de Dior femme, Maria Grazia Chiuri. La guerre en Ukraine "est beaucoup plus proche de nous. Mais le monde était déjà en guerre. La Covid, c'était une autre guerre (...), nous avons vécu des mois extrêmement difficiles". 


Balmain aussi a présenté des corsets rembourrés, des hauts ressemblant à des gilets pare-balles futuristes et boucliers dorés.


"Ma collection peut sembler inspirée par les gros titres anxiogènes. (...) Mais, bien sûr, une réaction aussi rapide n'aurait jamais été possible", nuance le styliste de Balmain, Olivier Rousteing. 


Le Belge Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent, a pour la première fois rompu avec son esthétique "sexy glam" pour livrer un défilé poétique au pied de la tour Eiffel "qui suggère un moment de réflexion".  


Du noir, des robes longues, tailleurs smoking-pantalon et somptueux manteaux en fausse fourrure: la provocation n'a plus sa place. 


Chez le Japonais Yohji Yamamoto, certains looks recouvrant des pieds à la tête, avec plusieurs couches de tissus drapés ou rembourrés, ressemblent à des tentes. 

L'Américain Rick Owens, maître des défilés apocalyptiques, a présenté un show accompagné de la symphonie N.5 de Gustav Mahler, créant un moment onirique et solennel. 

Dans un épais brouillard se détachaient les silhouettes de longues robes à la traine grise scintillante et de grosses doudounes.

"Le thème de la protection était bien présent cette semaine – comme les énormes manteaux enveloppants et rembourrés chez Rick Owens dans lesquels on se sent protégé, réconforté... C'était la même chose à Londres" (mi-février), commente à l'AFP Dana Thomas, journaliste américaine et autrice de "Fashionopolis".

photo
Un mannequin présente une création pour le défilé de la collection Balmain automne-hiver 2022-2023 lors de la Paris Womenswear Fashion Week à Paris, le 2 mars 2022. (AFP)


Poème et chanson 

La mode anticipe-t-elle les soubresauts de l'Histoire ? C'est la question posée par Benjamin Simmenauer, professeur à l'Institut français de la mode, dans un billet publié par le quotidien français Libération.

"Il est vrai que la mode anticipe souvent ses états futurs et nous renseigne sur une époque donnée", écrit-il. 

Le défilé de Balenciaga imaginé par Demna, le créateur géorgien lui-même réfugié d'une guerre avec la Russie, était une déclaration d'amour et de soutien à l'Ukraine, avec un poème récité en ukrainien pendant le défilé, des T-shirts aux couleurs de l'Ukraine posés sur chaque siège et une note expliquant que la mode perdait "son droit d'exister" pendant la guerre.

photo
Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)

Les mannequins ont marché sur la neige bravant le vent, certains à moitié dénudés, évoquant les réfugiés qui fuient la guerre.  

Chez Vuitton, le dernier look - un T-shirt à larges rayures sur une robe à fleurs fluide - est en bleu et jaune, couleurs de l'Ukraine. Une façon subtile d'inscrire le show dans le contexte. 

photo
Un mannequin présente une création lors du défilé Off-White de la collection prêt-à-porter femme automne-hiver 2022-2023 à Paris, le 28 février 2022. (AFP)

Stella McCartney a ouvert son défilé sur un discours du président américain John Fitzgerald Kennedy ("nous ferons également notre part pour construire un monde de paix") et clôturé avec la chanson de John Lennon/Yoko Ono "Give Peace a Chance". 


Arabie saoudite: Ouverture du premier cinéma indépendant à Djeddah

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Short Url
  • Le cinéma Hayy comprend une salle de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives
  • Il vise à élargir l'expérience cinématographique en servant de point de rencontre

DJEDDAH: Le centre Art Jameel a annoncé que le premier cinéma indépendant saoudien ouvrira ses portes le 6 décembre, coïncidant avec le deuxième Festival international du film de la mer Rouge. Le cinéma Hayy, situé dans le quartier Hayy Jameel de Djeddah, a pour objectif d'élargir l'expérience cinématographique, en servant de point de rencontre où s’échangent les connaissances.

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend un théâtre principal de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives.

Les fondateurs du cinéma ont affirmé qu'il célèbrera les légendes de l'âge d'or du cinéma arabe. Les premières projections comprendront une rétrospective de cinq versions nouvellement restaurées de films révolutionnaires du maître égyptien Youssef Chahine, l'un des cinéastes de la région les plus reconnus internationalement.

Le cinéma présentera également une exposition soulignant la contribution du célèbre photographe Gamal Fahmy à la force révolutionnaire du cinéma dans la région.

«Il s'agit de la première maison de cinéma indépendante sur mesure en Arabie saoudite, conçue pour soutenir la scène cinématographique locale – non seulement les réalisateurs mais aussi le public qui les apprécie», a déclaré Antonia Carver, directrice du centre Art Jameel.

«Grâce à un programme annuel de films saoudiens, régionaux et internationaux, ainsi qu'à des conférences, des expositions et des festivals de cinéma organisés dans ses différents espaces communautaires, le cinéma devient un lieu de rencontre convivial, ouvrant un tout nouveau monde de narration et d'imagination.

«Nous croyons que l'accent mis par Hayy Cinema sur la présentation et la documentation de la grande largeur du cinéma mondial, et sur le fait de retracer l'histoire des cinémas et des films du Golfe, complète les blockbusters de la scène commerciale saoudienne en pleine croissance et les initiatives industrielles menées par le gouvernement.»

Les fondateurs ont indiqué qu'à travers des rétrospectives et des expositions d'archives soigneusement sélectionnées, le cinéma invite le public à découvrir des films importants et à en savoir plus sur l'influence historique que l'industrie cinématographique indépendante a eue sur les tendances sociales et politiques.

Son programme d'ouverture comprend cinq films de Chahine: «Alexandrie...pourquoi?» («Iskandariya... Leh», 1978); «Alexandrie encore et toujours» («Iskandariya Kaman we Kaman», 1989); «Adieu Bonaparte» («Al-Wadaa Ya Bonaparte», 1985); «Le sixième jour» («Al-Yom el-Sadis», 1986); et «Le retour de l’enfant prodigue» («Awdet El-Ibn El-Dal», 1976).

Zohra Ait el-Jamar, directrice générale de Hayy Cinema, a souligné que «l'ouverture du Hayy Cinema à Djeddah marque un moment de passion et de soutien croissants pour le cinéma local et mondial en Arabie Saoudite.

«La collaboration avec le RSIFF pour le programme d'ouverture du cinéma Hayy reflète l'éthique du centre Art Jameel : notre modèle a longtemps été dynamique et adaptable, travaillant avec de nombreuses institutions partenaires de manière à établir des collaborations de programmation ancrées dans le contexte spécifique des besoins et des aspirations de notre communauté créative.

«Je remercie l'équipe du RSIFF et me réjouis de continuer à travailler avec le festival et la communauté cinématographique saoudienne afin de susciter une appréciation toujours plus grande du cinéma à travers le Royaume.»

Le jour de l'ouverture du cinéma marque également le premier anniversaire de Hayy Jameel, un complexe dédié aux arts et à la créativité à Djeddah, qui est l'une des deux institutions d’Art Jameel.

Art Jameel s'efforce de soutenir les artistes et d'encourager les communautés créatives. Fondé et soutenu par les philanthropies de la famille Jameel, il décrit ses programmes, ses comités, ses recherches, ses initiatives d'apprentissage et ses bâtiments communautaires comme étant fondés sur une compréhension dynamique des arts comme étant fondamentaux à la vie et accessibles à tous.

Le programme d'ouverture du cinéma marque la deuxième collaboration entre Art Jameel et le RSIFF; en décembre de l'année dernière, Hayy Jameel a accueilli «Red Sea: Immersive», une sélection de ce qu'elle a décrit comme des projets de réalité virtuelle importants et marquants, organisée par Liz Rosenthal.

La deuxième édition du RSIFF débute aujourd'hui à Djeddah et se poursuit jusqu'au 10 décembre. Son programme comprend 131 longs et courts métrages en provenance de 61 pays, en 41 langues, dont 7 longs métrages et 24 courts métrages d'Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial: Que vaut la Pologne, adversaire des Bleus en 1/8?

«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
Short Url
  • La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939
  • La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais

DOHA: La France affrontera la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale de Coupe du monde, un stade de la compétition que la nation du capitaine Robert Lewandowski n'avait plus atteint depuis le Mondial-1986. Présentation:

La Pologne en bref

Coupe du monde: 9e participation. Meilleurs résultats: 3e en 1974 et en 1982

Classement Fifa: 26e

Surnom: Bialo-Czerwoni (Blanc et Rouge)

Joueurs vedettes: le capitaine Robert Lewandowski, le gardien Wojciech Szczesny

Le sélectionneur: nommé en janvier 2022, Czeslaw Michniewicz (52 ans) a remplacé à ce poste le Portugais Paulo Sousa parti subitement au Brésil pour prendre les rênes de Flamengo. L'ancien gardien devenu entraîneur avait pour objectif immédiat de remporter les barrages pour se qualifier au Mondial-2022: la sélection avait terminé deuxième de son groupe lors des éliminatoires, derrière l'Angleterre. Après l'exclusion de l'équipe russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine, la sélection de Michniewicz a battu la Suède 2-0 en finale des barrages et obtenu la qualification. Depuis, son bilan est mitigé: il a, certes, réussi à maintenir la sélection parmi les seize meilleures équipes de la Ligue des nations, mais a essuyé en cours de route trois défaites dont un lourd revers 6-1 contre la Belgique.

Parcours au premier tour

Match 1: Pologne-Mexique (0-0)

Match 2: Pologne-Arabie saoudite (victoire 2-0, buts de Zielinski et Lewandowski)

Match 3: Pologne-Argentine (défaite 2-0)

En ouverture, les Polonais ont buté sur le Mexique (0-0) et son gardien vétéran Guillermo Ochoa, auteur d'un arrêt salvateur face à Robert Lewandowski, le capitaine et meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

L'attaquant vedette du FC Barcelone a attendu le match suivant contre l'Arabie saoudite (2-0) pour marquer, à 34 ans, son premier but en Coupe du monde. Son gardien Wojciech Szczesny s'est lui aussi distingué avec un formidable double arrêt sur penalty.

Le portier de la Juventus Turin, 32 ans, a retardé l'échéance contre l'Argentine avec encore un penalty arrêté, face à Lionel Messi, mais il a fini par s'incliner en seconde période (défaite 2-0). Les Polonais ont obtenu la deuxième place du groupe C à la différence de but devant le Mexique.

Historique contre la France

La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939. Les Bleus s'étaient imposés 4-0 au Parc des princes.

La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais. Parmi les Bleus actuellement au Qatar, seuls Hugo Lloris et Steve Mandanda étaient présents, mais seulement sur le banc des remplaçants.

Les deux nations ne se sont affrontées qu'une seule fois dans une grande compétition: le 10 juillet 1982, à Alicante, les partenaires de Marius Trésor s'étaient inclinés 3-2 lors du match pour la troisième place en Coupe du monde.


Le but de Salem Al-Dawsari arrive trop tard pour les Faucons verts, le Mexique l'emporte 2-1

Le milieu de terrain saoudien Salem Al-Dawsari marque contre le Mexique au stade Lusail, à Lusail, au nord de Doha, le 30 novembre 2022. (AFP)
Le milieu de terrain saoudien Salem Al-Dawsari marque contre le Mexique au stade Lusail, à Lusail, au nord de Doha, le 30 novembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Devant des supporters en ébullition, les Mexicains ont ouvert le score grâce à Henry Martin (48e), à l'affût après une déviation de Cesar Montes au premier poteau, dans la foulée d'un corner
  • Un but très tardif du capitaine Salem Al-Dawsari, après un une-deux avec Hatan Bahbri (90e+5), a enterré définitivement les espoirs de la « Tri»

DOHA: Le Mexique, en mauvaise posture avant les derniers matches du groupe C a battu l'Arabie saoudite (2-1) en vain, car elle termine troisième de la poule, derrière la Pologne.

Devant des supporters en ébullition, les Mexicains ont ouvert le score grâce à Henry Martin (48e), à l'affût après une déviation de Cesar Montes au premier poteau, dans la foulée d'un corner.

Luis Chavez a ensuite doublé la mise d'un coup franc sublime à 33 mètres, chronométré à 76 km/h par la Fifa. Les Mexicains ont alors eu une foule d'occasions pour inscrire le but de la qualification, notamment par Martin, dont la frappe s'est envolée au-dessus des cages saoudiennes (70e), ou par Pineda, qui a manqué le cadre de peu (76e).

Un but très tardif du capitaine Salem Al-Dawsari, après un une-deux avec Hatan Bahbri (90e+5), a enterré définitivement les espoirs de la "Tri", dont les joueurs sont restés plusieurs minutes après le coup de sifflet final sur la pelouse, se prenant dans les bras.

Mais leur baroud d'honneur n'a pas suffi : ils quittent le Mondial dès la phase de poule après avoir atteint les huitièmes de finale lors des sept dernières éditions.

En face, les joueurs d'Hervé Renard quittent la compétition après un coup d'essai glorieux contre l'Argentine.