A Paris, la mode est grave et protectrice en temps de guerre

Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)
Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

A Paris, la mode est grave et protectrice en temps de guerre

  • La semaine du prêt-à-porter féminin qui s'achève mardi était pensée comme «une sorte de retrouvailles» mais il était impossible de «fêter» cela sur fond d'invasion de l'Ukraine
  • «Le monde est grave depuis un moment, la mode a largement intégré les sentiments de sérieux (...). Elle s'imprègne de l'odeur du temps», déclare l'historien de la mode Olivier Saillard

PARIS: Des tenues évoquant des gilets pare-balles, couleurs sombres, scénographies de défilés graves: certains ont dit que la mode perdait son "droit d'exister" pendant la guerre mais la Fashion week de Paris n'a pas sonné faux, voire a révélé des éléments prophétiques.


Après deux ans marqués par la Covid, la semaine du prêt-à-porter féminin qui s'achève mardi était pensée comme "une sorte de retrouvailles" mais il était impossible de "fêter" cela sur fond d'invasion de l'Ukraine, a déclaré le président de la Fédération de la mode, Ralph Toledano. Il avait appelé dès le premier jour à vivre les défilés "dans la gravité".


Et la mode a répondu présente. Bien que conçues plusieurs mois auparavant, nombre des collections abondent en pièces "protectrices" et l'esthétique des shows est tout sauf optimiste. 

«Odeur du temps»

"Le monde est grave depuis un moment, la mode a largement intégré les sentiments de sérieux (...). Elle s'imprègne de l'odeur du temps", déclare l'historien de la mode Olivier Saillard. 


"Il y a avait une tenue tout-terrain chez Dior, assez à-propos, comme prémonitoire", ajoute-t-il.


Chez Dior, des airbags se portent en corset ou en gilet, une petite robe grise évoque les armures et des protections couvrent les épaules et chevilles.

photo
Chez Dior, des airbags se portent en corset ou en gilet, une petite robe grise évoque les armures et des protections couvrent les épaules et chevilles. (AFP)


"Il y a beaucoup de réflexion. Comment, en ces temps difficiles, associer la beauté, l'esthétique et la protection ?", explique à l'AFP la styliste italienne de Dior femme, Maria Grazia Chiuri. La guerre en Ukraine "est beaucoup plus proche de nous. Mais le monde était déjà en guerre. La Covid, c'était une autre guerre (...), nous avons vécu des mois extrêmement difficiles". 


Balmain aussi a présenté des corsets rembourrés, des hauts ressemblant à des gilets pare-balles futuristes et boucliers dorés.


"Ma collection peut sembler inspirée par les gros titres anxiogènes. (...) Mais, bien sûr, une réaction aussi rapide n'aurait jamais été possible", nuance le styliste de Balmain, Olivier Rousteing. 


Le Belge Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent, a pour la première fois rompu avec son esthétique "sexy glam" pour livrer un défilé poétique au pied de la tour Eiffel "qui suggère un moment de réflexion".  


Du noir, des robes longues, tailleurs smoking-pantalon et somptueux manteaux en fausse fourrure: la provocation n'a plus sa place. 


Chez le Japonais Yohji Yamamoto, certains looks recouvrant des pieds à la tête, avec plusieurs couches de tissus drapés ou rembourrés, ressemblent à des tentes. 

L'Américain Rick Owens, maître des défilés apocalyptiques, a présenté un show accompagné de la symphonie N.5 de Gustav Mahler, créant un moment onirique et solennel. 

Dans un épais brouillard se détachaient les silhouettes de longues robes à la traine grise scintillante et de grosses doudounes.

"Le thème de la protection était bien présent cette semaine – comme les énormes manteaux enveloppants et rembourrés chez Rick Owens dans lesquels on se sent protégé, réconforté... C'était la même chose à Londres" (mi-février), commente à l'AFP Dana Thomas, journaliste américaine et autrice de "Fashionopolis".

photo
Un mannequin présente une création pour le défilé de la collection Balmain automne-hiver 2022-2023 lors de la Paris Womenswear Fashion Week à Paris, le 2 mars 2022. (AFP)


Poème et chanson 

La mode anticipe-t-elle les soubresauts de l'Histoire ? C'est la question posée par Benjamin Simmenauer, professeur à l'Institut français de la mode, dans un billet publié par le quotidien français Libération.

"Il est vrai que la mode anticipe souvent ses états futurs et nous renseigne sur une époque donnée", écrit-il. 

Le défilé de Balenciaga imaginé par Demna, le créateur géorgien lui-même réfugié d'une guerre avec la Russie, était une déclaration d'amour et de soutien à l'Ukraine, avec un poème récité en ukrainien pendant le défilé, des T-shirts aux couleurs de l'Ukraine posés sur chaque siège et une note expliquant que la mode perdait "son droit d'exister" pendant la guerre.

photo
Des mannequins présentent une création pour le défilé de la collection Louis Vuitton automne-hiver 2022-2023, dans le cadre de la Paris Womenswear Fashion Week au musée d'Orsay à Paris, le 7 mars 2022. (AFP)

Les mannequins ont marché sur la neige bravant le vent, certains à moitié dénudés, évoquant les réfugiés qui fuient la guerre.  

Chez Vuitton, le dernier look - un T-shirt à larges rayures sur une robe à fleurs fluide - est en bleu et jaune, couleurs de l'Ukraine. Une façon subtile d'inscrire le show dans le contexte. 

photo
Un mannequin présente une création lors du défilé Off-White de la collection prêt-à-porter femme automne-hiver 2022-2023 à Paris, le 28 février 2022. (AFP)

Stella McCartney a ouvert son défilé sur un discours du président américain John Fitzgerald Kennedy ("nous ferons également notre part pour construire un monde de paix") et clôturé avec la chanson de John Lennon/Yoko Ono "Give Peace a Chance". 


Plus de 78 millions d'euros de promesses de dons pour le «Téléthon des retrouvailles»

Samedi soir, au côté de l'humoriste Kev Adams, le parrain de l'édition, de nombreux artistes étaient aux côtés des familles, des malades et des chercheurs sur le plateau de France Télévisions.  (Picture, Instagram: @francetelevisions).
Samedi soir, au côté de l'humoriste Kev Adams, le parrain de l'édition, de nombreux artistes étaient aux côtés des familles, des malades et des chercheurs sur le plateau de France Télévisions. (Picture, Instagram: @francetelevisions).
Short Url
  • Lancée vendredi soir, la 36ème édition du marathon caritatif s'est achevé dans la nuit de samedi à dimanche
  • Les dons peuvent encore être faits jusqu'au vendredi 9 décembre par téléphone

PARIS: Revenu pleinement sur le terrain, le Téléthon 2022 s'est achevé sur un compteur de plus de 78 millions d'euros dimanche vers 02H00, soit un niveau de promesses de dons supérieur à celui enregistré en 2021 en fin d'émission.

Après 30 heures de programme, 78.051.091 d'euros ont été promis au total contre 73.622.019 d'euros l'an dernier.

Les dons peuvent encore être faits jusqu'au vendredi 9 décembre par téléphone (3637) ou internet (téléthon.fr).

"Merci du fond du cœur pour votre solidarité, votre générosité", a déclaré dans un communiqué la présidente de l'organisation AFM-Téléthon, Laurence Tiennot-Herment.

"C'est le Téléthon des retrouvailles après deux années de frustration. On connait la situation économique. Il y a l’inflation mais aussi la Coupe du Monde (de football) et pour autant sur le terrain c'est la fête et les retrouvailles. Tous les ans, les Français nous renouvellent leur confiance car ils voient les victoires de la recherche", a-t-elle peu avant dit à l'AFP.

Lancée vendredi soir, la 36ème édition du marathon caritatif s'est achevé dans la nuit de samedi à dimanche.

Cette manifestation a pu revenir à plein sur le terrain cette année, avec des animations dans plus de 13.000 communes.

L'édition 2021, qui avait renoué avec le terrain après le confinement de 2020, avait récolté quelque 86 millions d'euros au final, pratiquement au niveau d'avant-Covid. Le compteur reste ouvert quelque temps après l'événement.

Samedi soir, au côté de l'humoriste Kev Adams, le parrain de l'édition, de nombreux artistes étaient aux côtés des familles, des malades et des chercheurs sur le plateau de France Télévisions.

Après les premières avancées, par exemple contre des déficits immunitaires, les travaux financés par le Téléthon ciblent des pathologies plus complexes, comme les maladies neuromusculaires.

Il y a trois ans, un traitement de l'amyotrophie spinale, maladie qui condamnait les bébés à une mort précoce, a ainsi été mis sur le marché.

Au-delà des maladies rares, qui concernent environ 3 millions de personnes en France, les innovations nées de recherches soutenues par le Téléthon inspirent aussi des solutions thérapeutiques pour des maladies répandues comme les pathologies neurodégénératives ou des cancers.


La couronne de Saint Edouard va entamer ses préparatifs pour le couronnement de Charles III

La couronne de Saint-Édouard, qui devrait être portée par le roi Charles III lors de son couronnement le 6 mai 2023 (Photo, AFP).
La couronne de Saint-Édouard, qui devrait être portée par le roi Charles III lors de son couronnement le 6 mai 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Pièce maîtresse des joyaux de la monarchie, la couronne de Saint Edouard a quitté la Tour de Londres pour être modifiée pour le couronnement du roi Charles III
  • Cette couronne en or massif est sertie de pierres semi-précieuses, notamment rubis et saphirs, et garnie d'une toque de velours violet ourlée d'une bande d'hermine

LONDRES: La couronne de Saint Edouard, pièce maîtresse des joyaux de la monarchie britannique, a quitté la Tour de Londres où elle est habituellement exposée au public pour être modifiée pour le couronnement du roi Charles III le 6 mai, a annoncé samedi le palais de Buckingham.

Particulièrement lourde à porter - plus de deux kilos - bien qu'allégée en 1911, cette couronne est la "plus importante et la plus sacrée de toutes les couronnes", selon la description qui en est faite sur le site des palais royaux.

Utilisée uniquement pour les couronnements - et de fait, portée pour la dernière fois en 1953 par la reine Elizabeth II - elle a été réalisée pour celui de Charles II en 1661, pour remplacer la couronne médiévale qui a été fondue par les parlementaires en 1649 après l'exécution de Charles Ier.

Cette couronne en or massif est sertie de pierres semi-précieuses, notamment rubis, améthystes et saphirs, et garnie d'une toque de velours violet ourlée d'une bande d'hermine. Elle est exposé avec les joyaux de la couronne, qui voient passer plus d'un million de visiteurs chaque année.

La couronne a quitté la Tour de Londres pour que puissent commencer "des travaux de modification", selon le palais de Buckingham, la presse évoquant un redimensionnement.

Sans être une réplique exacte de la couronne médiévale disparue - réputée avoir appartenu au roi Edouard le Confesseur (XIe siècle) - elle reprend ses quatre croix pattées, ses quatre fleurs de lis et deux arches.

Lors de la cérémonie, Charles III portera également la couronne impériale d'Etat, que les monarques portent traditionnellement en quittant l'abbaye de Westminster.

Créé pour le couronnement du roi George VI - père d'Elizabeth II - en 1937, cette couronne d'apparat est aussi utilisée lors de l'ouverture de l'année parlementaire.

Pesant un peu plus d'un kilo pour 31,5 centimètres de haut, cette imposante couronne est sertie de 2.868 diamants, 17 saphirs, 11 émeraudes, 269 perles et quatre rubis.

Devenu roi avec la mort de sa mère la reine Elizabeth II à 96 ans le 8 septembre, Charles, qui a fêté le 14 novembre son 74e anniversaire, sera couronné lors d'une cérémonie tournée "vers l'avenir" tout en étant enracinée "dans la longue tradition et la pompe de la monarchie", selon le palais.

Selon la presse britannique, le couronnement, marqué par un jour férié le 8 mai, sera plus court et moins dispendieux que celui de sa mère. Ce dernier avait duré plus de trois heures, devant 8.251 invités.


Priyanka Chopra Jonas et Jessica Alba parmi les invitées chics du gala Women in Cinema - RSIFF 2022

Priyanka Chopra Jonas, star d’Hollywood et de Bollywood, lors du dîner de gala Women in Cinema du Festival international du film de la mer Rouge à Djeddah. (Getty Images)
Priyanka Chopra Jonas, star d’Hollywood et de Bollywood, lors du dîner de gala Women in Cinema du Festival international du film de la mer Rouge à Djeddah. (Getty Images)
Short Url
  • La mannequin brésilienne Alessandra Ambrosio était éblouissante dans une combinaison bleue du créateur Yousef Akbar, basé à Djeddah.
  • Jomana al-Rashed, première femme saoudienne à être nommée PDG du Saudi Research and Media Group, a été aperçue posant aux côtés de la star hollywoodienne Sharon Stone.

DJEDDAH : Priyanka Chopra Jonas, star internationale du cinéma et de la télévision, a fait une entrée étincelante au gala Women in Cinema du Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF) à Djeddah vendredi soir. Parmi les autres invitées glamour figuraient Jessica Alba, Frieda Pinto, Tara Emad, Lucy Hale, Sharon Stone, Gurinder Chadha, Salma Abu Deif, Sonam Kapoor Ahuja et bien d’autres.

La star de Quantico, Chopra Jonas, était resplendissante dans une somptueuse robe dorée du créateur libanais Nicolas Jebran. L’actrice hollywoodienne Jessica Alba, qui a joué dans des films comme Sin City et Les Quatre Fantastiques, a également soutenu les marques du Moyen-Orient en optant pour une robe élégante à ornements du couturier libanais Elie Saab.

Pendant la soirée d’ouverture du Festival, les stars ont défilé sur le tapis rouge et ont mis en lumière les créateurs saoudiens. Alors que des stars comme Sharon Stone, Shah Rukh Khan, Oliver Stone et Priyanka Chopra Jonas, entre autres, ont foulé le tapis rouge dans des tenues étonnantes, les créateurs saoudiens ont eux aussi eu l’occasion de briller lors de l’événement.

La mannequin brésilienne Alessandra Ambrosio était éblouissante dans une combinaison bleue du créateur Yousef Akbar, basé à Djeddah. Elle a complété son look avec un bracelet en or et des boucles d’oreilles assorties. La mannequin porte souvent des créations de designers arabes. Le mois dernier, alors qu’elle était en vacances au Mexique, elle a revêtu une robe couleur citron vert du couturier libanais Zuhair Murad lors d’un brunch.

Jomana al-Rashed, première femme saoudienne à être nommée PDG du Saudi Research and Media Group, a été aperçue posant aux côtés de la star hollywoodienne Sharon Stone. Elle était habillée par la marque saoudienne Loodyana.

Quant à l’actrice britannique Jacqui Ainsley, connue pour son rôle dans le film Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur en 2017, elle a foulé le tapis rouge vêtue de la marque Dazluq, basée aux États-Unis et fondée par la créatrice saoudienne Salma Zahran. Ashley est mariée au cinéaste britannique Guy Ritchie, qui était également présent.

1
Julianne Hough lors du dîner de gala Women in Cinema. (Getty Images)

Honayda Serafi, fondatrice du label saoudien Honayda, a représenté sa propre marque dans un ensemble vert vif. « Je suis ravie d’assister à la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du Festival du film de la mer Rouge à Djeddah, entourée de grands talents du monde entier et célébrant les artistes arabes. C’est un événement grandiose qui rapproche les cultures d’Occident et d’Orient et qui déborde de créativité et de beauté », a-t-elle posté sur Instagram, accompagnant des photos de sa tenue.

L’influenceuse libanaise Nathalie Fanj a été aperçue dans une sublime robe sirène noire de la créatrice Tima Abed. Elle a complété son look avec des boucles d’oreilles pendantes en forme de cœur de Chopard.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com