L’olympisme au cœur de la francophonie

Éric Monnin, vice-président de l’Université de Franche-Comté à l’olympisme et directeur du Centre d'études et de recherches olympiques universitaires. (Photo, Sarah Sfeir)
Éric Monnin, vice-président de l’Université de Franche-Comté à l’olympisme et directeur du Centre d'études et de recherches olympiques universitaires. (Photo, Sarah Sfeir)
Short Url
Publié le Mercredi 16 mars 2022

L’olympisme au cœur de la francophonie

  • «Les JO de Paris 2024 seront les premiers Jeux mixtes de l’histoire, avec 50% de femmes et 50% d’hommes», explique Éric Monnin, vice-président de l’Université de Franche-Comté à l’olympisme
  • On a parlé de «diplomatie du ping-pong», de «soft power du football», mais les jeux Olympiques sont un facteur de rapprochement, à l’échelle internationale, des compétitions ancestrales qui opposent les joueurs, mais rassemblent les peuples

RIYAD : «La flamme olympique est une ambassadrice des valeurs de partage et de tolérance». C’est le message qu’Éric Monnin, vice-président de l’Université de Franche-Comté à l’olympisme et directeur du Centre d'études et de recherches olympiques universitaires (Cerou) souhaite faire délivrer aux jeunes qu’il rencontre. 

Arab News en français s’est entretenu avec cet ancien athlète de haut niveau en marge d’une conférence qui a eu lieu le lundi 14 mars à l’ambassade de France à Riyad, sur les jeux Olympiques et la francophonie, pour retracer leur histoire.

Le Dr Monnin, passionné d’éducation et d’olympisme, nous fait part de ses vacances en Grèce, à Olympie, en 1984, qui ont changé le cours de sa vie et ont donné naissance à cette passion. Il évoque aussi sa rencontre avec Otto Schantz, spécialiste mondial de l’olympisme qui l’a conforté dans sa voie et l’a encouragé à suivre des cours en Grèce et à faire un troisième cycle sur la philosophie grecque et l’histoire des jeux Olympiques. «Je me suis spécialisé sur cette histoire, cette évolution, notamment de la mixité au sport, les différents sports. En fait, je dirais que tout cela est né d’une visite de la Grèce antique», raconte-t-il.

Interrogé au sujet de la place de la francophonie dans l’histoire des jeux Olympiques, le Dr Monnin, seul Français à avoir reçu la médaille Pierre de Coubertin, souligne que la francophonie est essentielle parce que la France en a été l’initiatrice. Il précise que la langue de Molière est l’une des deux langues officielles et historiques du Comité international olympique (CIO) et demeure celle qui fait foi en cas de problème avec l’anglais. Ce statut particulier de langue officielle a été entériné par la Charte olympique, ajoute-t-il, tout en précisant que «parler de francophonie a tout son sens, car cela fait partie de la genèse, de la création même du CIO, et notamment des jeux Olympiques».

L’universitaire considère que les JO de Paris 2024 constitueront une occasion unique, même historique, de remettre la langue française en bonne place au sein du mouvement olympique. Il estime que 4 milliards de personnes vont regarder les Jeux à Paris, ce qui contribuera à «promouvoir la francophonie chez les francophones et également les francophiles».

Le Dr Monnin note également que les JO de Paris 2024 seront les premiers Jeux mixtes, avec autant de de femmes que d’hommes. On parle d’une répartition omniforme, selon ses termes, d’où le logo d’une femme, une Marianne dorée, qui représente la France. «C’est la France, et globalement c’est Marianne qui accueille le monde avec cette flamme qui est le relais de la torche et qui va unir tous les territoires à travers sa volonté d’aller vers l’excellence», explique-t-il.

Toutefois, les efforts entamés par les organisateurs des jeux Olympiques de 2024 afin d’inscrire l'esprit olympique au patrimoine immatériel mondial de l'Unesco ont jusqu’ici mené à une impasse, car «pour le CIO, on peut toujours diffuser cet esprit olympique sans qu’il soit forcément inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco».

Les jeux Olympiques, selon le Dr Monnin, «touchent tous les continents». Il est vrai que les Européens remportent le plus grand nombre de médailles, la plupart des Jeux ayant été initialement faits par les Européens, mais le CIO reconnait 206 nations, soit bien plus que l’ONU, qui en compte 193. Cela fait des JO un phénomène global. La différence réside dans la manière dont les pays traitent les jeux Olympiques et dans les moyens que possède chaque nation pour remporter des médailles. «Aujourd’hui, nous avons des nations qui font le choix de se spécialiser sur telle ou telle pratique», dit-il en citant en exemple les Anglais, les Allemands et les Hollandais qui font le choix de privilégier certaines disciplines, alors que la France choisit de s’impliquer dans un large spectre de pratiques sportives. «En se spécialisant moins, il y a peut-être moins de moyens, mais cela permet une accessibilité pour un plus grand nombre de personnes», souligne-t-il.

Quant à la pratique sportive en Arabie saoudite à la suite des reformes opérées dans le cadre de la Vision 2030, le Dr Monnin trouve encore difficile d’évaluer leur impact sur l’avenir du sport dans le pays, dans la mesure où il le visite pour la première fois. Il confirme toutefois qu’il est important de pouvoir «diffuser les valeurs du sport», ces valeurs qui unissent et qui, au-delà des médailles, mènent à une communion essentielle pour forger un monde meilleur». La pratique sportive peut être d’une grande importance pour les Saoudiens, surtout pour les jeunes, car elle permet de promouvoir le sport comme un facteur de bonne santé et de bien-être physique, nécessaire pour la vie, ainsi qu’un vecteur d’échanges faciles.

Il insiste sur le fait que les compétitions sportives, particulièrement dans les pays du Golfe, reflètent l’état de notre monde et ont un rôle crucial dans nos relations internationales et diplomatiques. On a parlé de «diplomatie du ping-pong», de «soft power du football», mais les jeux Olympiques sont un facteur de rapprochement à l’échelle internationale, des compétitions ancestrales qui opposent les joueurs, mais rassemblent les peuples. 

Pour le directeur du Cerou, l’olympisme peut constituer un instrument pédagogique pour permettre la formation et l’accomplissement de l’individu dans sa totalité. Il repose sur un volet sportif et intellectuel, ainsi que sur l’éducation et l’introduction des jeunes à la pratique d’un sport afin de leur faire découvrir, promouvoir, toucher et partager les valeurs du sport et de l’olympisme. Des valeurs utiles au fonctionnement de la société et essentielles pour aller vers un monde meilleur.

 


Polémique à Lyon autour d'une conférence avec le Franco-Palestinien Salah Hamouri

Salah Hamouri (Photo, AFP).
Salah Hamouri (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires», explique Daniel Dahan
  • Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention

LYON: Le grand rabbin de Lyon a annoncé vendredi qu'il se retirait d'un groupe interconfessionnel créé par la mairie de Lyon, pour protester contre l'invitation par cette dernière de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri à une conférence à l'occasion des 30 ans des Accords d'Oslo.

"Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires", explique dans un communiqué Daniel Dahan, pour justifier son retrait de l'instance Concorde et Solidarité.

Créée en 2002 à la suite de l'attentat contre la synagogue du quartier de La Duchère à Lyon, elle rassemble les représentants des cultes chrétien, juif et musulman.

"La quitter ou donner des raisons de la quitter serait abandonner sur le bas-côté de la longue route du dialogue que nous entretenons depuis plus de 20 ans", a regretté dans un communiqué le recteur de la Grande Mosquée de la ville, Kamel Kabtane.

Une conférence intitulée "Trente ans après la signature des Accords d'Oslo, regards sur la Palestine", sous l'égide du maire de Lyon Grégory Doucet (EELV), est prévue mercredi à l'hôtel de ville.

Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention.

Vivant depuis en France, il est soupçonné par Israël de liens – ce qu'il nie – avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation jugée terroriste par l'Etat hébreu et l'Union européenne.

La France avait condamné cette expulsion, la jugeant "contraire au droit".

"J'ai changé d'endroit mais le combat continue. (...) Aujourd'hui, je sens que j'ai une responsabilité énorme pour ma cause et mon peuple", avait déclaré M. Hamouri dès son arrivée en France.

«Particulièrement troublé»

Dans un entretien au quotidien régional Le Progrès vendredi, M. Doucet, rappelant que cette conférence est "un focus sur les territoires palestiniens", a défendu cette invitation: "On l'invite pour ce qu'il est. Quelqu'un qui connaît la situation dans les territoires palestiniens, qui a passé un temps significatif en détention (...). Moi, je ne porte pas de jugement sur la justice israélienne. Je ne vais pas non plus me faire son avocat (...) J'offre la possibilité aux gens de l'entendre."

Soucieux de "montrer que l'on n'est pas dans une optique partiale", M. Doucet, également critiqué par une partie de la droite locale, avait indiqué mercredi avoir proposé aux représentants "d'instances ou associations juives lyonnaises" de "convier autour de la table" un représentant "de leur choix".

Dans une lettre adressée à M. Doucet dont l'AFP a obtenu copie, le président LR du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s'est dit "particulièrement troublé" par cette invitation à M. Hamouri et demande à l'édile écologiste d'y renoncer.

"Quand il s'agit d'un sujet aussi complexe et sensible que celui du conflit israélo-palestinien, cela ne peut se faire que dans le respect de l'esprit qui a présidé à la conclusion de ces accords (d'Oslo, NDRL): la recherche de la concorde et la quête de la paix. Une dimension qui semble ici faire défaut", a-t-il écrit.

Parallèlement à la décision du grand rabbin, l'Organisation juive européenne (OJE), qui lutte contre l'antisémitisme, a indiqué vendredi à l'AFP, par la voix de son avocate Julie Buk Lament, avoir saisi le tribunal administratif de Lyon en référé-liberté pour demander la suspension de cette conférence, au nom de "la neutralité du service public" et de la participation d'un "membre d'une organisation reconnue terroriste par la France et l'Union européenne".


Rapatriement de Syrie: Quatre autres femmes mises en examen et écrouées à Paris

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle
  • L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme

PARIS: Quatre femmes rentrées mardi d'un camp de prisonniers dans le nord-est de la Syrie ont été mises en examen vendredi à Paris et écrouées, a-t-on appris auprès du parquet national antiterroriste (Pnat).

Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme et celles qui avaient emmené leurs enfants dans la zone irako-syrienne l'ont également été pour soustraction d'un parent à ses obligations légales.

Elles ont toutes été placées en détention provisoire.

Mardi, sept autres femmes, qui étaient visées par un mandat d'arrêt, avaient déjà été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste et pour certaines soustraction d'un parent à ses obligations légales et incarcérées.

Au total, 15 femmes et 32 enfants, proches de djihadistes de l'organisation de l'Etat islamique (EI) qui se trouvaient dans le camp de Roj sous administration kurde, à une quinzaine de kilomètres des frontières irakienne et turque, ont été rapatriés mardi.

Parmi les 15 femmes, quatre jeunes majeures avaient été emmenées sur zone par leurs parents alors qu'elles étaient mineures.

Comme aucun élément ne permet de conclure à l'association de malfaiteurs terroriste les concernant, elles ont fait l’objet d’une prise en charge administrative ou judiciaire ordonnée par le juge des enfants, selon le Pnat.

Le rapatriement de mardi est le troisième d'ampleur, après celui du 5 juillet 2022 quand la France avait rapatrié 16 mères et 35 mineurs et celui du 20 octobre qui avait permis le retour de 15 femmes et 40 enfants.

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019. Et nombre de leurs enfants sont nés dans les camps.

Les mineurs rentrés "ont été remis aux services chargés de l'aide à l'enfance et feront l'objet d'un suivi médico-social", avait précisé mardi le ministère français des Affaires étrangères.

La France a été particulièrement frappée par des attentats djihadistes, notamment en 2015, fomentés par le groupe EI. Elle avait ainsi procédé, jusqu'à l'été dernier, à des rapatriements ciblés d'orphelins ou de mineurs dont les mères avaient accepté de renoncer à leurs droits parentaux.

Mais sous le feu des critiques, elle avait dû infléchir sa politique.


Le Français Sébastien Raoult sera présenté à une juge américaine vendredi

Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui
  • L'accusation ayant évoqué un «risque de fuite», la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril

SEATTLE: Le Français Sébastien Raoult, extradé mercredi du Maroc vers les Etats-Unis, a plaidé "non coupable" de cybercrimes vendredi dans un tribunal de Seattle (nord-ouest).

Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui.

Un avocat commis d'office a expliqué qu'il plaidait "non coupable" à ce stade de la procédure.

L'accusation ayant évoqué un "risque de fuite", la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril.

Sébastien Raoult avait été arrêté le 31 mai à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine. Il a été extradé mercredi par le Maroc, malgré les vives protestations de sa famille et de son avocat.

Il est poursuivi par la justice américaine avec deux autres ressortissants français, Gabriel Bildstein, 23 ans et Abdel-Hakim El-Ahmadi, 22 ans.

Les trois hommes sont accusés d'avoir formé le groupe de hackeurs "ShinyHunters" et d'avoir, à partir de 2020, dérobé des données confidentielles à 60 entreprises, dont certaines situées dans la région de Seattle, pour les revendre sur le darkweb.

Selon différents experts, ils ont pris pour cible le compte de Microsoft sur la plateforme de partage de code informatique Github, le site d'e-commerce indonésien Tokopedia, la marque de vêtement américaine Bonobos ou encore l'opérateur téléphonique américain AT&T.

Ils font face à neuf chefs d'inculpation, notamment pour association de malfaiteurs, fraude informatique, usurpation d'identité, passibles chacun de peines allant de 2 à 27 ans de priso