Nucléaire iranien: Washington juge qu'un accord est «proche»

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lors d'une réunion à Moscou le 15 mars 2022 (Photo, AFP).
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lors d'une réunion à Moscou le 15 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 17 mars 2022

Nucléaire iranien: Washington juge qu'un accord est «proche»

  • Les Etats-Unis ont jugé mercredi qu'un compromis était proche pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien
  • Le but des pourparlers est de faire revenir les deux parties à leurs engagements respectifs

VIENNE: Les Etats-Unis ont jugé mercredi qu'un compromis était "proche" pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien, après plusieurs signaux positifs dont la levée d'un des derniers obstacles et la libération de deux Irano-Britanniques, même si la prudence reste de mise dans un contexte géopolitique tendu.

"Nous sommes proches d'un possible accord, mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré mercredi le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price, appelant à "résoudre urgemment" les dernières divergences. 

"Nous pensons que les questions en suspens peuvent être surmontées", a-t-il assuré.

"C'est bien parti", confirme un diplomate occidental, tandis qu'une autre source espère une conclusion "cette semaine" dans un dossier où les échéances ont rarement été respectées.

Début mars, on évoquait déjà l'imminence d'un accord. Mais vendredi, les pourparlers de Vienne, qui visent à sauver le pacte de 2015 destiné à empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, étaient abruptement suspendus et le négociateur iranien Ali Baghéri repartait bredouille.

En cause, les garanties réclamées par la Russie pour que les sanctions la visant en raison de la guerre en Ukraine ne concernent pas sa coopération avec Téhéran.

«Deux sujets» à régler

Initialement, la requête ne portait que sur le domaine nucléaire et paraissait "raisonnable" mais elle avait ensuite été élargie, se heurtant au refus des Américains, avait expliqué une source proche de l'Union européenne, coordinatrice des discussions.

Finalement, une visite à Moscou du chef de la diplomatie iranienne a débloqué les choses, la Russie disant avoir reçu les garanties nécessaires.

"Il est maintenant clair que la manoeuvre tactique de la Russie, qui a tenté de se servir de l'accord pour faire une brèche dans le régime de sanctions occidentales liées à l'Ukraine, n'a pas fonctionné", commente pour l'AFP Ali Vaez, de l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group.

Selon l'UE, l'essentiel du texte sur le nucléaire est prêt et "on en est au stade des notes de bas de page".

Téhéran assure de son côté qu'il ne reste plus que "deux sujets" à régler avec les Etats-Unis, qui avaient quitté en 2018 l'accord et rétabli les sanctions anti-Iran, sous la présidence de Donald Trump. En réaction, la République islamique s'est progressivement affranchie des limites imposées à son programme nucléaire.

Le but des pourparlers, entre l'Iran d'un côté, de l'autre la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et indirectement les Etats-Unis, est donc de faire revenir les deux parties à leurs engagements respectifs.

Mais Téhéran craint que Washington ne renie une nouvelle fois sa parole une fois le président Joe Biden parti. 

«Crise majeure»

Son ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a de nouveau insisté mercredi sur cette question d'une "garantie économique" qui protégerait le pays de sanctions internationales si l'histoire devait se répéter. 

L'autre point de contentieux porte sur les Gardiens de la Révolution, armée idéologique dont l'Iran demande le retrait de la liste noire, d'après une source proche du dossier.

Les négociateurs ne peuvent se permettre "d'échouer maintenant", veut croire M. Vaez. "Trop de temps, d'énergie et de capital politique ont été investis, et les alternatives sont bien moins séduisantes", dit-il.

Autre lueur d'espoir, deux Irano-Britanniques condamnés en Iran à de la prison pour des accusations qu'ils ont toujours niées ont été libérés mercredi.

"C'est un autre élément suggérant que les discussions", qui ont démarré en avril 2021 dans la capitale autrichienne, "touchent au but", estime dans une note Henry Rome, chez Eurasia Group.

Alors que l'Iran retient une dizaine de détenteurs de passeports occidentaux, le sort des quatre "otages" américains est aussi dans la balance. L'émissaire américain Robert Malley a promis qu'ils ne seraient pas oubliés et Ned Price a exhorté Téhéran à des "progrès urgents" vers leur libération.

"Un nouveau coup de théâtre" n'est pas exclu, préviennent toutefois experts et diplomates.

"Chaque heure qui passe accroît le risque que le conflit en Ukraine ne vienne compliquer les discussions" tant il bouleverse l'ordre géopolitique, souligne Daryl Kimball, de l'Arms Control Association, interrogé par l'AFP.

Or, au vu du développement du programme nucléaire iranien, qui enrichit désormais l'uranium à un taux de 60%, proche des 90% nécessaires à la confection d'une bombe, "une restauration rapide du pacte de 2015 est essentielle pour éviter une autre crise majeure", ajoute-t-il.

Mercredi, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), gendarme onusien du nucléaire, a émis un rapport donnant de nouveaux détails sur ces avancées techniques, qui se sont poursuivies au moment même où s'intensifiaient les pourparlers à Vienne.


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com