Francophonie: la secrétaire générale de l’OIF réaffirme ses priorités devant les 192 pays

Le français est «une langue qui a toute sa place dans nos pays et dans le monde, une langue décomplexée et inscrite dans la modernité, et qui participe à la diversité culturelle et linguistique du monde», si bien mise en valeur à Dubai Expo. (Photo, AFP)
Le français est «une langue qui a toute sa place dans nos pays et dans le monde, une langue décomplexée et inscrite dans la modernité, et qui participe à la diversité culturelle et linguistique du monde», si bien mise en valeur à Dubai Expo. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 21 mars 2022

Francophonie: la secrétaire générale de l’OIF réaffirme ses priorités devant les 192 pays

  • La journée internationale de la francophonie, le 20 mars, avait pour thème «La francophonie de l’avenir», notamment dans les domaines de l’entreprenariat, du numérique et du développement durable
  • Dans sa stratégie, l'OIF souhaite associer la jeunesse à la création d’une francophonie économique

DUBAÏ: Pour célébrer le 52eme anniversaire de sa constitution, la Francophonie a choisi l’exposition universelle de Dubai cette année, une plateforme internationale qui réuni depuis six mois les 192 états autour des sujets de l’avenir de notre planète et de l’humanité. Des sujets qui sont au centre des préoccupations de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) qui, pour la première fois, participe officiellement à une exposition universelle. 

1
Le français, une langue qui permet de connecter les esprits, la devise même de cette exposition universelle. (Photo, Eva Levesque)

Pour l’occasion, la secrétaire générale de l’OIF, Louise Mushikiwabo, accompagnée d’une délégation d’hommes et de femmes d’affaires du monde francophone, s’est rendue aux Émirats arabes unis (EAU) pour deux jours de visite. «C’est la Terre entière qui s’est donné le rendez-vous à l’Expo, pour participer à la création d’un nouveau monde», a déclaré Madame Mushikiwabo lors de la cérémonie officielle sous le dôme Al-Wasl, tenue en présence de représentants officiels des EAU et de certains États membres. 

Le futur de la francophonie et la jeunesse francophone étaient les thématiques centrales des festivités puisque la journée internationale de la francophonie, le 20 mars, avait pour thème «La francophonie de l’avenir», notamment dans les domaines de l’entreprenariat, du numérique et du développement durable. 

Le français est désormais parlé par 321 millions de personnes, réparties sur les cinq continents, d’après la dernière édition du rapport de l'observatoire de la langue française lancé le 17 mars dernier à Paris. Toujours en 5e position des langues parlées et en 2e position des langues enseignées, le français est en pleine expansion, notamment pour des raisons démographiques. Le nombre de francophones pourrait même tripler en trente ans. Ainsi, l’avenir de la francophonie est entre les mains de la jeunesse, «de ses millions de jeunes filles et garçons, hommes et femmes, qui représentent plus de 70% de la population de certains de nos pays et auxquels je veux dédier cette belle journée d’anniversaire», a souligné la secrétaire générale de l’OIF. «Cette jeunesse francophone est notre force, une force que notre organisation doit rendre plus agissante. Je m’y suis engagée depuis ma prise des fonctions en 2019», a-t-elle déclaré devant la tribune internationale de l’exposition. 

«Nous savons que leurs attentes sont similaires, où qu’ils se trouvent», a précisé l’ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda. 

1
La secrétaire générale de l’OIF, Louise Mushikiwabo, accompagnée d’une délégation d’hommes et de femmes d’affaires du monde francophone, s’est rendue aux Émirats arabes unis (EAU) pour deux jours de visite. (Pohoto, Eva Levesque)

À l’occasion du cinquantenaire de la Francophonie, en 2020, l’OIF avait organisé une grande consultation auprès des jeunes francophones de 15 à 35 ans, intitulée «Francophonie de l’avenir». Environ 10 000 personnes y avaient participé. 

D’après les résultats de cette vaste consultation, les jeunes francophones «aspirent avant tout à accéder à un emploi, ensuite à bénéficier d’une éducation de qualité, et enfin à vivre dans un environnement sain», a constaté Mme Mushikiwabo. «Notre organisation peut et doit les accompagner dans ces domaines qui sont vitaux pour leur avenir, comme celui de la francophonie», a-t-elle ajouté. 

Ainsi, alors que le monde se remet doucement de la pandémie, l’OIF se donne pour objectif de permettre à la jeunesse d’acquérir les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre, innover, et s’insérer dans le marché du travail. «Investir dans leur formation tout en tenant compte de leur mobilité géographique, ce sont là autant de défis majeurs à relever par nos États et nos membres», a précisé la secrétaire générale de l’OIF. 

Plusieurs projets déployés par l’OIF vont dans ce sens a l’instar du programme D-CLIC, destiné a former les jeunes au numérique, un domaine désormais incontournable, un autre «Les Pionnières de l’entrepreneuriat francophone », avec une attention particulière à vous les jeunes femmes, accompagne les entreprises dans leur phase de croissance pour un passage à l’échelle réussi, et d’autre part, à mobiliser les investisseurs en vue de favoriser leur accès au financement. 

1
À l’occasion du cinquantenaire de la Francophonie, en 2020, l’OIF avait organisé une grande consultation auprès des jeunes francophones de 15 à 35 ans, intitulée «Francophonie de l’avenir». (Photo, Eva Levesque)

Associer la jeunesse à la création de la francophonie économique  

Dans sa stratégie, l'OIF souhaite également associer la jeunesse à la création d’une francophonie économique, «particulièrement symbolisée à cette exposition universelle, celle qui met en relation entrepreneurs, investisseurs et promoteurs de l’ensemble des régions francophones, notamment à travers les missions économiques et commerciales».  

L’ensemble des pays francophones représentait 16% de la richesse mondiale et connaissait un taux de croissance de 7% avant la crise de la Covid-19. La question de la valeur économique de la langue française et/ou de la francophonie occupe une place croissante dans les débats et les études. Cependant, bien que la stratégie ait été adoptée par l’OIF en 2014, les actions commencent à se préciser maintenant. 

«Je pars ce soir des Émirats arabes unis vers l’Asie du Sud-Est au Cambodge et au Vietnam à la tête d’une première mission d’hommes et femmes d’affaires de l’espace francophone qui veulent découvrir nos États membres de la région. La deuxième mission économique des hommes et femmes d’affaires francophones aura lieu en juillet prochain en Afrique centrale, au Gabon et au Rwanda.» 

1
Membre de l’OIF depuis 2010, les Émirats abritent la plus grande communauté francophone dans le Golfe. (Photo, Eva Levesque)

Questions environnementales au cœur des débats à la conférence des parties en novembre en Égypte 

En réponse aux préoccupations universelles et environnementales de nos jours, «la francophonie a à cœur de favoriser les innovations dans ce domaine», a affirmé Mme Mushikiwabo. 

Ainsi, L’OIF se rendra en Égypte, un de grands pays de l’espace francophone, pour réfléchir aux questions environnementales de notre temps. «Je vous donne rendez-vous donc en Égypte, en novembre de cette année, lors de la conférence des parties à la convention sur le climat, la CdP27». Et «les Émirats arabes unis, pays de l’innovation, sera attendu sur ce sujet», a-t-elle ajouté. 

Membre de l’OIF depuis 2010, les Émirats abritent la plus grande communauté francophone dans le Golfe. Dans son allocution, Louise Mushikiwabo a tenu donc à féliciter ce pays pour ses efforts à renforcer l’usage de la langue française dans les écoles, à la fois publiques et privées, et dans d’autres institutions liées à la langue française qui font rayonner l’organisation. 

«Je tiens à rappeler combien nous sommes heureux d’avoir les Émirats au sein de la famille francophone, combien sont précieux ces pays qui, sans avoir la tradition francophone, souhaitent renforcer l’usage de la langue française, partager nos valeurs et apporter leur contribution particulière à la coopération solidaire entre les 88 États et gouvernements (membres de l’OIF). Ils ont toute leur place dans notre communauté de destin est un vrai rôle à jouer dans la francophonie de l’avenir», a précisé Mushikiwabo. 

Le français est «une langue qui a toute sa place dans nos pays et dans le monde, une langue décomplexée et inscrite dans la modernité, et qui participe à la diversité culturelle et linguistique du monde», si bien mise en valeur à Dubai Expo. Une langue qui permet de connecter les esprits, la devise même de cette exposition universelle. 


Accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050 pour l'aviation

Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Short Url
  • «Un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050» a été conclu selon un tweet de l'OACI
  • Le transport aérien est aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2

MONTRÉAL : Un accord pour atteindre la neutralité carbone en 2050 dans l'aviation civile mondiale a été conclu vendredi, a annoncé l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.

Les représentants des 193 États réunis pour l'assemblée de l'organisation, dont le siège est à Montréal, sont parvenus à «un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050», a tweeté l'OACI.

«C'est un excellent résultat» a estimé auprès de l'AFP une source diplomatique européenne qui a précisé que «seuls quatre pays, dont la Chine, avaient exprimé des réserves».

Le transport aérien est montré du doigt pour son rôle dans la crise climatique. Aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2, le secteur s'avère difficile à faire passer aux énergies renouvelables, même si l'industrie aéronautique et les énergéticiens y travaillent d'arrache-pied.

Selon les compagnies aériennes, créer une aviation décarbonée représente 1.550 milliards de dollars d'investissements entre 2021 et 2050.


Le FMI va débloquer 310 millions USD pour le Rwanda

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Short Url
  • L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans
  • Ce nouveau fonds fiduciaire pour la «résilience et la durabilité» (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires

WASHINGTON : Le Rwanda va recevoir 310 millions de dollars de la part du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de son nouvel instrument destiné à aider les pays en développement et à faibles revenus à s'adapter aux conséquences du réchauffement climatique, a annoncé vendredi l'institution.

L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans.

Ce nouveau fonds fiduciaire pour la "résilience et la durabilité" (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires pour affronter le changement climatique ou les pandémies.

Il peut s'agir d'un financement jusqu'à 20 ans, avec une période de grâce (période pendant laquelle le pays ne commence pas à rembourser) pouvant atteindre plus de 10 ans.

L'accord doit être encore validé par le conseil d'administration "dans les prochaines semaines", a précisé le communiqué.

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier.

"Le Rwanda dispose d'un bilan solide en termes de réformes économiques et est très avancé dans la mise en place d'une stratégie climat. Ce nouveau PCI, combiné avec les fonds du RST, doit permettre de soutenir les autorités dans leurs efforts de stabilisation macroéconomique (...) et d'adaptation au changement climatique", selon le FMI.

Le pays devrait atteindre une croissance de 6,8% pour 2022, malgré le contexte économique mondial compliqué, mais reste confronté à une inflation élevée, les prix alimentaires ayant progressé de 15,9% en août.

"Le Rwanda reste vulnérable aux chocs extérieurs. Les prix de l'énergie et alimentaires élevés vont continuer à nourrir l'inflation  et affaiblir ses réserves", a cependant souligné Haimanot Teferra, responsable de l'équipe du FMI qui s'est rendue sur place du 26 septembre au 7 octobre.


Les prix mondiaux des produits alimentaires continuent de décliner, selon la FAO

Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie
  • L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août

PARIS: Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur baisse en septembre pour le sixième mois consécutif, tirés par un net repli des huiles végétales qui compense une légère remontée des céréales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a baissé modérément en septembre, d'1,1% par rapport à août.

L'indice FAO des prix des huiles végétales recule de 6,6% sur un mois, "pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021". "Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza ont tous fléchi", souligne l'organisation, grâce à l'existence de stocks abondants d'huile de palme et d'une hausse saisonnière de production en Asie du Sud-Est.

L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août. Les prix internationaux du blé ont rebondi de 2,2%, à cause d'inquiétudes liées à la sécheresse aux Etats-Unis et en Argentine, et d'incertitudes sur la prolongation du corridor maritime permettant de faire sortir les céréales d'Ukraine au-delà du mois de novembre.