Transport aérien: malgré les incertitudes, les low cost sortent le grand jeu pour l'été

Transavia, qui a repris certaines liaisons intérieures françaises à sa consœur Hop!, comptera cet été 61 appareils contre 38 avant crise pour desservir quelque 200 destinations, dont 100 à partir d'Orly, de la Jordanie au Cap-Vert en passant par les populaires îles grecques. (Photo, AFP)
Transavia, qui a repris certaines liaisons intérieures françaises à sa consœur Hop!, comptera cet été 61 appareils contre 38 avant crise pour desservir quelque 200 destinations, dont 100 à partir d'Orly, de la Jordanie au Cap-Vert en passant par les populaires îles grecques. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 mars 2022

Transport aérien: malgré les incertitudes, les low cost sortent le grand jeu pour l'été

Transavia, qui a repris certaines liaisons intérieures françaises à sa consœur Hop!, comptera cet été 61 appareils contre 38 avant crise pour desservir quelque 200 destinations, dont 100 à partir d'Orly, de la Jordanie au Cap-Vert en passant par les populaires îles grecques. (Photo, AFP)
  • Comme leurs concurrentes «historiques», ces compagnies ont gravement souffert de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et n'ont pas retrouvé de rentabilité en 2021
  • Transavia France, l'un des axes de développement du groupe Air France-KLM, va proposer cette année «70% de sièges en plus par rapport à 2019», explique sa directrice générale Nathalie Stubler

PARIS: Pressées de tourner la page de la pandémie de Covid-19, les compagnies aériennes low cost européennes déroulent des programmes ambitieux pour la saison estivale, malgré les incertitudes nées de la guerre en Ukraine et de l'inflation. 

Comme leurs concurrentes « historiques », ces compagnies ont gravement souffert de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et n'ont pas retrouvé de rentabilité en 2021. 

Mais cela pourrait changer dès cette année. Ces compagnies « ont les capacités d'adaptation les plus rapides (...) Ryanair, easyJet, Vueling, Wizzair vont gagner des parts de marché très significatives », prophétise Marc Rochet, patron des compagnies françaises Air Caraïbes et French Bee, cette dernière proposant du bas coût vers les Antilles et les États-Unis. 

« Quand on voit la dynamique du nombre de lignes, le retour de programmes équivalents aux niveaux de 2019, on s'aperçoit que c'est bien ce modèle qui sur le court et moyen-courrier est en train de consolider le marché », renchérit Didier Bréchemier, spécialiste du secteur aérien chez Roland Berger. 

A contrario, les projections montrent « une perte de 20% à 25% de passagers +business+ par rapport à 2019, en particulier sur le long-courrier », ce qui va affaiblir les compagnies traditionnelles, selon lui. 

La recette des low cost est connue: un seul type d'appareil moyen-courrier, une classe, des prix d'appel agressifs, mais beaucoup d'options payantes (flexibilité, placement, nourriture, bagages en soute voire en cabine...) 

Leur capacité de rebond a déjà été prouvée: en 2020 et 2021, « les compagnies low cost se sont rétablies plus vite pendant l'été que les transporteurs traditionnels, et certaines ont retrouvé leurs niveaux de 2019 depuis août » dernier, selon l'organisme de surveillance du trafic Eurocontrol. 

En France, ces compagnies ont représenté en 2021 « un peu moins de 40% du trafic », contre 35% en 2019, selon l'Union des aéroports français.  

Et à l'approche de la haute saison culminant avec les cruciaux juillet-août, elles ne cachent pas leur appétit. 

Pétrole et hausse des tarifs 

Transavia France, l'un des axes de développement du groupe Air France-KLM, va ainsi proposer cette année « 70% de sièges en plus par rapport à 2019 », explique sa directrice générale Nathalie Stubler. La compagnie à bas coût note des ventes qui repartent « très très fort » depuis le début de l'année. 

Transavia, qui a repris certaines liaisons intérieures françaises à sa consœur Hop!, comptera cet été 61 appareils contre 38 avant crise pour desservir quelque 200 destinations, dont 100 à partir d'Orly, de la Jordanie au Cap-Vert en passant par les populaires îles grecques. 

Même moral d'acier chez Volotea, compagnie espagnole qui vise une capacité en augmentation « de près de 40% par rapport à 2019 », et « entre 9 et 9,5 millions de passagers en 2022, soit environ 32% de plus que son record historique de 2019 ». 

Vueling (groupe IAG), qui a récupéré 18 créneaux aéroportuaires à Orly lâchés par Air France en contrepartie d'une aide d'État, va étoffer significativement son programme estival: 50 lignes directes au départ de cet aéroport, contre 11 en 2019. À l'échelle européenne, elle retrouvera ses capacités de 2019. 

Ryanair, première compagnie européenne, prévoit quant à elle de dépasser le nombre de personnes transportées avant la pandémie d'ici à mars 2023, soit un objectif de 165 millions de passagers sur l'exercice 2022-23, et ce malgré la guerre en Ukraine et le bond des prix du pétrole. 

À ce titre, l'emblématique low cost irlandaise semble avoir le mieux joué: elle a acquis 80% de son carburant à l'avance à un cours d'environ 65 dollars le baril - contre plus de 100 actuellement - et ne devrait voir ses comptes plombés que de 50 millions d'euros sur les 12 prochains mois. 

D'autres compagnies, moins protégées, risquent en revanche de devoir augmenter davantage leurs prix. 

Reste à savoir si les ventes seront à la mesure du développement de l'offre. 

Dans un contexte géopolitique incertain, M. Bréchemier estime « très probable que les passagers européens voyagent moins loin à l'étranger et privilégient l'Europe », malgré la hausse prévisible des tarifs: « ils seront prêts à payer un peu plus pour rester proches et utiliser des compagnies court et moyen-courrier, dont les low cost ». 


Ventes de yearlings records à Deauville à plus de 51 millions d'euros

Un dresseur mène un cheval dit Mont, vendu 675 000 euros (Photo, AFP).
Un dresseur mène un cheval dit Mont, vendu 675 000 euros (Photo, AFP).
Short Url
  • Le précédent record pour ces enchères remontait à 2019 avec un chiffre d'affaires qui avait atteint 43 millions d'euros
  • 84% des chevaux ont trouvé preneurs

DEAUVILLE: Les plus prestigieuses enchères de yearlings (pur-sang anglais de 18 mois) en France, les ventes de Deauville, ont enregistré un chiffre d'affaires inédit de plus de 51 millions d'euros, ont annoncé mardi les organisateurs.

Le chiffre d’affaires total a bondi de 18% toujours par rapport à 2019 pour atteindre 51.071.000 euros, précise dans un communiqué l'agence de vente Arqana.

"Face à un tel résultat, nous sommes plus que satisfaits, la saison des ventes de yearlings démarre de la meilleure des façons", se félicitent Éric Hoyeau, président d’Arqana et Freddy Powell, directeur exécutif, cité dans le communiqué.

Le précédent record pour ces enchères remontait à 2019 avec un chiffre d'affaires qui avait atteint 43 millions d'euros. En 2021, le total de la vente s'était établi à 40,2 millions d'euros.

Le prix le plus élevé de cette édition a été atteint dimanche pour la vente du frère de Sottsass (lauréat du Prix de l'Arc de Triomphe), adjugé 2,1 millions d'euros au maître entraîneur japonais Yoshito Yahagi. Ce poulain, présenté par l'Écurie des Monceaux, est le fils de Siyouni et Starlet's Sister.

Lundi, le fils de Dubawi et de la lauréate du Prix Minerve Golden Valentine, présenté également par l'Ecurie des Monceaux, a été acquis pour 2 millions d'euros par Godolphin, l'écurie de l'émir de Dubaï Mohammed ben Rached al-Maktoum.

Godolphin, plus gros acheteur à l'issue des trois jours de ventes, s'est adjugé 6 yearlings achetés pour un volume d’enchères de 5,55 millions d'euros.

Le record à Deauville pour la vente d'un seul cheval a été établi à 2,6 millions d'euros en 2015.

Le prix moyen des yearlings (pur-sang anglais d'un an révolu) vendus cette année a atteint 210.025 euros pour 285 chevaux présentés, indique Arqana. 84% des chevaux ont trouvé preneurs.

L'agence de vente Arqana, deuxième agence de vente de yearlings après Tattersalls en Angleterre, a lancé ces ventes en 2000 et organisait l'événement qui compte parmi les plus prestigieuses enchères de yearlings en France.


La reprise mondiale des voyages d'affaires est plus lente que prévu

Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie (Photo, AFP).
Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie (Photo, AFP).
Short Url
  • «La reprise a rencontré des difficultés repoussant les prévisions d'une reprise complète à 2026 au lieu de 2024»
  • En 2019, les dépenses mondiales liées aux voyages d'affaires s'étaient élevées à 1.400 milliards de dollars

WASHINGTON: La reprise s'annonce plus longue que prévu pour les voyages d'affaires, qui ne devraient retrouver leur niveau pré-pandémique qu'en 2026, et non en 2024, a averti lundi l'association mondiale du tourisme d'affaires (GBTA) dans son rapport annuel 2022.

"La reprise a rencontré des difficultés (...) repoussant les prévisions d'une reprise complète à 2026 au lieu de 2024 comme prévu précédemment", indique cette association basée aux États-Unis dans un communiqué.

La GBTA souligne ainsi qu'"alors que de nombreuses conditions de reprise liées à la Covid se sont améliorées, de nombreuses conditions macroéconomiques se sont détériorées rapidement au début de 2022".

En 2019, les dépenses mondiales liées aux voyages d'affaires s'étaient élevées à 1.400 milliards de dollars.

Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie, à 661 milliards de dollars, et étaient peu remontées en 2021, à 697 milliards de dollars.

Elles devraient atteindre 933 milliards en 2022 (+33,8%), avec cependant de fortes différences selon les régions, détaille la GBTA.

L'Amérique du Nord a mené la reprise en 2021, tandis que l'Europe de l'Ouest a été la seule région à avoir enregistré une baisse des dépenses l'année dernière, à cause des conséquences de la Covid. "Les deux régions devraient connaître les reprises les plus fortes", précise l'organisation.

L'Asie-Pacifique avait connu en 2021 une forte reprise, tirée par la Chine, mais "cela s'est inversé en 2022", en raison de la politique "zéro Covid", et alors que "d'autres pays de la région ne se sont ouverts que lentement", tandis que le rythme plus lent des vaccinations en Amérique latine y a ralenti la reprise.


Nama Ventures conduit une série de financement de lancement pour la startup bahreïnie Faceki

Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique (Photo fournie).
Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique (Photo fournie).
Short Url
  • Cette série a également été témoin de la participation de la société de capital-risque Vision Ventures, ainsi que d'autres investisseurs providentiels
  • Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique alimentées par l'apprentissage automatique

RIYAD: La société de capital-risque basée en Arabie saoudite, Nama Ventures, a conduit une série de financements de lancement pour un montant non divulgué pour la plate-forme de protection contre la fraude et de vérification d'identité basée à Bahreïn, ayant été primée, Faceki.

«Nous prévoyons d'accroître notre présence mondiale, de continuer à innover et de fournir des solutions de vérification d'identité conformes, sécurisées et d’utilisation simple», a affirmé Hamza Al-Ghatam, co-fondateur et PDG de Faceki, dans un communiqué.

Cette série a également été témoin de la participation de la société de capital-risque Vision Ventures, ainsi que d'autres investisseurs providentiels.

Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique alimentées par l'apprentissage automatique pour servir sa clientèle dans plus de 175 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com