Condamnation mondiale de l'attaque houthie, «rendue possible» par l'Iran selon Washington

L'attaque a causé l'incendie de la raffinerie de Djeddah vendredi (Photo, AFP).
L'attaque a causé l'incendie de la raffinerie de Djeddah vendredi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 27 mars 2022

Condamnation mondiale de l'attaque houthie, «rendue possible» par l'Iran selon Washington

  • Plusieurs voix appellent à l'action face aux attaques des Houthis visant des civils
  • Les Etats-Unis se sont engagés à travailler avec l'Arabie saoudite au renforcement des défenses du Royaume

DJEDDAH: Les condamnations ont fusé de toute part après l'attaque d'une raffinerie à Djeddah vendredi par la milice houthie. Les Etats-Unis ont accusé l'Iran d'avoir permis cette agression en fournissant des armes aux assaillants, au mépris de la loi internationale.

« Les attaques des Houthis contre les raffineries de Saudi Aramco à Djeddah ainsi que les attaques contre les installations civiles à Jizan, Najran et Dhahran sont des actes de terrorisme visant à prolonger les souffrances du peuple yéménite «, a déclaré Jake Sullivan, le conseiller américain à la sécurité nationale.

«Les attaques d'aujourd'hui, tout comme celles qui ont visé des usines de traitement d'eau et les infrastructures énergétiques les 19 et 20 mars, ont clairement été rendues possibles par l'Iran, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ayant interdit l'importation d'armes au Yémen» a-t-il martelé dans un communiqué vendredi.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a annoncé l'intention de Washington de travailler avec Riyad pour renforcer ses défenses «tout en cherchant des avancées vers une fin durable au conflit» et de permettre aux Yéménites de «déterminer leur futur de façon collective».

La Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen a annoncé que l'incendie des deux réservoirs de la raffinerie avait été maîtrisé, sans qu'aucune victime ne soit à déplorer.

Samedi matin, la Coalition a intercepté deux drones volant au-dessus du territoire yéménite, en direction de l'Arabie saoudite. Elle a précisé qu'ils avaient été lancé depuis une raffinerie de Hodeidah. Une frappe de représailles a été effectuée sur Sanaa, a-t-elle également annoncé.

Des volutes de fumée noire pouvaient être aperçues vendredi à Djeddah après l'attaque des Houthis. La milice, qui a pris possession de la capitale Sanaa en 2014 et continue d'occuper une grande partie du pays, a effectué plusieurs attaques visant des infrastructures civiles du Royaume. 

La Coalition, dont Riyad est à la tête, soutient le gouvernement internationalement reconnu du Yémen. Elle a intercepté de nombreuses attaques de missiles et de drones par le passé.

Celle qui a touché Djeddah le 19 mars a provoqué un incendie dans un centre de distribution d'Aramco. Le lendemain, la Coalition a détruit un bateau chargé d'explosifs au large de Hodeidah, faisant échouer in-extremis une attaque sur une route maritime vitale.

L'attaque contre l'installation pétrolière Saudi Aramco a été largement condamnée. (AFP)
L'attaque contre l'installation pétrolière Saudi Aramco a été largement condamnée. (AFP)

Plusieurs incidents similaires ont visé des aéroports du Royaume, causant des blessures parmi des civils.

En février, 12 personnes ont ainsi été blessées dans une attaque de drones visant l'aéroport d'Abha. En octobre dernier, 26 civils ont été blessés à l'aéroport du Roi Abdulaziz à Jazan, touché à deux occasions différentes.

La milice houthie a augmenté la fréquence de ses attaques contre le Royaume ces dernières semaines, alors que l'Iran tente de raviver l'accord sur le nucléaire qui permettrait à Téhéran de recommencer à vendre son pétrole, en pleine crise énergétique causée par le conflit ukrainien.

Le royaume saoudien, premier exportateur de brut au monde, avait déjà averti lundi du risque d'une baisse de sa production de pétrole au lendemain de plusieurs attaques revendiquées par les Houthis.

La fumée de l'attaque était visible depuis la piste. "Je sens le brûlé - est-ce ma voiture?" a déclaré le champion du monde de F1 Max Verstappen sur la radio de son équipe. (Reuters)
La fumée de l'attaque était visible depuis la piste. "Je sens le brûlé - est-ce ma voiture?" a déclaré le champion du monde de F1 Max Verstappen sur la radio de son équipe. (Reuters)

Dans une lettre envoyée au Conseil de sécurité vendredi, l'Arabie saoudite a déclaré se réserver le droit de se défendre face aux agressions de la milice.

La princesse Reema bent Bandar, ambassadrice saoudienne aux Etats-Unis, a réagi dans un tweet. «Les terroristes houthis soutenus par l'Iran continuent de cibler nos infrastructures civiles et énergétiques à l'aide d'armes iraniennes, en toute impunité».  La communauté internationale doit agir face à cette attaque ayant visé des civils innocents et les réserves énergétiques mondiales» a-t-elle rappelé.

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a condamné l'attaque au cours d'une discussion téléphonique avec le prince-héritier Mohammed ben Salmane. Al-Sissi a assuré que l'Egypte est solidaire du Royaume face aux attaques hostiles.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a, lui aussi, dénoncé les attaques sur Twitter: «Je condamne totalement la dernière attaque des Houthis contre des sites critiques en Arabie saoudite, notamment à Djeddah. Ces frappes mettent en danger la vie des civils et doivent cesser «.

Les Emirats Arabes Unis, visés par des attaques similaires par le passé, ont appelé la communauté internationale à réagir et à soutenir les efforts de la Coalition face à la milice.

La France a exprimé sa condamnation «dans les termes les plus forts», appelant à mettre fin à de tels actes, mettant en danger la sécurité de l'Arabie saoudite et la stabilité régionale. Paris a enjoint les Houthis à s'engager de façon constructive dans les pourparlers organisés par l'ONU.

Le ministère saoudien de l'énergie a réitéré qu'il ne pouvait assumer la responsabilité d'une éventuelle pénurie d'approvisionnement en pétrole sur les marchés mondiaux. (AFP)
Le ministère saoudien de l'énergie a réitéré qu'il ne pouvait assumer la responsabilité d'une éventuelle pénurie d'approvisionnement en pétrole sur les marchés mondiaux. (AFP)

Bahreïn a, de son côté, affirmé suivre toutes les mesures que l'Arabie saoudite «estimera nécessaire pour maintenir sa sécurité et sa stabilité face à ces attaques délibérées et systématiques, en infraction avec la loi internationale».

Le Soudan a déclaré que l'attaque houthie représentait une escalade dangereuse du conflit pour la région, et qu'il appuierait aussi toute réaction saoudienne.

Le chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a, lui aussi, alerté sur le danger représenté par cette attaque pour la sécurité régionale et l'approvisionnement énergétique mondial. Il a appelé la communauté internationale à adopter une position plus ferme envers les Houthis.

La Ligue Islamique Mondiale, par l'intermédiaire de son dirigeant Mohammed al-Issa, a signifié son soutien au Royaume dans la protection des civils sur son territoire.

Les prix du pétrole ont fortement augmenté depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février qui a perturbé les approvisionnements mondiaux, la Russie étant frappée par des sanctions occidentales.

L'Iran, principal soutien des Houthis, tente de raviver l'accord nucléaire avorté par Donald Trump en 2021.

Joe Biden a exprimé son souhait de revenir à l'accord, suscitant l'aigreur de ses alliés dans la région, qui y voient une récompense pour l'état iranien, facteur de déstabilisation régionale. Ils s'inquiètent également du possible retrait du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) de la liste des organisations terroristes établie par Washington, une inclusion potentielle à l'accord.

Le CGRI contrôle un empire commercial en Iran et des forces militaires et de renseignement responsables d'attaques terroristes dans le monde.

« La tentative de retirer le CGRI de la liste des organisations terroristes est une injure faite à ses victimes et serait une négation de la réalité documentée et appuyée par des preuves sans équivoque « a ainsi protesté Israël.

Les discussions sur le nucléaire sont pour le moment à l'arrêt, la Russie souhaitant que Téhéran soit exempt des sanctions qui la visent. Pour Washington, il s'agit de deux problèmes distincts.

Un accord ratifié permettrait à l'Iran de vendre librement son pétrole sur les marchés internationaux, en forte demande.

L'Iran disposerait d'entre 65 et 80 millions de barils en stock selon Bloomberg, citant des données récoltées par le fournisseur de solutions de renseignement Kpler.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un incendie se déclare dans une église de Minya quelques jours après l'incendie d'une église au Caire

 Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Short Url
  • Une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas eu besoin d'être hospitalisée
  • Abdel Ghaffar a affirmé que les ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre

LE CAIRE: Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans une église du gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé.

L'incendie de l'église Anba Bishoy survient deux jours après qu'un incendie a ravagé dimanche l'église copte Abou Sefein, dans le quartier d'Imbabah au Caire, tuant 41 personnes.

Le porte-parole du ministère de la Santé et de la Population, Hossam Abdel Ghaffar, a déclaré que bien que l'incendie n'ait fait aucun mort, une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas nécessité d'hospitalisation.

Abdel Ghaffar a précisé que des ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre, en cas de développements ultérieurs. Il a ajouté que les ambulances étaient arrivées sur les lieux de l'incendie à 14h30, soit six minutes après que l’alerte a été donnée.

Le porte-parole a déclaré que le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, suivait l'incident de près, et avait demandé aux hôpitaux de la région d'augmenter leur niveau de préparation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.