Ethiopie: toujours aucun convoi d'aide au Tigré, gouvernement et rebelles s'accusent

Autorités d'Addis Abeba et rebelles du Tigré s'accusent mutuellement de bloquer les convois d'aide humanitaire (Photo, AFP).
Autorités d'Addis Abeba et rebelles du Tigré s'accusent mutuellement de bloquer les convois d'aide humanitaire (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 mars 2022

Ethiopie: toujours aucun convoi d'aide au Tigré, gouvernement et rebelles s'accusent

  • La situation sur le terrain, en Afar ou au Tigré, est difficile à vérifier de façon indépendante
  • Les organisations humanitaires n'ont pas réagi à ces dernières accusations mutuelles

ADDIS ABEBA: Autorités d'Addis Abeba et rebelles du Tigré s'accusent mutuellement de bloquer les convois d'aide humanitaire censés enfin accéder à cette région du nord de l'Ethiopie à la faveur d'une récente "trêve".

Le 24 mars, le gouvernement fédéral du Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé une "trêve humanitaire illimitée" dans les presque 17 mois de conflit avec les rebelles du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), pour permettre "la libre circulation de l'aide humanitaire" vers cette région menacée de famine.

Quelques heures plus tard, les rebelles tigréens avaient indiqué vouloir respecter cette trêve.

Chaque camp a posé ses conditions: le gouvernement a exigé le retrait du TPLF des zones qu'il occupe dans les régions de l'Amhara et de l'Afar, voisines du Tigré ; les rebelles ont réclamé l'arrivée dans "un délai raisonnable" de l'aide humanitaire.

Or depuis, aucun des camions d'aide actuellement positionnés à Semera, capitale de l'Afar, n'a atteint le Tigré, où aucune aide n'est arrivée par la route depuis le 15 décembre.

Dans un communiqué publié mardi, le gouvernement éthiopien assure qu'il "a utilisé tous les moyens disponibles pour secourir ses citoyens dans la région du Tigré, mais n'a pas pu obtenir la coopération de l'autre partie", à savoir le TPLF.

"Les 43 camions d'aide alimentaire que le Programme alimentaire mondial (PAM) a été autorisé (à acheminer) n'a pu être transportée au Tigré en raison de la fermeture de la route (...) par les combattants du TPLF", affirme-t-il.

Mardi matin, comme ces derniers jours, le TPLF a répété qu'"aucune aide humanitaire n'est arrivée au Tigré depuis" l'annonce de la trêve et a dénoncé les "affirmations mensongères" des autorités éthiopiennes, tout en réclamant que la "livraison d'aide humanitaire sans obstacle soit dissociée des questions politiques".

Samedi, les rebelles avaient accusé le gouvernement "de colporter des récits fictifs" quand il affirme que le TPLF "bloque la livraison de l'aide au Tigré".

La situation sur le terrain, en Afar ou au Tigré, est difficile à vérifier de façon indépendante.

Les organisations humanitaires n'ont pas réagi à ces dernières accusations mutuelles.

Le PAM a récemment "salué" l'annonce de la trêve, disant alors "se tenir prêt à livrer l'aide humanitaire à grande échelle aux populations touchées dans le nord de l'Ethiopie".

"Nos équipes, l'approvisionnement humanitaire et les camions sont prêts à livrer dès qu'un accès sûr et sans restriction sera garanti par toutes les parties", avait ajouté l'agence onusienne, sans autre détail.

Le PAM estimait en janvier qu'au Tigré 4,6 millions de personnes, soit 83% des quelque six millions d'habitants de la région, sont en situation "d'insécurité alimentaire", tandis que deux millions souffrent d'une "pénurie extrême de nourriture".

Depuis mi-février, les opérations humanitaires au Tigré - où plus de 400 000 personnes ont été déplacées par le conflit - sont quasiment interrompues par les pénuries de carburant, de vivres et de liquidités sur place, selon l'ONU.


Cuba plongé dans le noir après le passage de l'ouragan Ian

Des gens marchent dans une rue inondée à Batabano, Cuba, le 27 septembre 2022, lors du passage de l'ouragan Ian. (AFP)
Des gens marchent dans une rue inondée à Batabano, Cuba, le 27 septembre 2022, lors du passage de l'ouragan Ian. (AFP)
Short Url
  • Le pays se trouve «sans service électrique», a tweeté la compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica, expliquant cette panne nationale par le passage de l'ouragan de catégorie 3 qui a ravagé l'ouest de l'île
  • Il faut se préparer à des «vagues potentiellement mortelles, des vents catastrophiques et des inondations» dans la péninsule de Floride, a aussi averti le NHC

CONSOLACION DEL SUR: Cuba était plongé dans le noir mardi soir en raison d'une coupure de courant généralisée due aux dégâts sur son réseau électrique occasionnés par l'ouragan Ian, qui n'a pas fait de victimes, et menace désormais la Floride.

Le pays se trouve "sans service électrique", a tweeté compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica, expliquant cette panne nationale par le passage de l'ouragan de catégorie 3 qui a ravagé l'ouest de l'île.

"Il n'y a actuellement aucun service d'électricité nulle part dans le pays", a abondé Lázaro Guerra, directeur technique d'Union Eléctrica, sur la télévision cubaine.

Seules les quelques personnes disposant d'un générateur à essence à domicile ou au bureau avaient accès au courant, dans ce pays de 11,2 millions d'habitants.

Alors que les effets de l'ouragan se faisaient encore sentir sur la côte, dans la nuit, les habitants marchaient dans les rues en se guidant avec leur téléphone portable, et certaines maisons étaient éclairées par des bougies ou des lampes de poche.

"L'#HuracanIan s'éloigne du territoire national, mais ses effets destructeurs persistent", a tweeté la Défense civile cubaine, dans un appel à la prudence, après le passage de l'ouragan. Son centre a quitté le territoire cubain à 09H50 (13H50 GMT) aux environs de Puerto Esperanza, selon l'Institut de météorologie de Cuba (Insmet).

«Vagues potentiellement mortelles»

Le "centre de Ian devrait se déplacer sur le sud-est du golfe du Mexique dans quelques heures, passer à l'ouest de l'archipel des Keys" au sud de la Floride, "puis s'approcher de la côte ouest de la Floride (...) mercredi et mercredi soir", a précisé le Centre national des ouragans (NHC) américain. Il avait auparavant prévenu que le phénomène était considéré comme un "ouragan intense extrêmement dangereux".

Il faut se préparer à des "vagues potentiellement mortelles, des vents catastrophiques et des inondations" dans la péninsule de Floride, a aussi averti le NHC.

A Cuba, aucune victime n'est pour l'heure à déplorer, selon les autorités, mais les vents violents et les pluies intenses persistaient dans l'ouest de l'île où l'ouragan a semé la désolation dans plusieurs localités, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sur la route de San Juan y Martinez, à 190 km de La Havane, la province de Pinar del Rio, où se trouvent la plupart des plantations de tabac du pays, a été durement touchée. Les cultures ont été inondées, des arbres déracinés et des fils électriques jonchaient le sol.

"Je ne sais pas ce que nous allons faire cette saison", se lamente Yuslan Rodriguez, un cultivateur de tabac de 37 ans, dont la plantation, tout comme d'autres, a été détruite.

Des rafales de vent ont atteint 208 km/h à San Juan y Martinez.

Le président Miguel Diaz-Canel a visité mardi la zone la plus touchée à Pinar del Rio. "Les dégâts sont importants", a-t-il déclaré sur Twitter, assurant que de l'aide avait été envoyée.

Quelque 40.000 personnes ont été évacuées dans la province de Pinar del Rio et "les dégâts sont considérables", a indiqué la responsable du Parti communiste local, Yamilé Ramos.

Dans la capitale, où vivent 2,1 millions de personnes, deux maisons se sont partiellement effondrées, selon Alexis Acosta, l'intendant du quartier de la vieille Havane.

Préparatifs en Floride 

L'état d'urgence a été décrété dans toute la Floride et les autorités multipliaient les préparatifs. Certaines des modélisations effectuées prévoient maintenant un atterrissage au sud de la baie de Tampa (...) Dans certaines zones, il y aura des inondations catastrophiques et des vagues de tempête mortelles", a prévenu le gouverneur Ron DeSantis.

Il a demandé aux habitants de faire des provisions et se préparer à des coupures de courant, tout en mobilisant 7 000 membres de la Garde nationale.

Le président américain Joe Biden, qui a approuvé une aide d'urgence fédérale pour 24 des 67 comtés de Floride, a déclaré que Ian "pourrait être un ouragan très violent, dont l'impact serait dévastateur et mettrait des vies en danger".

Des moyens aériens tels que des hélicoptères sont notamment prêts à intervenir, a précisé le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a précisé que M. Biden s'était entretenu mardi soir avec M. DeSantis - potentiel rival aux élections de 2024 - pour parler préparatifs.

A Tampa, des employés de la mairie remplissaient mardi des sacs de sable qu'ils distribuaient gratuitement à travers la ville. Les autorités ont ordonné des évacuations dans les zones les plus vulnérables, situés à proximité de l'océan.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, a renoncé au décollage prévu mardi de sa nouvelle méga-fusée pour la Lune, depuis le centre spatial Kennedy situé dans cet Etat du sud des Etats-Unis.

Ian succède à l'ouragan Fiona, qui a ravagé samedi la côte atlantique du Canada, faisant trois morts, après les Caraïbes la semaine dernière où sept personnes avaient péri.


A Chypre, mettre la politique de côté le temps d'un plein d'essence

Des Chypriotes grecs n'hésitent plus à aller en «zone occupée» pour faire le plein d'essence, profitant d'une livre turque au plus bas. (AFP)
Des Chypriotes grecs n'hésitent plus à aller en «zone occupée» pour faire le plein d'essence, profitant d'une livre turque au plus bas. (AFP)
Short Url
  • La chute vertigineuse de la livre turque et une baisse des taxes sur le carburant dans le Nord ont rendu le prix de l'essence très attractif
  • Alors que dans le Sud les Chypriotes grecs règlent en euros et subissent une inflation jamais vue depuis 1981

NICOSIE: Dans la capitale divisée de Chypre, une file de voitures patiente au point de contrôle pour passer côté nord. Des Chypriotes grecs n'hésitent plus à aller en "zone occupée" pour faire le plein d'essence, profitant d'une livre turque au plus bas.

L'armée turque a envahi en 1974 le tiers nord de l'île méditerranéenne en réaction à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l'île à la Grèce. Et une République turque de Chypre-Nord (RTCN), où vivent les Chypriotes turcs, y a été autoproclamée en 1983, seulement reconnue par Ankara.

Si ceux qui vont consommer dans le Nord sont en général considérés comme des "traitres" côté sud, nombre de Chypriotes grecs ont quand même franchi le pas.

La chute vertigineuse de la livre turque et une baisse des taxes sur le carburant dans le Nord ont rendu le prix de l'essence très attractif, alors que dans le Sud les Chypriotes grecs règlent en euros et subissent une inflation jamais vue depuis 1981.

«Faire des économies»

Selon des chiffres de la police chypriote-grecque, le nombre de véhicules ayant emprunté les points de passage routiers dans le sens Sud/Nord a triplé en un an, passant de 197.230 entre janvier et août 2021 à 601.749 pour la même période en 2022.

"J'y fais le plein chaque semaine car avec quatre enfants et un salaire relativement bas, je n'arrive pas à joindre les deux bouts", explique une femme de 45 ans dans sa voiture au point de contrôle de Nicosie. Elle préfère garder l'anonymat comme la plupart des automobilistes interrogés.

Aller dans le Nord permet en effet de profiter d'un prix du litre d'essence environ 25% plus bas que dans le Sud.

Habituellement, en dehors des heures de pointe, le passage d'un côté à l'autre est l'affaire d'une dizaine de minutes. Le temps de montrer son passeport à la police chypriote grecque avant d'être enregistré quelques dizaines de mètres plus loin par la police chypriote turque.

Depuis quelques mois, il n'est pas rare de devoir patienter une demi-heure pour passer en "zone occupée", ainsi appelée par le gouvernement chypriote grec.

"Mon salaire est de seulement 700 euros. En faisant le plein plusieurs fois par mois dans le Nord, je peux faire 200 euros d'économies", explique Fanourios Michail, un charpentier de 60 ans.

"Les Chypriotes grecs représentent la moitié de ma clientèle et de mon chiffre d'affaires", explique le Chypriote-turc Mehmet Tel, le gérant de la station-essence K-Pet située à 500 m du point de passage.

Cette ruée vers l'essence dans le Nord a déclenché l'ire de l'Association des propriétaires de stations-service dans le Sud.

Selon son porte-parole Christodoulos Christodolou, ce phénomène représenterait un manque à gagner annuel de 7 millions d'euros pour les propriétaires de stations-service et 80 millions d'euros de recettes fiscales sur les carburants pour la République de Chypre, membre de l'Union européenne.

«Illégal»

"Nous voulons que ce phénomène illégal cesse et que le règlement +Ligne Verte+ soit appliqué", explique à l'AFP M. Christodoulou, en référence à la zone démilitarisée contrôlée par l'ONU qui coupe l'île en deux.

Ce règlement européen définit les conditions de circulation des personnes et des biens entre les deux zones.

Or il stipule, rappelle M. Christodoulou, que le mouvement de carburant des "territoires occupés" vers les zones contrôlées par le gouvernement est interdit.

L'Association accuse surtout les autorités de fermer les yeux sur ce phénomène.

Des allégations réfutées par le porte-parole du gouvernement chypriote Marios Pelekanos. Des contrôles sont effectués pour "réduire les mouvements illégaux de carburant tout en protégeant les recettes fiscales et en réduisant l'impact sur les fournisseurs de carburant légitimes", assure-t-il à l'AFP.

Sceptique, M. Christodoulou a indiqué mercredi lors d'une conférence de presse que son association avait dénoncé auprès de l'UE l'attitude du gouvernement. Après avoir "épuisé toutes les possibilités de contacts avec les autorités compétentes", elle réclame "une indemnisation" de l'Etat pour "tous les dommages subis".

L'association n'exclut pas non plus de contacter Frontex, l'agence de surveillance des frontières de l'UE, pour des contrôles plus stricts sur la Ligne verte, même si celle-ci n'est pas légalement une frontière.


Le fils de l'ancien shah d'Iran salue «une révolution des femmes et pour les femmes»

Reza Pahlavi, le fils du défunt Shah d'Iran, prend la parole lors d'une interview à Washington, DC, le 27 septembre 2022. (AFP)
Reza Pahlavi, le fils du défunt Shah d'Iran, prend la parole lors d'une interview à Washington, DC, le 27 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Pour M. Pahlavi, lui-même père de trois filles, la société iranienne s'est affranchie du temps du «chauvinisme mâle» et les droits des femmes devraient être respectés
  • «Il est important de fournir plus qu'un soutien moral. Ce seraient des mesures qui auraient un impact», dit-il

WASHINGTON: Les manifestations en cours en Iran représentent "une révolution des femmes et pour les femmes", estime dans un entretien à l'AFP le fils du défunt shah d'Iran, appelant également la communauté internationale à faire plus pour accélérer la chute du régime.

"C'est de mon point de vue la première révolution des femmes, pour les femmes, des temps modernes, avec le soutien des maris, des fils, des frères et des pères" en Iran, affirme Reza Pahlavi, dont le père avait été évincé du pouvoir lors de la révolution islamique en 1979.

"On atteint le point comme disent les Espagnols où l'on dit, basta - on en a assez", ajoute Reza Pahlavi, qui vit en exil dans la région de Washington.

Pour la 12e nuit consécutive, les Iraniens ont pris la rue mardi dans plusieurs villes du pays afin de protester contre la mort d'une jeune femme arrêtée par la police des mœurs, malgré la répression qui a fait des dizaines de morts.

"Je pense que la plupart des femmes iraniennes, lorsqu'elles observent les libertés dont disposent les femmes ailleurs dans le monde, exigent les mêmes droits pour elles-mêmes", dit-il encore.

Son grand-père, Reza Shah, avait banni le port du voile en 1936 dans le cadre d'un mouvement d'occidentalisation inspiré de la Turquie voisine.

Le dernier shah d'Iran, Mohammad Reza Pahlavi, avait lui laissé le choix aux femmes de porter ou non le voile, ce à quoi la république islamique a mis fin en arrivant au pouvoir.

Pour M. Pahlavi, lui-même père de trois filles, la société iranienne s'est affranchie du temps du "chauvinisme mâle" et les droits des femmes devraient être respectés.

"Les femmes peuvent décider ou non de porter le voile. Mais cela devrait être leur choix, un choix libre, et non imposé pour des raisons idéologiques ou religieuses", estime-t-il.

Alternative 

Reza Pahlavi, qui est respecté parmi les Iraniens en exil, dit ne pas vouloir réinstaurer la monarchie en Iran, une idée peu soutenue dans le pays.

De concert avec des groupes d'opposition à l'extérieur, il se dit favorable en revanche à une assemblée constituante qui rédigerait une nouvelle constitution.

"Il n'est juste pas possible d'avoir une vraie démocratie sans séparation claire entre l'Eglise et l'Etat", juge-t-il.

La république islamique est au pouvoir depuis plus de quatre décennies, malgré des oppositions internes et l'antipathie de l'Occident, tout particulièrement des Etats-Unis.

Mais selon M. Pahlavi, le régime peut tomber à tout moment et la communauté internationale doit s'y préparer.

"Maintenant nous sommes à un moment clé et c'est là où la communauté internationale doit comprendre pourquoi on ne peut plus s'attarder sur juste le statu quo", affirme M. Pahlavi en français dans cet entretien.

"Il faut envisager qu'il y a une grande possibilité que ce régime n'existera pas longtemps. Et quand je dis longtemps ça peut arriver dans quelques mois ou quelques semaines, et là, il faut déjà penser à l'alternative", ajoute-t-il.

Il plaide en ce sens pour une "implosion contrôlée" et une transition pacifique.

Tout en saluant les condamnations de la répression en Iran de la part de la communauté internationale -- il cite en particulier l'Allemagne et le Canada --, le responsable appelle à augmenter la pression sur Téhéran en expulsant par exemple des diplomates et en gelant des avoirs.

"Il est important de fournir plus qu'un soutien moral. Ce seraient des mesures qui auraient un impact", dit-il.

Dans cet esprit, M. Pahlavi se dit inquiet d'un éventuel retour des Etats-Unis dans l'accord nucléaire de 2015 qui permettrait en échange à l'Iran de vendre son pétrole sur les marchés mondiaux.

Les puissances occidentales tendent à penser qu'on peut "créer des incitations afin que le régime change de comportement" mais, souligne-t-il, l'Iran est enraciné dans l'idéologie. "Avec ce régime, impossible de coexister".