Iran: l'entrée d'un stade de foot de nouveau interdite à des femmes

Une supportrice iranienne lors d'un match de football des qualifications asiatiques pour la Coupe du monde du Qatar 2022 entre l'Iran et l'Irak, au complexe sportif Azadi de Téhéran, le 27 janvier 2022 (Photo, AFP).
Une supportrice iranienne lors d'un match de football des qualifications asiatiques pour la Coupe du monde du Qatar 2022 entre l'Iran et l'Irak, au complexe sportif Azadi de Téhéran, le 27 janvier 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 10 juillet 2023

Iran: l'entrée d'un stade de foot de nouveau interdite à des femmes

  • Les iraniennes ont été autorisées à assister en janvier à un match de football de l'équipe nationale pour la première fois en trois ans
  • Pour ce match, 12.500 billets avaient été vendus, dont 2.000 pour des femmes

TEHERAN: L'Iran a de nouveau refusé à des femmes l'entrée d'un stade de football pour assister au match entre les équipes nationales de leur pays et du Liban, ont rapporté des médias iraniens mercredi.

Le match, remporté par la sélection iranienne 2-0, s'est déroulé mardi soir au stade Imam Reza de la ville de Mashhad, dans le nord-est du pays.

"Environ 2.000 femmes iraniennes, qui avaient acheté des billets pour le match Iran-Liban, étaient présentes dans le périmètre du stade Imam Reza, mais n'ont pas pu entrer dans le stade", a indiqué l'agence de presse ISNA.

"Pour ce match, 12.500 billets avaient été vendus, dont 2.000 pour des femmes", a ajouté l'agence de presse.

"Je m'excuse que beaucoup de gens n'aient pas pu entrer dans le stade et regarder le match de football entre les équipes nationales d'Iran et du Liban", a déclaré Mohsen Davari, gouverneur de Mashhad, à la télévision publique iranienne IRIB.

"Malheureusement, il n'a pas été possible à un grand nombre de personnes à l'extérieur d'entrer dans le stade", a-t-il ajouté.

Quarante ans d'exclusion

Face au tollé qu'a suscité cet incident, le président iranien Ebrahim Raissi a ordonné au ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi de suivre cette affaire.

Le capitaine de la "Team Melli", Alireza Jahanbakhsh, a déclaré mardi, selon l'IRIB: "Je ne pense pas que quelque chose se serait passé si les femmes étaient venues au stade, et cela peut au contraire favoriser notre culture". 

Pour sa part, le procureur général iranien Mohammad Jafar Montazeri a jugé mercredi à la radio que "si les conditions permettaient la vente de billet aux femmes, il fallait leur trouver un endroit adéquat".

Les femmes iraniennes ont été autorisées à assister en janvier à un match de football de l'équipe nationale pour la première fois en près de trois ans lors des éliminatoires de la Coupe du monde entre l'Iran et l'Irak. 

Depuis 40 ans, la république islamique interdit généralement aux spectatrices d'assister à des matchs de football. 

Les religieux, qui jouent un rôle majeur dans la prise de décision, soutiennent que les femmes doivent être protégées de l'atmosphère masculine et de la vue des hommes en tenue de sport, et dont le corps est donc partiellement visible.

La Fifa veut des explications

La Fifa, qui avait ordonné à l'Iran en septembre 2019 d'autoriser l'accès des femmes aux stades sans restriction, a fait part de son "inquiétude" au sujet de l'incident de Mashhad, et "demande à la Fédération iranienne de football plus d'informations à ce sujet".

La directive de l'instance mondiale en 2019, qui menaçait l'Iran de suspension, était intervenue après la mort d'une supportrice qui s'était immolée par le feu de peur d'être emprisonnée pour avoir tenté d'assister à un match. En 2018, elle avait été arrêtée alors qu'elle tentait d'entrer dans un stade habillée en garçon.

Sa mort avait déclenché un tollé et beaucoup avaient appelé à ce que l'Iran soit interdit de compétition.

"La position de la Fifa concernant la présence des femmes lors des matches de football en Iran est claire: des progrès historiques ont été réalisés - comme l'illustre l'étape importante d'octobre 2019, lorsque des femmes ont été autorisées à entrer dans le stade pour la première fois en 40 ans", a poursuivi l'organisation.

"La Fifa compte les voir se poursuivre, car il ne peut y avoir de retour en arrière", a ajouté l'instance.


Le président philippin affirme que Manille ne se laissera pas «intimider» par la Chine

Le président philippin Ferdinand Marcos Jr. a fait ces commentaires dans un discours prononcé devant les troupes de l'unité du Commandement occidental chargée de superviser la mer de Chine méridionale (Photo, Reuters).
Le président philippin Ferdinand Marcos Jr. a fait ces commentaires dans un discours prononcé devant les troupes de l'unité du Commandement occidental chargée de superviser la mer de Chine méridionale (Photo, Reuters).
Short Url
  • Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale
  • Une vidéo diffusée par l'armée philippine a montré des marins chinois crier et brandir des couteaux ainsi qu'une hache, depuis de petites embarcations

MANILLE: Le président philippin Ferdinand Marcos a affirmé dimanche que son pays ne se laisserait pas "intimider" après un affrontement entre des garde-côtes chinois armés et des membres de la marine philippine.

"Nous ne nous laisserons jamais intimider ni opprimer par qui que ce soit", a déclaré le président Marcos lors d'un discours à l'occasion d'une visite aux forces philippines en mer de Chine méridionale.

Il a toutefois souligné l’importance de régler les différends de manière pacifique. "Dans l’exercice de nos fonctions, nous ne recourrons pas à la force ou à l’intimidation, ni n’infligerons délibérément de blessures ou de dommages à qui que ce soit", a déclaré Ferdinand Marcos.

Un affrontement entre des garde-côtes chinois armés et des membres de la marine philippine s'est produit lundi pendant une mission de ravitaillement pour des soldats philippins stationnés sur un navire militaire échoué sur l'atoll Second Thomas, selon Manille.

Route commerciale 

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, une importante route commerciale, et ignore un arbitrage international qui lui a donné tort en 2016.

Décrivant l’incident comme "dangereux", le président philippin a salué le "choix délibéré des soldats philippins de rester sur la voie de la paix".

"Vous avez démontré au monde que l’esprit philippin est courageux, déterminé et pourtant bienveillant", a déclaré Marcos.

Une vidéo diffusée par l'armée philippine a montré des marins chinois crier et brandir des couteaux ainsi qu'une hache, depuis de petites embarcations, mais aussi frapper à l'aide de bâtons un bateau pneumatique.

Un marin philippin a perdu un pouce lors de l'incident, au cours duquel les garde-côtes chinois ont également confisqué ou détruit du matériel philippin, notamment des armes à feu, selon l'armée philippine.

Interrogé à propos de cette vidéo, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lin Jian, a balayé jeudi les allégations "totalement bidon" de Manille et l'a accusé de vouloir "rejeter de façon calomnieuse" la responsabilité de l'incident sur Pékin.

De son côté, le secrétaire exécutif de la présidence philippine Lucas Bersamin a minimisé vendredi l'importance de l'incident, affirmant qu'il s'agissait "probablement d'un malentendu" et que les garde-côtes chinois n'avaient pas utilisé d'autres armes que des armes blanches.

Il a ajouté que Manille ne considérait pas l'incident comme "une attaque armée" qui déclencherait la mise en œuvre du traité de défense entre les Philippines et les Etats-Unis.

Les incidents en mer entre la Chine et les Philippines se sont multipliés ces derniers mois, alors que Pékin redouble d'efforts pour faire valoir ses prétentions territoriales dans cette zone maritime contestée.

La Chine y fait patrouiller des centaines de navires des garde-côtes et de la marine et y a transformé plusieurs récifs en îles artificielles militarisées.

Les Philippines ont annoncé fin mai avoir ouvert un avant-poste de garde-côtes dans l'extrême Nord du pays pour renforcer la sécurité, après avoir constaté "une montée en puissance militaire" de la Chine, au cours des deux dernières années, près de Taïwan que Pékin entend reprendre, si nécessaire par la force.


Voter ou pas, le dilemme d'Iraniens avant la présidentielle

L'élection intervient alors que l'Iran est confronté à des pressions économiques, à des sanctions internationales et à l'application du port obligatoire du voile pour les femmes. (AP)
L'élection intervient alors que l'Iran est confronté à des pressions économiques, à des sanctions internationales et à l'application du port obligatoire du voile pour les femmes. (AP)
Short Url
  • La participation est l'un des enjeux du scrutin pour lequel six candidats --cinq conservateurs et un réformateur-- ont été qualifiés par le Conseil des gardiens, l'organisme chargé de superviser le scrutin
  • Outre l'économie et le social, les tensions géopolitiques entre l'Iran et l'Occident, et la question sensible du port obligatoire du voile par les femmes font partie des préoccupations des électeurs

TÉHÉRAN, Iran : «Est-ce que ça va changer quelque chose?»: Dans le grand bazar de Téhéran, les Iraniens sont partagés sur le bien-fondé de voter à la présidentielle du 28 juin alors que beaucoup d'entre eux peinent à boucler les fins de mois.

Taghi Dodangeh fait partie de ceux qui ne se posent pas la question. «Voter est mon devoir religieux et civique. Je le ferai jusqu'au dernier jour de ma vie», affirme ce boulanger de 57 ans, interrogé par l'AFP aux abords de l'immense poumon commercial de la capitale.

Fervent défenseur de la République islamique, il se rendra donc dans son bureau de vote pour élire un nouveau président en remplacement d'Ebrahim Raïssi, décédé le 19 mai dans un accident d'hélicoptère.

A contrario, Fariba est déterminée à rester éloignée des urnes. «Je n'ai jamais voté et je ne le ferai pas», annonce sans détour cette femme de 30 ans, qui possède une boutique en ligne. «Car quelque soit le président, ça ne changera rien à nos vies», ajoute-t-elle, sans donner son nom de famille.

La participation est l'un des enjeux du scrutin pour lequel six candidats --cinq conservateurs et un réformateur-- ont été qualifiés par le Conseil des gardiens, l'organisme chargé de superviser le scrutin.

La précédente présidentielle, en 2021, avait été marquée par un taux d'abstention record depuis la révolution islamique de 1979, à 51%, alors qu'aucun candidat réformateur ou modéré n'avait été autorisé à concourir.

Au début de la campagne, le guide suprême et chef de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a exhorté les Iraniens à participer «en grand nombre» au scrutin, qui est une «affaire importante» pour le pays.

Mahdi Zeinali n'est pas encore sûr de se déplacer le 28 juin. «Si l'un des candidats m'apparait comme la bonne personne, je vais voter. Sinon, non», explique ce jeune commerçant de 26 ans, qui espère que les besoins de la jeunesse soient pris en compte par les six candidats, tous des hommes quinquagénaires ou sexagénaires.

- Hijab et sanctions -

«Les jeunes sont les plus affectés par les difficultés économiques» même si «le président Raïssi a fait beaucoup d'efforts» pour améliorer la situation, estime Keshvar, une mère de famille de 53 ans qui porte le tchador.

Venue au bazar faire «quelques emplettes», Jowzi pense aller voter mais cette femme au foyer de 61 ans regrette que les six candidats viennent «du même milieu» et fassent «des promesses qui ne se concrétiseront pas».

Pour elle, «qu'importe que le prochain président porte ou non un turban», alors que cinq des huit présidents depuis 1979 ont été des religieux.

Cette année, seul un membre du clergé, Mostafa Pourmohammadi, est en lice sans avoir le rang d'ayatollah.

Il ne figure pas dans la liste des favoris qui comporte Saïd Jalili, l'ancien négociateur ultraconservateur du dossier nucléaire, Mohammad-Bagher Ghalibaf, le président du Parlement, et le député réformateur Massoud Pezeshkian, selon un sondage de l'institut Ispa publié jeudi.

Outre l'économie et le social, les tensions géopolitiques entre l'Iran et l'Occident, et la question sensible du port obligatoire du voile par les femmes font partie des préoccupations des électeurs.

«A l'approche des élections», les femmes qui ne portent pas le hijab dans les lieux publics sont «moins ciblées» par les forces de l'ordre, mais «une fois le vote terminé, la situation» va de nouveau se tendre, prévoit Fariba.

Pour Jowzi, qui le porte ainsi que ses filles, «le voile est une affaire personnelle» dans laquelle l'Etat «ne devrait pas s'immiscer».

Interrogés sur le sujet, la plupart des candidats ont adopté une attitude prudente, se déclarant opposés à la police des mœurs et au recours à la violence contre les femmes ne portant pas de voile.

Commerçant dans le bazar, Hamid Habibi souhaite surtout que le prochain président se concentre sur la levée des sévères sanctions internationales, essentiellement américaines, qui «frappent très durement les gens». «Nous sommes sous sanctions depuis 45 ans. Pourquoi?», s'interroge-t-il, en appelant à «un rétablissement des liens avec les Etats-Unis et les pays européens».

A ce stade, une telle perspective semble lointaine: Washington et Bruxelles ont récemment renforcé les sanctions et le Canada a ajouté mercredi à sa liste d'entités terroristes les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique.


Ukraine: nouvelle attaque «massive» russe sur des infrastructures énergétiques

Des soldats russes tirent avec un canon antiaérien sur un site non divulgué en Ukraine, le 21 juin 2024. (Service de presse du ministère russe de la défense via AP)
Des soldats russes tirent avec un canon antiaérien sur un site non divulgué en Ukraine, le 21 juin 2024. (Service de presse du ministère russe de la défense via AP)
Short Url
  • Selon le ministère, il s'agit de la huitième attaque «massive» contre des centrales électriques ukrainiennes au cours des trois derniers mois
  • La Russie, en multipliant ses attaques, a détruit la moitié de la capacité énergétique de l'Ukraine, selon Volodymyr Zelensky

KIEV, Ukraine : Les forces armées russes ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi une nouvelle attaque «massive» sur des infrastructures énergétiques dans l'ouest et le sud de l'Ukraine, a indiqué le ministère ukrainien de l'Energie.

«Des installations d'Ukrenergo (opérateur ukrainien) dans les régions de Zaporijjia (sud) et de Lviv (ouest) ont été endommagées», a ajouté le ministère, précisant que deux employés avaient été blessés et hospitalisés à Zaporijjia.

Selon le ministère, il s'agit de la huitième attaque «massive» contre des centrales électriques ukrainiennes au cours des trois derniers mois, ce qui a contraint à imposer de fréquentes coupures d'électricité, le réseau électrique peinant à résister aux frappes ciblées des Russes.

Les autorités ukrainiennes avaient indiqué jeudi que des infrastructures énergétiques, dont une centrale, avaient été endommagées par une importante attaque russe nocturne qui avait fait sept blessés parmi leurs employés.

La Russie, en multipliant ses attaques, a détruit la moitié de la capacité énergétique de l'Ukraine, selon Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien a appelé jeudi à monter des panneaux solaires et des unités de stockage d'énergie «dans chaque école et dans chaque hôpital, dès que possible».

Le directeur général de l'opérateur DTEK, Maxime Timtchenko, avait averti que l'Ukraine risquait d'être «confrontée à une grave crise cet hiver», si ses partenaires occidentaux ne se mobilisaient pas.

Kiev exhorte ces derniers à l'aider à reconstruire son réseau électrique, un projet qui requiert d'importants investissements, et à lui fournir plus d'équipements de défense antiaérienne pour contrer les bombardements russes.

Dans ce contexte, Washington a «pris la décision difficile mais nécessaire» de désormais donner la priorité à l'Ukraine par rapport à d'autres alliés en matière de fourniture de missiles utilisés pour la défense antiaérienne.