Picasso tombe le masque africain à Dakar dans une expo rare

L'exposition fait dialoguer une quinzaine d'oeuvres du maître, objets d'un prêt exceptionnel du musée Picasso à Paris (Photo, AFP).
L'exposition fait dialoguer une quinzaine d'oeuvres du maître, objets d'un prêt exceptionnel du musée Picasso à Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 avril 2022

Picasso tombe le masque africain à Dakar dans une expo rare

  • Dans ses ateliers, Picasso s'est entouré toute sa vie de statuettes, masques, objets africains ou océaniens, dont certains dénués de valeur artistique
  • C'est la révélation de voies nouvelles qui l'intéressait, la forme et le rapport de celle-ci à son créateur

DAKAR: Devant le xylophone prêté par son musée à l'exposition Picasso, le Sénégalais El Hadji Malick Ndiaye parle de fierté: pas la sienne, mais celle que devrait ressentir tout Africain à voir l'oeuvre d'anonymes associée au nom d'un tel artiste.

M. Ndiaye, savant sec et gracieux, est un des commissaires de "Picasso à Dakar 1972-2022" qui vient d'ouvrir jusqu'au 30 juin dans la capitale sénégalaise.

L'exposition fait dialoguer une quinzaine d'oeuvres du maître, objets d'un prêt exceptionnel du musée Picasso à Paris, avec des créations africaines d'auteurs inconnus: des masques surtout, et ce xylophone, provenant du musée Théodore Monod d'art africain, dont El Hadji Malick Ndiaye est le conservateur à Dakar.

L'instrument balante (groupe humain d'Afrique de l'Ouest), avec ses lames de bois nouées de cuir que font résonner une douzaine de calebasses, renvoie un écho frappant à une large photo murale d'un Picasso âgé de 76 ans mais jouant comme un enfant d'un xylophone à La Californie, la villa de Cannes où il vivait.

En sortant du musée des Civilisations noires où a lieu la manifestation, le visiteur devrait emporter "un sentiment de fierté à l'endroit de ce que les artistes du continent ont donné, et de la diversité des styles qui ont engendré de nouvelles formes et ont nourri l'art moderne", voudrait M. Ndiaye.

"Picasso à Dakar" se propose de restituer dans un format resserré la fascination et l'influence que l'art africain, et plus généralement extra-occidental, a exercées sur le peintre-sculpteur-graveur-céramiste espagnol qui a passé presque toute sa vie en France.

L'attrait du fétiche

La découverte choc remonte à la période pré-cubiste, autour de 1907 et des "Demoiselles d'Avignon", en pleine époque coloniale: "Une version de l'histoire veut que (l'artiste André) Derain découvre, effaré, les sculptures africaines et océaniennes au British Museum et (de retour à Paris) entraîne ses amis au musée d'Ethnographie du Trocadéro", rappelle Cécile Debray, présidente du musée Picasso.

L'exposition met en regard une étude de 1907 pour les "Demoiselles d'Avignon" et un masque anthropomorphe siffleur, datant d'avant 1968 et prêté par le musée du Quai Branly, autre partenaire.

Cécile Debray voit dans cette étude le "rapport très décomplexé de Picasso à ses sources. Art roman, art ibérique, masques africains: c'est très picassien, cette manière qu'il a de faire miel de toutes les formes".

Dans ses ateliers, Picasso s'est entouré toute sa vie de statuettes, masques, objets africains ou océaniens, dont certains dénués de valeur artistique. C'est la révélation de voies nouvelles qui l'intéressait, la forme et le rapport de celle-ci à son créateur. L'historiographie récente a aussi mis en lumière l'attraction exercée sur lui par la dimension spirituelle voire magique des objets.

Picasso semblait peu sensible à la provenance ou la datation des oeuvres. "Picasso à Dakar 1972 - 2022" prend prétexte de l'exposition qui lui avait été consacrée il y a cinquante ans à Dakar, sous le président Léopold Sédar Senghor, dont il était proche.

Picasso, qui ne voyageait guère, n'a jamais foulé le sol de l'Afrique subsaharienne, dit Cécile Debray. Mais elle conteste que son intérêt pour l'Afrique aurait été exclusivement formel, et rappelle sa conscience politique et son engagement contre la colonisation.

Selfies avec le géant

L'accueil qui sera fait à l'exposition, soutenue au plus haut niveau au Sénégal et en France, est un des défis à relever par "Picasso à Dakar". Picasso n'est pas au Sénégal le géant qu'il est en Occident. Les organisateurs se sont employés, à travers les écoles par exemple, à toucher une population dont plus de la moitié a moins de 20 ans.

Daouda Sarr, 24 ans, étudiant en licence gestion de projets, avait "entendu parler de Picasso, mais je pensais que c'était seulement un artiste français ou européen".

"J'ai été surpris de voir que Picasso ait fait tout ça autour de la culture africaine sans avoir jamais mis le pied en Afrique", disait-il vendredi, jour d'ouverture, au milieu d'étudiants très enthousiastes du selfie devant un Picasso grandeur nature, immortalisé, très peu vêtu, par Robert Doisneau dans une pose de statuaire.

Aux Demoiselles d'Avignon, Daouda Sarr a préféré le masque siffleur "parce que c'est un masque africain".

Pour sa camarade Awa Dia, 27 ans, en licence de finances, ces liens entre Picasso et l'Afrique sont aussi une découverte. "Il y a nos artistes qui sont là, il y a nos ancêtres, c'est beaucoup de fierté".


Le site d'un souk datant de l'époque du Prophète retrouvé dans la région de La Mecque

Le souk Habasha était situé sur la rive sud du Wadi Qanuna à Ardiyat, une ville côtière de la région de La Mecque (Photo fournie).
Le souk Habasha était situé sur la rive sud du Wadi Qanuna à Ardiyat, une ville côtière de la région de La Mecque (Photo fournie).
Short Url
  • Habasha était un important marché arabe pendant la période préislamique ainsi qu’au début de l’islam
  • Selon les historiens, le marché était mentionné dans la biographie du prophète Mahomet, qui avait pris part au souk pour faire du commerce avant sa mission

DJEDDAH: Une équipe scientifique saoudienne a localisé le site d'un ancien souk dans la région de La Mecque, qui était l'un des marchés arabes les plus importants à l'époque préislamique ainsi qu’au début de l'islam.
Appelé Souk Habasha, le site a été découvert grâce à la coopération entre la Fondation du roi Abdulaziz pour la recherche et les archives, et le ministère de la Culture et sa commission du patrimoine.
Le souk Habasha était un ancien marché arabe saisonnier et l'un des plus grands de la région de Tihamah à l'ouest de la péninsule Arabique. Le souk avait lieu chaque année pendant huit jours à partir du premier jour de Rajab dans le calendrier islamique, et se tenait chaque année, jusqu'à l'année islamique 197 (813 après J.-C.).
Fahd al-Samari, secrétaire général de la fondation et chef du comité scientifique de Souk Habasha, a fait une déclaration dans une vidéo publiée sur le compte Twitter officiel de Darah.
Il a indiqué ce qui suit: «La documentation des informations historiques doit s'inscrire dans le cadre d'une méthodologie spécifique. Par conséquent, le département a pris part à un certain nombre d'expériences dans la documentation, telles que la documentation du marché d'Okaz et certains sites de la biographie du prophète Mahomet dans le Royaume. Le marché de Habasha constituera un atout historique et culturel antique pour le Royaume.»
Abdullah al-Zahrani, membre du comité scientifique du Souk Habasha, a affirmé: «Ce projet de collaboration a été réalisé pour localiser le souk, et c'est un bon exemple de coopération conjointe entre de nombreuses parties, de même que des chercheurs, des historiens, des géographes et des experts en biographie du prophète, qui sera d’un grand apport pour s’assurer de ce site.»
Des études et des projets de recherche ont tenté de retrouver l'emplacement du marché pendant plus de quarante ans, les sites de terrain proposés par le comité ayant finalement été examinés l'année dernière.
Abdullah al-Welaie, un autre membre du comité scientifique de Souk Habasha, a précisé: «Nous avons travaillé à établir le tracé d'itinéraires complets pour les caravanes, notamment la route côtière, la route de Tihama, les sommets des montagnes du Sarawat, ainsi que la route des Éléphants. Quatre pistes ont été tracées sur des cartes précises qui ont vraiment aidé à déterminer l'emplacement du marché et ont ensuite été remises aux historiens.»
Selon les historiens, le marché était mentionné dans la biographie du prophète Mahomet, qui avait pris part au souk pour faire du commerce avant sa mission.
L'équipe a mené des études, vérifié les sources et effectué un relevé archéologique, suivi des discussions avec des sources qualifiées pour déterminer l'emplacement de Souk Habasha.
Les marchés historiques de la région étaient généralement situés dans des zones riches en eau, en précipitations et en pâturages. En conséquence, le souk Habasha était situé sur la rive sud du Wadi Qanuna à Ardiyat, une ville côtière dans la région de La Mecque.
Il est situé au milieu d'une vaste plaine inondable, délimitée par les montagnes Al-Durbat à l'est, les montagnes Al-'Irm à l'ouest s'étendant sur cinq kilomètres, et les montagnes Umm al-Rimth au sud, dans une vaste zone où les sources d'eau et le couvert végétal sont importants.
Le marché passe également par la rue Al-Janad, qui a été l'un des points de repère les plus importants pour déterminer l'emplacement du souk.
Souk Habasha offre aux experts la possibilité d'étudier l'ancienne activité économique, littéraire et culturelle, avec son intégration au marché d'Okaz – qui a été relancé –, devenant un événement culturel de premier plan dans le Royaume et offrant des avantages dans les domaines scientifique, culturel et touristique.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial des clubs: le Real souffre face à Al-Alhy mais visera un 5e titre

Le milieu de terrain espagnol du Real Madrid Dani Ceballos est marqué par le défenseur égyptien d'Ahly Mahmoud Metwalli (Photo, AFP).
Le milieu de terrain espagnol du Real Madrid Dani Ceballos est marqué par le défenseur égyptien d'Ahly Mahmoud Metwalli (Photo, AFP).
Short Url
  • Les Espagnols viseront une cinquième couronne mondiale samedi face aux Saoudiens d'Al-Hilal
  • Le score de 4-1 est flatteur, mais le Real Madrid a souffert pour écarter le club égyptien d'Al-Ahly

RABAT: Le score de 4-1 est flatteur, mais le Real Madrid a souffert pour écarter le club égyptien d'Al-Ahly et se qualifier pour la finale du Mondial des clubs, mercredi à Rabat.

Les Espagnols viseront une cinquième couronne mondiale samedi face aux Saoudiens d'Al-Hilal, surprenants tombeurs des Brésiliens de Flamengo.

Ils pourront peut-être compter sur Karim Benzema et Eder Militao pour ce match. Les deux joueurs récemment blessés et restés à Madrid, vont rejoindre Rabat. "Ils ne se sont pas complètement remis (...) Ils s'entraîneront vendredi et ensuite nous verrons", a déclaré l'entraîneur Carlo Ancelotti après la victoire contre Al-Ahly.

Face aux Egyptiens, les Madrilènes ont marqué juste avant et juste après la pause par Vinicius (42e) et Federico Valverde (47e). Mais ils ont encaissé un penalty d'Ali Maaloul (64e), en ont raté un par Luka Modric, avant de se mettre à l'abri sur le fil grâce à Rodrygo (90+2) et Sergio Arribas (90+8).

Après de multiples occasions en première période, l'équipe de Carlo Ancelotti a finalement trouvé le chemin des filets par Vinicius. Le Brésilien a profité d'une erreur du défenseur Mahmoud Metwaly pour tromper l'expérimenté Mohamed El-Shenawy (34 ans) d'une jolie balle piquée (42e).

Au retour des vestiaires, Federico Valverde a doublé la mise en reprenant une frappe de Rodrygo repoussée par le gardien égyptien (47e). Mais une faute d'Eduardo Camavinga sur Hussein El Shahat a offert un penalty aux Egyptiens, transformé par Ali Maaloul (65e) face à Andriy Lunin, remplaçant de Courtois, forfait pour ce Mondial.

Vingt minutes plus tard, après une faute dans la surface d'Amr El Solia sur Vinicius, l'arbitre uruguayen Andrés Cabrera a cette fois fait appel à l'assistance vidéo. Comme c'est le cas depuis le début de ce Mondial des clubs, l'arbitre est autorisé en cas de recours à la VAR à annoncer et expliquer au public sa décision, via son micro. "Penalty decision, foul by number 17", a lancé l'Uruguayen aux 43.000 spectateurs du stade Moulay-Abdallah, acquis à la cause du Real.

Mais Luka Modric n'a pas assez appuyé sa tentative face à El-Shenawy (87e) et le Real a souffert jusqu'aux buts dans le temps additionnel de Rodrygo, servi par une talonnade de l'entrant Dani Ceballos (90+2), et Sergio Arribas (90+8), entré en fin de rencontre également.

Les Madrilènes tenteront d'effacer samedi en finale leur début d'année 2023 mitigé, avec une défaite en Supercoupe d'Espagne mi-janvier et plusieurs contre-performances en championnat. Deuxième de Liga, le Real a déjà huit longueurs de retard sur le leader, le FC Barcelone.


Cent chefs et baristas saoudiens participent à un événement consacré à l’hôtellerie à Djeddah

Cent jeunes chefs et baristas saoudiens prennent part à un concours d’hôtellerie, de restauration et de services traiteur qui se déroule cette année au Dôme de Djeddah. (Arab News)
Cent jeunes chefs et baristas saoudiens prennent part à un concours d’hôtellerie, de restauration et de services traiteur qui se déroule cette année au Dôme de Djeddah. (Arab News)
Short Url
  • Des entreprises locales et internationales du secteur de l’alimentation, des boissons et de l’hôtellerie issues de 30 pays participent au salon Horeca Djeddah
  • «Cet événement marque une étape importante pour le secteur de l’hôtellerie en plein essor en Arabie saoudite», affirme Saoud al-Rajhi, président de la Saudi Event Management and Marketing Company

DJEDDAH: Plus de 100 jeunes chefs et baristas saoudiens prennent part à un concours d’hôtellerie, de restauration et de services traiteur qui se déroule cette année au Dôme de Djeddah.

Horeca est le plus grand salon annuel consacré à l’hôtellerie dans la région, et a déjà eu lieu au Liban, en Jordanie, au Koweït, à Oman et à Riyad.

Des entreprises locales et internationales du secteur de l’alimentation, des boissons et de l’hôtellerie provenant de 30 pays participent à cet événement de trois jours qui a débuté mardi.

Le président de l’Association des chefs d’Arabie saoudite, le chef Yasser Jad, a expliqué à Arab News que le concours de cette année, organisé par l’Association mondiale des sociétés de chefs et l’association saoudienne, porterait non seulement sur les plats internationaux mais aussi sur la cuisine traditionnelle saoudienne.

«À travers ce concours, nous cherchons à identifier et à promouvoir les plats populaires qui font partie de la culture culinaire du Royaume», a indiqué M. Jad.

Horeca accueille l’événement Hospitality Salon Culinaire, dans lequel plus de 150 chefs s’affrontent dans diverses catégories, ainsi que la «Saudi Barista Competition», à laquelle participent une cinquantaine de personnes désireuses de remporter le prix du meilleur barista.

1
Horeca est le plus grand salon annuel consacré à l’hôtellerie dans la région, et a déjà eu lieu au Liban, en Jordanie, au Koweït, à Oman et à Riyad. (Photo fournie)

Lors de la cérémonie d’ouverture, Saoud al-Rajhi, président de la Saudi Event Management and Marketing Company a déclaré à Arab News: «Après l’énorme succès de Horeca pendant onze années consécutives à Riyad, nous sommes fiers et honorés de présenter Horeca Djeddah pour la première fois. En outre, nous apportons également le Salon du chocolat à Djeddah.»

Il a souligné que Horeca constituait une plate-forme permettant aux principaux acheteurs de nouer des contacts avec des investisseurs, des détaillants, des distributeurs et des actionnaires.

«Cet événement de trois jours marque une étape importante pour le secteur de l’hôtellerie en plein essor en Arabie saoudite et pour l’évolution de la scène des restaurants et des cafés. Nous accueillons environ 6 000 marques et nous attendons environ 30 000 visiteurs», a-t-il précisé.

Mohammed al-Attas, fondateur et associé directeur de Gaiat Hub, une plate-forme d’approvisionnement en fournitures professionnelles, a remercié le gouvernement saoudien d’avoir contribué à remettre le secteur hôtelier sur pied.

«Le marché saoudien est en train de devenir un marché très encourageant pour toutes les entreprises internationales en raison des mégaprojets, de l’excellent environnement commercial pour les investisseurs étranger, et notamment du changement du mode de vie saoudien», a-t-il affirmé.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com