Kim Jong montre un nouveau visage

Le leader nord-coréen Kim Jong Un lors de son allocution (Photo, STR/KCTV/AFP).
Le leader nord-coréen Kim Jong Un lors de son allocution (Photo, STR/KCTV/AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 14 octobre 2020

Kim Jong montre un nouveau visage

  • Kim Jong Un a chaleureusement remercié le peuple et l'armée pour leur loyauté, mais leur a aussi souhaité une bonne santé dans le contexte de la pandémie
  • « Je promets solennellement à nouveau, ici, de me montrer digne de la confiance du peuple, sans faute, même si mon corps devait être déchiré en lambeaux. »

SÉOUL: Sourires, larmes, repentir... Kim Jong Un, qui règne à Pyongyang d'une main de fer depuis près de dix ans, cherche selon plusieurs experts à montrer un visage nouveau, celui d'un dirigeant humain qui se préoccupe aussi de son peuple.

Lors du défilé géant au cours duquel le régime a exhibé samedi à Pyongyang ses plus gros missiles intercontinentaux, la voix du leader nord-coréen a quelque peu tremblé quand il a évoqué ses « larmes de gratitude » à l'égard de sa population.

Il a chaleureusement remercié le peuple et l'armée pour leur loyauté, mais leur a aussi souhaité une bonne santé dans le contexte de la pandémie, soutenant qu'il n'y avait pas un seul cas dans son pays.

Le régime reclus a pris des mesures drastiques pour se protéger, en fermant notamment en janvier ses frontières, une décision qui a probablement aggravé l'impact sur la population des sanctions internationales décidées pour contraindre le Nord à renoncer à ses programmes militaires interdits.

Retransmis en différé, le discours avait fait l'objet d'un savant montage, les réalisateurs choisissant notamment de montrer le public juste après que Kim eut salué les efforts des volontaires mobilisés lors des catastrophes naturelles. Et quand l'image revint sur le leader, on le vit baisser un mouchoir et remettre ses lunettes, comme s'il venait de s'essuyer les yeux.

« Soigneusement calibré »

Kim est même allé jusqu'à présenter ses excuses à ceux qu'il aurait déçus : « Notre peuple a décidé de m'accorder une confiance totale, aussi haute que le ciel, aussi profonde que la mer, mais je n'ai pas été à la hauteur. »

« Je suis vraiment désolé pour ça », a-t-il poursuivi selon le texte repris par l'agence officielle KCNA.

C'était la seconde fois en quelques semaines qu'il se fendait d'excuses. 

Fin septembre, la présidence sud-coréenne avait dit avoir reçu du Nord une lettre dans laquelle Kim Jong Un se disait « profondément désolé » après le meurtre dans ses eaux d'un Sud-Coréen.

Samedi, le dirigeant s'est engagé à faire mieux : « Je promets solennellement à nouveau, ici, de me montrer digne de la confiance du peuple, sans faute, même si mon corps devait être déchiré en lambeaux. »

On pourrait juger cette déclaration cohérente avec les canons d'une dynastie qui, depuis 70 ans, affirme se sacrifier pour son peuple.

Mais la reconnaissance, par Kim Jong Un de sa propre faillibilité contraste totalement avec la propagande nationale de l'époque de son grand-père, Kim Il Sung, le fondateur du régime, et de son père Kim Jong Il.

Kim Jong Un a cherché, depuis son arrivée au pouvoir, à se démarquer du culte de la personnalité. Preuve en est, ses portraits sont très rares.

Pour l'ancienne analyste du gouvernement américain Rachel Lee, ce défilé s'est « éloigné de la norme », d'une part parce qu'il a eu lieu en nocturne, de l'autre parce que Kim Jong Un s'est affranchi des formules orthodoxes convenues.

Son allocution, « consacrée au peuple », a ainsi été « soigneusement calibrée pour paraître sincère et accessible », dit-elle.

« Larmes de crocodile »

« Il n'a pas suivi le plan classique consistant à aborder les questions idéologiques avant d'ouvrir sur les défis à venir », explique-t-elle

« Cela illustre un changement de stratégie en matière de propagande. Il s'agit de faire passer ses messages de façon plus distrayante et compréhensible. »

Les questions sur la sincérité de la manœuvre sont légitimes.

Kim « est un homme politique, ce qui signifie qu'il est un bon acteur », rappelle Andrei Lankov, du Korea Risk Group.

S'il prête au leader nord-coréen une certaine sincérité, il observe que « la survie du régime sera toujours pour lui plus importante que celle de pauvres paysans des provinces reculées. » « La priorité, ce sont les missiles, mais cela ne signifie pas qu'il oublie les paysans », dit-il

Depuis 2011, un formidable coup d'accélérateur a été donné dans les programmes nucléaire et balistique du Nord. D'où les sanctions internationales toujours plus dures.

Mais son isolement international et ses difficultés économiques sont bien plus anciennes.

Ancienne analyste à la CIA, Soo Kim avance que Kim pourrait « utiliser les larmes pour compenser ses échecs vis-à-vis de son peuple ».

Et elle est convaincue que cette stratégie sera payante.

« Il est capable de se poser en leader bienveillant dont les larmes disent la tristesse et la douleur », observe-t-elle. « On s'attend, bien sûr, à ce que la population y croit. »

Au Sud, le quotidien JoongAng Daily s'est empressé dans un éditorial de dénoncer « les larmes de crocodile » de Kim.

La preuve, selon le journal : « Kim Jong Un, tout à coup, est devenu euphorique quand sont apparus dans le défilé les missiles balistiques intercontinentaux. »


Le Texas pleure ses enfants morts, la colère monte aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer. (AFP).
Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer. (AFP).
Short Url
  • La tragédie, qui repose l'éternelle question de la limitation des armes à feu aux Etats-Unis, a assommé de douleur cette petite ville de 16.000 habitants en majorité hispaniques
  • Le tueur avait auparavant annoncé sur Facebook son intention d'attaquer sa grand-mère laquelle, bien que grièvement blessée, a réussi à alerter la police

UVALDE: Accablées de chagrin, des centaines de personnes se sont rassemblées pour pleurer les 19 enfants et les deux enseignantes victimes d'un effroyable massacre dans leur école d'Uvalde, au Texas, commis par un jeune homme de 18 ans à l'aide d'un fusil d'assaut acheté légalement.


La tragédie, qui repose l'éternelle question de la limitation des armes à feu aux Etats-Unis, a assommé de douleur cette petite ville de 16.000 habitants en majorité hispaniques. Un millier de personnes se sont réunies mercredi soir pour une veillée dans une salle de rodéo d'Uvalde.


"J'ai le coeur brisé", sanglotte Ryan Ramirez, qui a perdu sa fille Alithia, 10 ans, lors de la tuerie. A ses côtés, son épouse Jessica pleure doucement, leur autre fille dans les bras.

« Plus jamais heureux »

"Elle était une très bonne artiste" et aspirait à la grandeur, raconte M. Ramirez en feuilletant un portfolio des peintures colorées d'Alithia et des cartes d'anniversaire qu'elle dessinait pour sa mère. "Ma fille aurait voulu que toutes les personnes touchées soient fortes, qu'elles restent unies. C'est ce que nous essayons de faire".


Esmeralda Bravo, pour sa part, tient une photo de Nevaeh, sa petite-fille décédée. "Il n'y a pas d'explication", dit-elle. "C'était une bonne petite fille, très timide et très jolie. (...) Avoir le soutien de la communauté compte beaucoup pour moi, mais je préférerais que ma petite fille soit ici à mes côtés".


"Mon petit amour vole maintenant haut dans le ciel avec les anges au dessus", a écrit sur Facebook Angel Garza, dont la fille Amerie Jo venait juste de fêter son dixième anniversaire. "Je t'aime Amerie Jo", a-t-il ajouté. "Je ne serai plus jamais heureux ou plus jamais comme avant".

Détails troublants

Des détails troublants n'ont cessé d'apparaître depuis la tuerie.


S'adressant aux journalistes, le gouverneur du Texas Greg Abbott a révélé que le meurtrier, Salvador Ramos, qui a été tué par la police, avait tiré sur sa grand-mère de 66 ans en plein visage avant de se rendre à l'école primaire Robb.


Le jeune homme n'avait pas d’antécédent judiciaires chez les mineurs ou de problèmes psychologiques connus des services de santé locaux, avait précisé le gouverneur, le qualifiant pourtant de "dément".


Le tueur avait auparavant annoncé sur Facebook son intention d'attaquer sa grand-mère laquelle, bien que grièvement blessée, a réussi à alerter la police.


Il a ensuite publié un nouveau mesage pour dire qu'il l'avait fait. Puis, au moins 15 minutes avant le massacre, un troisième pour faire savoir que sa prochaine cible était une école. Il s'y est rendu vêtu d'un gilet pare-balles et d'un AR-15, version civile d'un fusil d'assaut militaire conçu pour faire le plus de victimes possible en un temps record.


Les forces de l'ordre ont tenté de l'empêcher d'entrer dans l'école, mais après un échange de coups de feu, il est parvenu à se barricader dans une salle de classe. Outre les 21 morts, la tragédie a fait 17 blessés.


Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer.


Le débat sur la régulation des armes à feu dans le pays tourne pratiquement à vide, étant donné l'absence d'espoir d'une adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.


"Je suis triste et en colère contre notre gouvernement qui n'en fait pas assez pour limiter l'accès aux armes", fustige Rosie Buantel, une habitante d'Uvalde, à la sortie de la messe mercredi. "Nous avons vécu cela trop de fois, et rien n'est fait", assène cette quinquagénaire. 

« Prévisible »

Signe de la tension autour du sujet, la conférence de presse du gouverneur Greg Abbott, un républicain, a été interrompue par son opposant Beto O'Rourke, qui l'a accusé d'avoir sa part de "responsabilité".


"Vous dites que cela n'était pas prévisible, c'était complètement prévisible à partir du moment où vous avez décidé de ne rien faire", a déclaré cette figure du parti démocrate au Texas.


Le président Joe Biden a annoncé mercredi qu'il se rendrait dans cet Etat avec son épouse "dans les prochains jours".


La veille, il avait livré une allocution émue depuis la Maison Blanche, appelant à "transformer la douleur en action".


"Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes?", avait-il lancé, se disant "écœuré et fatigué" face à la litanie des fusillades en milieu scolaire.


Le puissant lobby pro-armes, la NRA, s'est dédouané mercredi de toute responsabilité, dénonçant "l'acte d'un criminel isolé et dérangé".


"Je considère que cette personne était le mal absolu", a déclaré pour sa part M. Abbott, exprimant une position courante chez les républicains américains, à savoir que l'accès illimité aux armes n'est pas en cause dans l'épidémie de violence qui frappe le pays.


Il s'agit d'une des pires tueries de ces dernières années aux Etats-Unis.


Le jeune meurtrier, de nationalité américaine, s'était tout récemment acheté deux fusils d'assaut et 375 cartouches, juste après son 18e anniversaire.


Le fusil AR-15, arme extrêmement létale, est funestement connu pour avoir déjà été utilisé dans d'autres fusillades aux lourds bilans, comme la tuerie en 2018 dans un lycée de Parkland en Floride, qui avait fait 17 morts, dont une majorité d'adolescents.


Un ancien ami du tireur, Santos Valdez, a confié au Washington Post que Salvador Ramos avait été harcelé enfant à cause d'un défaut d'élocution, et qu'il s'était un jour entaillé le visage "juste pour s'amuser".


Pakistan: «Longue marche» d'Imran Khan et ses partisans sur Islamabad

Le Premier ministre pakistanais déchu Imran Khan lève le poing face à ses partisans à Swabi, au Pakistan, le mercredi 25 mai 2022 (Photo, AP).
Le Premier ministre pakistanais déchu Imran Khan lève le poing face à ses partisans à Swabi, au Pakistan, le mercredi 25 mai 2022 (Photo, AP).
Short Url
  • Renversé le 10 avril par une motion de censure, M. Khan s'efforce depuis, avec son parti, de faire pression sur la fragile coalition au pouvoir
  • La police pakistanaise avait dès le début de la matinée verrouillé l'accès à la capitale, placée sous haute surveillance

ISLAMABAD: L'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan est arrivé mercredi à Islamabad à la tête d'un cortège de plusieurs milliers de ses partisans, après des échauffourées avec la police chargée par le gouvernement de les empêcher d'atteindre la capitale.

Renversé le 10 avril par une motion de censure, M. Khan s'efforce depuis, avec son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), de faire pression sur la fragile coalition au pouvoir, en organisant de vastes rassemblements dans tout le pays.

L'ancien joueur vedette de cricket avait appelé à une "longue marche" vers Islamabad à partir de mercredi, assurant que ses partisans ne quitteraient pas les rues tant que le nouveau gouvernement n'aurait pas accepté de convoquer immédiatement des élections législatives. La date limite pour la tenue de ce scrutin est fixée à octobre 2023.

"Aucun obstacle ne peut nous arrêter. Nous renverserons toutes les barrières et atteindrons (...) Islamabad", a déclaré M. Khan depuis le toit d'un camion, après avoir pris la tête du convoi principal qui comprenait plus de 20.000 personnes en fin de journée, selon une estimation de l'AFP.

Peu auparavant, il avait atterri dans son hélicoptère personnel sur une autoroute au milieu de ses partisans en voiture ou à pied agitant des drapeaux aux couleurs rouge et vert du PTI, près de Mardan, à une centaine de kilomètres au nord-ouest d'Islamabad.

Le convoi était parti de la province du Khyber Pakhtunkhwa, dirigée par le PTI.

La police pakistanaise avait dès le début de la matinée verrouillé l'accès à la capitale, placée sous haute surveillance. Elle avait aussi bloqué toutes les routes principales y menant, depuis les grandes villes les plus proches: Peshawar, Lahore, et Multan.

Gaz lacrymogènes

A Lahore et en divers autres endroits, la police a eu recours aux gaz lacrymogènes pour repousser des manifestants qui tentaient d'enlever les barrages routiers afin de se joindre au mouvement.

La plupart des partisans du PTI ont été empêchés de quitter Lahore, où la situation est ensuite redevenue calme, selon un communiqué de la police.

En fin d'après-midi, la police a aussi utilisé des lacrymogènes pour disperser quelques 150 personnes rassemblées dans le centre de la capitale.

Mais cela n'a pas semblé entamer la détermination des militants du PTI. "Nous obéirons à Khan quoi qu'il dise. S'il nous demande de rester une nuit, nous resterons une nuit, s'il nous demande de rester un an, nous y sommes prêts", a déclaré Nasir Khan, un opticien, à Attock, où les manifestants sont parvenus à dégager un pont stratégique bloqué par des conteneurs après des heurts avec la police.

Le gouvernement de coalition du Premier ministre Shehbaz Sharif s'était dit mardi déterminé à empêcher la tenue d'un événement qui ne viserait qu'à "diviser la nation et propager le chaos".

"Personne ne devrait être autorisé à assiéger la capitale et dicter ses conditions", avait justifié le ministre de l'Intérieur, Rana Sanaullah.

Délabrement de l'économie

En début de soirée, la Cour suprême a ordonné la libération des personnes arrêtées les 24 dernières heures, et demandé au gouvernement et à l'opposition de négocier la tenue d'un rassemblement pacifique et sécurisé dans la capitale.

Au total, 1.700 personnes ont été arrêtées depuis que la police a commencé à perquisitionner des maisons de partisans du PTI dans la nuit de lundi à mardi, a précisé mercredi le ministre de l'Intérieur.

La Commission des droits de l'Homme du Pakistan s'est déclarée "très préoccupée par les méthodes autoritaires des forces de l'ordre". 

"La réaction excessive de l’Etat a déclenché, plus qu’elle n’a empêché, la violence dans les rues", a-t-elle affirmé dans un tweet. 

Imran Khan avait été élu en 2018 en dénonçant la corruption des élites symbolisée par la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) de M. Sharif et le Parti du peuple pakistanais (PPP) de la famille Bhutto, deux partis longtemps rivaux qui ont dominé la vie politique nationale pendant des décennies.

Mais le délabrement de l'économie, avec une croissance restée nulle depuis trois ans, une inflation élevée, une roupie faible et une dette qui s'est creusée, ainsi que la détérioration de la situation sécuritaire, ont fait éclater sa coalition.

M. Khan s'est accroché au pouvoir, au risque de polariser un peu plus la société pakistanaise. Engagé depuis plusieurs mois dans une surenchère rhétorique, il n'a pas hésité à prétendre que sa chute était le fruit d'une "conspiration" ourdie par les États-Unis.

Il a finalement dû se résoudre à voir la PML-N et le PPP revenir au pouvoir, cette fois-ci associés dans un gouvernement de coalition.

Il s'est aussi mis à dos la toute puissante armée, accusée d'avoir contribué à le porter au pouvoir en 2018.


À Davos, l'Ukraine réclame plus d'armes lourdes

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba lors d'une session à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) à Davos, le 25 mai 2022 (Photo, AFP).
Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba lors d'une session à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) à Davos, le 25 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «La bataille pour le Donbass ressemble beaucoup aux batailles de la deuxième guerre mondiale», a indiqué Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères
  • Il a expliqué que «certains villages et villes n'existent plus» dans cette région de l'Ukraine, qui essuie ces derniers jours des bombardements intensifs

DAVOS: L'Ukraine a grandement besoin d'unités mobiles capables d'envoyer plusieurs roquettes simultanément, pour avoir des armes égales face à la puissance de feu de la Russie, a insisté mercredi à Davos le ministre ukrainien des Affaires étrangères.

"La bataille pour le Donbass ressemble beaucoup aux batailles de la deuxième guerre mondiale", a indiqué Dmytro Kuleba aux journalistes après une série de discussions à Davos avec des responsables gouvernementaux et des chefs d'entreprises.

Il a expliqué que "certains villages et villes n'existent plus" dans cette région de l'Ukraine, qui essuie ces derniers jours des bombardements intensifs. "Ils ont été réduits en ruines par les tirs d'artillerie russe, par des systèmes russes de lancement de multiples roquettes."

La Russie est mieux équipée que l'Ukraine pour un certain nombre d'armes lourdes. Mais selon M. Kuleba, le plus grand déséquilibre concerne les lanceurs capables d'envoyer plusieurs roquettes simultanément. Kiev en a demandé à Washington, et c'est "vraiment l'arme dont nous avons grandement besoin", a assuré le ministre.

"Les pays qui traînent des pieds sur la fourniture d'armes lourdes à l'Ukraine, ils doivent comprendre que chaque journée qu'ils passent à décider, peser différents arguments, des gens sont tués", a-t-il souligné.