La mode trouve sa place dans le ramadan comme faisant partie de la culture et de la civilisation, selon des stylistes saoudiens

La plupart des collections du ramadan des créateurs saoudiens s'inspirent de motifs traditionnels saoudiens et de la nature. (Photo/Wafa Al-Jaffali's designs)
La plupart des collections du ramadan des créateurs saoudiens s'inspirent de motifs traditionnels saoudiens et de la nature. (Photo/Wafa Al-Jaffali's designs)
Short Url
Publié le Lundi 04 avril 2022

La mode trouve sa place dans le ramadan comme faisant partie de la culture et de la civilisation, selon des stylistes saoudiens

  • Les femmes rangent leurs jeans et leurs chemises et enfilent leurs jalabiya ou dar'aa, les robes du ramadan par excellence
  • «La mode pendant le ramadan joue un rôle majeur en donnant à la saison un caractère distinctif et une identité particulière»

DJEDDAH: Outre les devoirs religieux et spirituels que les musulmans veillent à accomplir pendant le ramadan, le mois de jeûne est également un moment propice aux rassemblements et au maintien des liens de parenté. Cela signifie que c'est aussi une occasion de s'habiller et de se mettre en valeur.

La styliste saoudienne Wafa Al-Jaffali a créé une collection consacrée au ramadan inspirée de l'environnement.

« Mon design pour cette saison du ramadan a combiné des œuvres traditionnelles de l'environnement du sud incrustées de perles, ainsi que les rayons du soleil dans plusieurs de mes pièces, en plus des vagues de la mer », a déclaré Al-Jaffali à Arab News. « Le ramadan est le mois de la miséricorde, de la dévotion et de la proximité des liens de parenté, ce qui nous amène à contribuer d'une manière ou d'une autre à répondre à la demande des citoyennes et des résidentes à travers une collection qui fait appel au caractère décoratif et culturel de notre patrie diverse avec ses 13 régions. »

Le mois du ramadan est le mois du jeûne et l'objectif principal est le détachement d'une vie matérialiste, et cela se reflète dans la simplicité de la jalabiya et ses caractéristiques particulières puisqu'elle est légère, confortable et minimaliste à la fois.

Lian Bahddad, créatrice de mode autodidacte

Les femmes et les filles ont un rapport émotionnel aux vêtements qu'elles portent pour les occasions spéciales, a-t-elle confié.

1
La plupart des collections du ramadan des créateurs saoudiens s'inspirent de motifs traditionnels saoudiens et de la nature. (Photo/Wafa Al-Jaffali's designs)

« Cela se traduit ensuite par la situation économique de chaque femme, ce qui nous met la pression pour accompagner tout le monde et répondre à leurs besoins. »

Sa collection se compose principalement de matières simples qui peuvent être brodées. « À l'époque de nos grands-mères, elles utilisaient du taffetas, du rama, de la soie et d'autres tissus, qui leur permettaient à l'époque de travailler manuellement avec des aiguilles, des fils, des paillettes et des perles de leur environnement, pour dessiner des motifs de palmiers, de soleil et de lune. »

Selon elle, la jalabiya est une pièce de mode emblématique pendant le ramadan, car c'est ainsi que les femmes s'habillaient à l'époque. Elle est aujourd'hui modernisée à travers des motifs contemporains.

« C'est un article de mode historique qui raconte l'histoire de nos mères et de nos grands-mères et qui porte des images du passé tout en l'actualisant avec ce qui est nouveau, qu'il soit cousu à la main ou fabriqué avec une machine à coudre. »

1
La plupart des collections du ramadan des créateurs saoudiens s'inspirent de motifs traditionnels saoudiens et de la nature. (Photo/Wafa Al-Jaffali's designs)

Lian Bahddad, 23 ans, est une diplômée saoudienne en marketing qui a appris elle-même le stylisme. Elle a indiqué que la mode faisait partie intégrante de la culture et de la civilisation.

« La mode durant le ramadan joue un rôle majeur en donnant à la saison un caractère distinctif et une identité particulière qui la distingue du reste des saisons », a-t-elle déclaré à Arab News, « surtout au Moyen-Orient, qui se distingue par ses coupes larges et faciles à porter, sa modestie et ses tissus frais et aérés. »

Bahddad a rappelé que l'industrie de la mode se développe chaque année à l'échelle mondiale et que récemment, des marques internationales ont commencé à créer des collections pour le ramadan destinées au marché arabe.

EN BREF

● Les femmes ont rangé leurs jeans et leurs chemises pour enfiler leur jalabiya ou dar'aa, robes du ramadan par excellence.

● La créatrice de mode saoudienne Wafa Al-Jaffali a déclaré que la jalabiya était une pièce de mode emblématique pendant le ramadan, car c'est ainsi que les femmes s'habillaient à l'époque. Aujourd’hui elle est modernisée à travers des motifs contemporains.

Il doublait de taille chaque année, a-t-elle ajouté, avec des modèles inspirés de la jalabiya, du caftan, du thobe et de la dar'aa. « Cela ne serait pas arrivé sans les orientations des designers locaux chaque année afin d'y ajouter leurs touches créatives et de donner du style à la particularité de la mode du ramadan, ce qui a conduit à une forte demande. »

La jeune créatrice a déclaré que les vêtements sont l'expression de la personnalité et de l'humeur des personnes qui les portent. « Les vêtements et leur style sont un art en soi. On peut dire beaucoup de choses sur notre apparence pour chaque occasion. Il est important de connaître le code vestimentaire en toute occasion. Dans certaines cultures, cela peut témoigner d'un manque de respect pour les gens et pour l'occasion elle-même. »

Elle a déclaré que la jalabiya était à l'origine une robe pour hommes d'Égypte, du Soudan et du Maroc, dont les origines remontent à l'Empire ottoman, mais que de nos jours, il s'agissait d'une tenue minimaliste et ample pour les femmes.

« Le mois du ramadan est le mois du jeûne et l'objectif principal est le détachement d'une vie matérialiste, et cela se reflète dans la simplicité de la jalabiya et ses caractéristiques particulières puisqu'elle est légère, confortable et minimaliste à la fois. Les rassemblements entre la famille et les amis au moment de la rupture du jeûne sont ce qui a conduit les designers à profiter de cette saison pour proposer des styles différents, mais le concept reste le même."

La styliste indépendante saoudienne Darin Basyoni a déclaré que comme le mois du ramadan était un mois de rassemblements, et que son atmosphère spirituelle donne aux personnes l'énergie de sortir, ces dernières ont besoin d'être élégantes et à la mode de manière spéciale pour ces rassemblements.

« Pour avoir bonne allure, il faut s'habiller joliment. Les occasions ont généralement un thème ou un esprit spécial qui donne à cette occasion son identité », a-t-elle déclaré à Arab News.

Sa collection dédiée au ramadan s'inspire des motifs traditionnels saoudiens et de l'environnement.

« Je voulais que ma première collection représente la tradition de mon pays, par conséquent, mes principales inspirations étaient le motif Sado et la nature. »


Cool et glamour, Victoria Beckham intègre la Fashion week à Paris

La mannequin américaine Bella Hadid présente une création pour le défilé Victoria Beckham printemps-été 2023 lors de la Fashion Week de Paris (Photo, AFP).
La mannequin américaine Bella Hadid présente une création pour le défilé Victoria Beckham printemps-été 2023 lors de la Fashion Week de Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ex-Spice Girl n'est pas venue saluer les invités comme le veut l'usage après le défilé
  • Rose, bleu, mauve et lilas: les couleurs printanières s'ajoutent au noir cher à la créatrice

PARIS: Avec un casting 5 étoiles sur le podium, son mari et ses enfants se mêlant aux invités du défilé pour prendre un verre, la styliste britannique Victoria Beckham a débuté vendredi à Paris à la Fashion week, la plus prestigieuse au monde.

La collection respirait la féminité: la mannequin Bella Hadid portait une robe verte avec la taille soulignée, et de hauts gants noirs. Sa soeur Gigi était vêtue d'un tailleur pantalon noir...

L'ex-Spice Girl n'est pas venue saluer les invités comme le veut l'usage après le défilé qui s'est déroulé au Val-de-Grâce, ancienne abbaye et hôpital militaire devenue musée.

Vêtue d'une longue robe noire ajustée et de bottes chaussettes mettant en valeur sa minceur, au bras de son mari David Beckham, elle est sortie dans la cour pour poser.

Une attitude rare pour les défilés parisiens où l'accès en coulisses est réservé aux célébrités et aux "happy few".

"C'est Londres qui vient à Paris et c'est cool", pouvait-on entendre alors que Victoria Beckham posait entourée de son fils Brooklyn et de sa belle-fille Nicola Peltz.

En robe noire décolletée décorée de dentelles et baskets, Harper, la fille de Victoria et David, s'est jointe à eux.

Une femme qui parle aux femmes 

Sur le podium, l'ultra-féminité était de mise: talons aiguille, découpes, transparences, le tout présenté par des mannequins très minces à l'image de la styliste de 48 ans, aux 30 millions d'abonnés sur Instagram et qui promeut sur Tik Tok son régime à base de poissons et légumes vapeur.

Rose, bleu, mauve et lilas: les couleurs printanières s'ajoutent au noir cher à la créatrice.

Lancée en 2008, la marque Victoria Beckham a défilé à New York et à Londres et a fait une pause de deux ans. Certes, l'expérience des Fashion weeks "à connotation plus commerciale" de New York et Londres "compte", mais c'est celle de Paris, la plus en vue, "qui valide les marques qui ont une vraie identité créative", estime Benjamin Simmenauer, professeur à l'Institut français de la mode.

C'est à Paris que défilent depuis des décennies les grandes maisons japonaises, mais aussi les britanniques comme Vivienne Westwood ou Stella McCartney.

La Fashion week parisienne a récemment débauché le prometteur Craig Green, qui est revenu sur les podiums à Paris en juin pour la mode masculine après avoir commencé à défiler à Paris avant la crise sanitaire.

Poids lourds français

Pour Victoria Beckham, défiler à Paris signifie entrer "dans la cour des grands", a expliqué à l'AFP Ralph Toledano, président du conseil d'administration de Victoria Beckham LTD et ancien président de la Fédération de la haute couture et de la mode.

"C'est une femme qui parle aux femmes avec des vêtements qui sont en même temps créatifs et désirables et sont le reflet de Victoria", qui incarne une "femme active", un style "sexy, élégant et subtil, avec une touche British", énumère-t-il.

Appréciée par des spécialistes dès sa création, la maison a connu des soucis financiers, mais la situation est en train de changer depuis l'arrivée des Français Ralph Toledano et Marie Leblanc de Reynies, auparavant responsable des achats du grand magasin parisien Printemps, comme PDG.

En quatre ans, la maison a été réorganisée: les deux lignes de prêt-à-porter ont fusionné, avec un nouveau positionnement en matière de prix, les lignes d'accessoires et des produits de beauté ont été développées ainsi que VB Body, une ligne de brassières et robes moulantes en jersey tricoté.

"Financièrement on vient de loin", affirme Ralph Toledano, mais "on est prêt" pour l'aventure parisienne.


Le portrait du roi Charles pour les futures pièces britanniques dévoilé

Le portrait du roi Charles pour les futures pièces britanniques dévoilé. (Reuters).
Le portrait du roi Charles pour les futures pièces britanniques dévoilé. (Reuters).
Short Url
  • Le portrait officiel qui décorera les futures pièces à l'effigie de Charles III, oeuvre du sculpteur Martin Jennings, a été conçu à partir d'une photo, et approuvé par le roi
  • «C'est l'oeuvre de plus petite taille que j'ai jamais créée», commente-t-il, se disant touché «par le fait qu'elle sera vue et tenue par tant de gens»

LONDRES : Le portrait du roi Charles III pour les futures pièces de monnaie à son effigie a été dévoilé vendredi par l'organisme chargé de battre la monnaie britannique, Royal Mint.

Ce portrait apparaîtra sur deux pièces au sein d'une série spéciale célébrant la vie de la reine Elizabeth II: une de 5 livres sterling et une autre de 50 pence. Elles entreront en circulation "dans les prochains mois", probablement autour du mois de décembre, précise Royal Mint dans un communiqué.

Le portrait officiel qui décorera les futures pièces à l'effigie de Charles III, oeuvre du sculpteur Martin Jennings, a été conçu à partir d'une photo, et approuvé par le roi.

"C'est l'oeuvre de plus petite taille que j'ai jamais créée", commente-t-il, se disant touché "par le fait qu'elle sera vue et tenue par tant de gens".

"Selon la tradition, le portrait du roi regarde vers la gauche, direction opposée de la reine Elizabeth II" sur le portrait qui adorne pour l'instant les pièces en circulation, précise Royal Mint

Les pièces à l'effigie du roi porteront l'inscription en latin: "CHARLES III • D • G • REX • F • D • 5 livres • 2022”, soit "Roi Charles III, par la grâce de dieu, défenseur de la foi" - l'un des titres du souverains.

Le revers de la pièce commémorative de 5 livres portera deux nouveaux portraits de la reine Elizabeth II, conçus par l'artiste John Bergdahl en collaboration avec Royal Mint.

"Toutes les pièces britanniques à l'effigie d'Elizabeth II vont rester légale et en circulation. Il est usuel historiquement d'avoir des pièces à l'image de différents monarques en circulation au même moment", indique Royal Mint, qui "appose les portraits de la famille royale sur des pièces depuis plus de 1 100 ans".

L'organisme précise qu'il y a actuellement 27 milliards de pièces au Royaume-Uni à l'effigie Elizabeth II et qu'elles seront remplacées au fil du temps, lorsqu'elles sont abimées.


Karl Lagerfeld en vedette d'une grande rétrospective au Met de New York

Né dans une famille aisée mais stricte en Allemagne, Lagerfeld démarra sa longue carrière à Paris, où son amitié transformée en rivalité avec Yves Saint-Laurent devint légendaire. (AFP).
Né dans une famille aisée mais stricte en Allemagne, Lagerfeld démarra sa longue carrière à Paris, où son amitié transformée en rivalité avec Yves Saint-Laurent devint légendaire. (AFP).
Short Url
  • En pleine Fashion week, la toute-puissante rédactrice en chef de Vogue aux Etats-Unis, Anna Wintour, figurait parmi les autres personnalités réunies dans l'ancien studio photo de Lagerfeld pour présenter l'exposition
  • Première rétrospective internationale depuis son décès en février 2019, «Karl Lagerfeld, A Line of Beauty» se tiendra du 5 mai au 16 juillet 2023 au Met et retracera sa carrière depuis les années 1950

PARIS : Karl Lagerfeld sera à l'honneur d'une grande rétrospective au Metropolitan Museum of Art de New York en 2023 et de son prochain Met Gala, rendez-vous fantasque des plus grandes stars internationales, ont annoncé les organisateurs vendredi.

En pleine Fashion week, la toute-puissante rédactrice en chef de Vogue aux Etats-Unis, Anna Wintour, figurait vendredi parmi les amis du couturier et autres personnalités réunis dans l'ancien studio photo de Lagerfeld, à Paris, pour présenter l'exposition.

Première rétrospective internationale depuis son décès en février 2019, "Karl Lagerfeld, A Line of Beauty" se tiendra du 5 mai au 16 juillet 2023 au Met et retracera sa carrière depuis les années 1950 jusqu'à sa dernière collection en 2019.

Destiné à financer le département mode du Met (The Costume Institute), le flamboyant "Met Gala", qui coïncide traditionnellement avec la grande exposition annuelle du musée, sera organisé le 1er mai en l'honneur du couturier au catogan et lunettes noires, dont le nom est indissociable de la maison Chanel.

"La majorité des environs 150 créations exposées seront accompagnées des croquis de Lagerfeld", précise ses organisateurs.

"De Fendi à Chanel en passant par ses propres marques, son génie fut de rénover constamment ses objectifs, de toujours absorber de nouvelles informations sans jamais perdre son cap", a déclaré Anna Wintour. "Sa carrière fut pleine de paradoxes. Karl était le roi du commerce, mais aussi un grand intellectuel de la mode, une des personnes les plus cultivées que j'ai jamais connues."

Né dans une famille aisée mais stricte en Allemagne, Lagerfeld démarra sa longue carrière à Paris, où son amitié transformée en rivalité avec Yves Saint-Laurent devint légendaire. Ses créations et défilés spectaculaires pour Chanel, Fendi et sa propre marque, ainsi que sa forte personnalité, ont profondément marqué le monde de la mode.