Elevages intensifs, gaz fluorés: le plan de l'UE pour réduire ses émissions polluantes

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'exprime au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, le 05 avril 2022 (Photo, AFP).
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'exprime au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, le 05 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 06 avril 2022

Elevages intensifs, gaz fluorés: le plan de l'UE pour réduire ses émissions polluantes

  • La Commission européenne veut durcir sa directive sur les «émissions industrielles»
  • La proposition renforce les conditions d'approbation des sites avec des limites polluantes plus strictes

STRASBOURG : Bruxelles a présenté mardi son plan pour réduire drastiquement les émissions polluantes des sites industriels et d'un nombre accru d'élevages intensifs, tout en renforçant les restrictions sur les gaz fluorés nocifs pour la couche d'ozone, présents dans les réfrigérateurs et systèmes d'air conditionné.

Pour atteindre ses objectifs climatiques, la Commission européenne veut durcir sa directive sur les "émissions industrielles", qui couvre actuellement 30.000 usines et 20.000 élevages intensifs géants, responsables au total de 40% des émissions de gaz à effet de serre dans l'UE et de la moitié des émissions d'oxydes de soufre et métaux lourds.

La proposition, qui sera discutée par les Etats et les eurodéputés, renforce les conditions d'approbation des sites avec des limites polluantes plus strictes.

Surtout, la réglementation serait étendue aux grandes exploitations d'élevage de bovins, porcins et volailles comptant plus de 150 "unités gros bétail" (soit 150 vaches adultes, 10.000 poules, 500 porcs ou 300 truies environ). 

Elle concernerait 185.000 exploitations, couvrant 60% des émissions d'ammoniac dues au bétail dans l'UE et 43% des émissions de méthane. Les élevages actuellement couverts n'en représentent respectivement que 18% et 3%.

Si l'ONG Greenpeace salue la perspective de nouvelles obligations pour "l'élevage industriel", elle dénonce une édulcoration du projet initial, qui incluait toutes les exploitations comptant plus de 100 "unités de gros bétail".

L'élevage représente 80% des émissions européennes d'ammoniac, via les épandages d'engrais organiques (fumiers, lisiers) et minéraux (ammonitrates), à l'origine de particules fines favorisant cancers et maladies cardio-vasculaires.

La Commission assure que sa proposition réduirait les émissions de méthane de 265.000 tonnes/an et celles d'ammoniac de 128.000 tonnes/an. Les avantages attendus pour la santé humaine sont évalués à quelque 5,5 milliards d'euros par an.

L'exécutif européen veut également appliquer la législation au secteur minier (mais en excluant le charbon), et aux usines géantes de batteries destinées aux transports. Jusqu'à 1.900 installations industrielles supplémentaires seraient concernées.

Dans le même temps, Bruxelles veut durcir son règlement sur les gaz fluorés, essentiellement des hydrofluorocarbures (HFC) utilisés dans les réfrigérateurs, climatiseurs ou comme agents gonflants pour les mousses.

Les gaz fluorés, au potentiel de réchauffement planétaire plusieurs fois supérieur au CO2, font l'objet d'un accord mondial pour les restreindre.

La Commission prévoit un système drastique de quotas et l'instauration d'un "prix fixe" pour réduire "de 98%" entre 2015 et 2050 l'impact sur le climat des HFC mis sur le marché européen. Elle propose que les gaz fluorés ne soient autorisés qu'en l'absence d'alternatives et impose des obligations aux entreprises (détection des fuites, déchets, étiquetage...).

La révision sur les gaz fluorés "permettra une réduction supplémentaire des émissions de 310 millions de tonnes équivalent CO2", l'équivalent des émissions annuelles de gaz à effet de serre de l'Espagne, souligne Bruxelles.

Par ailleurs, l'exécutif européen veut minimiser la libération dans l'environnement des CFC (chlorofluorocarbures), principaux responsables de la destruction de la couche d'ozone, utilisés dans le passé avant d'être interdits par le protocole de Montréal et remplacés par les HFC.

Bruxelles propose de durcir les normes de récupération ou de destruction des mousses d'isolation et autres matériaux contenant des CFC, pour "éviter l'équivalent de 180 millions de tonnes de CO2", soit les émissions néerlandaises en un an.


Londres annonce des mesures de soutien pour la reconstruction de l'Ukraine

Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev
  • Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres

LONDRES: La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss présentera lundi un vaste plan de soutien pour aider l'Ukraine à long terme et participer à la reconstruction du pays une fois la guerre avec la Russie terminée.

Lors de la conférence sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano, en Suisse, Mme Truss exposera les projets du Royaume-Uni pour soutenir le pays à court terme, à travers l'aide humanitaire, mais aussi à plus long terme pour relancer l'économie ukrainienne en apportant l'expertise financière et économique britannique, a indiqué son ministère dans un communiqué dimanche.

Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, indique le Foreign office.

Le Royaume-Uni compte également travailler avec Kiev et ses alliés pour accueillir la conférence sur la relance de l'Ukraine en 2023 et établira un bureau à Londres pour aider à coordonner ces efforts.

"Le redressement de l'Ukraine après la guerre d'agression de la Russie sera le symbole du pouvoir de la démocratie sur l'autocratie. Cela montrera à Poutine que ses tentatives de détruire l'Ukraine n'ont abouti qu'à une nation plus forte, plus prospère et plus unie", a déclaré la cheffe de la diplomatie britannique, en amont de la conférence.

"Nous avons été en tête en termes de soutien à l'Ukraine pendant la guerre et continuerons à être en tête du soutien au plan de reconstruction et de développement du gouvernement ukrainien", a-t-elle affirmé.

Mercredi, le gouvernement britannique avait annoncé débloquer un milliard de livres (1,16 milliard d'euros) d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine pour répondre à l'invasion russe, comprenant des systèmes de défense anti-aérienne et des drones.

Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres.


Passe d'armes entre Jeff Bezos et la Maison Blanche sur les prix de l'essence

Le fondateur et PDG d'Amazon, Jeff Bezos (Photo, AFP).
Le fondateur et PDG d'Amazon, Jeff Bezos (Photo, AFP).
Short Url
  • La flambée des prix à la pompe, plombe la popularité du président démocrate
  • La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, est venu à la défense de Joe Biden

NEW YORK: Le multimilliardaire et fondateur d'Amazon Jeff Bezos a estimé que le président américain se fourvoyait en appelant les distributeurs d'essence à faire baisser les prix rapidement, poussant dimanche plusieurs responsables de la Maison Blanche à défendre Joe Biden.

"Mon message aux entreprises qui exploitent des stations-service et qui fixent les prix à la pompe est simple: nous sommes en temps de guerre et de péril mondial", a écrit le président américain sur Twitter samedi. "Réduisez le prix que vous facturez à la pompe pour refléter le coût que vous payez pour le produit. Et faites-le maintenant".

Pour M. Bezos, ce raisonnement relève "soit d'une tentative de diversion, soit d'une profonde incompréhension de la dynamique de base du marché".

"L'inflation est un problème bien trop important pour que la Maison Blanche continue à faire des déclarations comme celle-ci", a-t-il réagi samedi sur le réseau social.

La flambée des prix à la pompe, devenue un symbole de la montée générale des prix, plombe la popularité du président démocrate, qui reproche régulièrement aux géants pétroliers de s'enrichir sans faire d'efforts pour résoudre le problème.

Ces derniers rétorquent qu'ils font croître leur production et qu'ils font fonctionner les raffineries américaines à des cadences très élevées mais que les prix sont fixés sur le marché mondial et sont soumis à des dynamiques en dehors de leur contrôle.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, est venu à la défense de Joe Biden dimanche en remarquant sur Twitter que les prix du brut ont baissé "d'environ 15 dollars au cours du mois passé" mais que les prix à la pompe "sont à peine redescendus". "Il ne s'agit pas de la +dynamique de base du marché+. C'est un marché qui laisse tomber le consommateur américain".

Le gallon d'essence aux États-Unis s'est hissé début juin au-dessus du seuil symbolique des 5 dollars le gallon pour la première fois. Il est un peu redescendu depuis mais reste loin des 3,10 dollars d'il y a un an.

John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques, a défendu, dimanche lors d'une interview sur Fox, la position de Joe Biden.

"Le président travaille très très dur, sur plusieurs fronts (...) pour tenter de réduire les prix" à la pompe, a-t-il assuré avant d'évoquer entre autres sa proposition de suspendre la taxe fédérale sur l'essence pendant l'été -qui doit être acceptée par le Congrès, ou la décision de puiser massivement dans les réserves stratégiques de pétrole.

"Il sait que cela ne résoudra pas tous les problèmes, mais cela aidera si tout le monde coopère, et nous pourrions faire baisser le prix d'au moins environ 1 dollar le gallon", a-t-il ajouté.


Enquête après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique

Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident»
  • L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'«interruption temporaire» de ses contenus

LONDRES: Une enquête est en cours après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

"Nous avons connaissance d'une violation des comptes Twitter et YouTube de l'armée et une enquête est en cours. L'armée prend la sécurité de l'information très au sérieux et nous sommes en train de résoudre le problème", a indiqué le ministère de la Défense sur Twitter.

"Tant que leur enquête n'est pas terminée, il serait inapproprié de commenter davantage", a ajouté le ministère.

Des vidéos sur la crypto-monnaie et des images de l'homme d'affaires Elon Musk sont apparues sur la chaîne Youtube de l'armée tandis que son compte Twitter officiel a retweeté un certain nombre de messages semblant liés aux NFT.

Le NFT, pour "non-fungible token" ou jeton non fongible, est un format numérique qui permet d'associer à tout objet virtuel, qu'il s'agisse d'une image, photo, animation, vidéo, ou morceau de musique, un certificat d'authenticité enregistré sur une chaîne de blocs (ou "blockchain"), la technologie qui sert de base notamment aux cryptomonnaies comme le bitcoin.

L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'"interruption temporaire" de ses contenus, et annoncé la reprise du service normal de son compte.

"Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident", a indiqué l'armée.