Zelensky exhorte la Grèce à «exercer son influence» au sein de l'UE pour aider Marioupol

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelle la Grèce à user de son influence au sein de l'Union européenne pour «organiser le sauvetage de Marioupol». (Photo, AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelle la Grèce à user de son influence au sein de l'Union européenne pour «organiser le sauvetage de Marioupol». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 avril 2022

Zelensky exhorte la Grèce à «exercer son influence» au sein de l'UE pour aider Marioupol

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelle la Grèce à user de son influence au sein de l'Union européenne pour «organiser le sauvetage de Marioupol». (Photo, AFP)
  • «Je vous exhorte à utiliser votre influence en tant que membre de l'UE pour mieux organiser tout sauvetage possible à Marioupol», a souligné le président ukrainien Volodymyr Zelensky
  • «Je pense que la priorité, clairement, est Marioupol», a affirmé le directeur de la branche européenne de l'OMS, Hans Kluge

ATHÈNES/ LVIV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté jeudi la Grèce à « utiliser son influence » en tant que membre de l'Union européenne pour aider Marioupol, ville « presque détruite » par les forces russes, lors d'un discours télévisé en direct devant le Parlement grec. 

« Marioupol a besoin d'un soutien imminent », notamment par l'aide humanitaire, « les Russes l'attaquent avec des forces terrestres, aériennes et maritimes (...) mais avec le soutien de la Grèce, nous allons gagner », a-t-il affirmé, invité devant le Parlement par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. 

« Je vous exhorte à utiliser votre influence en tant que membre de l'UE pour mieux organiser tout sauvetage possible à Marioupol », a-t-il souligné, selon une traduction officielle. 

M. Zelensky a imploré l'aide d'Athènes dans « votre Marioupol, ville qui a toujours été le foyer d'une importante communauté grecque ». 

Il a évoqué la « coexistence paisible », avant la guerre, entre les Ukrainiens et la communauté grecque orthodoxe dans cette ville industrielle au bord de la mer Noire, où sont restés quelque 100 000 habitants malgré les combats. 

« La grande majorité des bâtiments ont été détruits (...) les Russes ont attaqué les civils, il faut les arrêter », a imploré le président ukrainien en réitérant son appel à la communauté internationale à arrêter « les barbares ». 

Le président ukrainien a aussi évoqué « les menaces » contre l'important port d'Odessa, « un autre centre de culture grecque » avec plus de 2 000 habitants de souche hellénique.   

Il a également appelé à interdire « l'accès des tankers ayant des intérêts russes aux ports européens », et exhorté à « fermer la porte » du système financier international aux banques russes. 

L'OMS réclame l'accès humanitaire à Marioupol

L'Organisation mondiale de la santé a demandé jeudi l'accès humanitaire à la ville ukrainienne de Marioupol assiégée par les forces russes, en condamnant à nouveau les agressions contre le système de santé ukrainien, avec désormais 91 attaques confirmées. 

« L'OMS a été capable de livrer du matériel permettant de sauver des vies à de nombreuses zones touchées, mais il est vrai que certaines restent très difficiles », a reconnu le directeur de la branche européenne de l'OMS, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse diffusée depuis Lviv dans l'ouest de l'Ukraine.  

« Je pense que la priorité, clairement, est Marioupol », a-t-il affirmé. 

Jusqu'à présent, l'OMS « a pu livrer 185 tonnes de matériel médical aux zones les plus touchées du pays, permettant d'atteindre un demi-million de personnes », selon M. Kluge.  

L'OMS a également relevé à 91 son dernier bilan d'attaques confirmées contre le système de santé ukrainien (hôpitaux, ambulances, soignants...) 

« C'est clairement une violation du droit humanitaire international », a déploré M. Kluge.  

L'organisation n'a pas directement attribué la responsabilité de ces attaques, soulignant « ne pas avoir de mandat » pour le faire. 

Le responsable onusien a exprimé son inquiétude pour la suite, alors que la Russie concentre désormais ses troupes dans l'est de l'Ukraine en vue d'une probable nouvelle offensive. 

L'OMS « envisage tous les scénarios », allant »de devoir continuer à traiter des victimes en masse » à « des attaques chimiques », a-t-il affirmé. 

« Il n'y a pas d'assurance que la guerre ne va pas empirer », a reconnu M. Kluge. 

Le président ukrainien a brièvement donné la parole à deux combattants gréco-ukrainiens, qui ont aussi demandé de l'aide dans une brève vidéo pré-enregistrée.  

L'un d'eux a cependant déclaré être membre du régiment Azov, l'unité nationaliste accusée de liens avec l'extrême droite. 

Peu après, l'ancien Premier ministre de gauche Alexis Tsipras et chef du principal parti d'opposition a qualifié cette intervention de « provocation », soulignant que « les nazis n'ont pas leur place au parlement » grec.  

Le porte-parole du gouvernement Yiannis Economou a aussi jugé que le président ukrainien avait fait une « erreur » en incluant cette vidéo. 

A l'issue de son discours d'un quart d'heure, Volodymyr Zelensky a été chaleureusement applaudi par les parlementaires grecs. 

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a ensuite qualifié cette séance parlementaire d'« historique, car pour la première fois au XXIe siècle (le parlement) a accueilli le chef d'un peuple qui se bat pour sa patrie ». 

Les députés du parti communiste grec KKE et ceux du parti nationaliste Elliniki Lisi étaient absents de l'assemblée, dénonçant le soutien inconditionnel du gouvernement grec au président ukrainien. 

Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias avait déjà proposé il y a deux semaines d'acheminer une aide humanitaire à Marioupol.  

La France avait également annoncé qu'une aide humanitaire avec la participation de la Grèce et de la Turquie devrait être envoyée à Marioupol. 

Le discours de Volodymyr Zelensky intervient au lendemain de l'annonce d'Athènes de l'expulsion de douze diplomates russes. 


L'OMS rebaptise les variants de la variole du singe

Un pharmacien administre une dose d'Imvanex, un vaccin pour se protéger du virus (Photo, AFP).
Un pharmacien administre une dose d'Imvanex, un vaccin pour se protéger du virus (Photo, AFP).
Short Url
  • Le nom de la maladie est l'héritage des conditions de découverte de la maladie
  • Une trentaine de scientifiques, pour beaucoup originaires d'Afrique, ont rédigé une tribune pour demander à changer ces noms

GENÈVE: L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi avoir rebaptisé les variants de la variole du singe, en remplaçant par des chiffres romains les noms de régions africaines, jugés stigmatisants.

Ces nouveaux noms de variants permettent de prendre acte de la réalité actuelle de la maladie. Alors que celle-ci s'est longtemps limitée à une dizaine de pays africains, la grande majorité des nouveaux cas ont été détectés cette année ailleurs dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Europe et au Brésil.

Dans un communiqué, l'OMS indique par ailleurs mener un large processus consultatif en ligne pour changer le nom de la maladie, également jugé trompeur et discriminatoire, puisque le virus n'est pas lié uniquement aux singes, mais a été mis en évidence chez de nombreux animaux et en particulier chez les rongeurs.

Pour ce qui est des variants, aussi appelés clades, ils étaient nommés jusqu'à présent d'après des régions ou des pays d'Afrique, avec la souche d'Afrique de l'Ouest et de celle du Bassin du Congo (Afrique centrale), la seconde étant bien plus meurtrière que sa cousine.

Début juin, une trentaine de scientifiques, pour beaucoup originaires d'Afrique, ont ainsi rédigé une tribune pour demander à changer ces noms, jugeant urgent de mettre en place "une nomenclature qui ne soit ni discriminatoire ni stigmatisante".

Ils ont été entendus par l'OMS qui a réuni le 8 août des virologues et experts en santé publique afin de parvenir à un consensus sur une nouvelle terminologie.


Centrafrique: «De plus en plus de voix s’élèvent» pour modifier la Constitution, affirme Touadéra

Un partisan du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra se tient devant une pancarte en faveur d'un référendum constitutionnel (Photo, AFP).
Un partisan du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra se tient devant une pancarte en faveur d'un référendum constitutionnel (Photo, AFP).
Short Url
  • Début juillet, déjà, des centaines de manifestants avaient exigé une nouvelle Constitution
  • Le 6 août, plus d'un millier de manifestants s'étaient rassemblés à Bangui

LIBREVILLE, Gabon: Le chef de l'État centrafricain Faustin-Archange Touadéra a affirmé vendredi que "de plus en plus de voix s'élèvent" pour modifier la Constitution, ce qui lui permettrait de briguer un troisième mandat présidentiel.

"De plus en plus de voix s'élèvent pour exiger une modification de la Constitution", a écrit le président centrafricain sur sa page Facebook, la veille de la fête de l'Indépendance.

Il a évoqué notamment les "aspirations profondes du peuple manifestées à travers des pétitions et marches de soutien à la réforme constitutionnelle".

"Je vous ai écoutés. Je prends acte de vos sollicitations pressantes qui me sont parvenues de partout réclamant une nouvelle Constitution", a poursuivi M. Touadéra, élu en 2016 à la tête de la Centrafrique et réélu en 2020.

Le 6 août, plus d'un millier de manifestants s'étaient rassemblés à Bangui, la capitale centrafricaine, pour demander la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution, adoptée en 2016 et qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Début juillet, déjà, des centaines de manifestants avaient exigé une nouvelle Constitution.

Le Mouvement Cœurs Unis (MCU) de M. Touadéra avait tenté en mars, lors d'un "dialogue républicain" excluant la rébellion et boycotté par l'essentiel de l'opposition, d'introduire un amendement faisant sauter le verrou du plafond de deux mandats et permettant ainsi au président d'en briguer un troisième en 2025.

Le MCU y a finalement renoncé face au tollé provoqué dans la société civile et à la réprobation de la communauté internationale.

Les promoteurs de la réforme constitutionnelle pressent M. Touadéra de la faire adopter par référendum.

M. Touadéra avait été réélu fin décembre 2020 avec 53,16% des suffrages à l'issue d'un scrutin controversé, moins d'un électeur sur trois ayant eu la possibilité d'aller voter en raison de l'insécurité dans un pays en proie à une guerre civile meurtrière depuis 2013.

Lors du scrutin, des groupes armés qui contrôlaient alors deux tiers du pays avaient lancé une offensive pour le renverser, mais le chef de l'État a appelé Moscou à la rescousse. Des centaines de paramilitaires russes ont débarqué en renfort de centaines d'autres déjà présents depuis 2018, et aidé l'armée à repousser les rebelles.


Victoire pour Biden avec l'adoption de son plan pour le climat et la santé au Congrès

Les démocrates célèbrent la signature de la loi sur la réduction de l'inflation par la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (Photo, AFP).
Les démocrates célèbrent la signature de la loi sur la réduction de l'inflation par la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (Photo, AFP).
Short Url
  • Le texte sera promulgué par Joe Biden la semaine prochaine
  • Avec leur mince majorité, les démocrates de la Chambre des représentants ont permis l'adoption de ce plan

WASHINGTON: Le Congrès américain a définitivement adopté vendredi le vaste plan d'investissement de Joe Biden sur le climat et la santé, une victoire politique significative pour le président américain, à moins de trois mois d'élections législatives déterminantes.

Avec leur mince majorité, les démocrates de la Chambre des représentants ont permis l'adoption de ce plan de plus de 430 milliards de dollars, faisant suite à un vote similaire au Sénat il y a quelques jours.

Le texte, qui doit mettre le pays sur la bonne trajectoire pour atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre, sera promulgué par Joe Biden la semaine prochaine, a indiqué le président dans un tweet.

"Aujourd'hui, le peuple américain a gagné", a écrit M. Biden. Avec cette loi, "les familles vont constater une baisse des prix des médicaments, des soins de santé, et des coûts de l'énergie."

Salué par la majorité des associations de lutte contre le changement climatique, cette réforme comprend 370 milliards de dollars dédiés à l'environnement, et 64 milliards de dollars pour la santé.

Baptisée "Inflation Reduction Act", elle entend dans le même temps réduire le déficit public avec un nouvel impôt minimal de 15% pour toutes les sociétés dont le bénéfice dépasse le milliard de dollars.

"Aujourd'hui est un jour de célébration", avait déclaré juste avant le vote la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Cette loi va permettre aux familles américaines "de prospérer, et à notre planète de survivre."

Le camp républicain accuse pour sa part le texte de générer des dépenses publiques inutiles, et fustige l'utilisation du fisc américain pour les financer. L'ancien président Donald Trump avait appelé sur son réseau social Truth Social tous les républicains à se prononcer contre.

Plus grand investissement climatique

Arrivé au pouvoir avec d'immenses projets de réformes, Joe Biden plaidait à l'origine pour un plan d'investissement plus vaste encore.

Mais les élus démocrates ont peu à peu dû revoir leurs ambitions à la baisse, afin de contenter notamment le sénateur Joe Manchin de Virginie-Occidentale, État connu pour ses mines à charbon. Son soutien était indispensable pour passer l'étape du Sénat.

Le texte reste malgré tout le plus grand investissement jamais engagé aux États-Unis pour le climat.

Il doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030. Le but fixé par Joe Biden est une réduction d'au moins 50% d'ici à cette date, mais d'autres mesures, notamment réglementaires, pourraient permettre d'en partie combler l'écart, selon des experts.

"Cette loi change la donne, et est une source d'espoir", a salué Johanna Chao Kreilick, présidente de l'"Union des scientifiques inquiets".

Les mesures prises vont "encourager d'autres pays à intensifier leurs engagements", s'est félicité vendredi Dan Lashof, directeur de l'organisation World Resources Institute aux Etats-Unis.

"En créant de fortes incitations à investir dans l'énergie solaire et éolienne, (le texte) va pour ainsi dire assécher le marché pour l'électricité produite à partir du charbon sur la prochaine décennie", avait-il résumé cette semaine.

Sous cette réforme, un Américain recevra jusqu'à 7.500 dollars en crédits d'impôts pour l'achat d'une voiture électrique. L'installation de panneaux solaires sur son toit sera prise en charge à 30%.

Des investissements sont également prévus pour le développement du captage de CO2, la résilience des forêts face aux incendies, ou encore la rénovation des logements pour les ménages les plus modestes.

Plusieurs milliards de dollars de crédits d'impôts seront également proposés aux industries les plus polluantes afin de les aider dans leur transition énergétique -- une mesure vivement critiquée par l'aile gauche du parti, qui a malgré tout dû se ranger derrière ce texte.

Médicaments moins chers

Le second volet de ce grand plan d'investissements entend en partie corriger les immenses inégalités dans l'accès aux soins aux États-Unis, notamment en baissant le prix des médicaments.

Medicare, un système public d'assurance santé destiné entre autres aux plus de 65 ans, pourra pour la première fois négocier directement les prix de certains médicaments avec les laboratoires pharmaceutiques, et ainsi obtenir des tarifs plus concurrentiels.

Les seniors seront par ailleurs garantis de ne pas avoir à débourser plus de 2.000 dollars par an pour leurs médicaments, à partir de 2025.

Le projet de loi prévoit aussi de prolonger des protections de l'"Affordable Care Act", l'emblématique assurance santé, plus connue sous le nom d'"Obamacare", qui contenait des mesures facilitant l'accès à l'assurance santé via des subventions aidant les familles à payer leur couverture médicale.