Le premier syndicat américain d'Amazon veut aider d'autres entrepôts à se mobiliser

Amazon prévoit de déposer un recours auprès du régulateur (Photo, AFP).
Amazon prévoit de déposer un recours auprès du régulateur (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 09 avril 2022

Le premier syndicat américain d'Amazon veut aider d'autres entrepôts à se mobiliser

  • Dans son recours, Amazon entend développer plusieurs objections
  • Vendredi, trois Starbucks de plus se sont prononcés en faveur de la syndicalisation, soit un total de 16 dans le pays

NEW YORK: Les syndicalistes qui ont remporté une victoire majeure en vue de la création du premier syndicat dans un entrepôt américain d'Amazon ont dit vendredi avoir été contactés par une centaine d'autres sites du groupe dans le pays.

"Nous assistons à une révolution", a déclaré Christian Smalls, président du Amazon Labor Union (ALU), une semaine après que ce groupe de militants a remporté un vote historique auprès des salariés du site JFK8, situé dans le quartier de Staten Island à New York.

"Les cinquante Etats (américains) nous ont appelés", a-t-il dit lors d'une conférence de presse aux allures de rassemblement politique festif.

La bataille n'est pas finie à New York - Amazon prévoit de déposer un recours auprès du régulateur - mais Christian Smalls veut organiser une conférence nationale en mai pour donner des conseils aux employés d'autres entrepôts.

"Nous allons les aider", a-t-il promis. "Je ne sais pas exactement comment, mais nous allons essayer".

Dans son recours, Amazon entend développer plusieurs objections. L'entreprise estime notamment que l'ALU a "menacé des employés pour les forcer à voter oui" et "fait campagne auprès des employés dans la file d'attente pour voter", d'après des documents officiels déposés jeudi auprès de l'agence fédérale chargée du droit du travail (NLRB).

Les militants y voient des manœuvres pour retarder la création effective du syndicat. M. Smalls a qualifié ces accusations d'"âneries".

Il a expliqué être prêt à voyager pour participer à d'autres campagnes en faveur de la syndicalisation, et a évoqué le mouvement en cours chez Starbucks.

Plus de 180 cafés de la chaîne se sont mobilisés après que les salariés de deux établissements de Buffalo, dans le nord-est des Etats-Unis, ont voté en décembre pour la création d'un syndicat, une première dans le pays.

Vendredi, trois Starbucks de plus se sont prononcés en faveur de la syndicalisation, soit un total de 16 dans le pays.

La victoire du site Amazon de Staten Island a donné de l'espoir à de nombreux salariés aspirant à être représentés par un syndicat. 

Deuxième employeur aux Etats-Unis après Walmart (distribution), le géant du commerce en ligne avait depuis sa création en 1994 réussi à repousser les velléités des employés souhaitant se regrouper dans le pays.

A Bessemer, dans l'Alabama, une campagne de syndicalisation prometteuse a échoué il y a an. Le NLRB a en effet estimé qu'Amazon avait enfreint les règles, et un nouveau scrutin a été organisé en mars, mais il y a tellement de bulletins contestés que le résultat n'est pas encore connu.


Le géant des médias Bertelsmann-RTL renonce à céder M6

Le géant des médias Bertelsmann, maison mère de RTL Group, a décidé de conserver sa participation majoritaire de 48,3% dans le Groupe M6 ( Photo, AFP)
Le géant des médias Bertelsmann, maison mère de RTL Group, a décidé de conserver sa participation majoritaire de 48,3% dans le Groupe M6 ( Photo, AFP)
Short Url
  • Le groupe Bertelsmann cherchait à vendre sa participation majoritaire au capital de M6 (détenteur des chaînes M6, W9, 6ter, Gulli et Paris Première et des radios RTL, RTL2 et Fun Radio) après l'échec de la fusion avec TF1
  • L'autorisation de diffusion de M6 sur la TNT doit être renouvelée en mai 2023 par le régulateur de l'audiovisuel, l'Arcom

PARIS: Le géant des médias Bertelsmann, maison mère de RTL Group, a décidé de conserver sa participation majoritaire de 48,3% dans le Groupe M6, malgré plusieurs offres "financièrement attractives", a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

Le groupe Bertelsmann cherchait à vendre sa participation majoritaire au capital de M6 (détenteur des chaînes M6, W9, 6ter, Gulli et Paris Première et des radios RTL, RTL2 et Fun Radio) après l'échec de la fusion avec TF1, abandonnée à cause des réticences de l'Autorité de la concurrence.

Son dirigeant Thomas Rabe a expliqué lundi ce revirement par "les risques légaux et les incertitudes" liés à l'autorisation de la vente de la part des différentes autorités de régulations et de la concurrence.

L'autorisation de diffusion de M6 sur la TNT doit être renouvelée en mai 2023 par le régulateur de l'audiovisuel, l'Arcom, après quoi tout changement de contrôle de la fréquence sera impossible pendant cinq ans, comme le prévoit la loi.

"Le calendrier est plus qu'ultra serré", avait déclaré mercredi dernier son président Roch-Olivier Maistre, auditionné par la commission de la Culture du Sénat, à laquelle le président de l'Autorité de la concurrence, Benoît Coeuré, avait tenu le même discours mardi dernier.

Deux offres de rachat étaient toutefois sur les rangs, selon plusieurs sources.

La première, qui valorisait la participation de Bertelsmann dans M6 autour de 1,2 milliard d'euros, provenait de FL Entertainment, groupe coté de production audiovisuelle et de paris sportifs contrôlé par le Français Stéphane Courbit, associé notamment pour l'occasion à Rodolphe Saadé, le patron du géant du transport maritime CMA-CGM.

La seconde proposition était signée du milliardaire Xavier Niel (groupe Iliad), présent à la fois dans la production via le groupe Mediawan et la distribution de contenus via l'opérateur Free. L'homme d'affaires s'était associé pour l'occasion avec la famille Berlusconi qui contrôle le groupe MediaForEurope (ex-Mediaset).

Malgré sa décision de conserver sa participation au capital de M6, "RTL Group reste convaincu que la consolidation du marché est nécessaire pour concurrencer les plateformes technologiques mondiales - et que la consolidation du marché se produira tôt ou tard sur les marchés européens de la télévision", a-t-il souligné dans son communiqué.

"Avec une forte présence à travers la télévision, la radio et le streaming, le Groupe M6 jouera un rôle clé dans toute nouvelle consolidation de l'industrie télévisuelle française", a-t-il encore ajouté.


UE: ouverture mardi d'une négociation sur le télétravail, en vue d'une directive

69% des cadres interrogés estiment que les pratiques de télétravail ne protègent pas des durées excessives de travail, et autant souhaiteraient disposer d'un droit effectif à la déconnexion pour protéger leur vie privée et leur santé. (Photo, AFP)
69% des cadres interrogés estiment que les pratiques de télétravail ne protègent pas des durées excessives de travail, et autant souhaiteraient disposer d'un droit effectif à la déconnexion pour protéger leur vie privée et leur santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'objectif est de remettre à jour l'accord européen de 2002 sur le sujet, pour aboutir en juin à la rédaction d'une directive qui devra être transposée dans le droit des États membres dans les deux ans, a affirmé Nayla Glaise, présidente d'Eurocadres
  • Un des points durs de la négociation sera la question de la prise en charge des frais liés au télétravail, à l'heure où les employeurs peuvent être tentés d'encourager cette pratique pour diminuer les coûts énergétiques des entreprises

MONTREUIL: Une négociation européenne sur le télétravail s'ouvre mardi à Bruxelles, avec pour objectif la rédaction d'une directive, à l'heure où cette pratique s'est "accélérée" avec le Covid-19, a indiqué lundi Nayla Glaise, présidente d'Eurocadres, l'organisation syndicale européenne des cadres. 

Autour de la table, les représentants du patronat européen et ceux de la Confédération européenne des syndicats (CES) à laquelle est associée Eurocadres, pilote de la négociation. 

L'objectif est de remettre à jour l'accord européen de 2002 sur le sujet, pour aboutir en juin à la rédaction d'une directive qui devra être transposée dans le droit des États membres dans les deux ans, a affirmé Mme Glaise au cours d'une conférence de presse au siège de la CGT à Montreuil (région parisienne). 

"Ce qui est important pour nous, c'est de ne pas perdre ce qui a été gagné en 2002", a dit Mme Glaise, citant le principe du "volontariat" des salariés, "l'obligation de négocier un accord avant la mise en place du télétravail", la "responsabilité des employeurs en matière de santé et sécurité", la "prise en charge des équipements", la "formation", la "question de la surveillance, la protection des données". 

"C'est aussi l'occasion de gagner de nouveaux droits": un "réel droit à la déconnexion", le droit pour les représentants des travailleurs d'utiliser les messageries professionnelles, de meilleures garanties concernant la "prévention des risques" (sentiment d'isolement, violences conjugales), a-t-elle énuméré. 

Un des points durs de la négociation sera la question de la prise en charge des frais liés au télétravail, à l'heure où les employeurs peuvent être tentés d'encourager cette pratique pour diminuer les coûts énergétiques des entreprises. 

Cette conférence de presse était organisée à l'initiative de l'Ugict-CGT, le syndicat des cadres de la CGT, dont la secrétaire nationale Sophie Binet a rappelé qu'il avait été moteur dans la défense du droit à la déconnexion. 

L'Ugict-CGT a publié récemment une enquête réalisée avec l'institut Viavoice, dont les résultats "confirment qu'il y a urgence à encadrer le télétravail", a-t-elle souligné. 

Ainsi 69% des cadres interrogés estiment que les pratiques de télétravail ne protègent pas des durées excessives de travail, et autant souhaiteraient disposer d'un droit effectif à la déconnexion pour protéger leur vie privée et leur santé (+4 points par rapport à 2021). 

En outre, 61% des cadres considèrent que les pratiques de télétravail sont insuffisamment encadrées (+5 points par rapport à 2021), selon cette enquête. 


Le secrétaire général du CCG insiste sur l’importance de renforcer la coopération avec la Chine

Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur de Chine en Arabie saoudite à Riyad, Nayef Falah al-Hajraf a présenté ses meilleurs vœux au gouvernement et au peuple chinois à l’occasion de la Fête nationale du pays. (Arab News).
Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur de Chine en Arabie saoudite à Riyad, Nayef Falah al-Hajraf a présenté ses meilleurs vœux au gouvernement et au peuple chinois à l’occasion de la Fête nationale du pays. (Arab News).
Short Url
  • Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur de Chine en Arabie saoudite à Riyad, Nayef Falah al-Hajraf a présenté ses meilleurs vœux au gouvernement et au peuple chinois à l’occasion de la Fête nationale du pays
  • Les deux responsables ont discuté de sujets d’intérêt commun, notamment les événements régionaux et internationaux

RIYAD: Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a souligné dimanche qu’il était important de renforcer les perspectives de coopération conjointe entre le bloc et la Chine au service des intérêts communs.

Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur de Chine en Arabie saoudite, Chen Weiqing, à Riyad, Nayef Falah al-Hajraf a présenté ses meilleurs vœux au gouvernement et au peuple chinois à l’occasion de la Fête nationale du pays, samedi dernier.

Les deux responsables ont discuté de sujets d’intérêt commun, notamment les événements régionaux et internationaux. Ils ont également passé en revue les relations de coopération entre le CCG et la Chine dans le but d’atteindre des intérêts mutuels.

Ils ont par ailleurs évoqué les dernières évolutions au niveau des négociations de libre-échange entre les deux parties et leur intérêt à renforcer les relations commerciales et économiques.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com