Amazon et les syndicats s'accusent mutuellement d'ingérence

Deuxième employeur aux Etats-Unis après Walmart (distribution), le groupe avait depuis sa création en 1994 réussi à repousser les velléités des salariés souhaitant se regrouper dans le pays. (AFP).
Deuxième employeur aux Etats-Unis après Walmart (distribution), le groupe avait depuis sa création en 1994 réussi à repousser les velléités des salariés souhaitant se regrouper dans le pays. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 08 avril 2022

Amazon et les syndicats s'accusent mutuellement d'ingérence

  • Amazon estime que le petit groupe de syndicalistes qui a remporté un vote historique à New York la semaine dernière a "menacé" les employés de son entrepôt pour les forcer à voter en faveur de la création d'un syndicat
  • Au total, 8.325 travailleurs de l'entrepôt JFK8 étaient sur la liste des votants. Appelés à voter en personne du 25 au 30 mars, 4.852 salariés ont glissé un bulletin dans l'urne

SAN FRANCISCO: Amazon estime que le petit groupe de syndicalistes qui a remporté un vote historique à New York la semaine dernière a "menacé" les employés de son entrepôt pour les forcer à voter en faveur de la création d'un syndicat.


D'après des documents officiels déposés jeudi auprès de l'agence fédérale chargée du droit du travail (NLRB), Amazon a demandé plus de temps pour soumettre des objections étayées au scrutin. Le géant du commerce en ligne accuse notamment des militants du Amazon Labor Union (ALU) d'avoir "intimidé" des salariés.


Les salariés du site JFK8, situé dans le quartier de Staten Island, ont voté en majorité fin mars pour rejoindre l'ALU, une première dans un entrepôt américain d'Amazon.


Deuxième employeur aux Etats-Unis après Walmart (distribution), le groupe avait depuis sa création en 1994 réussi à repousser les velléités des salariés souhaitant se regrouper dans le pays.


Dans son recours, Amazon entend développer plusieurs objections. L'entreprise considère que l'ALU a "menacé des employés pour les forcer à voter oui", que l'ALU a "fait campagne auprès des employés dans la file d'attente pour voter" ou les a "intimidés", et aussi que des militants de l'ALU "ont menacé des immigrants" en avançant le risque qu'ils perdent "leurs avantages sociaux s'ils ne votaient pas en faveur du syndicat".


"C'est absurde", a réagi l'avocat Eric Milner au nom du syndicat. "Les employés se sont exprimés et leurs voix ont été entendues. Amazon choisit (...) de retarder le processus pour éviter l'inévitable: la négociation d'un contrat d'entreprise".


"Amazon a dépensé des millions en consultants anti-syndicats, Amazon a organisé des réunions obligatoires, Amazon s'est comporté de manière menaçante, Amazon a licencié, illégalement, des employés pour avoir tenté de se syndicaliser", a-t-il aussi ajouté.

« Confusion, coercition et peur des représailles »

Le syndicat national de la distribution (RWDSU) fait des reproches similaires à Amazon dans le cadre d'un scrutin sur la syndicalisation d'un autre entrepôt, à Bessemer, dans l'Alabama.


Le vote est terminé mais pas le décompte: le "non" mène avec 993 bulletins, contre 875 "oui", mais il reste 416 bulletins dits "disputés", qui décideront du résultat. Une audience doit décider dans les prochaines semaines si ces bulletins doivent être ouverts et pris en compte. Il pourrait ensuite y avoir d'autres recours légaux.


En attendant, le RWDSU a déjà déposé jeudi une série d'objections auprès du NLRB sur le comportement d'Amazon, qu'il accuse d'ingérence.


Selon l'organisation, les managers d'Amazon ont par exemple interdit les discussions sur le vote dans l'entrepôt, ainsi que les prospectus pro-syndicats dans les espaces de repos, tout en autorisant la documentation anti-syndicats.


"L'employeur a instillé la confusion, la coercition et la peur des représailles chez les employés", assène le RWDSU dans son communiqué.


Amazon n'a pas réagi à une sollicitation de l'AFP.


Dans l'Alabama, le NLRB doit organiser une audition sur ce recours du syndicat.


Le vote qui s'est tenu en mars, par correspondance, a été organisé après l'annulation de celui d'il y a un an. L'agence fédérale avait en effet estimé qu'Amazon avait enfreint les règles.


A New York, l'entreprise a jusqu'à vendredi soir pour soumettre ses objections, et jusqu'aux 22 avril pour présenter ses preuves.


Au total, 8.325 travailleurs de l'entrepôt JFK8 étaient sur la liste des votants. Appelés à voter en personne du 25 au 30 mars, 4.852 salariés ont glissé un bulletin dans l'urne. Le "oui" l'a remporté à 2.654 voix contre 2.131.


Chine: le zéro Covid plombe l'activité manufacturière

Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Short Url
  • La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible
  • Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement

PEKIN: L'activité manufacturière en Chine a poursuivi sa chute en novembre, pour le deuxième mois consécutif et plus fortement que prévu, en raison des restrictions anti-Covid qui pénalisent lourdement l'économie, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

L'indice des directeurs d'achat (PMI), reflet de la santé du monde industriel, s'est établi à 48 points contre 49,2 en octobre, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Un nombre inférieur à 50 témoigne d'un repli de l'activité. Des analystes sondés par l'agence Bloomberg avaient anticipé une contraction, mais plus modérée (49).

"En novembre, en raison de plusieurs facteurs comme les foyers épidémiques étendus et fréquents qui ont touché la Chine et le contexte international devenu plus complexe et critique, le PMI a chuté", a souligné dans un communiqué Zhao Qinghe, statisticien du BNS.

La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible.

Cette politique se traduit par des confinements de bâtiments voire de villes entières dès l'apparition de cas positifs, des tests PCR quasi obligatoires plusieurs fois par semaine ou encore le placement en quarantaine des personnes positives.

Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement.

Habituée en temps normal à quelques dizaines voire centaines de nouveaux cas positifs quotidiens, le pays a fait face en novembre, et notamment ces dernières semaines, à plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations journalières au coronavirus.

Un chiffre qui reste toutefois très modeste comparé à la population chinoise (1,4 milliard d'habitants).

"La situation épidémique continue d'assombrir les perspectives économiques", a estimé Sheana Yue, analyste du cabinet Capital Economics.

«Douloureux»

"Il y a un risque croissant que les autorités locales perdent le contrôle (...) si les mesures (sanitaires) sont assouplies. Si c'est le cas, elles risquent d'imposer un confinement national strict similaire à celui de début 2020", met-elle en garde.

De son côté, le PMI non-manufacturier, qui englobe le secteur des services et de la construction, s'est lui aussi affiché en net repli ce mois-ci, à 46,7 points - moins 2 points par rapport à octobre (48,7).

Les secteurs du transport, de l'hôtellerie-restauration et du divertissement ont notamment vu leur activité baisser "de façon significative" en raison des récents foyers épidémiques, a souligné Zhao Qinghe.

"Ces indices PMI décevants convaincront-ils Pékin d'accélérer la réouverture du pays?", s'interroge dans une note Ting Lu, économiste pour la banque Nomura.

"Soyons un peu plus prudents", souligne-t-il, rappelant que l'indice était également très bas lors du dur confinement de Shanghai au printemps, sans entraîner d'assouplissement majeur.

"En réalité", ces mauvais résultats "nous disent que le processus de réouverture pourrait être lent, douloureux et semé d'embûches", indique Ting Lu.

Le gouvernement a fixé cette année un objectif de croissance d'environ 5,5%, après 8,1% en 2021. Mais nombre d'économistes le jugent désormais irréaliste.

De rares manifestations ont par ailleurs éclaté le weekend dernier dans plusieurs villes de Chine contre la politique zéro Covid. Mais les autorités n'ont pas manifesté la volonté d'assouplir significativement cette stratégie à court terme.


Climat: L’Algérie interdit la production et l'importation des véhicules diesel

Chaque matin, des centaines de milliers de voitures, dont des véhicules roulant au diesel, convergent vers la capitale algérienne (Photo, AFP).
Chaque matin, des centaines de milliers de voitures, dont des véhicules roulant au diesel, convergent vers la capitale algérienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Les gaz d’échappement du diesel sont particulièrement dangereux pour l’environnement et la santé humaine
  • Même si l’Algérie ne pollue pas autant que les pays industrialisés, il est relevé que le pays s’emploie peu à la protection climatique

RABAT: Dans le cadre du nouveau cahier des charges relatif à la production et importation de véhicules, l’Algérie met fin aux véhicules diesel.

En effet, l’article 29 du journal officiel N° 76 du 17 novembre dernier, stipule que «ne sont autorisés à l’importation par les concessionnaires de véhicules neufs, dans la catégorie de véhicules de tourisme, que ceux équipés d’un moteur essence, électrique, hydrogène, hybride: essence/électrique, essence/hydrogène, ou GPL / GNC ou en être prédisposé, et dont les émissions de gaz sont conformes à la législation et à la réglementation en vigueur». 

Cette annonce intervient alors que l’Algérie – pays ayant ratifié l’Accord de Paris – a signifié lors de la COP27 qu’elle entend s’aligner sur les actions communes visant à combattre le réchauffement climatique.

Des gaz d’échappement toxiques

Les gaz d’échappement du diesel sont particulièrement dangereux pour l’environnement et la santé humaine, même si des progrès ont été réalisés par les constructeurs automobiles au cours des dernières années. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que ces gaz sont cancérogènes pour les poumons et la vessie. Pour sa part, l'Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA), affirme que ces gaz peuvent provoquer l’asthme ainsi que d’autres maladies respiratoires chez les enfants et les personnes âgées. Ils peuvent tout aussi aggraver les maladies cardiaques.

Pour ce qui est de l’environnement, les gaz d’échappement issus de la combustion du diesel participent à la production de ce que l’on appelle ozone troposphérique – une couche d’ozone de basse atmosphère qui se forme entre la surface terrestre et la stratosphère. En tant que tels, ces gaz endommagent les cultures, végétation et arbres, sans oublier leur contribution dans la formation de pluies acides qui, à leur tour, affectent toute la chaine alimentaire à travers leur pénétration dans les sols et eaux.

L’Algérie peut faire plus

Même si, relativement parlant, l’Algérie ne pollue pas autant que les pays industrialisés, il est relevé que le pays s’emploie peu à la protection climatique.

En effet, l’édition 2023 du Climate Change Performance Index (CCPI) – outil de suivi de la protection climatique établi par l’ONG allemande Germanwatch, conjointement avec le NewClimate Institute et le Climate Action Network – souligne dans sa fiche pays que l’Algérie «n'a montré aucun changement significatif dans les classements CCPI», sachant que ceux-ci sont publiés depuis 2005, même si elle gagne 6 places par rapport au classement précédent.

Et d’ajouter que cette performance «n'est pas compatible avec l'objectif de 1,5°C», prescrit par l’Accord de Paris.

Le Climate Change Performance Index classe 63 pays selon 14 indicateurs et 4 catégories: émissions de gaz à effet de serre (pesant 40% du score), énergies renouvelables (20%), consommation d’énergie (20%) et politique climatique (20%).

À la tête du classement, on retrouve sans grande surprise le Danemark et la Suède. Suivis par le Chili et le Maroc – seul pays arabe dans le top 10.

L’Algérie, quant à elle, occupe la 48e place dans le classement et c'est en particulier sa prestation en termes de politique climatique et énergies renouvelables qui y est déplorée.


Les efforts de l'Opep+ pour stabiliser le marché ont réduit la volatilité des prix de 50%, selon une étude

La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut jusqu'à 50%, avant et pendant la pandémie de Covid-19 (Photo, Reuters).
La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut jusqu'à 50%, avant et pendant la pandémie de Covid-19 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ semblent avoir fait passer le prix moyen de 18 à 52 euros pendant le choc de la demande pandémique
  • La réduction de la volatilité des prix du pétrole a diminué les coûts macroéconomiques d'ajustement à la pandémie

RIYAD: La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut de près de 50%, avant et pendant la pandémie de la Covid-19, selon une nouvelle étude publiée par le Centre d'études et de recherche sur le pétrole roi Abdallah (Kapsarc) dans Energy Journal.
L'étude «Oil Market Stabilization: The Performance of OPEC and Its Allies» («Stabilisation du marché pétrolier: la performance de l'Opep et de ses alliés») souligne en outre que les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ semblent avoir fait passer le prix moyen de 18 à 54 dollars (1 dollar américain = 0,97 euro) pendant le choc de la demande lié à la pandémie, mais avoir fait baisser le prix moyen de 2,50 dollars avant la pandémie, selon la SPA.
La réduction de la volatilité des prix du pétrole a diminué les coûts macroéconomiques d'ajustement à la pandémie et a contribué à une augmentation du bien-être social.
L'étude a mis au point un mode économique permettant de calculer le prix du pétrole brut qui aurait prévalu si l'Opep+ n'avait pas tenté de stabiliser le marché pétrolier en utilisant sa capacité de réserve.
«Le rôle de l'Opep a été essentiel pour directement réduire la volatilité des prix – en agissant comme un producteur alternatif qui compense les chocs de l'offre et de la demande. Sa politique de capacité de réserve est un outil efficace afin d’atteindre cet objectif stratégique», a signalé Fahad Alajlan, président du Kapsarc.
«La valeur de la stabilisation du marché pétrolier pour l'économie mondiale est considérable. Dans une précédente étude évaluée par des pairs, nous avons calculé que la gestion par l'Opep de sa capacité de réserve augmentait chaque année le PIB mondial de près de 200 milliards de dollars», a expliqué Hossa Almutairi, chercheuse et co-auteure du rapport.
L'importance économique de la stabilisation du prix du pétrole découle de la rigidité de la demande mondiale de pétrole et de l'offre de pétrole hors Opep. Tout choc sur l'offre ou la demande nécessite un ajustement des prix relativement important afin de rétablir l'équilibre du marché, selon la SPA.
L'impact négatif sur l'économie mondiale de la volatilité des prix qui en a résulté a été amplifié par la position du pétrole en tant que principale marchandise dans le commerce international.
«La période couverte par notre étude se termine en août 2021, mais je crois que les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ se sont poursuivis de manière cohérente jusqu'à ce jour. Nous évaluerons leurs impacts à l'aide de notre modèle dès que nous disposerons de données suffisantes», a soutenu Axel Pierru, directeur du programme Macro & Microéconomie de l'énergie.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com