«Informe», une traversée au confluent de la photographie et de l’expérimentation

Fouzia Marouf et Zouhir Ibn el-Farouk. Photo fournie.
Fouzia Marouf et Zouhir Ibn el-Farouk. Photo fournie.
Short Url
Publié le Vendredi 15 avril 2022

«Informe», une traversée au confluent de la photographie et de l’expérimentation

  • «Informe est en parfaite adéquation avec l’élan et la vitalité de la scène africaine contemporaine qui irrigue actuellement la profession»
  • «Le travail de Zouhir Ibn el-Farouk transcende les frontières et les territoires»

CASABLANCA: Curieuse, tenace, journaliste depuis près de quinze ans à travers le monde arabe, Fouzia Marouf dissèque les phénomènes sociétaux et analyse les tendances culturelles. Curatrice et spécialiste de la scène africaine contemporaine, partageant un même goût pour la photographie et la couleur que Zouhir Ibn el-Farouk, photographe expérimental, elle a agencé Informe, une exposition solo présentée jusqu’au 8 mai à Bois-Colombes. Itinérante, panafricaine, cette exposition fera ensuite halte à la galerie Shart à Casablanca, du 26 mai au 25 juin.

Vous êtes curatrice de l’exposition Informe de Zouhir Ibn el-Farouk, présentée jusqu’au 8 mai à Paris et consacrée à la photographie expérimentale. Il s’agit d’une exposition itinérante. Quelle en est la particularité?
Informe est une traversée au confluent de la photographie et de l’expérimentation, ce qui mène son point d’orgue vers l’abstraction. À la croisée de la matière et des espaces, elle s’inscrit dans un entre-deux, à l’image de l’artiste qui vit et travaille entre la France et le Maroc. De plus, comme vous l’avez indiqué, cette exposition est itinérante. L’idée a germé de concert, entre l’artiste, la ville de Bois-Colombes (Grand Paris) et la galerie Shart à Casablanca. Lancée et présentée dans la salle Jean-Renoir jusqu’au 8 mai prochain, elle est aussi voyageuse, panafricaine, puisqu’elle fera ensuite halte dans la métropole casablancaise. De fait, elle s’inscrit dans un dialogue pluriel et riche. En tant que curatrice, j’aime particulièrement le fait que ce soit le Nord qui aille vers le Sud, en inversant la tendance et le rêve Sud-Nord. Dès lors, Informe est en parfaite adéquation avec l’élan et la vitalité de la scène africaine contemporaine qui irrigue actuellement la profession, la critique et les collectionneurs sous toutes les latitudes, les artistes du continent œuvrant activement pour un art libre, assumé et une Afrique unie et multiple.

 

Bio express

Basée à Paris, journaliste depuis quinze ans à travers le monde arabo-africain, Fouzia Marouf dissèque les phénomènes sociétaux et analyse les tendances culturelles. Passionnée par l'humain, elle a travaillé au cœur de trois zones: l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe. Elle a mené des enquêtes et réalisé des reportages consacrés à la condition féminine pour Afrique magazine, Le Monde Afrique, TV5 Monde, L'Obs à Paris; pour Elle Oriental à Beyrouth et pour Telquel à Casablanca. Rédactrice en chef print et web, elle a lancé les magazines culturels gratuits Metropolis à Casablanca et Life is Morocco dans la cité ocre. Elle a suivi une formation de curatrice en art contemporain à l'Atelier de l'Observatoire, Art et Recherche dans la métropole casablancaise.

fouzia
Fouzia Marouf. Photo fournie.

 

Comment Zouhir Ibn el-Farouk a-t-il abordé ce médium?
L’artiste Zouhir Ibn el-Farouk est à la fois un chercheur et un passeur. Depuis près de vingt ans, il sonde, ravive et triture les limites de la matière et du photographique. Il structure leurs compositions. Ses travaux, nés de l’improbable et de l’interruption de la vie, bousculent les codes et l’inconscient à travers une nouvelle esthétique. Il pose au fil d’un processus créatif et fécond, incessant, de nouvelles mises en perspectives. Comme en écho à Michel Poivert (historien de la photographie et commissaire d’exposition français), il nous rappelle que la photo expérimentale incarne un référent novateur et plastique: «(...) l’expérimentation est la condition de l’existence de la photographie. Elle est au cœur de l’invention des procédés. Mais elle est également au centre des travaux de l’avant-garde. La notion d’expérimentation se retrouve donc aussi bien du côté du progrès des techniques que celui d’une esthétique indifférente aux règles du bon usage.» (Le Prima du photographique, photographie expérimentale et abstraite 1945-1985.)
À ce titre, Ibn el-Farouk convoque d’autres éléments plastiques, il féconde d’autres référents et imaginaires en imprimant une nouvelle dimension à son œuvre. Il transcende les frontières et les territoires. Le travail du photographe expérimental, sensible, s’ancre dans l’imprévisible et l’inattendu de l’exploration, dans des pensées et des émotions, des images et des couleurs originelles. De plus, c’est un artiste très proactif, doté d’une vraie écoute et inscrit dans l’échange. Œuvrer à ses côtés est une aventure tant artistique qu’humaine!

culture
Fouzia Marouf et Zouhir Ibn el-Farouk. Photo fournie.

Comment décririez-vous Informe en tant que curatrice?
Elle m’inspire une expérience sensorielle. Cette exposition solo instille un dialogue charnel entre les moyens et les grands formats. Informe se déploie, au rythme d’une recherche obstinée en quête d’une pulsation au-delà d’une trace. Des reliefs, des couches. La ligne de couleur inaugurale jaillit pour dire l’insondable, l’impalpable, l’intangible du photographique. Alchimiste, l’artiste tisse les fils d’un nouveau récit. Un espace s’ouvre pour explorer le jeu, le hasard, les similitudes plastiques tangibles. Qu’est-ce qui loge dans notre regard et l’informe? Informe interroge et questionne notre perception. Le jeu des mondes plastiques se poursuit, lieu de la réflexion de l’esprit. Le jeu des ressemblances esthétiques façonne un langage technique. Des textures, des couleurs tour à tour pastel et aux tonalités vives, pop, s’entremêlent sur la matière, forment une multiplicité de strates, de lignes sinueuses. Informe déploie tous les possibles du mouvement. Et, je l’espère, parlera au plus grand nombre. En tant que curatrice, je souhaite raconter une histoire sensible, susceptible d’être réceptive à tous les publics. En ces temps de turbulence, je pense à ces mots du peintre algérien, Mohamed Aksouh: «Lorsque ma mère regardait mes toiles, elle me disait: “Celle-ci est triste, celle-là est en colère”.» Pour ce qui a trait à la narration d’Informe, il s’agit d’une série heureuse, joyeuse, traversée par une évidente sensibilité à la couleur. J’aime la lumière qui en émane: j’y vois le rouge ardent de Mark Rothko, le jaune éclatant de Monique Frydman, le noir énigmatique de Malevitch qui se déroulent dans la continuité de sa production.

expo Informe
Exposition Informe. Photo fournie.

Quelles autres expositions vous ont marquées récemment?
Algérie mon amour – Artistes de la fraternité algérienne 1953-2021, consacrée à trois générations d’artistes algériens au fil de trente-huit œuvres de dix-huit artistes au musée de l’Institut du monde arabe (IMA). Cette exposition présente le travail de peintres, de sculpteurs et de graveurs. Parmi eux, on découvre ou redécouvre; les travaux de Baya, femme sculpteur et peintre autodidacte qui a notamment inspiré Picasso; le geste obstiné, poétique et d’une rare force des compositions abstraites de Mohamed Aksouh qui incarne la génération de 1930, au cœur de cette exposition collective, et plus largement, la génération des fondateurs de la peinture algérienne moderne. Je citerai également une œuvre d’une intemporalité criante, Femmes d’Alger d’après Delacroix, 1962, signée par Souhila Bel Bahar, oscillant entre le figuratif et l’abstrait et qui met au jour la femme sublimée par des touches colorées.

expo Informe
Exposition Informe. Photo fournie.


Plus proches de nous, les travaux de Halida Boughriet, Rachid Koraïchi, Zoulikha Bouabdellah ou encore El Meya avec une œuvre particulièrement pertinente, Le Cheval blanc, 2021. J’ai également été frappée par l’exposition Omaggio à Mario Giacomelli, qui a ravivé l’art de ce photographe avant-gardiste, premier Italien exposé au Moma. À travers quarante œuvres, dont Io non ho mani che mi accarezzino, 1971-1973, photo d’une forte humanité et tolérance, telle une métaphore du monde ou encore, Spoon river, 1972, qui révèle une vraie contemporanéité: le regard de Mario Giacomelli est définitivement transgénérationnel.


100 ans de Cardin: la maison veut rénover sans trop changer

Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le couturier, décédé fin 2020 à l'âge de 98 ans, n'aimait pas «qu'on lui souhaite bon anniversaire», mais avait envie de fêter ses 100 ans, raconte Rodrigo Basilicati-Cardin, son petit-neveu et directeur général de la Société de gestion
  • Après le défilé-hommage au pied d'une fusée au Bourget, près de Paris en janvier et celui de Venise samedi, la maison va officiellement intégrer la Semaine de la mode parisienne en février-mars 2023

VENISE : La maison Pierre Cardin célèbre son créateur, qui aurait eu 100 ans samedi, avec un défilé dans son palais à Venise et l'envie de relancer un empire reposant sur une multitude de licences.

Le Palazzo Ca'Bragadin où a séjourné Casanova, propriété de Pierre Cardin, accueillera samedi une rétrospective de ses pièces futuristes et une nouvelle collection écoresponsable, faite par ses studios.

Le couturier, décédé fin 2020 à l'âge de 98 ans, n'aimait pas «qu'on lui souhaite bon anniversaire», mais avait envie de fêter ses 100 ans, raconte Rodrigo Basilicati-Cardin, son petit-neveu et directeur général de la Société de gestion.

Pas de célébrités au défilé, mais 120 des 300 invités sont des licenciés qui produisent aux quatre coins du monde, sous la marque Pierre Cardin.

A l'image du modèle bâti par le couturier qui avait, à partir des années 1960, multiplié à outrance les contrats de licences, ce que son héritier veut préserver, en essayant de mieux les contrôler.

- Podiums en 2023-

«C'est encore un petit empire économique avec ces licences qui arrivent toujours à fonctionner», mais «Cardin, c'est un nom qui s'est marginalisé», déclare Arnaud Cadart, gérant de portefeuille chez Flornoy Ferri.

«Cela se vend toujours, mais plutôt dans des pays émergents et auprès des clientèles peu éduquées au luxe», ajoute-t-il.

A Paris, «ce n'est plus rien par rapport à Louis Vuitton ou Saint Laurent. C'est abyssal en terme de réputation et de dynamique commerciale».

Après le défilé-hommage au pied d'une fusée au Bourget, près de Paris en janvier et celui de Venise samedi, la maison va officiellement intégrer la Semaine de la mode parisienne en février-mars 2023, 25 ans après que Pierre Cardin l'ait quittée.

Rodrigo Basilicati-Cardin compte sur l'équipe «soudée» du studio pour relever ce nouveau défi.

«C'est mon travail de veiller qu'on ne déraille pas», lance-t-il. Il l'a pas l'intention d'inviter un styliste extérieur pour ne pas «dénaturer Pierre Cardin».

Pourtant, «il faut un directeur artistique aujourd'hui, une personnalité. C'est en prenant ce risque-là qu'on peut amplifier le potentiel» de relance de la marque, estime Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs en marge d'une rétrospective sur la créatrice Elsa Schiaparelli (1890-1973) dont la maison connaît un grand succès avec le directeur artistique Daniel Roseberry dont les pièces sont portées par Beyoncé ou Lady Gaga.

Le design de Pierre Cardin, qui «s'est appuyé sur une vision du futur qui était cosmique à l'époque», pourrait se traduire aujourd'hui dans des «matières intelligentes, qui rechargent les batteries des téléphones, permettent de réguler la température du corps ou auto-nettoyantes», anticipe Ariane Bigot, adjointe à la direction mode du Salon Première vision.

- «pas là pour être moderne» -

«Un ADN et un nom fort» pourraient permettre à la maison de se réinventer», dit-elle à l'AFP.

Arnaud Cadart, lui, a des doutes. «Il n'y a pas d'héritage créatif de ces 30 dernières années. Pierre Cardin signait des contrats de licences, achetait des maisons, parfois des villages entiers (...) Il n'y a pas de relais, sauf si vraiment le coup de crayon du neveu est incroyable», lance-t-il, cinglant.

Le même souci de préserver la tradition règne au restaurant Maxim's à Paris, joyau de l'Art nouveau racheté par Cardin en 1981 et qui n'a jamais retrouvé son éclat d'antan.

«C'est comme une vieille voiture de collection, il ne faut pas la bousculer. Ici c'est le restaurant qui vous apprivoise, pas le contraire», déclare son chef Nicolas Castelet, récemment nommé.

Il estime que mettre plus de légumes dans l'assiette n'est «pas ce qui faut» pour Maxim's et porte une toque que les chefs ont massivement abandonnée. «On s'est pas là pour être moderne. On s'efface devant le nom».


A l'opéra de Bordeaux, un ex-Daft Punk entre dans la danse de Preljocaj

La distribution complète ainsi que la version numérique du programme est disponible ici https://www.opera-bordeaux.com/ballet-mythologies-17940 (photo, Opéra national de Bordeaux, Facebook)
La distribution complète ainsi que la version numérique du programme est disponible ici https://www.opera-bordeaux.com/ballet-mythologies-17940 (photo, Opéra national de Bordeaux, Facebook)
Short Url
  • «C’est étonnant, Daft Punk se sépare et ce qui va sortir, c’est une œuvre pour orchestre sans électronique», s'émerveille Angelin Preljocaj à quelques heures de la première
  • «Quand on écrit pour l'électronique, on n'a pas ces données à prendre en compte, comme la gestion du souffle des instrumentistes à vent ou la façon d'attaquer une note pour les cordes», relève le chef d'orchestre

BORDEAUX : Dans «Mythologies», sa dernière création mondiale dévoilée vendredi à Bordeaux, le chorégraphe Angelin Preljocaj s'offre la musique d'un compositeur inattendu, l'ex-Daft Punk Thomas Bangalter, qui signe sa première pièce pour orchestre symphonique.

La moitié de l'ex-duo star de la French touch est de retour sur la scène musicale, cette fois sur une partition où l'on ne l'attendait pas.

«C’est étonnant, Daft Punk se sépare et ce qui va sortir, c’est une œuvre pour orchestre sans électronique», s'émerveille Angelin Preljocaj à quelques heures de la première. Programmée au Grand-Théâtre de Bordeaux jusqu'au 10 juillet, la création coproduite avec l'opéra national de Bordeaux partira en tournée pour 37 dates à partir de septembre.

«Depuis plusieurs années, on voulait faire quelque chose ensemble», raconte le chorégraphe français de 65 ans. «Je lui ai demandé s’il était intéressé d’écrire pour un orchestre, il en avait très envie, bien avant la séparation de Daft Punk», annoncée en février 2021 après 28 ans de service du duo prolifique formé avec Guy-Manuel de Homem-Christo.

«Thomas avait besoin d’un livret pour travailler, inventer, alors j'ai écrit un livret avec plusieurs mythologies, et il a écrit la musique, et puis j'ai reçu la musique, et ce qu'elle m'inspirait, m'a encore amené ailleurs, c'était comme un palimpseste», poursuit le chorégraphe.

Abandonner les machines pour composer la partition d'un ballet est un processus qui a forcément «pris beaucoup de temps», estime Romain Dumas, le chef d'orchestre, au cœur de la fabrication de l'œuvre façonnée à trois, comme dans un «ping-pong» créatif.

- «Passionné par Vivaldi» -

«Quand on écrit pour l'électronique, on n'a pas ces données à prendre en compte, comme la gestion du souffle des instrumentistes à vent ou la façon d'attaquer une note pour les cordes», relève le chef d'orchestre.

Ce projet s'est d'ailleurs révélé être aussi un challenge pour les musiciens qui se sont livrés à un «entraînement assidu», presque de «sportifs» pour traduire dans l'endurance la musique de Thomas Bangalter, tantôt nerveuse avec ses ruptures, mais aussi parfois lyrique ou aux accents cinématographiques.

Dans cette partition, le compositeur convoque des influences de la musique baroque. «Thomas est passionné par Vivaldi et Bach», mais aussi par le «courant du minimalisme américain», de John Cage à Steve Reich, «qui a innervé tout le style de musiques de films actuels américains», dit Romain Dumas. Et dans cet ensemble, «il y a des choses plus électroniques, des motifs extrêmement courts et répétés (...) quelque chose de très compliqué pour le geste instrumental humain».

Dans l'unique interview donnée au compte Facebook de l’Opéra de Bordeaux, à visage découvert, Thomas Bangalter confie pour sa part: «La raison pour laquelle j'ai accepté ce projet (car je n'aime pas faire des choses que j'ai déjà faites), c'est que ça allait être intéressant du point de vue de la composition».

Dans ses «Mythologies», Preljocaj explore les mythes qui traversent le temps depuis l'Antiquité et leur résonance avec le monde actuel dans une succession de tableaux, alternant tonalités froides ou chatoyantes.

On y croise «des mythologies antiques, les Amazones, le Minotaure, mais aussi les Mythologies évoquées par Roland Barthes comme le catch, et puis celles qu'on est en train de créer sans s'en rendre compte, et qui deviendront peut-être des mythologies du XXIe

siècle comme la guerre ou le Covid-19», détaille le chorégraphe, dont le style combine langage classique et danse contemporaine.

Dans une mise en scène épurée, avec des costumes d'inspiration antique, dix danseurs du Ballet Preljocaj et autant du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux couronnent quatre ans de collaboration entre les deux maisons.

Avec cette création, Preljocaj, connu notamment pour ses ballets «Le Parc» et «Blanche-neige», confirme son amour pour l'électro après des collaborations avec Air, le DJ Laurent Garnier et Daft Punk dont il avait déjà emprunté la bande originale du film «Tron» pour sa pièce “Gravité”.


Au Brésil, le boom des retraites mystiques dans une réserve naturelle

La réserve naturelle de Chapada dos Veadeiros, Zone protégée reconnue par l'Unesco (photo, Unesco)
La réserve naturelle de Chapada dos Veadeiros, Zone protégée reconnue par l'Unesco (photo, Unesco)
Short Url
  • Le vert émeraude du Cerrado, la savane brésilienne aux arbustes touffus, est barré par une faille rocheuse qui dévoile des piscines naturelles d'eau cristalline et des cascades spectaculaires
  • Michelle Ximenes, qui se présente comme une «guide spirituelle», est la propriétaire du Temple de l'étincelle divine, installé en pleine nature près de la petite ville d’Alto Paraiso

ALTO PARAISO DE GOIAS, Brésil : Les yeux fermés, le corps enduit d'une couche de boue d'argile grisâtre, une dizaine de touristes en maillots de bain tapent des pieds au rythme du tambour, au milieu de la végétation luxuriante de la Chapada dos Veadeiros, à 230 km de Brasilia.

«C'est l'énergie de la terre mère!», s'écrie Michelle Ximenes, qui mène ce «rituel chamanique de guérison par l'argile». Souriante dans son ample poncho noir et blanc, elle chante des incantations en frappant sur son tambour décoré de motifs ésotériques.

Michelle Ximenes, qui se présente comme une «guide spirituelle», est la propriétaire du Temple de l'étincelle divine, installé en pleine nature près d'une petite ville dont le nom est aussi tout un programme: Alto Paraiso (Haut Paradis).

Ses retraites spirituelles de désemplissent pas depuis la fin de la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 670.000 morts au Brésil.

Avant, elle en organisait une tous les deux mois. À présent, les stages ont lieu deux fois par mois dans son centre, où les visiteurs ont également droit à des séances de yoga, de méditation, et à des danses rituelles la nuit autour d'un feu de camp.

«Les gens sont à la recherche d'une connexion avec le divin après avoir traversé des moments difficiles. C'est une quête du bonheur intérieur», explique-t-elle.

Pour cela, rien de tel que la Chapada dos Veadeiros, réserve naturelle de 240.000 hectares nichée sur un haut plateau à 1.200 mètres d'altitude, dans l'Etat brésilien de Goias (centre).

Le vert émeraude du Cerrado, la savane brésilienne aux arbustes touffus, est barré par une faille rocheuse qui dévoile des piscines naturelles d'eau cristalline et des cascades spectaculaires.

«L'énergie de ce lieu est différente. L'atmosphère est vraiment spéciale, on peut travailler notre connexion avec le monde spirituel», dit Juliana Abdala, 34 ans, une des participantes à la retraite.

- Aura mystique -

Zone protégée reconnue par l'Unesco, avec des milliers d'espèces de faune et de flore menacées d'extinction, la Chapada dos Veadeiros a aussi une aura mystique qui fascine les passionnés d’ésotérisme.

Le tournant a eu lieu dans les années 1980, quand une photo prise de l'espace par la Nasa a fait croire à certains que le sous-sol de la région était composé d'une immense plaque de cristal de quartz qui dégagerait des énergies positives.

Une croyance battue en brèche depuis par les scientifiques, mais encore vivace dans l'imaginaire collectif.

La Chapada est par ailleurs située sur le quatorzième parallèle, le même que les ruines du Machu Picchu, au Pérou, site archéologique également doté d'une immense aura spirituelle.

Certains habitants d'Alto Paraiso disent même avoir vu des extra-terrestres, et des commerces de la ville jouent de cette réputation en décorant leurs vitrines de dessins de petits hommes verts.

Dans un autre centre spirituel, le Paradis des Pandava, nom inspiré de personnages d'une épopée de la mythologie hindoue, Carol Cianni enseigne aux visiteurs la technique de méditation de pleine conscience.

Un des exercices: sucer un carré de chocolat noir pendant sept minutes, et maintenir une concentration totale pour lutter contre la sensation d'anxiété.

«L'objectif n'est pas juste de savourer le chocolat. Il faut savourer la vie», explique-t-elle.

Pendant la pandémie, «beaucoup gens sont restés confinés chez eux et se sont rendus compte qu'ils étaient anxieux. En fait, ils l'étaient déjà, mais n'en avaient pas conscience».

Karla Moreno, fonctionnaire de 40 ans, qui habite Goiania, à 400 km d'Alto Paraiso, a décidé de faire une retraite spirituelle avec son mari après avoir perdu son père durant la pandémie.

«C'est un moment d'introspection, pour me regarder de l'intérieur et apprendre à mieux me connaître», raconte-t-elle.