Afghanistan: le revirement sur l'école met en évidence des tiraillements parmi les talibans

Sur cette photo d'archive prise le 23 mars 2022, des filles assistent à un cours dans leur école à Kaboul. L'interdiction talibane de l'éducation des filles montre que les ultra-conservateurs du mouvement conservent un contrôle étroit sur le groupe islamiste et révèle une lutte pour le pouvoir qui met en péril l'aide cruciale à la population désespérée de l'Afghanistan, selon les experts. (Ahmad Sahel Arman/AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 23 mars 2022, des filles assistent à un cours dans leur école à Kaboul. L'interdiction talibane de l'éducation des filles montre que les ultra-conservateurs du mouvement conservent un contrôle étroit sur le groupe islamiste et révèle une lutte pour le pouvoir qui met en péril l'aide cruciale à la population désespérée de l'Afghanistan, selon les experts. (Ahmad Sahel Arman/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 avril 2022

Afghanistan: le revirement sur l'école met en évidence des tiraillements parmi les talibans

  • Dans un volte-face inattendu, les talibans, au pouvoir depuis août, ont fait refermer le 23 mars aux filles les lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture, annoncée de longue date
  • Les ultra-conservateurs chercheraient ainsi à apaiser les milliers de combattants talibans issus des zones rurales les plus conservatrices du pays

KABOUL, Afghanistan : La fermeture aux filles des écoles secondaires montre que les orientations du mouvement taliban restent dictées par sa frange la plus radicale et expose ses divisions, qui se répercutent sur les chances de l'Afghanistan d'obtenir l'aide dont il a tant besoin, selon des experts.

Dans un volte-face inattendu, les talibans, au pouvoir depuis août, ont fait refermer le 23 mars aux filles les lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture, annoncée de longue date.

Ce revirement a suscité l'indignation de la communauté internationale mais a aussi laissé incrédule la composante la plus moderne des talibans, consciente que cela pourrait affecter sa capacité à obtenir de l'Occident l'aide financière que l'Afghanistan réclame.

«Cet ordre a été dévastateur. Le chef suprême lui-même est intervenu», affirme un haut responsable taliban, sous couvert d'anonymat comme toutes les sources talibanes interrogées par l'AFP.

Cette décision a été prise après une réunion secrète des dirigeants talibans à Kandahar (sud). Aucune raison officielle n'a été donnée pour la justifier, les talibans rappelant seulement que l'éducation des filles doit se faire en conformité avec la charia, la loi islamique, dont ils ont défendent une version ultra-rigoriste.

Le chef suprême du mouvement Hibatullah Akhundzada, et quelques autres, «sont ultra-conservateurs sur cette question» et ont eu le dernier mot, explique le même haut responsable taliban.

«Les ultra-conservateurs ont gagné cette partie», dit-il en se référant à un groupe de religieux qui inclut le président de la Cour suprême Abdul Hakim Sharai, le ministre des Affaires religieuses Noor Mohammad Saqeb et le ministre de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice Mohammad Khalid Hanafi.

- Restaurer l'influence de Kandahar -

Ceux-ci se sont jusqu'ici sentis maintenus à l'écart des décisions gouvernementales et s'opposer à l'éducation des filles est leur manière de restaurer leur emprise, estime Ashley Jackson, une spécialiste de l'Afghanistan.

«L'influence exagérée de cette minorité déconnectée de la réalité» a empêché le gouvernement d'appliquer une mesure approuvée par la vaste majorité des Afghans et la plupart des dirigeants talibans, ajoute-t-elle.

«Cela montre que Kandahar reste le centre de gravité de la politique talibane», souligne Graeme Smith, analyste pour l'International Crisis Group. Kandahar, deuxième plus grande ville d'Afghanistan, est le berceau des talibans qui en avaient fait l'épicentre de leur précédent régime (1996-2001).

Les ultra-conservateurs cherchent aussi à apaiser les milliers de combattants talibans issus des zones rurales les plus conservatrices du pays, souligne le même haut responsable taliban.

«Pour eux, dès qu'une femme sort de sa maison, c'est immoral. Alors imaginez ce qu'il en est de l'éduquer», dit-il.

A l'en croire, le chef suprême est lui-même opposé à une «éducation moderne, séculaire», qu'il associe à la vie sous les anciens présidents afghans, soutenus par l'Occident, Hamid Karzai et Ashraf Ghani.

Les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan en août, en mettant fin à vingt années d'occupation par les États-Unis et leurs alliés, qui les en avaient chassés en 2001.

Pendant ces deux décennies, les Afghanes --privées de presque tout droit sous le précédent régime taliban-- ont acquis des libertés nouvelles, retournant à l'école ou postulant à des emplois dans tous les secteurs d'activité, même si le pays est resté socialement conservateur. 

- Coup dur pour l'aide humanitaire -

La militante Tafsir Siyaposh remarque que les filles afghanes ont toujours étudié dans des classes non-mixtes et suivi un curriculum islamique. Les interdire d'école montre que les talibans veulent seulement «opprimer les droits des femmes en donnant des excuses», accuse-t-elle.

Une autre source talibane, basée au Pakistan, confirme  ces différences d'opinion entre dirigeants talibans sur la question de l'éducation, mais en écartant tout risque de voir le groupe se fragmenter.

«Il y a un débat sur cette question (...), mais nous essayons de résoudre nos divergences», confie-t-elle.

Pour les analystes toutefois, ce revirement sur l'école est un coup dur porté aux efforts des talibans pour être reconnus par la communauté internationale et obtenir l'indispensable aide humanitaire.

Ni Hibatullah Akhundzada, ni ceux qui sont proches de lui, «n'ont pleinement compris et évalué «les conséquences de cette décision sur la communauté internationale, qui a lié une éventuelle reconnaissance du gouvernement taliban à son respect des droits des femmes, considère Ashley Jackson.

Même de hauts responsables talibans sont en accord avec cette analyse. «Nous leur disons (aux ultra-conservateurs) que diriger un pays n'est pas la même chose que gérer une madrassa», une école coranique, explique l'un de ceux-ci, originaire de Kandahar.

«Tout se passait bien jusqu'à ce que cette décision sévère ne tombe. Elle est venue de notre Emir, alors nous devons l'appliquer, mais nous essayons de la modifier», ajoute-t-il.

La position des talibans sur l'éducation rend les gouvernements étrangers moins indulgents à leur égard, juge Graeme Smith.


Londres annonce des mesures de soutien pour la reconstruction de l'Ukraine

Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev
  • Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres

LONDRES: La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss présentera lundi un vaste plan de soutien pour aider l'Ukraine à long terme et participer à la reconstruction du pays une fois la guerre avec la Russie terminée.

Lors de la conférence sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano, en Suisse, Mme Truss exposera les projets du Royaume-Uni pour soutenir le pays à court terme, à travers l'aide humanitaire, mais aussi à plus long terme pour relancer l'économie ukrainienne en apportant l'expertise financière et économique britannique, a indiqué son ministère dans un communiqué dimanche.

Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, indique le Foreign office.

Le Royaume-Uni compte également travailler avec Kiev et ses alliés pour accueillir la conférence sur la relance de l'Ukraine en 2023 et établira un bureau à Londres pour aider à coordonner ces efforts.

"Le redressement de l'Ukraine après la guerre d'agression de la Russie sera le symbole du pouvoir de la démocratie sur l'autocratie. Cela montrera à Poutine que ses tentatives de détruire l'Ukraine n'ont abouti qu'à une nation plus forte, plus prospère et plus unie", a déclaré la cheffe de la diplomatie britannique, en amont de la conférence.

"Nous avons été en tête en termes de soutien à l'Ukraine pendant la guerre et continuerons à être en tête du soutien au plan de reconstruction et de développement du gouvernement ukrainien", a-t-elle affirmé.

Mercredi, le gouvernement britannique avait annoncé débloquer un milliard de livres (1,16 milliard d'euros) d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine pour répondre à l'invasion russe, comprenant des systèmes de défense anti-aérienne et des drones.

Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres.


Enquête après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique

Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident»
  • L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'«interruption temporaire» de ses contenus

LONDRES: Une enquête est en cours après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

"Nous avons connaissance d'une violation des comptes Twitter et YouTube de l'armée et une enquête est en cours. L'armée prend la sécurité de l'information très au sérieux et nous sommes en train de résoudre le problème", a indiqué le ministère de la Défense sur Twitter.

"Tant que leur enquête n'est pas terminée, il serait inapproprié de commenter davantage", a ajouté le ministère.

Des vidéos sur la crypto-monnaie et des images de l'homme d'affaires Elon Musk sont apparues sur la chaîne Youtube de l'armée tandis que son compte Twitter officiel a retweeté un certain nombre de messages semblant liés aux NFT.

Le NFT, pour "non-fungible token" ou jeton non fongible, est un format numérique qui permet d'associer à tout objet virtuel, qu'il s'agisse d'une image, photo, animation, vidéo, ou morceau de musique, un certificat d'authenticité enregistré sur une chaîne de blocs (ou "blockchain"), la technologie qui sert de base notamment aux cryptomonnaies comme le bitcoin.

L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'"interruption temporaire" de ses contenus, et annoncé la reprise du service normal de son compte.

"Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident", a indiqué l'armée.


La Centrafrique lance le projet de sa propre cryptomonnaie et d'un crypto-hub

La Centrafrique, deuxième pays le moins développé du monde selon l'ONU légalise les cryptomonnaies (Photo, AFP).
La Centrafrique, deuxième pays le moins développé du monde selon l'ONU légalise les cryptomonnaies (Photo, AFP).
Short Url
  • «Le smartphone, c'est l’alternative à la banque traditionnelle»
  • «La Centrafrique est assise sur une montagne de richesses inexploitées»

BANGUI, Centrafrique: La Centrafrique, pays parmi les plus pauvres et en guerre civile depuis neuf ans, a lancé officiellement dimanche le chantier de sa propre cryptomonnaie, le Sango, et du futur "premier crypto-hub africain" à "fiscalité nulle".

Deux mois après avoir fait de son pays le deuxième au monde après le Salvador à adopter le bitcoin comme monnaie officielle --au côté du franc CFA-- et légaliser l'usage des cryptomonnaies, le président Faustin Archange Touadéra a fait cette annonce lors d'un "événement online" pour lancer "un nouveau système numérique alimenté par la technologie Blockchain".

Aucun détail concret n'a été livré sur les modalités et le calendrier de la création de ce "Sango Coin" et d'une "Crypto Island", plateforme permettant cette devise virtuelle de devenir "le catalyseur de la tokénisation des vastes ressources naturelles" de la Centrafrique.

Cette "initiative Sango", du nom de la langue officielle au côté du français, survient en pleine crise des cryptomonnaies dans le monde, où le cours du bitcoin est en chute libre et où de nombreuses plateformes crypto risquent la faillite.

Regrettant que l'Afrique, "où 57% de la population n'est pas bancarisée", souffre d'un manque criant "d'infrastructures" rendant "quasi-inaccessible les services financiers à de nombreux habitants", M. Touadéra a asséné "avoir trouvé la solution": "le smartphone", pour commercer et investir en cryptomonnaies.

"Le smartphone, c'est l’alternative à la banque traditionnelle, à l'argent liquide et à la bureaucratie financière", a estimé le président du deuxième pays le moins développé au Monde selon l'ONU, où seuls 14,3% des plus de 5 millions d'habitants ont accès à l'électricité en 2022, et encore moins à internet, dont 71% vivent en-dessous du seuil international de pauvreté (moins de 1,90 dollar US par jour) et plus de la moitié ont besoin d'aide humanitaire, selon la Banque mondiale.

"La Centrafrique est assise sur une montagne de richesses inexploitées", dont l'or, le diamant, les métaux rares, et "Sango Coin sera l'accès direct à nos ressources pour le monde entier" pour attirer les investisseurs et "faire démarrer les moteurs de l'économie", s'est enthousiasmé le chef de l'Etat.

Fin avril, l'adoption du bitcoin comme monnaie de référence avait suscité perplexité et réprobation de la part d'une communauté internationale reprochant déjà au pouvoir de M. Touadéra d'avoir livré son pays à la Russie et aux "mercenaires" de la sulfureuse Wagner, accusée de "piller" ses ressources en échange d'un soutien militaire contre les rebelles.

La Centrafrique est ensanglantée depuis 2013 par une guerre civile très meurtrière, qui a cependant baissé d'intensité depuis 2018.