Le «metavers», popularisé par Mark Zuckerberg, commence à peine à sortir des limbes

Une personne joue à l'aide d'un casque de réalité virtuelle (VR) lors du salon de la technologie en réalité virtuelle, réalité augmentée et 3D "Laval Virtual", le 6 avril 2018, à Laval, dans le nord-ouest de la France. (AFP).
Une personne joue à l'aide d'un casque de réalité virtuelle (VR) lors du salon de la technologie en réalité virtuelle, réalité augmentée et 3D "Laval Virtual", le 6 avril 2018, à Laval, dans le nord-ouest de la France. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 avril 2022

Le «metavers», popularisé par Mark Zuckerberg, commence à peine à sortir des limbes

  • «Internet a d'abord permis d'aller chercher de l'information, puis de se connecter avec d'autres. Avec le metavers, il va permettre d'avoir une expérience complète», tente de résumer Arnaud Dressen, le patron de Wonda
  • «Je vois plutôt des metavers qu'un metavers», explique Dressen, qui se réjouit de voir des architectes du monde réel s'intéresser aux constructions des mondes virtuels

LAVAL : Grand pari de Mark Zuckerberg et du monde connecté, le "métavers" est un concept prometteur mais encore très flou, selon les spécialistes de la réalité virtuelle et augmentée réunis cette semaine pour leur grand-messe en France.

"Internet a d'abord permis d'aller chercher de l'information, puis de se connecter avec d'autres. Avec le metavers, il va permettre d'avoir une expérience complète, une immersion, qui fait oublier les écrans", tente de résumer Arnaud Dressen, le patron de Wonda, qui vend à des entreprises des univers en 3D pour des formations.

Chez Wonda, le quartier général est installé dans un local virtuel en 3D. "Notre seul espace central, qui est toujours là pour tous, c'est un espace virtuel" où les collaborateurs se retrouvent sous forme d'avatar, explique l'entrepreneur. Un petit morceau de metavers, qu'il rêve de voir s'interconnecter avec d'autres. 

"Je vois plutôt des metavers qu'un metavers", explique Arnaud Dressen, qui se réjouit de voir des architectes du monde réel s'intéresser aux constructions des mondes virtuels. "Ils commencent à comprendre qu'il y a de vrais projets d'architecture à faire dans les mondes virtuels", assure-t-il.

"Pour ce faire, le metavers devra inclure beaucoup de gens différents. S'il est concentré entre quelques grandes plateformes, avec quelques personnes qui décident pour tout le monde, ca ne marchera pas", ajoute-t-il.

Sur un autre stand de Laval Virtual, le Polonais Chris Wrobel, patron d'une petite entreprise qui commercialise des robots conversationnels (chatbot) incarnés dans des avatars, voit le metavers comme une "opportunité commerciale".

Sa société cherche à "faire incarner des marques par des personnes virtuelles", en jouant sur leur tenue, leur voix, leur forme.

Il faut que les consommateurs puissent "devenir amis avec elles", dit-il.

Au stand d'à côté, Thibaut Daudin, ingénieur de recherche dans le laboratoire privé d'intelligence artificielle Spirops (une vingtaine de collaborateurs) présente ses travaux sur l'animation d'avatars. 

Spirops parvient à animer des personnages virtuels de manière réaliste, avec une quantité réduite de données.

Avatars animés artificiellement 

"Dans l'idéal, le metavers devrait être un système qui permet de concilier des technologies différentes" de mondes virtuels, pour les rendre compatibles ensemble, estime Thibaut Daudin. Il regrette par exemple qu'il n'y ait pas d'accord sur les formats techniques des avatars. 

Si c'était le cas "les petites entreprises pourraient dès maintenant s'adapter, investir" sans crainte d'avoir misé sur le mauvais cheval, regrette-t-il.

En attendant Spirops travaille notamment sur les foules - comment les reconstituer dans un univers virtuels. "L'erreur fondamentale c'est de penser qu'on va peupler le metavers avec uniquement des avatars d'êtres humains", dit-il. 

Loin de l'enfermement dans des casques de réalité virtuelle, Michel Ruiz, patron de la petite start-up Kaviar Tech (7 collaborateurs), voit lui l'avenir dans la réalité augmentée - des images, des formes sont projetées dans des lunettes pour se superposer au monde réel, sans le cacher.

"Le metavers, c'est une deuxième couche d'information que l'on pose sur le monde réel", explique-t-il. "Vous visitez un parc naturel quelque part, et grâce à vos lunettes de réalité augmentée, vous parlez à un hologramme mu par une intelligence artificielle, qui vous guide et vous informe".

Michel Ruiz ne croit pas aux mondes 100% virtuels, dans lequel "on se créerait un personnage idéal, à travers lequel on vivrait par procuration".  

En tout cas, le metavers "aura besoin d'un casque européen", qui "ne soit pas un casque chinois ou américain avec au-dessus un cloud qui vient pomper nos données", avertit de son côté Stan Larroque, le directeur général de Lynx, une start-up française d'une quinzaine de personnes qui s'apprête à livrer cet été ses premiers casques légers, intermédiaires entre réalité virtuelle et réalité augmentée.

"C'est maintenant que ca se joue" pour réussir à lancer un matériel européen, "sinon on se réveillera encore dans deux ou trois ans quand il sera trop tard", dit-il.


Mondial au Qatar: Le secteur du luxe se frotte les mains

L'horloge du compte à rebours de la Coupe du monde de football Qatar 2022 dans la capitale Doha le 12 août 2022 (Photo, AFP).
L'horloge du compte à rebours de la Coupe du monde de football Qatar 2022 dans la capitale Doha le 12 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le luxe attendu au Qatar "«dépassera tout ce que nous avons pu fournir auparavant»
  • Les forfaits peuvent aller de 700 dollars pour un billet au premier rang, à une facture de plus d'un million de dollars

DOHA: Affluant du monde entier par jets et yachts privés, les clients fortunés de Jaime Byrom vivront une Coupe du monde grand luxe cet automne au Qatar, le riche État gazier du Golfe jugé financièrement inabordable par de nombreux fans européens.

Le luxe attendu au Qatar "dépassera tout ce que nous avons pu fournir auparavant", a déclaré l'homme d'affaires. "Certaines personnes ne lésineront pas sur les moyens pour être là", prédit-il.

Propriétaire d'une société qui vend des forfaits exclusifs aux célébrités et grandes fortunes, Jaime Byrom prévoit des ventes record pour le Mondial 2022, affirmant toutefois que toutes les bourses y trouveront leur compte.

M. Byrom, qui a vendu des millions de chambres d'hôtel au cours de dix précédentes Coupes du monde, affirme que son entreprise Match Hospitality a déjà réservé 450.000 des trois millions de billets disponibles pour le tournoi qui débute le 20 novembre.

Les forfaits peuvent aller de 700 dollars pour un billet au premier rang, avec repas compris, à une facture de plus d'un million de dollars pour des groupes séjournant dans les meilleurs hôtels et assistant à plusieurs matchs.

Parmi les produits les plus prisés, se trouve le Pearl Lounge, qui se présente comme le "summum" du luxe, situé au stade Lusail où se déroulera la finale du 18 décembre. Les 116 sièges offrent une vue imprenable, les invités recevront des cadeaux, le champagne coulera à flot et les repas seront concoctés par le chef britannique Jason Atherton, étoilé au Michelin.

«Une minorité»

Ces clients-là "feront certainement bon usage de leur richesse. Mais ce n'est qu'une minorité", relativise Jaime Byrom.

"Il y a juste des gens qui ont la chance d'avoir plus d'argent que d'autres et ils auront une expérience qui est hors de portée pour la plupart d'entre nous, c'est ainsi", conclut-il.

Les stars et grandes fortunes ne sont pas une nouveauté dans l'histoire du Mondial. Le chanteur des Rolling Stones Mick Jagger, le magnat chinois Jack Ma, des membres de la famille royale et des mannequins ont été des habitués des dernières éditions.

Les dépenses des fans dans les secteurs de l'hôtellerie et des services constituent une source de revenus importante pour la Fifa, avec environ 184 millions de dollars pour la Coupe du monde 2014 au Brésil, selon les comptes de l'instance mondiale du football basée à Genève.

Et cette année, devraient s'y ajouter davantage de riches supporters venus des pays du Golfe voisins, pour la toute première Coupe du monde organisée dans un pays arabe.

Jaime Byrom ne doute pas que ses bénéfices dépasseront cette année ceux réalisés au Brésil, les recettes étant déjà supérieures de 29% à ce qu'elles étaient 100 jours avant le début du tournoi organisé dans le grand pays du football d'Amérique du Sud.

Selon M. Byrom, les plus grosses ventes ont été réalisées auprès des clients du Mexique, des États-Unis, de Grande-Bretagne et d'Argentine. Mais ceux du Qatar, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis restent les plus importants en termes de revenus. L'Inde, Hong Kong et le Bangladesh figurent également dans le top 10 des nations acheteuses.

«Un seul endroit»

Les supporters les moins fortunés se partageront des cabanes portables à 200 dollars par jour en périphérie de la capitale Doha, pendant que d'autres séjourneront dans des camps dans le désert, répliques des tentes bédouines traditionnelles du Golfe.

Mais M. Byrom assure que la Coupe du monde au Qatar sera à des prix "avantageux" pour tous, car les prix de la plupart des chambres d'hôtel sont contrôlés par le gouvernement et non fixés en fonction du marché.

Selon l'homme d'affaires, les supporters devront aussi profiter du fait qu'ils ne se ruineront pas à parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres entre les villes comme en Russie en 2018 et au Brésil en 2014.

Aucun des huit stades du Qatar n'est séparé de plus de 70 kilomètres, dans cette cité-État de 2,8 millions d'habitants, dont environ 90% d'étrangers.

"C'est la première, et ce sera la dernière fois, je suppose, qu'une Coupe du monde est organisée dans un seul endroit", souligne M. Byrom, prédisant une "Coupe du monde extraordinaire".


S&P place l'Ukraine à un cran du défaut de paiement

Un tableau avec la valeur du S&P Merval (Photo, AFP).
Un tableau avec la valeur du S&P Merval (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Ukraine a obtenu de la part de ses créanciers internationaux un moratoire de deux ans sur sa dette extérieure
  • L'économie ukrainienne s'est effondrée depuis le début de la guerre avec la Russie

WASHINGTON: L'agence de notation S&P a abaissé vendredi la notation de l'Ukraine, qui est désormais étiquetée "SD", ou défaut de paiement "sélectif", dernier cran avant le défaut de paiement, en raison du moratoire sur sa dette extérieure obtenue mercredi.

"Compte tenu des termes et conditions annoncés de la restructuration, et conformément à nos critères, nous considérons cette transaction comme (...) équivalant à un défaut", indique S&P dans un communiqué.

L'Ukraine a obtenu de la part de ses créanciers internationaux un moratoire de deux ans sur sa dette extérieure, évaluée à 20 milliards de dollars

Les notes de la dette à long et court terme en devises étrangères sont dégradées de CC/C à SD. L'agence ne l'accompagne pas, comme c'est le cas pour les autres notations, d'une perspective indiquant si elle envisage de relever ou abaisser, ou de la maintenir.

Un pays est considéré en défaut de paiement quand il est incapable d'honorer ses engagements financiers auprès de ses créanciers, qui peuvent être des États, des institutions financières (Fonds monétaire international, Banque mondiale, etc.) ou des investisseurs sur les marchés financiers. Le défaut est qualifié de partiel quand l’État ne rembourse pas une partie de ses obligations.

Un groupe de créanciers occidentaux, dont la France, les États-Unis, l'Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni avaient donné le 20 juillet leur accord à un report de paiement d'intérêts sur la dette ukrainienne après une requête de Kiev, exhortant les autres détenteurs d'obligations à faire de même.

L'économie ukrainienne s'est effondrée depuis le début de la guerre avec la Russie lancée le 24 février et pourrait voir son PIB plonger de 45% cette année, selon les dernières estimations de la Banque mondiale de juin.

Les mesures de report du paiement des échéances de l'Ukraine sur ses obligations pourraient lui permettre d'économiser au moins 3 milliards de dollars sur deux ans, d'après les calculs de l'agence Bloomberg.


France: le salaire de base dans le privé a progressé de 1% au 2e trimestre

Le ministre français du Travail, de l'Emploi et de l'Intégration, Olivier Dussopt. (Photo, AFP)
Le ministre français du Travail, de l'Emploi et de l'Intégration, Olivier Dussopt. (Photo, AFP)
Short Url
  • Sur un an, le salaire mensuel a augmenté de 3,0%, après une hausse de 2,3% au trimestre précédent, selon la Dares, le service de statistiques du ministère
  • Le coût de la vie a augmenté de 6,1% depuis juillet 2021, selon les chiffres définitifs de l'Insee publiés vendredi, soit le niveau d'inflation le plus élevé depuis juillet 1985

PARIS : L'indice du salaire mensuel de base (SMB) dans le privé a augmenté de 1% au deuxième trimestre 2022, soit moins que le coût de la vie, selon des données provisoires publiées vendredi par le ministère du Travail.

Le SMB, mesuré dans les entreprises privées (hors agriculture) de 10 salariés et plus, représente le salaire brut, c'est-à-dire avant la déduction des cotisations sociales et le versement des prestations sociales. Il ne prend en compte ni les primes, ni les heures supplémentaires.

Sur un an, le salaire mensuel a augmenté de 3,0%, après une hausse de 2,3% au trimestre précédent, selon la Dares, le service de statistiques du ministère.

Mais "ces évolutions doivent être mises en regard de l'inflation", rappelle l'organisme dans un communiqué.

Le coût de la vie a en effet augmenté de 6,1% depuis juillet 2021, selon les chiffres définitifs de l'Insee publiés vendredi, soit le niveau d'inflation le plus élevé depuis juillet 1985.

Le salaire mensuel de base, rapporté à l'inflation et en euros constants, a ainsi diminué de 3,1% sur un an.

Par rapport au premier trimestre 2022, le salaire mensuel de base a augmenté de 1,3% pour les employés (+3,7% sur un an), de 1,2% pour les ouvriers (+3,3%), de 0,8% pour les professions intermédiaires (+2,4%) et de 0,7% pour les cadres (+2,3%).