Présidentielle: à J-7, Macron-Le Pen ou le «choix de civilisation»

Le président français et candidat du parti libéral La République en marche (LREM) à la réélection, Emmanuel Macron, au bureau de France Inter, à côté d'un écran de télévision affichant la candidate du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Marine Le Pen (à droite), à la Maison de la Radio à Paris, le 4 avril 2022. (Ludovic Marin/AFP)
Le président français et candidat du parti libéral La République en marche (LREM) à la réélection, Emmanuel Macron, au bureau de France Inter, à côté d'un écran de télévision affichant la candidate du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Marine Le Pen (à droite), à la Maison de la Radio à Paris, le 4 avril 2022. (Ludovic Marin/AFP)
Le président français et candidat du parti libéral La République en marche (LREM) à la réélection, Emmanuel Macron, au bureau de France Inter, à côté d'un écran de télévision affichant la candidate du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Marine Le Pen (à droite), à la Maison de la Radio à Paris, le 4 avril 2022. (Ludovic Marin/AFP)
Le président français et candidat du parti libéral La République en marche (LREM) à la réélection, Emmanuel Macron, au bureau de France Inter, à côté d'un écran de télévision affichant la candidate du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Marine Le Pen (à droite), à la Maison de la Radio à Paris, le 4 avril 2022. (Ludovic Marin/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 17 avril 2022

Présidentielle: à J-7, Macron-Le Pen ou le «choix de civilisation»

  • L'enjeu de ce second tour, c'est de convaincre les indécis et les abstentionnistes, qui étaient au premier tour plus de 26% de la population en âge de voter
  • Mme Le Pen se pose «en mère de famille» qui dirigerait le pays «avec bon sens, avec cohérence, sans excès, sans outrance», en défendant les «plus vulnérables»

PARIS : A une semaine du second tour de l'élection présidentielle dimanche, rien n'est joué entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, dans une campagne électrique où chacun tente de rassembler au-delà de son camp.

Dans ce duel indécis à couteaux tirés, le président sortant a un léger avantage sur sa rivale d'extrême droite, si l'on en croit les sondages d'opinion.

Il l'emporterait au second tour dimanche dans une fourchette de 53 à 55,5% contre 44,5 à 47% pour Marine Le Pen, en légère progression mais dans la marge d'erreur et, donc, pas à l'abri d'un faux-pas ou d'une forte mobilisation de l'électorat anti-Macron.

L'enjeu de ce second tour, c'est de convaincre les indécis et les abstentionnistes, qui étaient au premier tour plus de 26% de la population en âge de voter. A cet égard, le débat télévisé mercredi soir entre les deux rivaux jouera un rôle décisif.

En 2017, la candidate du Rassemblement national avait sombré face à Emmanuel Macron. Elle estime être mieux préparée cette fois et se dit «extrêmement sereine».

En attendant, elle se repose ce dimanche de Pâques, sans rendez-vous et avec un seul média enregistré la veille: l'émission «Dimanche en politique» sur France 3.

Lundi matin, la candidate devrait effectuer un déplacement avant de plonger à nouveau dans les préparatifs du débat de mercredi, selon son entourage.

Elle tiendra son dernier grand meeting à Arras jeudi prochain, dans le Pas-de-Calais.

Depuis le premier tour, la stratégie de Mme Le Pen vise à asseoir sa crédibilité, et continuer à lisser son image, alors que le nom de Le Pen associé à l'extrême droite résonne en France depuis des décennies.

- «Sans outrance» -

Elle a tenu deux grandes conférences de presse sur des sujets régaliens, les institutions et la diplomatie, est beaucoup intervenue dans les médias, et a fait un seul meeting, à Avignon jeudi soir.

Elle maintient la thématique du pouvoir d'achat, plutôt que l'immigration, et oppose deux France, celle des «élites» favorables selon elle à Emmanuel Macron et l'autre, populaire, qu'elle prétend incarner.

Mme Le Pen se pose ainsi «en mère de famille» qui dirigerait le pays «avec bon sens, avec cohérence, sans excès, sans outrance», en défendant les «plus vulnérables».

«Le premier tour a montré, avec les votes Mélenchon et Le Pen, un formidable divorce entre le président sortant et les catégories populaires», souligne Nicolas Lebourg, chercheur à l'université de Montpellier et spécialiste de l'extrême droite, dans Philosophie Magazine.

«La question n'est pas de rassembler des voix de gauche: elle est de convaincre les catégories populaires qu'elles seront moins maltraitées, plus respectées et mieux protégées avec elle en tant que présidente», ajoute-t-il.

- «A l'écoute» -

A contrario, le président sortant, entré tardivement en campagne, se démultiplie en cherchant à mobiliser, convaincre et être «à l'écoute» des Français.

Bains de foule en série, visite de plusieurs villes en une journée, meetings en place publique comme à Strasbourg mardi et Marseille samedi, discussions du tac au tac avec des opposants, interviews médias quotidiennes: le contraste est total avec le candidat Macron du premier tour.

A Marseille samedi, il a fait un long plaidoyer en faveur de l'écologie -- thématique cruciale à gauche et notamment chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon --, tout en appelant au rassemblement derrière lui face à la montée de l'extrême droite.

Il attaque frontalement son adversaire, déclarant par exemple samedi que «même incompétente, elle est climatosceptique» cherchant à la «diaboliser» pour tirer avantage de ce «front républicain» qui l'avait propulsé président en 2017 et qui s'est émoussé depuis.

Il peut toutefois se prévaloir d'un nombre croissant de soutiens, de gauche comme de droite, caressant l'espoir d'une recomposition politique majeure. Après les sportifs, nombre de personnalités du monde de la culture ont appelé vendredi à voter pour lui au second tour pour faire barrage à l'extrême droite.

Dans une tribune publiée dans le JDD, un millier d'acteurs du monde de la santé appellent dimanche «sans détour à faire barrage à l'extrême droite», en votant «en faveur de l'actuel président de la République».

Comme son adversaire, Emmanuel Macron n'a rien à son agenda officiel dimanche avant des interviews lundi matin à France Culture puis C à vous en soirée. Puis, une série de déplacements dans la dernière ligne droite d'une élection qui, selon les candidats, est rien moins qu'un «choix de civilisation».


Manifestations de motards pour dire « non au contrôle technique»

Les motards s'immobilisent alors qu'ils bloquent le périphérique lors d'une manifestation à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les motards s'immobilisent alors qu'ils bloquent le périphérique lors d'une manifestation à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ils étaient 1 400 à Lyon, 900 à Toulouse ou encore 850 à Bordeaux selon les chiffres des préfectures respectives
  • Dans un arrêt du 31 octobre, le Conseil d'Etat a réinstauré le contrôle technique pour les deux-roues, une obligation européenne dont l'application était prévue début 2023 avant son annulation par le gouvernement

TOULOUSE: Plusieurs centaines de motards ont défilé samedi dans de nombreuses villes françaises comme Toulouse, Lille, Bordeaux ou Rennes, pour protester contre l'instauration du contrôle technique pour les deux-roues.

Ils étaient 1 400 à Lyon, 900 à Toulouse ou encore 850 à Bordeaux selon les chiffres des préfectures respectives.

A Toulouse, le cortège de véhicules s'est réuni à l'appel de plusieurs fédérations de motards de la région, avant d'emprunter l'A64, baptisée la "Pyrénéenne", pour ensuite se diriger vers le périphérique à faible allure en faisant vrombir leurs moteurs.

Dans la Ville Rose, la mobilisation concernait aussi la mise en place d'une ZFE, qui entraînera l'interdiction des voitures et deux-roues certifiés Crit'air 4, 5 et non classés (les véhicules les plus vieux) à partir du 1er janvier 2023.

A Bordeaux, 850 motos ont défilé en ville selon la préfecture, 2.000 selon la Fédération française des motards en colère (FFMC).

A leur arrivée dans le centre, les manifestants se sont dirigés dans une atmosphère détendue et à pied vers le Tribunal administratif devant lequel ils ont exposé un cercueil et des affiches portant les slogans "contrôle technique le mensonge de trop" ou "Je contrôle, tu contrôles, ils s’enrichissent".

"C’est dans ces moments que l’on peut montrer notre force", a réagi pour l'AFP Marianne Grand, coordinatrice de la FFMC33 qui compte bien "continuer la bataille".

Contrôle «inefficace»

L'appel à la mobilisation été suivi dans plusieurs autres grandes villes de France comme à Lyon où 1 400 participants sont partis de la Place Bellecour pour se rendre vers la préfecture, tandis que 400 personnes ont manifesté à Perpignan.

Dans le Nord, Ils étaient 650 à Lille, selon une source policière, réunis vers 15h00 place de la République près de la préfecture.

Auprès de l'AFP, Philippe Maussion, coordinateur de la FFMC59, a appelé l'Etat à ne pas "céder aux associations pseudo-écologistes parisiennes dont le seul but est de chasser tout ce qui est motorisé de Paris".

A Rennes, 350 à 400 motards se sont rassemblés devant la préfecture d'Ille-et-Vilaine en début d'après-midi, venus également des départements voisins du Morbihan et des Côtes d'Armor.

"On est là pour encourager le gouvernement à poursuivre ses efforts sur des solutions alternatives au contrôle technique obligatoire pour les deux roues", a déclaré à l'AFP Philippe Jéhanno, coordinateur de la manifestation pour la FFMC 35.

"Le contrôle technique sera inefficace en termes de sécurité. En dix ans, le parc de deux roues a augmenté de 30% tandis que la mortalité baissait de 19%. Nous sommes les bons élèves de la sécurité routière", affirme-t-il.

La FFMC d’Ille-et-Vilaine doit être reçue jeudi à la préfecture pour aborder des problématiques propres au département, notamment liées à la sécurité, a-t-il précisé.

Des mobilisations ont aussi eu lieu à Reims et Strasbourg où 250 motos ont défilé.

Dans un arrêt du 31 octobre, le Conseil d'Etat a réinstauré le contrôle technique pour les deux-roues, une obligation européenne dont l'application était prévue début 2023 avant son annulation par le gouvernement.

Une semaine plus tôt, plus de 1 500 motards, venus de plusieurs départements du sud de la France, avaient défilé à Montpellier pour protester contre cette mesure.

D'autres manifestations sont prévues ce week-end, dont une à Paris et Marseille dimanche.


Mondial: Mbappé balaye le Danemark et envoie la France en 8es

Les joueurs français célèbrent leur victoire lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les joueurs français célèbrent leur victoire lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La France est devenue samedi la première nation qualifiée pour les huitièmes du Mondial-2022
  • Les Bleus seront assurés de la première place du groupe D s'ils font match nul contre la Tunisie

DOHA: Les Bleus de l'inévitable Kylian Mbappé ont fait briller leur étoile de champions du monde contre le Danemark (2-1), ex-bête noire fauchée en fin de match, avec une prestation éclairante et une qualification précoce acquise pour les 8es de finale du Mondial.

Cocorico! Didier Deschamps ne voulait pas "mettre le coq plus haut qu'il le faut" après le succès initial contre l'Australie (4-1), mais ses Bleus ont déplumé leur rival scandinave, plus fort en juin et septembre (défaites françaises 2-1 et 2-0), au bout du supense grâce à leur jeune attaquant vedette.

Le prodige du Paris Saint-Germain s'est offert un doublé décisif (61e, 86e), crucial pour les Bleus comme en huitièmes du Mondial-2018 face à l'Argentine, un adversaire qu'il pourrait recroiser d'ailleurs dans deux matches au même stade de la compétition.

Grâce à lui, l'armada tricolore aborde sa dernière rencontre du groupe D, mercredi contre la Tunisie, avec un billet en poche et la possibilité pour le sélectionneur de faire souffler des cadres et donner du temps de jeu à ses "coiffeurs", surnom des remplaçants.

Un match nul face aux Aigles de Carthage leur assurerait même la première place du groupe.

"Ce groupe est fort, solide, et a envie de faire de belles choses", a salué Deschamps sur TF1, heureux d'une qualification qui amène de "la tranquillité".

Après deux rencontres, en tout cas, la France a une belle tête de vainqueur et balaye la malédiction des anciens tenants du titre, les trois précédents (Italie, Espagne et Allemagne) ayant sombré dès le premier tour du Mondial.

Varane solide

Au stade 974 de Doha, reconnaissable à ses conteneurs maritimes colorés, les Bleus ont longtemps dominé les débats, avant d'avoir des sueurs froides en fin de match. Mais le capitaine Hugo Lloris a tenu bon la barre, avec notamment une belle parade sur une frappe rapprochée (73e).

Le vice-capitaine Raphaël Varane, enfin de retour sur un terrain, a aussi rendu une copie parfaite, une autre bonne nouvelle pour les champions du monde, submergés par une vague de blessés depuis de longues semaines et encore récemment.

Le défenseur de Manchester United est sorti après une heure et quart de combat, sans pépin visible après avoir été éloigné un mois des terrains pour une blessure musculaire à une cuisse.

Pour sa 88e sélection, l'ex-Madrilène a guidé l'arrière-garde avec sérénité, à l'image de cette intervention autoritaire suivie d'une passe longue entre deux défenseurs pour Mbappé, ceinturé par Andreas Christensen, averti d'un carton jaune à la teinte foncée (20e). Il est aussi monté aux avant-postes pour placé sa tête.

Son jeune associé Dayot Upamecano, préféré à Ibrahima Konaté, s'est hissé au même niveau, de quoi s'incruster davantage dans le "onze" de départ.

Face à la 10e nation mondiale, Deschamps a obtenu quelques certitudes de plus concernant son équipe-type, quasiment fixée après deux matches.

Dembélé intenable

S'il y avait des doutes concernant Ousmane Dembélé, l'ailier du Barça les a levées encore davantage, dans le sillage de sa performance contre l'Australie (4-1).

Le joueur de 25 ans, revenu en sélection en septembre seulement, avait des jambes de feu et le dribble facile. Il a enrhumé ses vis-à-vis dans le stade non-climatisé de Doha, de nombreuses fois, et a abattu un travail défensif remarquable, tacles à l'appui, donnant raison à son sélectionneur.

Un bémol, cependant, concernant le poste de latéral droit. Son choix d'installer Jules Koundé à la place de Benjamin Pavard, deux joueurs plus épanouis dans l'axe, n'a pas vraiment été payant.

Pas toujours rassurant dans son positionnement, ni ses relances, Koundé a écopé d'un carton jaune qui aurait pu virer au rouge après une semelle sur Nelsson peu avant la pause.

L'autre motif de regret concerne le but encaissé, sur un coup de pied arrêté, un danger pourtant pointé du doigt avant la rencontre. Après une première tête danoise, sur corner, Andreas Christensen a placé la sienne (68e) et fait douter les Tricolores.

Heureusement, Mbappé était là, comme souvent. Le buteur de 23 ans s'est d'abord appuyé sur un relais de Theo Hernandez, encore décisif, pour ouvrir le score. Puis il a offert la victoire sur un centre d'Antoine Griezmann, de nouveau très en vue dans son rôle inhabituel de quasi-milieu relayeur.


Aveyron: deux enfants de 6 et 9 ans décédés dans l'incendie d'un immeuble

Les pompiers ont été alertés peu avant 9h30 samedi matin. (Photo d'illustration, AFP)
Les pompiers ont été alertés peu avant 9h30 samedi matin. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Le feu a pris au premier étage d'un immeuble de cette ville située en périphérie de Rodez
  • Les habitants de l'immeuble et de ses alentours ont été évacués en raison des fumées

RODEZ: Deux enfants de six et neuf ans sont décédés lors de l'incendie d'un immeuble à Onet-le-Château (Aveyron) samedi matin, a-t-on appris auprès du parquet de Rodez.

Le feu a pris au premier étage d'un immeuble de cette ville située en périphérie de Rodez, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les pompiers ont été alertés peu avant 9h30 samedi matin.

A l'intérieur de l'appartement, les secours expliquent avoir retrouvé les deux enfants, âgés de six et neuf ans, "en arrêt cardiorespiratoire". Ils ont ensuite été pris en charge par le SMUR, qui n'a pas pu les ranimer.

Une enquête a été ouverte pour connaître les causes de l'incendie, a précisé le parquet.

Les habitants de l'immeuble et de ses alentours ont été évacués en raison des fumées.