Mali: Transition de deux ans, maintient la junte, qui défie la Cédéao

Goodluck Johnathan, médiateur de la CEDEAO au Mali, quitte une réunion à huis clos à Accra, Ghana, le 25 mars 2022 (Photo, AFP).
Goodluck Johnathan, médiateur de la CEDEAO au Mali, quitte une réunion à huis clos à Accra, Ghana, le 25 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 avril 2022

Mali: Transition de deux ans, maintient la junte, qui défie la Cédéao

  • Sur l'avenir des discussions avec la Cédéao, M. Maïga a mentionné la venue de «missions» à Bamako dans les jours prochains
  • L'organisation régionale impose de lourdes sanctions économiques au Mali

BAMAKO: La junte au pouvoir au Mali a défié jeudi ses partenaires régionaux en annonçant le lancement d'un "processus" de transition de "deux ans" alors que ceux-ci demandent à Bamako d'organiser des élections en 16 mois maximum.

"A partir de cet instant nous engageons le processus de mise en oeuvre de tout le plan de la transition pour les deux ans qui ont été retenus par le président de la transition", le colonel Assimi Goïta, à la tête du pays depuis mai 2001, a déclaré Choguel Maïga, le Premier ministre installé par les militaires.

Pour autant, a-t-il assuré, "les discussions ne sont pas rompues" avec la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), qui presse la junte de rendre rapidement le pouvoir aux civils.

Mais "la preuve est faite par A+B qu'on ne peut pas aller en-deçà de 24 mois", et "on ne peut pas accepter [...] de précipiter les élections, de les bâcler pour avoir la conscience tranquille", a ajouté M. Maïga devant le Conseil national de la transition (CNT), instance faisant office d'organe législatif et dont les membres ont été nommés par le pouvoir.

Plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde que le déploiement de forces étrangères n'a pas permis de régler, le Mali a connu deux coups d'Etat militaire depuis août 2020.

Comme la Guinée et le Burkina Faso, où des militaires ont pris le pouvoir en septembre 2021 et janvier 2022 respectivement, le pays est mis sous pression par la Cédéao.

L'organisation régionale a suspendu les trois pays de ses instances et impose de lourdes sanctions économiques au Mali, un "embargo" qui viole "ses propres textes", selon M. Maïga, qui a dénoncé "le fait du prince".

En mars, la Cédéao demandait l'organisation d'élections dans un délai de 12 à 16 mois au Mali. Une visite à Bamako de son médiateur pour la crise malienne, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, n'était pas parvenue alors à ramener le délai de la transition voulu par les militaires sous la barre des deux ans.

Notre souveraineté, notre indépendance

Sur l'avenir des discussions avec la Cédéao, M. Maïga a mentionné sans plus de détails la venue de "missions" à Bamako "dans les jours prochains pour aboutir, nous l'espérons, à un accord".

Les militaires au pouvoir se sont rapprochés de Moscou en même temps qu'ils se détournaient de la France, engagée militairement dans le pays contre les jihadistes depuis 2013.

Le Mali a ainsi fait appel massivement à ce qu'il présente comme des "instructeurs" venus de Russie alors que les Occidentaux (Paris et Washington notamment) dénoncent la présence dans le pays de "mercenaires" du groupe privé russe Wagner, ce que démentent fermement les colonels maliens.

Sur fond de crise diplomatique avec la junte, Paris a annoncé en février le retrait de ses soldats déployés au Mali, opération devant être achevée cet été.

Dans un climat de tensions croissantes entre Bamako et l'ONU, qui demande en vain de pouvoir enquêter dans des zones où des éléments de l'armée malienne ont été accusés ou soupçonnés d'avoir mené des exactions contre des civils, la présence des Russes alimente des interrogations sur l'avenir de la mission des Nations unies au Mali (Minusma), dont le mandat est censé être renouvelé en juin, 

Mais "ce n'est pas l'intérêt du Mali aujourd'hui de dire que nous rompons avec la Minusma. Le mandat sera renouvelé", a déclaré M. Choïga aux membres du CNT.

"Mais il faut qu'on se mette dans la tête que notre souveraineté, notre indépendance, notre défense, notre sécurité, c'est notre armée seule appuyée par moments par nos partenaires, qui peut l'assurer", a-t-il ajouté, jugeant que celle-ci s'acquitte "de façon extraordinaire de sa mission".

Le conflit en cours au Mali a fait des milliers de morts, civils et combattants, depuis 2012.


Venezuela: l'ONU et Nicolas Maduro discutent droits humains

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Volker Türk serre la main du président vénézuélien Nicolas Maduro après une réunion au palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Volker Türk serre la main du président vénézuélien Nicolas Maduro après une réunion au palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement se défend en pointant du doigt l'impact des sanctions économiques américaines, tout en insistant vouloir mener «un dialogue constructif»
  • «Réunion fructueuse avec Volker Türk, qui a aimablement accepté notre invitation au Venezuela», a déclaré Nicolas Maduro

CARACAS: Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk et le président du Venezuela Nicolas Maduro se sont réunis vendredi pour parler de la situation des droits humains dans le pays, sur invitation de Caracas.

"Réunion fructueuse avec Volker Türk, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, qui a aimablement accepté notre invitation au Venezuela. Nous avons ratifié notre engagement en faveur de la défense des droits de l'homme et la volonté d'avancer dans l'amélioration du système judiciaire", a déclaré M. Maduro sur Twitter, quelques minutes après la réunion qui s'est tenue à huis clos dans le palais présidentiel Miraflores.

M. Türk et sa délégation ont rencontré, depuis leur arrivée jeudi, des ONG, des représentants de la société civile et des victimes dénonçant "des violations systématiques".

Quatre-vingt-dix ONG ont appelé à "renforcer" le travail en faveur de la protection des droits humains.

Il est "nécessaire d'élever nos voix, publiquement et au plus haut niveau (...) et de renforcer le travail commun pour prévenir et arrêter définitivement les graves violations qui continuent de se produire au Venezuela de manière systématique", ont-elles déclaré.

Le gouvernement se défend en pointant du doigt l'impact des sanctions économiques américaines, tout en insistant vouloir mener "un dialogue constructif".

L'ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, qui avait précédé Volker Türk, avait mis en place une commission au Venezuela en 2019 pour surveiller et aider la situation des droits humains dans le pays.

Dans son dernier rapport avant de quitter ses fonctions, Mme Bachelet a déclaré avoir constaté des progrès en matière de droits au Venezuela, tout en soulignant qu'il y a encore "beaucoup à faire".


A Memphis, colère et indignation après la diffusion de l'arrestation de Tyre Nichols

Des manifestants protestent contre la mort de Tire Nichols le 27 janvier 2023, à Memphis, Tennessee (Photo, AFP).
Des manifestants protestent contre la mort de Tire Nichols le 27 janvier 2023, à Memphis, Tennessee (Photo, AFP).
Short Url
  • Les images de l'arrestation de Tyre Nichols, 29 ans, montrent les violences infligées durant de longs instants par les cinq policiers noirs
  • Pour David Stacks, un habitant de Memphis venu manifester, la mort de Tyre Nichols «devrait rassembler tout le monde»

MEMPHIS : Des "réponses" et des "actes": une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés vendredi soir à Memphis, dans le sud des Etats-Unis, pour réclamer justice après la publication de la vidéo montrant l'arrestation violente de Tyre Nichols, un jeune Afro-Américain décédé quelques jours après.

"Qu'allez-vous faire", demande une manifestante armée d'un mégaphone au "parc des Martyrs" du centre de Memphis, s'adressant à la cheffe de la police de la ville.

Les images de l'arrestation de Tyre Nichols, 29 ans, montrent les violences infligées durant de longs instants par les cinq policiers noirs, dans le sillage d'un banal contrôle routier dans cette grande ville de l'Etat du Tennessee, le 7 janvier.

Dès 18H00 vendredi soir (00H00 GMT samedi), les quelques dizaines de manifestants se mettent en branle aux cris de "Pas de justice, pas de paix".

Ils parviennent rapidement à bloquer un axe majeur de la ville, provoquant d'importants bouchons.

"Si nous avons décidé de venir là ce soir, c'est d'abord parce que la famille (de Tyre Nichols) nous a (dit) que si nous manifestions, nous devions le faire pacifiquement", déclare LJ Abraham, une militante associative de Memphis.

«Ouvrir les yeux»

Le cortège continue son chemin jusqu'à un pont enjambant le fleuve Mississippi et y bloque également la circulation sur ses quatre voies.

Pour David Stacks, un habitant de Memphis venu manifester, la mort de Tyre Nichols "devrait rassembler tout le monde, et faire ouvrir les yeux" à la population afro-américaine.

"C'est plus important que ce qui se passe dans les quartiers et à travers la ville", dit ce patron d'entreprise noir de 38 ans.

Les manifestants présents ne proviennent pas tous de Memphis, certains sont venus d'Etats voisins, en amont de la publication de la vidéo.

Pour Monica Johnson, une militante de 24 ans venue d'Atlanta, il est important à présent que la police "rende des comptes" et que l'ensemble des policiers impliqués soient condamnés.

"Nous demandons le démantèlement de l'unité Scorpion", en cause dans le passage à tabac de Tyre Nichols, dit-elle.

Malgré les troubles attendus par les autorités au moment de la publication de la vidéo, le centre-ville de Memphis reste calme, et les commerces ouverts.


Centre du Burkina: au moins une dizaine de civils tués dans deux attaques

Des soldats de l'armée française patrouillent dans le village de Gorom Gorom à bord de véhicules blindés de transport de troupes lors de l'opération Barkhane dans le nord du Burkina Faso (Photo, AFP).
Des soldats de l'armée française patrouillent dans le village de Gorom Gorom à bord de véhicules blindés de transport de troupes lors de l'opération Barkhane dans le nord du Burkina Faso (Photo, AFP).
Short Url
  • La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays
  • Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique

OUAGADOUGOU: Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de djihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locale.

Jeudi en fin de journée, "un groupe d'individus armés et à bord de motos ont fait irruption à Doh, un village de la commune de Dassa et ouvert le feu sur des habitants. Six d'entre eux sont morts sur le coup et deux autres ont été blessés", a indiqué à l'AFP un habitant.

"Au même moment, un autre groupe d'hommes armés a attaqué une autre localité de la commune, Bachoukorêpoun, située à quelques kilomètres, faisant également six morts", a poursuivi le même habitant.

Une source sécuritaire anonyme jointe par l'AFP, a confirmé les deux attaques évoquant de son côté un "bilan provisoire" d'une "dizaine de victimes".

"Des opérations (de ratissage) sont en cours pour ramener la quiétude et rassurer les populations" qui avaient commencer à quitter la zone, a indiqué la même source.

Selon plusieurs habitants de la commune de Dassa, des incursions de membres de groupes djihadistes présumés sont fréquentes depuis quelques mois, à la suite d'une vaste opération anti-djihadiste lancée par les forces de défense et de sécurité dans la province voisine du Nayala.

Celle-ci contraint les djihadistes présumés à se replier dans la province du Sanguie où se trouve Dassa.

La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays faisant une trentaine de morts, dont une quinzaine de Volontaires de la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils de l'armée.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui se multiplient. Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre - le deuxième en huit mois - s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

Le Burkina Faso était aidé depuis plusieurs années dans sa lutte contre les djihadistes par des forces spéciales françaises, mais les autorités de la transition leur ont demandé cette semaine de plier bagage d'ici un mois.

Cette décision est motivée par "la volonté des autorités de la transition et de l'ensemble des Burkinabè, d'être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire", a justifié lundi le porte-parole du gouvernement, Jean-Emmanuel Ouédraogo.