Cérémonie du Feu sacré à Jérusalem: les restrictions israéliennes suscitent l'indignation

Des fidèles chrétiens attendent derrière des barrières avant la cérémonie du Feu sacré devant l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le 23 avril 2022 (Photo, AFP).
Des fidèles chrétiens attendent derrière des barrières avant la cérémonie du Feu sacré devant l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, le 23 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 24 avril 2022

Cérémonie du Feu sacré à Jérusalem: les restrictions israéliennes suscitent l'indignation

  • Israël affirme vouloir éviter un nouveau désastre après qu'une bousculade dans un lieu saint juif bondé a fait 45 morts l'année dernière
  • L'orchestre des scouts s'est produite dans les rues menant à l'église, sous le regard ravi des pèlerins

RAMALLAH : Des milliers de chrétiens n'ont pas pu se rendre samedi à l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem-Est pour célébrer la cérémonie du Feu sacré à cause des barrages de la police israélienne dans la vieille ville.

Des photos et des vidéos prises sur place et dans la vieille ville ont montré un grand nombre de policiers et de barrières déployés à l'entrée des églises. Des policiers ont été vus en train de pousser et de frapper des femmes et des religieux, les empêchant de s'approcher de l’édifice.

L'orchestre des scouts s'est produit dans les rues menant à l'église, sous le regard ravi des pèlerins.

La Cour suprême d'Israël a jugé qu'il n'y avait pas de restrictions quant au nombre de visiteurs de l'église, mais les forces de police israéliennes ont décidé des règles sur le terrain en ignorant la décision de la Cour.

Une femme chrétienne de Jérusalem-Est a déclaré à Arab News que le nombre de barrières de police avait augmenté cette année en réponse à la décision du tribunal. «Chaque année, nous souffrons de ces mesures racistes. Nous voulons célébrer ce jour librement et sans restrictions. Maintenant, nous voulons une solution pour cette souffrance», a-t-elle indiqué.

La police a demandé aux responsables de l'église de réduire le nombre de fidèles et a affirmé qu'elle n'autoriserait que 1 000 personnes à entrer dans l'église le samedi saint et 500 personnes à entrer dans la vieille ville et à atteindre les places du patriarcat et le toit de l'église.

L'église a saisi le tribunal, soulignant son droit de culte et exigeant d'accéder à l'église sans restrictions ni conditions. 

La police a essayé de négocier avec l'église en proposant d'autoriser l'entrée de 4 000 fidèles, mais les pétitionnaires ont rejeté cette offre et ont exigé l'entrée libre et inconditionnelle de n'importe quel nombre de fidèles.

L'évêque Monib Younan, ancien chef de l'Union luthérienne de Jérusalem, a déclaré à Arab News, «Nous considérons que la limitation du nombre de fidèles et de célébrants dans l'église, par les autorités israéliennes aujourd'hui, une remise en cause de la situation historique et légale de l'église depuis des décennies, et la police israélienne aujourd'hui n'a pas permis à notre communauté d'entrer dans l'église comme il se doit, et il y a eu du harcèlement contre elle».

Il a signalé «Le samedi saint est le seul jour où les chrétiens peuvent célébrer à Jérusalem, et des pèlerins chrétiens sont venus même d'Égypte, mais ils n’avaient pas été autorisés à entrer pour participer aux célébrations».

Younan a également indiqué «Malheureusement, l'affaire est liée à ce qui se passe à la mosquée d’Al-Aqsa, dans le quartier de Cheikh Jarrah et à Bab Al-Khalil. Nous condamnons ces restrictions et affirmons que le statut juridique et historique actuel de l'église doit être respecté sous les auspices du roi Abdellah II de Jordanie».

Le monarque est le gardien des lieux saints de Jérusalem.

Israël assure vouloir éviter un nouveau désastre après qu'une bousculade dans un lieu saint juif bondé a fait 45 morts l'année dernière. Les responsables chrétiens soutiennent qu'il n'est pas nécessaire de d’apporter des modifications sur une cérémonie qui se déroule depuis des siècles.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.