Décapitation en France :  "Ils ne passeront pas, l'obscurantisme ne gagnera pas" martèle Macron

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu dans la ville du drame avec le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer (Photo, Abdulmonam EASSA/POOL/AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 21 octobre 2020

Décapitation en France :  "Ils ne passeront pas, l'obscurantisme ne gagnera pas" martèle Macron

  • La décapitation d'un enseignant a provoqué une onde de choc en France
  • « Ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qui sont touchées : après la liberté de la presse, et Charlie Hebdo, la liberté d’enseigner, bref, la République » a déclaré Jean Castex

CONFLANS-SAINT-HONORINE: Neuf personnes se trouvaient samedi en garde à vue au lendemain de la décapitation dans les Yvelines d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, un « attentat islamiste caractérisé », selon les mots d'Emmanuel Macron, qui suscite effroi et colère dans tout le pays.

L'assaillant, tué par la police peu de temps après, est un jeune Russe tchétchène de 18 ans, né à Moscou, a confirmé une source judiciaire.

Vendredi vers 17H00, il a décapité un professeur d'histoire-géographie à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d'être tué par des policiers appelés à l'aide à 200 mètres de là.

Connu pour des antécédents de droit commun, son casier judiciaire était toutefois vierge et il n'était pas connu des services de renseignement pour radicalisation, selon plusieurs proches du dossier.

Ses parents, son grand-père et son petit frère ont été interpellés à Evreux (Eure) dans la nuit de vendredi à samedi. Selon une source judiciaire, cinq autres personnes ont également été arrêtées, dont un père d'élève du collège qui avait eu un différend avec l'enseignant et un couple de proches.

Le père en garde à vue est celui qui s'était indigné, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, que l'enseignant ait montré des caricatures de Mahomet « nu » pendant un cours dans la classe de 4e de sa fille. 

Trois autres personnes de l'entourage « non familial » de l'assaillant ont également été interpellées, selon une source judiciaire.

La décapitation de cet enseignant a provoqué une onde de choc en France.

« Ils ne passeront pas. L'obscurantisme ne gagnera pas », a martelé dès vendredi soir Emmanuel Macron devant le collège du Bois d'Aulne.

Venger le prophète

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, reçoit samedi matin avec le Premier ministre, Jean Castex, les syndicats d'enseignants à son ministère et doit adresser dans la journée un message « à tous les enseignants » du pays.

« Ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qui sont touchées : après la liberté de la presse, et Charlie Hebdo, la liberté d’enseigner, bref, la République », leur a dit Castex cité par son entourage.

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard doit faire un premier point de l'enquête devant la presse samedi après-midi.

Les policiers de la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s'intéressent à un message qui pourrait avoir été posté par l'assaillant sur un compte Twitter désormais fermé, montrant une photo de la tête de la victime.

Son auteur s'adresse à Emmanuel Macron, qualifié de « dirigeant des infidèles », et dit avoir voulu venger celui « qui a osé rabaisser Muhammad ». L'assaillant avait crié « Allah Akbar » avant d'être tué.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'enseignant avait montré à ses élèves la semaine dernière une caricature de Mahomet. Un signalement était parvenu à Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE, la première association de parents d'élèves, faisant état « d'un père extrêmement énervé ».

La victime aurait, selon Arenas, « invité les élèves musulmans à sortir de la classe » avant de montrer un dessin du prophète accroupi avec une étoile dessinée sur ses fesses et l'inscription « une étoile est née ».

Samedi matin à Conflans-Sainte-Honorine, quelques roses avaient été déposées à l'entrée du collègue de ce quartier pavillonnaire décrit par des élèves et leurs parents comme calme et sans histoire. 

« Tellement violent »

Le professeur, Samuel Paty, un quadragénaire père de famille connu pour son investissement auprès de ses élèves, était « très apprécié », a assuré Armelle, dont le fils de 13 ans fréquente le collège.

« C'est tellement violent qu'on y croit toujours pas, même ce matin », a dit Monique Coquet, 76 ans, qui habite en face du collège.

L'attentat a soulevé une vague d'indignation dans la classe politique, tous bords confondus. A l'Assemblée nationale, les députés se sont levés pour « saluer la mémoire » du professeur et dénoncer un « abominable attentat ».

« Le séparatisme islamiste doit être combattu sans relâche, sans jamais faiblir », a réagi la députée LREM des Yvelines Aurore Bergé, alors qu'un projet de loi sur le sujet doit être présenté le 9 décembre en conseil des ministres.

Charlie Hebdo a exprimé sur Twitter « son sentiment d'horreur et de révolte », estimant que « l'intolérance vient de franchir un nouveau seuil ».

Cette attaque survient trois semaines jour pour jour après l'attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais de 25 ans devant leurs anciens locaux.

L'auteur de cet attentat islamiste avait déclaré aux enquêteurs avoir agi en réaction à la publication et à la republication par Charlie Hebdo début septembre des caricatures de Mahomet, à l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 qui avaient notamment décimé la rédaction du journal.

La vague d'attentats jihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France a fait 259 morts avec celle de ce professeur.


L’ «au revoir» de la presse à Giscard, le «Kennedy français»

Valéry Giscard d'Estaing, le plus jeune président de son temps, qui a «réécrit l’histoire sociale de la France» (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il y a presque quarante ans», aura été «l’artisan d’une modernisation du pays dont il ne sera jamais crédité»
  • Son véritable héritage est d’«avoir été le président qui aura permis l’alternance, aujourd’hui dans les mœurs. Elle fut, en 1981, un événement historique»

PARIS : «Au revoir»: les photos de Valéry Giscard d'Estaing barrent jeudi les Unes des journaux français, qui saluent le «destin» français et européen de l'ancien président, dépeint comme un réformateur à la fois moderne et conservateur, parfois incompris.

Si les images de ses adieux télévisés « font aujourd’hui sourire », elles « symbolisent si bien la faille giscardienne : cette incompréhension qui finalement définit le mieux le rapport qu’il a entretenu avec les Français », juge Paul Quinio dans Libération.

« Au regard de certains de ses successeurs, son bilan ne manque pas d’allure. L’histoire n’a pas encore rendu justice à ce président incompris », commente Jean-Michel Salvator dans le Parisien. « Un peu oublié » des Français, VGE qui certes a quitté le pouvoir « il y a presque quarante ans », aura été « l’artisan d’une modernisation du pays dont il ne sera jamais crédité », estime-t-il.

Pour Didier Rose, des Dernières Nouvelles d'Alsace, le « Kennedy français » a également été « le produit d’une France élitiste et d’héritage. Et en même temps (...)  d’une modernité à donner le tournis au pays ».

Mais le plus jeune président de son temps, qui a « réécrit l’histoire sociale de la France, quand bien même cela lui a été néfaste », avait « deux versants », insiste-t-il. « L’ancien et le moderne, une fascination des sommets et une attention au quotidien le plus modeste, dans la cordialité ou parfois dans la rancœur, avaient un point de jonction : l’Etat, qu’il a servi avec style. Dans une Europe qu’il a rêvée », conclue-t-il.

« 1926-2020 Valery Giscard d'Estaing l'Européen », titre d'ailleurs Le Figaro en Une. « Cette belle conviction européenne, portée haut jusqu’au bout de sa vie politique » est aussi saluée par Paul Quinio, comme « toutes ces réformes sociétales qu’il a rapidement mises en œuvre après son élection ». Mais il « n’aura pas tenu la distance de son propre septennat, relégué par le Giscard conservateur, le vrai, plus sincère en tout cas », pense l'éditorialiste de Libération qui, sur le site internet du journal, titre « Un septennat et au revoir ».

« Ce Giscard-là, pétri de certitudes économiques libérales, a été englouti par la vague du chômage de masse consécutive au premier choc pétrolier. Emporté, balayé, au point de laisser la place libre en 1981… à la gauche ! » Pour Paul Quinio, c'est là le véritable héritage de Giscard: « avoir été le président qui aura permis l’alternance ». "Aujourd’hui entrée dans les mœurs. Elle fut, en 1981, un événement historique".

Pour Yann Marec, du Midi Libre, Valery Giscard d'Estaing « est l’homme d’une forme de réindustrialisation de la France avec malheureusement un premier choc pétrolier, puis un second ». « A 94 ans, cette figure de Chamalières s’est éteinte comme les volcans qu’il chérissait tant ».


76 mosquées visées par une opération anti-«séparatisme» de Darmanin

Gérald Darmanin cible 76 lieux de culte à contrôler, 16 en région parisienne et 60 dans le reste de la France (Photo, AFP)
Short Url
  • «Conformément à mes instructions, les services de l'Etat vont lancer une action massive et inédite contre le séparatisme»
  • S'agissant du camp de migrants, M. Darmanin avait aussitôt dénoncé des images «choquantes» et demandé un rapport au préfet de police de Paris

PARIS : Fragilisé par les affaires de violences policières, Gérald Darmanin a contre-attaqué mercredi soir sur un autre terrain en annonçant une « action massive et inédite contre le séparatisme » dans les prochains jours visant « 76 mosquées ».

De façon singulière, le ministre de l'Intérieur a fait cette annonce par un tweet renvoyant à un article du Figaro, qui dévoile une note du 27 novembre envoyée aux préfets dans laquelle M. Darmanin détaille son plan d'action.

« Conformément à mes instructions, les services de l'Etat vont lancer une action massive et inédite contre le séparatisme », écrit ainsi sur Twitter le ministre de l'Intérieur, ajoutant: « 76 mosquées soupçonnées de séparatisme vont être contrôlées dans les prochains jours et celles qui devront être fermées le seront ».

Dans la note dont le contenu a été confirmé par l'entourage du ministre, M. Darmanin cible 76 lieux de culte à contrôler, 16 en région parisienne et 60 dans le reste de la France.

Sur ces 76 lieux de culte, 18 vont être visés par des « actions immédiates », qui peuvent aller jusqu'à la fermeture.

18 cibles prioritaires

Selon les informations du Figaro, confirmées par le ministère, sur ces 18 mosquées « cibles », trois se trouvent en Seine-Saint-Denis: l'une a ignoré une décision de fermeture prise par le maire de la commune, une deuxième fermée officiellement en 2019 a continué à organiser des prières et la troisième a été visée par un avis défavorable de la commission de sécurité, sans que l’État vérifie la fermeture effective de la mosquée.

Sur les 15 autres lieux, 5 sont situés en grande couronne parisienne ou à proximité immédiate de l'Île-de-France (3 dans le Val-d’Oise, une en Seine-et-Marne et une dans l'Oise) et 10 en région (dont 2 dans l’Hérault, 2 en Vaucluse, le reste notamment en Haute-Garonne, Moselle, Nord, Bas-Rhin, Var).

Au moins un préfet concerné par les cibles prioritaires a affirmé n'avoir pas encore reçu la note.

L'annonce de cette opération intervient une semaine avant que le Conseil des ministres n'examine, le 9 décembre, le projet de loi « confortant les principes républicains » qui vise à lutter contre « les séparatismes » et l'islamisme radical.

Elle survient également au moment où le ministre de l'Intérieur est fragilisé par des violences policières et la contestation de l'article 24 de la proposition de loi sur la « Sécurité globale », déjà voté par les députés.

Il y a d'abord eu la semaine dernière l'évacuation violente d'un camp illégal de migrants au cœur de la capitale, puis la diffusion d'une vidéo montrant des images du passage à tabac par des policiers de Michel Zecler, un producteur de musique noir, à l'intérieur de son studio parisien.

S'agissant du camp de migrants, M. Darmanin avait aussitôt dénoncé des images « choquantes » et demandé un rapport au préfet de police de Paris, qui a conduit à la saisine de la l'IGPN, « la police des polices ».

Trois jours plus tard, les images du tabassage du producteur ont soulevé une vague d'indignation jusqu'au président Emmanuel Macron qui a parlé de « honte ».

En urgence, l'IGPN a diligenté une enquête qui s'est soldée dimanche par la mise en examen de quatre policiers. Deux d'entre eux ont été mis en détention provisoire.

A cela s'est ajoutée une crise politique autour de l'article 24 du texte « Sécurité globale » qui réprime la diffusion d'images malveillantes  contre les forces de l'ordre.

Face à la contestation grandissante et la mobilisation de la presse, Gérald Darmanin a proposé la création d'une « commission indépendante » qui réécrirait cet article 24.

Or, le texte (et son article 24) a été largement voté par l'Assemblée nationale et doit être examiné en janvier par le Sénat, avant un retour devant les députés pour une adoption définitive. Résultat, les députés de la majorité ont hurlé, à commencer par le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, et évidemment le Sénat, par la voix de son président LR Gérard Larcher, dénonçant un Parlement bafoué.

Cet incident a provoqué la fureur du chef de l'Etat en début de semaine et conduit à l'annonce d'une réécriture totale de l'article 24.


Au procès Sarkozy, l'ancien haut magistrat et «l'affaire B.»

Gilbert Azibert, 73 ans, un masque FFP2 glissé sous ses lunettes, s'emporte contre des « accusations insupportables » (Photo, AFP)
Short Url
  • «On me fait grief d'avoir contacté je ne sais qui pour obtenir je ne sais quoi. (...) Mais tout ce qui est à décharge, on n'en parle pas», regrette M. Azibert
  • Il insiste à plusieurs reprises sur sa spécialisation en procédure pénale, lui qui «annotait depuis 30 ans» une revue juridique

PARIS : « Ca m'intéressait sur un plan juridique »: l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert, jugé au côté de Nicolas Sarkozy pour corruption, a vivement réfuté mercredi avoir influé sur un pourvoi de l'ex-président dans l'affaire Bettencourt en échange d'un « coup de pouce » pour un poste à Monaco.

« Grotesque », « indigne »: le ton assuré à la barre du tribunal correctionnel, Gilbert Azibert, 73 ans, un masque FFP2 glissé sous ses lunettes, s'emporte contre des « accusations insupportables ». 

Après 40 ans d'une carrière sans accroc, qui l'a mené de Marseille à la Cour de cassation en passant par la Chancellerie, il a pris sa retraite après sa mise en cause dans l'affaire des « écoutes », qui l'a « détruit » six ans et demi plus tôt.

Début 2014, les juges enquêtant sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 découvrent que l'ex-chef de l'Etat converse avec son avocat Thierry Herzog sur une ligne officieuse, ouverte sous l'alias de « Paul Bismuth ». 

Dans certains échanges, l'ancien président s'inquiète du sort de son pourvoi déposé devant la Cour de cassation pour que lui soient rendus ses agendas saisis dans l'affaire Bettencourt. Dans ce dossier, il avait obtenu un non-lieu fin 2013 mais ses agendas étaient susceptibles d'intéresser les juges dans d'autres affaires. 

Gilbert Azibert, ami de 25 ans de Me Herzog et alors avocat général dans une chambre civile de la Cour, est soupçonné d'avoir cherché à obtenir des informations couvertes par le secret et tenté d'influencer ses collègues de la chambre criminelle amenés à se prononcer sur ce pourvoi. 

Et ce, en contrepartie d'une intervention du « président Sarkozy » pour le poste de prestige que le magistrat convoitait à Monaco, et pour lequel il affirme devant le tribunal « ne pas avoir candidaté ». 

Ces accusations de corruption et de trafic d'influence ont à nouveau été balayées par Gilbert Azibert, et la défense toute entière, Hervé Temime, l'un des défenseurs de Me Herzog, vitupérant contre un « dossier horrible ».

« La vérité »

« On me fait grief d'avoir contacté je ne sais qui pour obtenir je ne sais quoi. (...) Mais tout ce qui est à décharge, on n'en parle pas », regrette M. Azibert. Le regard appuyé vers les procureurs financiers, il rappelle que tous les conseillers de la Cour ont assuré lors de l'enquête qu'il ne « les avait pas contactés ». 

Dans des conversations entre Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog, ce dernier laisse pourtant entendre que le magistrat a « glané » des « informations privilégiées » et qu'il a bien contacté des conseillers, relève la présidente Christine Mée. 

« Peut-être que Thierry Herzog a voulu rassurer son client », avance Gilbert Azibert. 

Et quid de l'arrêt de la chambre de l'instruction de Bordeaux sur les agendas présidentiels trouvé en perquisition à son domicile, transmis par Me Herzog alors qu'il était couvert par le secret?

« Je n'ai pas caché que c'est lui (Thierry Herzog) qui me l'avait donné », assume Gilbert Azibert. Après l'échec d'un envoi par mail, il était même allé le récupérer dans le cabinet de Me Herzog.

« Je ne me suis pas posé la question (du secret). Pour moi, c'est un document de travail qu'on a retrouvé chez moi comme d'autres qu'on n'a pas voulu voir », se défend le prévenu, « excédé » de se trouver devant le tribunal.

Il insiste à plusieurs reprises sur sa spécialisation en procédure pénale, lui qui « annotait depuis 30 ans » une revue juridique.

Début 2014, « l'affaire B. intéresse la France entière » et la question juridique de la saisie des agendas d'un président de la République particulièrement Gilbert Azibert, « sur un plan juridique ».

La Cour de cassation donnera finalement tort à Nicolas Sarkozy et, pour cet ex-haut magistrat, « il y a un problème constitutionnel sérieux qui n'a toujours pas été tranché », sur la « violation de la séparation des pouvoirs », dit-il au tribunal.

Nicolas Sarkozy, premier président de la Ve République à comparaître pour corruption, doit être interrogé lundi.

Profitant d'une saillie de la défense contre des écoutes jugées « illégales », l'ex-président se lève et promet de « (s'expliquer) sur toutes les conversations » car il veut « la vérité ».

L'interrogatoire de Gilbert Azibert a été brutalement suspendu en fin de journée après de très vives tensions entre le parquet et la défense. Il reprendra jeudi.