Le moine bouddhiste Matthieu Ricard expose en photos sa conception de la beauté

Le moine bouddhiste Matthieu Ricard, interprète français du dalaï lama, expose jusqu'au 30 novembre des photographies près de Paris (Photo, AFP).
Le moine bouddhiste Matthieu Ricard, interprète français du dalaï lama, expose jusqu'au 30 novembre des photographies près de Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 30 avril 2022

Le moine bouddhiste Matthieu Ricard expose en photos sa conception de la beauté

  • En harmonie avec ses valeurs bouddhistes, l'exposition propose aux visiteurs de prendre place sur des grands poufs disposés au sol au milieu de galerie
  • Elle présente aussi les personnalités ayant marqué son parcours, comme Dilgo Khyentsé Rinpoché, ancien grand maître du bouddhisme tibétain

PARIS: Des portraits aux couleurs vives d'enfants et de vieillards rieurs ou des natures sauvages: avec la beauté pour fil conducteur, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, interprète français du dalaï lama, expose jusqu'au 30 novembre des photographies près de Paris.

"C'est la première fois qu'il a une grosse exposition photo comme ça", explique à l'AFP Corinne de Conti, directrice du Toit de la Grande Arche de La Défense (ouest de Paris), où sont présentées en grand format des oeuvres qui "méritent de la grandeur".

Intitulée "Hymne à la beauté", cette présentation rassemble des scènes de vie et des paysages photographiés en différents endroits du monde --Islande, Népal, Océan Pacifique, Patagonie-- et met en lumière une conception de la beauté que Matthieu Ricard partage sous quatre aspects: l'humain, le spirituel, l'altruisme et la nature.

Des clichés témoignant d'une "beauté ultime, dont on se souvient, qui nous imprègne" et qui lui a servi de critère de sélection pour réunir ces 151 oeuvres, selon Corinne de Conti.

Cette exposition est aussi un moyen pour Matthieu Ricard, défenseur des causes animale et écologique, d'encourager "à agir pour faire face au plus grand et urgent défi du XXIe siècle, celui de la crise environnementale", a-t-il expliqué à l'AFP.

En harmonie avec ses valeurs bouddhistes, l'exposition propose aux visiteurs de prendre place sur des grands poufs disposés au sol au milieu de galerie, tout près d'une étiquette invitant à "se relaxer, respirer et méditer".

Elle présente aussi les personnalités ayant marqué son parcours, comme Dilgo Khyentsé Rinpoché, ancien grand maître du bouddhisme tibétain, et Drouk-kar Tsho, jeune tibétaine dont le visage est devenu le symbole de l'association Karuna-Shechen. Cette dernière, fondée par Matthieu Ricard, met en oeuvre des projets humanitaires au Népal, au Tibet et en Inde.


Kanye West suspendu de Twitter après avoir affiché son admiration pour Hitler

Ces dernières semaines, plusieurs membres de son ancien entourage professionnel avaient dénoncé auprès de médias américains la fascination de Kanye West pour Hitler. (Photo de OLIVIER DOULIERY / AFP)
Ces dernières semaines, plusieurs membres de son ancien entourage professionnel avaient dénoncé auprès de médias américains la fascination de Kanye West pour Hitler. (Photo de OLIVIER DOULIERY / AFP)
Short Url
  • «J'aime Hitler», avait lancé la star à plusieurs reprises, déclenchant un déluge de condamnations sur les réseaux sociaux
  • Propriétaire et patron de la plateforme depuis octobre, Elon Musk prônait jusqu'à présent une vision absolue de la liberté d'expression

LOS ANGELES: Twitter a suspendu vendredi le compte du rappeur américain Kanye West pour "incitation à la violence", après la publication d'une image représentant une croix gammée entrelacée avec une étoile de David ainsi que des propos admiratifs pour Hitler.

"Simplement pour clarifier que son compte a été suspendu pour incitation à la violence", a indiqué le patron du réseau social Elon Musk, en réponse à l'image associant les symboles du régime nazi et du judaïsme postée par le rappeur, de plus en plus isolé après ses récentes remarques antisémites.

Propriétaire et patron de la plateforme depuis octobre, Elon Musk prônait jusqu'à présent une vision absolue de la liberté d'expression.

Lors d'une apparition ubuesque dans l'émission "Infowars", animée par le présentateur complotiste Alex Jones, le rappeur américain, qui se fait désormais appeler Ye et portait une cagoule noire recouvrant la totalité de son visage, s'était lancé jeudi dans une tirade sur le pêché, la pornographie et le diable.

"J'aime Hitler", avait lancé la star à plusieurs reprises, déclenchant un déluge de condamnations sur les réseaux sociaux.

«Tu es allé trop loin»

Et quelques heures plus tard, le patron de Twitter annonçait sa suspension du réseau social après un échange entre les deux hommes que le rappeur a ensuite rendu public.

"Désolé mais tu es allé trop loin, ce n'est pas de l'amour", a écrit le patron de Twitter dans un message privé. West a répondu en défiant Elon Musk: "qui a fait de vous le juge"?

Le rappeur avait également partagé une photo d’un Elon Musk torse nu se faisant arroser d’eau, qui était sous-titré: "Souvenons-nous toujours de cela comme mon dernier tweet".

Avant même cette suspension et en raison de plusieurs propos antisémites, de nombreuses marques avait coupé les ponts ces dernières semaines avec Kanye West, notamment l'équipementier sportif Adidas, la chaîne de prêt-à-porter Gap et la maison de mode Balenciaga.

La maison mère de Parler, Parlement Technologies, a pour sa part annoncé qu'elle renonçait à se faire racheter par le géant du rap. Une décision "prise mi-novembre", a assuré l'entreprise aux commandes de ce réseau social, très populaire auprès des ultra- conservateurs pour sa défense d'une liberté d'expression quasiment sans limite.

Kanye West avait initialement fait part de sa volonté de racheter Parler, après les récents propos antisémites qui ont fait de lui une persona non grata dans le monde des affaires et lui avait valu des suppressions de ses posts sur Instagram et Twitter.

«J'adore les nazis»

Sur le plateau d'"Infowars" jeudi, le rappeur de 45 ans, qui dit souffrir de troubles bipolaires et a récemment suggéré qu'il pourrait briguer la présidence des Etats-Unis en 2024, a redoublé de provocation.

"Je vois des choses positives aussi concernant Hitler", a-t-il déclaré. "Ce mec (...) a inventé les autoroutes, a inventé le microphone que j'utilise comme musicien. On ne peut pas dire publiquement que cette personne a fait quoi que ce soit de bien, et j'en ai assez."

"J'en ai assez des étiquettes, tout être humain a apporté quelque chose ayant une valeur, surtout Hitler", a-t-il insisté, déclenchant des rires choqués de la part de son hôte, le complotiste d'extrême droite Alex Jones.

"Les nazis étaient des voyous et ont fait des choses très mauvaises", a tenté de le corriger M. Jones, récemment condamné à payer près d'un milliard de dollars pour avoir nié la réalité d'une tuerie dans une école.

"Mais ils ont fait de bonnes choses aussi", lui a rétorqué le rappeur. "Nous devons arrêter d'insulter les nazis en permanence. (...) J'adore les nazis."

Ces dernières semaines, plusieurs membres de son ancien entourage professionnel avaient dénoncé auprès de médias américains la fascination de Kanye West pour Hitler.

Ce nouveau scandale du rappeur a poussé la Republican Jewish Coalition à interpeller directement ses amis politiques jeudi.

Proche du "Grand Old Party", l'organisation, qui a récemment reçu de nombreuses figures du parti républicain à Las Vegas, a dénoncé Kanye West comme un "sectaire infâme et répugnant qui a ciblé la communauté juive avec des menaces et de la diffamation digne des nazis".

"Les conservateurs qui ont fait l'erreur de tolérer Kanye West doivent être clairs sur le fait qu'il est un paria", a-t-elle ajouté.


Elton John à Glastonbury le 25 juin pour un dernier concert au Royaume-Uni

Le musicien Elton John se produit sur scène lors de la tournée Farewell Yellow Brick Road au Dodger Stadium le 17 novembre 2022 à Los Angeles, en Californie. (AFP)
Le musicien Elton John se produit sur scène lors de la tournée Farewell Yellow Brick Road au Dodger Stadium le 17 novembre 2022 à Los Angeles, en Californie. (AFP)
Short Url
  • C'est la première fois qu'Elton John, 75 ans, participera au festival de Glastonbury
  • La mégastar britannique aux multiples tubes terminera ensuite début juillet en Europe sa tournée d'adieu mondiale baptisée «Farewell Yellow Brick Road»

LONDRES: Elton John sera la tête d'affiche du festival de Glastonbury le 25 juin 2023 pour un "ultime" concert au Royaume-Uni, a annoncé vendredi l'organisation du célèbre rendez-vous musical britannique.

"Nous sommes incroyablement excités d'annoncer que le seul et unique Elton John sera la tête d'affiche" du festival le 25 juin à Glastonbury "pour ce qui sera l'ultime concert au Royaume-Uni de sa dernière tournée", a tweeté le festival.

C'est la première fois qu'Elton John, 75 ans, y participera, a souligné sur Twitter Emily Eavis, organisatrice et fille du fondateur du festival qui a normalement lieu chaque année dans le sud-ouest de l'Angleterre.

"Nous clôturerons le festival en marquant ce moment énorme pour nos deux histoires respectives par des adieux inoubliables", a-t-elle ajouté.

La mégastar britannique aux multiples tubes terminera ensuite début juillet en Europe sa tournée d'adieu mondiale baptisée "Farewell Yellow Brick Road".


«Sur les routes de Samarcande, merveilles de soie et d’or», une exposition événement à l’IMA

Accessoires et bijoux de l'exposition Sur les routes de Samarcande, merveilles de soie et d'or à l'IMA. (Photo fournie).
Accessoires et bijoux de l'exposition Sur les routes de Samarcande, merveilles de soie et d'or à l'IMA. (Photo fournie).
Short Url
  • L’exposition est pour Jack Lang, le directeur de l’IMA, «une invitation au voyage et à l’enchantement»
  • Un parcours de plus de 1 100 mètres carrés attend les visiteurs, qui auront la chance de découvrir plus de trois cents trésors d’Ouzbékistan, des œuvres uniques et inédites

PARIS: Du 23 novembre 2022 au 4 juin 2023 aura lieu à l’Institut du monde arabe (IMA), à Paris, une exposition consacrée au patrimoine et aux savoir-faire de l’Ouzbékistan de la fin du XIXe au début du XXe siècle.

«Au carrefour des civilisations, l’Ouzbékistan sera toujours un lieu de rencontre unique entre les peuples des steppes, de l’Inde, de la Perse, de la Chine et du monde arabo-musulman, ce qui lui confère une originalité artistique remarquable», souligne Jack Lang, président de l’IMA. «C’est un honneur d’accueillir de fabuleuses pièces qui n’ont jamais été exposées encore. Réalisée grâce au soutien de la Fondation pour le développement de l’art et de la culture de la république d’Ouzbékistan […], “Sur les routes de Samarcande, merveilles de soie et d’or” est une invitation au voyage et à l’enchantement. Imaginée comme un périple dans le temps, cette remarquable exploration remplit également une mission pédagogique: comprendre le contexte social, historique et politique de ce pays à l’histoire millénaire.»

IMA
De somptueux chapans (manteaux), des robes, des coiffes et des accessoires brodés d’or de la cour de l’émir, des selles en bois peintes à la main sont exposés à l'IMA. (Photo fournie).

Pour Gayane Umerova, PDG de la Fondation pour le développement de l’art et de la culture de la république d’Ouzbékistan, la diversité de techniques et de tissus développés a contribué à l’émergence d’un art vestimentaire protéiforme d’une grande originalité. «Cette tradition constitue une part importante de notre patrimoine culturel, qui se caractérise par la virtuosité artistique, la somptuosité des broderies et l’exclusivité des motifs et a su être préservé au fil des générations. Nous sommes très honorés de collaborer avec l’Institut du monde arabe sur ce magnifique projet qui nous permet de montrer au public européen et aux visiteurs du monde entier des pièces parmi les plus spectaculaires de l’artisanat ouzbek.

Des œuvres uniques

Un parcours de plus de 1 100 mètres carrés attend les visiteurs, qui auront la chance de découvrir plus de trois cents trésors d’Ouzbékistan, des œuvres uniques et inédites. De somptueux chapans (manteaux), des robes, des coiffes et des accessoires brodés d’or de la cour de l’émir, des selles en bois peintes à la main, des harnachements de chevaux en argent sertis de turquoises et exclusivement confectionnés dans l’atelier privé de l’émir, de magnifiques suzanis (grandes pièces de tissus brodées), des tapis, des ikats de soie, des bijoux, des costumes de la culture nomade ainsi que des peintures orientalistes figurent parmi les pièces exceptionnelles présentées au public.

IMA
À partir des merveilleuses et nombreuses collections que l’on trouve à Tachkent, Samarcande, Boukhara, Kokand, Khiva et Noukous, il a fallu établir un dialogue entre tous ces trésors: tenues d’apparat, bijoux, accessoires, tapis. (Photo fournie).

Yaffa Assouline, commissaire générale de l’exposition, interrogée par Arab News en français, explique: «Cette exposition est le fruit de ma rencontre avec l’Ouzbékistan, dont les noms des villes mythiques et légendaires, Samarcande, Boukhara, Khiva et bien d’autres ont nourri depuis des siècles nos imaginaires. Les visiteurs pourront découvrir la magnificence des costumes des émirs de Boukhara, ces pièces uniques, ornées ou intégralement brodées d’or. […]. À partir des merveilleuses et nombreuses collections que l’on trouve à Tachkent, Samarcande, Boukhara, Kokand, Khiva et Noukous, il a fallu établir un dialogue entre tous ces trésors: tenues d’apparat, bijoux, accessoires, tapis.» Et faire un choix parmi les suzanis, appelés «Jardins d’Éden», ces pièces qui étaient brodées au sein des familles pour préparer la dot dès la naissance d’une fille. Leur nombre et leur qualité dépendaient du statut social de la famille.

Les organisateurs expliquent que les décorations murales, les couvertures de lit, les taies d’oreiller, les rideaux et les tapis de prière constituent les ouvrages d’un artisanat exclusivement féminin qui se transmet de génération en génération.