Guinée : le chef de la junte opte pour une transition «de 39 mois»

Le chef de la junte guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya, pose avec sa femme et sa mère le 1er octobre 2021 à Conakry (Photo, AFP).
Le chef de la junte guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya, pose avec sa femme et sa mère le 1er octobre 2021 à Conakry (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 01 mai 2022

Guinée : le chef de la junte opte pour une transition «de 39 mois»

  • L'officier, qui a renversé le président Alpha Condé e a tenu ces propos après la clôture, vendredi, de deux consultations politiques contestées
  • La junte guinéenne semble faire peu de cas des exigences de la Cédéao

CONACRY: Le chef de la junte militaire à Conakry a annoncé samedi avoir opté pour une durée de transition "de 39 mois" avant de rendre le pouvoir aux civils, défiant ainsi les partenaires régionaux de la Guinée qui demandent un délai bien plus court.

"De toutes les consultations engagées à tous les niveaux (...), il ressort une proposition médiane d'une durée consensuelle de la transition de 39 mois", a déclaré le colonel Mamady Doumbouya dans une adresse télévisée à la Nation.

L'officier, qui a renversé le président Alpha Condé en septembre et s'est fait proclamer chef de l'Etat depuis lors, a tenu ces propos après la clôture, vendredi, de deux consultations politiques contestées - une conférence dite de réconciliation et "un cadre de concertation inclusif" - toutes deux boudées par un grand nombre de partis politiques.

"Le CNRD [Comité national du rassemblement et du développement, l'organe dirigeant de la junte, NDLR] et le gouvernement à leur tour soumettront au CNT [Conseil national de transition, NDLR], qui tient lieu de Parlement, cette proposition qui est consécutive à de larges et patientes consultations", a déclaré le colonel-président.

Fin mars, s'impatientant devant leur refus manifeste d'annoncer une date pour des élections destinées à rendre le pouvoir aux civils, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avait sommé les autorités de Conakry de lui présenter "au plus tard le 25 avril" un calendrier de transition "acceptable", sous peine d'une extension des sanctions économiques décidées contre le pays après le coup d'Etat.

Mais la junte a laissé passer le délai et demandé à "avoir davantage de temps par rapport à l'échéance du 25 avril", afin de "permettre la poursuite des consultations", selon un communiqué de la Cédéao publié mercredi.

Autocritique

En septembre, après le putsch à Conakry, les chefs d'Etat de la Cédéao avaient "insisté pour que la transition soit très courte", et que des élections soient organisées dans un délai ne dépassant pas "six mois". 

En clôturant le "cadre de concertation inclusif", le ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation, Mory Condé, avait déclaré vendredi que l'"ensemble des acteurs" ayant accepté d'y participé avaient "proposé des durées allant de 18 à 52 mois" pour la transition, sans préciser à partir de quelle date.

Comme au Mali ou au Burkina Faso, deux autres pays de la région où les militaires ont pris le pouvoir, la junte guinéenne semble faire peu de cas des exigences de la Cédéao.

Mardi, au lendemain de l'expiration de l'ultimatum de l'organisation régionale, le porte-parole du gouvernement mis en place par la junte, Ousmane Gaoual Diallo, s'était livré à une violente attaque contre la Cédéao.

"On n'a pas transmis un document [sur le calendrier de la transition à la Cédéao] et nous étions clairs là-dessus depuis le début que le gouvernement guinéen n'agit pas sous des contraintes ou sous le diktat de qui que ce soit", avait-il dit, n'excluant pas que la Guinée se retire de la Cédéao.

La Cédéao "doit faire sa propre autocritique", avait-il ajouté, accusant l'organisation ouest-africaine d'avoir été "distante par rapport aux cris des populations guinéennes" lors de la répression meurtrière de la contestation ayant marqué les dernières années de pouvoir de M. Condé.

Dans un communiqué publié samedi avant l'annonce du colonel Doumbouya sur la durée de la transition, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), a déploré "que les faits et agissements du CNRD ressemblent chaque jour davantage à ceux du régime déchu d'Alpha Condé" et plaidé pour un "retour rapide à l'ordre constitutionnel normal".


Le grand plan climat de Biden nourrit les tensions entre l'Europe et les Etats-Unis

Un drapeau des États-Unis, de la France et du district de Columbia sont vus flottant près de la Maison Blanche, à Washington, DC, le 28 novembre 2022, en préparation de la visite d'État du président français Emmanuel Macron. (AFP).
Un drapeau des États-Unis, de la France et du district de Columbia sont vus flottant près de la Maison Blanche, à Washington, DC, le 28 novembre 2022, en préparation de la visite d'État du président français Emmanuel Macron. (AFP).
Short Url
  • Axé principalement sur le climat et les dépenses sociales, le plan, baptisé «Inflation Reduction Act» (IRA), prévoit plus de 430 milliards de dollars d'investissement dont 370 milliards afin de réduire les émission de gaz à effet de serre
  • Ces investissements prennent la forme de réductions d'impôt pour les entreprises qui investissent dans l'énergie propre, ainsi que d'importantes subventions pour les véhicules électriques, les batteries et les projets d'énergies renouvelables

WASHINGTON : Le grand plan climat arraché par Joe Biden au Congrès américain est devenu un sujet de tension entre les Etats-Unis et l'Union européenne (UE), qui craint de voir certaines mesures affaiblir son industrie, au point d'en faire l'un des principaux sujets lors de la visite d'Etat du président français Emmanuel Macron, qui débute mercredi.

Quelles sont les mesures prévues par l'IRA?

Axé principalement sur le climat et les dépenses sociales, le plan, baptisé "Inflation Reduction Act" (IRA), prévoit plus de 430 milliards de dollars d'investissement dont 370 milliards afin de réduire les émission de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030, soit le plus important effort jamais consenti par les Etats-Unis dans ce domaine.

Ces investissements prennent la forme de réductions d'impôt pour les entreprises qui investissent dans l'énergie propre, ainsi que d'importantes subventions pour les véhicules électriques, les batteries et les projets d'énergies renouvelables dès lors que ces produits sont fabriqués aux Etats-Unis.

Parmi ces mesures, une subvention de 7 500 dollars accordée aux ménages pour l'achat d'un véhicule électrique "made in USA", une autre en faveur des fabricants d'éoliennes et panneaux solaires utilisant de l'acier américain, ou encore une baisse d'impôt pour aider les entreprises à réaliser leur transition énergétique.

Pourquoi de telles réactions côté européen?

L'IRA a fait bondir tant Bruxelles que les capitales européennes, qui voient les diverses subventions prévues par cette loi comme des mesures "discriminatoires", en particulier pour les constructeurs automobiles européens.

"C'est inacceptable pour l'UE. En l'état, ce texte est extrêmement protectionniste, au détriment des exportations européennes" a ainsi souligné fin octobre le ministre tchèque de l'Industrie, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, qui a cependant souligné la "bonne volonté des deux côtés" après une rencontre des ministres européens avec l'ambassadrice américaine au Commerce Katherine Tai.

Début novembre, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a menacé Washington  d'"aller devant l'OMC" et dit envisager des "mesures de rétorsion" si les Etats-Unis ne revenaient pas sur des subventions qu'il estime "contraires aux règles de l'Organisation mondiale du commerce".

"Dans certains cas, le montant des subventions que l'administration Biden propose est quatre à dix fois le montant maximal autorisé par la Commission européenne", a de son côté regretté le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, qui a appelé la Commission à créer "des dispositifs de préférence européenne" ou à accélérer "l'utilisation des instruments de réciprocité".

Le sujet sera sur la table à l'occasion de la visite de M. Macron à Washington.

"Nous comprenons totalement la volonté d'être plus indépendant des Etats-Unis", a assuré lundi un responsable français, "mais les problèmes viennent du fait qu'en Europe, nous n'avons pas ce type d'instrument discriminatoire. Nous respectons les règles de l'OMC en la matière."

Il a rappelé que la France souhaitait que "l'Europe aussi, pas seulement les Etats-Unis, ressorte plus forte" de la période de crises multiples que le continent traverse.

Quelles marges de manoeuvres pour amender l'IRA?

Même si le président américain voulait revenir sur certaines mesures ou en élargir les bénéficiaires, ses options sont en pratique assez réduites, d'autant que les démocrates perdront en janvier leur majorité à la Chambre des représentants, résultat des élections de début novembre.

Mais il n'est surtout pas certain que Joe Biden souhaite retoucher ce symbole fort de son mandat, qu'il a arraché de haute lutte après d'intenses négociations au Sénat américain.

A l'origine, le démocrate de 80 ans espérait faire voter un programme encore plus ambitieux, le Build Back Better Act, qui prévoyait 1.700 milliards de dollars d'investissement et avait été voté fin 2021 par la Chambre, mais n'était pas parvenu à passer la barrière du Sénat.

Ces mesures sont par ailleurs très populaires, en particulier dans certains Etats où l'industrie automobile reste très puissante, comme l'Ohio ou le Michigan, qui sont désormais considérés comme des Etats clés, où les élections peuvent se jouer.

Washington veut cependant arrondir les angles avec leurs partenaires européens, a souligné lundi Katherine Tai à l'issue d'un échange à distance avec Bruno Le Maire, en appelant à "travailler ensemble afin de renforcer la compréhension commune de la législation".

De son côté, le président Macron espère aller plus loin, en obtenant de son homologue américain "des exemptions pour un certain nombre d'industries européennes, peut-être sur le modèle de ce (l'administration américaine) consent déjà pour le Mexique et le Canada", selon un conseiller de l'Elysée. Ces deux pays voisins se sont vus intégrer parmi les bénéficiaires des avantages prévus après être également montés au créneau.


Gaz: le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne

Saad Sherida al-Kaabi, ministre de l'énergie du Qatar et PDG de QatarEnergy, et Ryan Lance, PDG de la multinationale ConocoPhillips, échangent des documents lors d'une conférence de presse à Doha, la capitale du Qatar, le 29 novembre 2022, annonçant un nouvel accord pour envoyer à l'Allemagne deux millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an pendant au moins 15 ans. (AFP).
Saad Sherida al-Kaabi, ministre de l'énergie du Qatar et PDG de QatarEnergy, et Ryan Lance, PDG de la multinationale ConocoPhillips, échangent des documents lors d'une conférence de presse à Doha, la capitale du Qatar, le 29 novembre 2022, annonçant un nouvel accord pour envoyer à l'Allemagne deux millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an pendant au moins 15 ans. (AFP).
Short Url
  • Le Qatar a annoncé mardi un accord permettant d'approvisionner l'Allemagne en gaz naturel liquéfié (GNL) pendant 15 ans
  • La Qatar va fournir «jusqu'à 2 milions de tonnes de GNL par an» au terminal gazier en cours de construction à Brunsbuntell, dans le nord de l'Allemagne

DOHA : Le Qatar a annoncé mardi un accord permettant d'approvisionner l'Allemagne en gaz naturel liquéfié (GNL) pendant 15 ans, en pleine crise mondiale de l'énergie provoquée par la guerre en Ukraine.

Dans le cadre d'un accord entre Qatar Energy et la compagnie américaine ConocoPhilips, le pays du Golfe va fournir "jusqu'à 2 milions de tonnes de GNL par an" au terminal gazier en cours de construction à Brunsbuntell, dans le nord de l'Allemagne, à partir de 2026, a déclaré le ministre qatari de l'Energie, Saad Sherida Al-Kaabi, lors d'une conférence de presse.


Washington approuve la vente de missiles à la Finlande

Le missile AIM 9X Block II, dit "Sidewinder", est un missile air-air courte-portée guidé par infrarouge produit par Raytheon. (Photo : Marine américaine)
Le missile AIM 9X Block II, dit "Sidewinder", est un missile air-air courte-portée guidé par infrarouge produit par Raytheon. (Photo : Marine américaine)
Short Url
  • Le gouvernement finlandais souhaite acquérir 40 missiles tactiques et 48 bombes guidées planantes pour équiper sa flotte aérienne de chasse et cette vente de matériel sensible devait auparavant être approuvée par le gouvernement américain
  • «Ce projet de vente va renforcer la politique étrangère et la sécurité nationale des Etats-Unis en améliorant la sécurité d'un partenaire de confiance, qui est un facteur important de stabilité politique et de progrès économique dans le monde»

WASHINGTON : Washington a approuvé la vente de plus de 80 missiles de précision à la Finlande pour un montant total de 323 millions de dollars, a annoncé lundi le département d'Etat, alors que ce pays traditionnellement non-aligné se prépare à rejoindre l'Otan.

Le gouvernement finlandais souhaite acquérir 40 missiles tactiques et 48 bombes guidées planantes pour équiper sa flotte aérienne de chasse et cette vente de matériel sensible devait auparavant être approuvée par le gouvernement américain, a précisé le département d'Etat dans un communiqué.

Le missile AIM 9X Block II, dit "Sidewinder", est un missile air-air courte-portée guidé par infrarouge produit par Raytheon.

L'AGM-154 JSOW ("Joint standoff weapon") est une bombe guidée planante de précision à moyenne portée, permettant des tirs à distance de sécurité ("standoff"), également fabriquée par Raytheon.

"Ce projet de vente va renforcer la politique étrangère et la sécurité nationale des Etats-Unis en améliorant la sécurité d'un partenaire de confiance, qui est un facteur important de stabilité politique et de progrès économique dans le monde", a souligné le département d'Etat dans un communiqué.

Si elle est confirmée, cette vente d'armement "va améliorer les capacités air-air et air-sol de la Finlande", qui n'aura "aucune difficulté à les intégrer à ses forces armées".

A la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Finlande et la Suède ont présenté en mai une candidature commune en vue d'intégrer l'Alliance atlantique, abandonnant des décennies de non-alignement militaire.

Celle-ci, qui doit être acceptée à l'unanimité par les 30 Etats membres de l'Otan, a été ratifiée par tous à l'exception de la Turquie et de la Hongrie.