Guinée : le chef de la junte opte pour une transition «de 39 mois»

Le chef de la junte guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya, pose avec sa femme et sa mère le 1er octobre 2021 à Conakry (Photo, AFP).
Le chef de la junte guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya, pose avec sa femme et sa mère le 1er octobre 2021 à Conakry (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 01 mai 2022

Guinée : le chef de la junte opte pour une transition «de 39 mois»

  • L'officier, qui a renversé le président Alpha Condé e a tenu ces propos après la clôture, vendredi, de deux consultations politiques contestées
  • La junte guinéenne semble faire peu de cas des exigences de la Cédéao

CONACRY: Le chef de la junte militaire à Conakry a annoncé samedi avoir opté pour une durée de transition "de 39 mois" avant de rendre le pouvoir aux civils, défiant ainsi les partenaires régionaux de la Guinée qui demandent un délai bien plus court.

"De toutes les consultations engagées à tous les niveaux (...), il ressort une proposition médiane d'une durée consensuelle de la transition de 39 mois", a déclaré le colonel Mamady Doumbouya dans une adresse télévisée à la Nation.

L'officier, qui a renversé le président Alpha Condé en septembre et s'est fait proclamer chef de l'Etat depuis lors, a tenu ces propos après la clôture, vendredi, de deux consultations politiques contestées - une conférence dite de réconciliation et "un cadre de concertation inclusif" - toutes deux boudées par un grand nombre de partis politiques.

"Le CNRD [Comité national du rassemblement et du développement, l'organe dirigeant de la junte, NDLR] et le gouvernement à leur tour soumettront au CNT [Conseil national de transition, NDLR], qui tient lieu de Parlement, cette proposition qui est consécutive à de larges et patientes consultations", a déclaré le colonel-président.

Fin mars, s'impatientant devant leur refus manifeste d'annoncer une date pour des élections destinées à rendre le pouvoir aux civils, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avait sommé les autorités de Conakry de lui présenter "au plus tard le 25 avril" un calendrier de transition "acceptable", sous peine d'une extension des sanctions économiques décidées contre le pays après le coup d'Etat.

Mais la junte a laissé passer le délai et demandé à "avoir davantage de temps par rapport à l'échéance du 25 avril", afin de "permettre la poursuite des consultations", selon un communiqué de la Cédéao publié mercredi.

Autocritique

En septembre, après le putsch à Conakry, les chefs d'Etat de la Cédéao avaient "insisté pour que la transition soit très courte", et que des élections soient organisées dans un délai ne dépassant pas "six mois". 

En clôturant le "cadre de concertation inclusif", le ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation, Mory Condé, avait déclaré vendredi que l'"ensemble des acteurs" ayant accepté d'y participé avaient "proposé des durées allant de 18 à 52 mois" pour la transition, sans préciser à partir de quelle date.

Comme au Mali ou au Burkina Faso, deux autres pays de la région où les militaires ont pris le pouvoir, la junte guinéenne semble faire peu de cas des exigences de la Cédéao.

Mardi, au lendemain de l'expiration de l'ultimatum de l'organisation régionale, le porte-parole du gouvernement mis en place par la junte, Ousmane Gaoual Diallo, s'était livré à une violente attaque contre la Cédéao.

"On n'a pas transmis un document [sur le calendrier de la transition à la Cédéao] et nous étions clairs là-dessus depuis le début que le gouvernement guinéen n'agit pas sous des contraintes ou sous le diktat de qui que ce soit", avait-il dit, n'excluant pas que la Guinée se retire de la Cédéao.

La Cédéao "doit faire sa propre autocritique", avait-il ajouté, accusant l'organisation ouest-africaine d'avoir été "distante par rapport aux cris des populations guinéennes" lors de la répression meurtrière de la contestation ayant marqué les dernières années de pouvoir de M. Condé.

Dans un communiqué publié samedi avant l'annonce du colonel Doumbouya sur la durée de la transition, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), a déploré "que les faits et agissements du CNRD ressemblent chaque jour davantage à ceux du régime déchu d'Alpha Condé" et plaidé pour un "retour rapide à l'ordre constitutionnel normal".


Droits de l'homme: l'Iran convoque de nouveau l'ambassadeur d'Allemagne

Cette photo prise le 24 novembre 2022 montre des portraits de victimes du régime iranien placés sur le sol alors que des manifestants agitent les drapeaux de l'Iran d'avant la révolution islamique devant le siège des Nations unies lors d'une session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation en Iran, à Genève. (AFP).
Cette photo prise le 24 novembre 2022 montre des portraits de victimes du régime iranien placés sur le sol alors que des manifestants agitent les drapeaux de l'Iran d'avant la révolution islamique devant le siège des Nations unies lors d'une session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation en Iran, à Genève. (AFP).
Short Url
  • Les autorités iraniennes ont fait part de leur irritation après l'adoption jeudi de cette résolution présentée par l'Allemagne et l'Islande
  • Plusieurs ambassadeurs, notamment d'Allemagne, de Grande-Bretagne ou de France, ont été convoqués ces dernières semaines pour leur adresser des notes de protestation

TEHERAN : L'Iran a convoqué lundi l'ambassadeur d'Allemagne après que ce pays a initié une résolution du Conseil des droits de l'homme de l'ONU instaurant une commission d'enquête internationale sur la répression des manifestations en Iran.

Les autorités iraniennes ont fait part de leur irritation après l'adoption jeudi de cette résolution présentée par l'Allemagne et l'Islande.

"Après l'initiative de l'Allemagne de tenir une réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme concernant les événements récents dans notre pays, l'ambassadeur d'Allemagne a été convoqué aux Affaires étrangères", a indique l'agence officielle Irna.

L'Iran "ne coopérera avec aucun mécanisme défini sur la base de cette résolution fondée sur une approche politique et instrumentalisée", a indiqué le ministère en réitérant le "rejet total" du texte et en protestant contre les "déclarations sans fondement des autorités allemandes".

Plusieurs ambassadeurs, notamment d'Allemagne, de Grande-Bretagne ou de France, ont été convoqués ces dernières semaines pour leur adresser des notes de protestation.

Réunis en urgence à l'initiative de l’Allemagne et de l’Islande, les 47 Etats membres de la plus haute instance onusienne en matière de droits humains a décidé de nommer une équipe d'enquêteurs pour faire la lumière sur les violations des droits humains liées à la répression des manifestations qui secouent l'Iran depuis deux mois.

La vague de contestation est née de la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs pour avoir d'après celle-ci enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Les autorités dénoncent des "émeutes" encouragées par l'Occident.


Australie: l'ex-Premier ministre Morrison menacé par une motion de censure après des nominations secrètes

Le 16 août, le Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré que son prédécesseur Scott Morrison avait secrètement pris le contrôle de cinq postes ministériels, qualifiant ce geste de "saccage sans précédent de la démocratie". (AFP).
Le 16 août, le Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré que son prédécesseur Scott Morrison avait secrètement pris le contrôle de cinq postes ministériels, qualifiant ce geste de "saccage sans précédent de la démocratie". (AFP).
Short Url
  • Scott Morrison s'était auto-désigné aux postes de ministre des Finances, de l'Intérieur, du Trésor, des Ressources minières, de l'Agriculture et de l'Environnement, sans en faire part publiquement et sans en informer les ministres en place
  • Le Parlement va tenter de réviser la loi pour s'assurer que les nominations ministérielles soient rendues publiques, a fait savoir M. Albanese

SYDNEY : L'ancien Premier ministre australien Scott Morrison se trouve exposé à une motion de censure qui sera présentée cette semaine au Parlement pour s'être nommé lui-même en secret à plusieurs portefeuilles ministériels durant la pandémie de Covid-19, a annoncé lundi son successeur Anthony Albanese.

Scott Morrison s'était auto-désigné aux postes de ministre des Finances, de l'Intérieur, du Trésor, des Ressources minières, de l'Agriculture et de l'Environnement, sans en faire part publiquement et sans en informer les ministres en place.

Le Parlement va tenter de réviser la loi pour s'assurer que les nominations ministérielles soient rendues publiques, a fait savoir M. Albanese.

Selon lui, son prédécesseur conservateur, qui a perdu les élections en mai, doit être tenu politiquement responsable.

"Nous introduirons cette semaine un projet de loi pour garantir que cela ne se reproduise plus jamais", a annoncé M. Albanese, accentuant la pression sur M. Morrison pour que celui-ci démissionne de son mandat de parlementaire.

Le scandale a jeté la lumière sur la nature opaque de la prise de décision dans le gouvernement australien et a suscité des questions sur le besoin de garde-fous démocratiques plus forts.

Une enquête récente, menée par une ancienne juge de la Haute Cour d'Australie, la plus haute juridiction du pays, a estimé que ces actes avaient été "nuisibles à la confiance vis-à-vis du gouvernement" et a recommandé de supprimer plusieurs vides juridiques permettant aux nominations de rester secrètes.

Malgré l'indignation qu'elles ont pu susciter, les actions de M. Morrison ont été finalement jugées légales.

L'ancien Premier ministre a défendu ses actes, les qualifiant de "prudents" et de nécessaires en période de pandémie mondiale.


La politique zéro Covid sera une «réussite», assure Pékin au lendemain de manifestations historiques

Des policiers chinois bloquent l'accès à un site où des manifestants s'étaient rassemblés à Shanghai, le 27 novembre 2022. (AP)
Des policiers chinois bloquent l'accès à un site où des manifestants s'étaient rassemblés à Shanghai, le 27 novembre 2022. (AP)
Short Url
  • Dimanche, une foule de manifestants, répondant à des appels sur les réseaux sociaux, est descendue dans la rue notamment à Pékin, Shanghai et Wuhan, prenant les forces de l'ordre au dépourvu
  • Parmi les slogans scandés à l'unisson: «Pas de tests Covid, on a faim!», «Xi Jinping, démissionne ! PCC (Parti communiste chinois, ndlr), retire-toi !» ou «Non aux confinements, nous voulons la liberté»

SHANGHAI : Les autorités chinoises ont assuré lundi que leur "combat contre le Covid-19 serait une réussite", au lendemain d'un mouvement de colère d'une ampleur historique de Chinois exaspérés par les restrictions sanitaires et réclamant plus de libertés.

Dimanche, une foule de manifestants, répondant à des appels sur les réseaux sociaux, est descendue dans la rue notamment à Pékin, Shanghai et Wuhan, prenant les forces de l'ordre au dépourvu.

Parmi les slogans scandés à l'unisson: "Pas de tests Covid, on a faim!", "Xi Jinping, démissionne ! PCC (Parti communiste chinois, ndlr), retire-toi !" ou "Non aux confinements, nous voulons la liberté".

Par son étendue sur le territoire, la mobilisation semble la plus importante depuis les émeutes pro-démocratie de 1989.

Elle est le point d'orgue d'une grogne populaire qui n'a cessé de monter ces derniers mois en Chine, l'un des seuls pays au monde à appliquer encore une stricte politique "zéro Covid", avec confinements à répétition et tests PCR quasi-quotidiens de la population.

L'incendie mortel survenu à Urumqi, capitale de la province du Xinjiang (nord-ouest), a catalysé la colère de nombre de Chinois, certains accusant les restrictions sanitaires d'avoir bloqué le travail des secours.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a accusé des forces aux motivations cachées" d'établir un lien entre cet incendie et "la réponse locale au Covid-19", selon son porte-parole Zhao Lijian.

Sous "la direction du Parti communiste chinois et (avec) le soutien du peuple chinois, notre combat contre le Covid-19 sera une réussite", a-t-il assuré, en réponse à la vague de protestations du week-end.

Mais les manifestations ont fait également émerger des demandes pour plus de libertés politiques, voire pour le départ du président Xi Jinping, tout juste reconduit pour un troisième mandat inédit à la tête du pays.

Présence policière

Lundi matin, une présence policière était visible à Pékin et à Shanghai, près des lieux de rassemblements de la veille, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A Shanghai, deux personnes ont été arrêtées près de la rue Urumqi, à l'endroit même où avait eu lieu une manifestation dimanche.

L'une des deux personnes n'avait "pas obéi à nos dispositions", a expliqué un policier à l'AFP.

Les agents écartaient également d'autres personnes présentes sur place et leur ordonnaient d'effacer des images de leurs téléphones, selon un journaliste de l'AFP.

La police de Shanghai, interrogée à plusieurs reprises, n'avait toujours pas répondu lundi sur le nombre de détentions durant le week-end.

Un journaliste de la BBC en Chine, qui couvrait à Shanghai, a été arrêté et "frappé par la police", selon le média britannique. Le ministre britannique des Entreprises, Grant Shapps, a jugé "inacceptables" et "préoccupantes" ces violences.

A Shangai, une des rues occupées par la foule durant la nuit était désormais entourée de palissades pour empêcher tout nouveau rassemblement.

Dimanche, des heurts avaient opposé forces de l'ordre et manifestants, certains portant des fleurs ou des feuilles blanches comme symboles de la censure. Plusieurs d'entre eux ont été arrêtés.

Près de la rivière Liangma à Pékin, où plus de 400 jeunes Chinois s'étaient réunis dimanche soir pendant plusieurs heures aux cris notamment de "Nous sommes tous des habitants du Xinjiang!", des voitures de police étaient garées et des agents patrouillaient le long du canal.

"Cette manifestation, c'était une bonne chose", confie à l'AFP une femme d'une vingtaine d'années faisant son jogging dans le quartier, disant l'avoir suivie via les réseaux sociaux.

"Cela a envoyé le signal que les gens en ont marre de ces restrictions excessives", ajoute la jeune femme, sous couvert de l'anonymat.

"Je crois que le gouvernement a compris le message et qu'ils vont alléger leur politique, pour pouvoir s'en sortir", estime-t-elle.

"La censure n'a pas pu suivre le rythme", selon elle, quand les manifestations ont éclaté en divers endroits du territoire.

Mais la censure s'est depuis rattrapée: sur les réseaux sociaux chinois, toute information concernant ces manifestations semblait avoir été effacée lundi.

Sur la plateforme Weibo, sorte de Twitter chinois, les recherches "Rivière Liangma" et "rue Urumqi" ne donnaient aucun résultat lié à la mobilisation.

«Point d'ébullition»

Le contrôle strict des autorités chinoises sur l'information et les restrictions sanitaires sur les voyages à l'intérieur du pays compliquent la vérification du nombre total de manifestants durant le week-end.

Mais un soulèvement aussi étendu est rarissime en Chine, compte tenu de la répression contre toute forme d'opposition au gouvernement.

Des manifestations ont également eu lieu à Canton, Chengdu et Hong Kong, mais aussi à Wuhan, ville du centre du pays où avait été détecté le premier cas au monde de Covid-19 il y a bientôt trois ans.

Le Quotidien du peuple a publié lundi un texte mettant en garde contre la "paralysie" et la "lassitude" face à la politique "zéro Covid", sans toutefois appeler à y mettre fin.

"Les gens ont maintenant atteint un point d'ébullition car il n'y a pas de direction claire sur la voie à suivre pour mettre fin à la politique du zéro Covid", explique à l'AFP Alfred Wu Muluan, expert en politique chinoise à l'Université nationale de Singapour.

"Le parti a sous-estimé la colère de la population", ajoute-t-il.

Les manifestations ont inquiété les investisseurs. Et les Bourses asiatiques ont ouvert en nette baisse lundi.