Présidentielle en Côte d'Ivoire sur fond de violences intercommunautaires

Supporters du président Alassane Ouattara lors d’un meeting pré-électoral le 17 octobre à Abidjan (Sia Kambou/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 18 octobre 2020

Présidentielle en Côte d'Ivoire sur fond de violences intercommunautaires

  • Des violences surviennent en Côte d’Ivoire alors que l'opposition, dont fait partie M. N'Guessan, a lancé jeudi un mot d'ordre de "boycott actif" du "processus électoral"
  • L'opposition demande notamment une réforme de la commission électorale et du conseil constitutionnelEHUIKRO, Côte d'Ivoire : Des violences intercommunautaires, qui ont fait des blessés, se déroulent depuis vendredi à Bongouanou (200 km au nord d'Abidjan),

EHUIKRO, Côte d'Ivoire : Des violences intercommunautaires, qui ont fait des blessés, se déroulent depuis vendredi à Bongouanou (200 km au nord d'Abidjan), fief du candidat à la présidentielle Pascal Affi N'Guessan, ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo, dont la maison a été incendiée, a-t-on appris samedi auprès de plusieurs habitants.

Ces violences surviennent alors que l'opposition, dont fait partie M. N'Guessan, a lancé jeudi un mot d'ordre de "boycott actif" du "processus électoral" et notamment demandé à ses militants d'"empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin" présidentiel du 31 octobre.

L'opposition demande notamment une réforme de la commission électorale et du conseil constitutionnel, qu'elle accuse d'être inféodés au pouvoir et d'avoir validé la candidature du président Alassane Ouattara à un troisième mandat controversé.

Le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko a appelé l'opposition à retirer son mot d'ordre : "Je les invite à cesser et à retirer les mots d’ordre qui se traduisent par des actes de violence".

"Nous serons d’une fermeté implacable : si vous êtes responsables de violences sur des personnes, sur des biens publics ou privés, vous assumerez tôt ou tard, il y aura des procès", a-t-il ajouté.

A Bongounaou, les habitants du quartier Agnikro (ethnie locale agni, majoritairement pro-opposition) et ceux de Dioulabougou (quartier d'ethnie dioula du Nord, majoritairement pro-Ouattara) s'affrontent à coups "de gourdins et de machettes", selon des témoignages concordants. Des maisons et des magasins ont été incendiés.

"La situation est intenable... Nous avons beaucoup de blessés transportés à l'hôpital", a affirmé Mathieu, un habitant.

Tenus par des jeunes, de nombreux barrages composées d'arbres coupées, de vieux pneus et de bidons étaient placés sur les routes menant à la ville, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dans une ambiance tendue, les jeunes, dont certains très alcoolisés, laissaient passer des ambulances et des habitants mais aucun autre véhicule.

A Ehuikro (1,5 km de Bongouanou), un de leurs chefs a confié à l'AFP, sous couvert de l'anonymat: "Après le mot d'ordre (de l'opposition), on a placé des barrages sur la route pour protester contre le troisième mandat. Les Dioulas veulent le troisième mandat et ils sont descendus sur Agnikro. Ils ont +machetté+ (donné des coups de machette) des Agni. Ils ont brûlé le lycée et la maison d'Affi".

"On a répliqué. On a brûlé leurs magasins. Des renforts de police sont arrivés", a-t-il ajouté.

L'AFP n'a pu vérifier la séquence exacte des événements et n'a pu se rendre dans la ville.

"Il y a eu des blessés hier (vendredi). Aujourd'hui, on n'a pas encore de bilan. Ils ont incendié ma maison", a expliqué M. Affi N'Guessan à l'AFP. "Les personnes (qui ont incendié ma maison) ont été convoyées depuis Abidjan. Sont visés les biens des responsables de l'opposition".

"La situation est tendue. Mon domicile privé a été incendié... Le collège privé IEGT à été brûlé", a témoigné le député maire de Bongouanou, Gilbert Amalaman, un proche de M. Affi N'Guessan.

Des violences intercommunautaires ont fait une quinzaine de morts en août et en septembre dans plusieurs villes du pays dans le sillage de l'annonce de la candidature du président Alassane Ouattara et après le rejet par le Conseil constitutionnel de 40 candidatures, dont celles de l'ex-chef rebelle et ancien Premier ministre Guillaume Soro et de l'ancien président Laurent Gbagbo.

Outre M. Ouattara et Affi N'Guessan, l'ancien président Henri Konan Bédié et l'ancien député Kouadio Konan Bertin sont en lice.

Elu en 2010, réélu en 2015, M. Ouattara avait annoncé en mars renoncer à briguer un troisième mandat, avant de changer d'avis en août après le décès de son dauphin désigné, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

La loi ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats mais le Conseil constitutionnel a estimé qu'avec la nouvelle Constitution de 2016, le compteur des mandats de M. Ouattara a été remis à zéro, ce que conteste farouchement l'opposition.

La crainte de violences électorales est forte en Côte d'Ivoire, dix ans après la crise poste électorale de 2010-2011 qui avait fait 3.000 morts, après le refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara.

 


Pompeo appelle Arménie et Azerbaïdjan à mettre fin aux violences au Karabakh

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'adresse à la presse alors lors de sa rencontre avec le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Jeyhun Bayramov (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Pompeo a rencontré séparément ses homologues azerbaïdjanais Djeyhoun Baïramov puis arménien Zohrab Mnatsakanian au département d'Etat à Washington
  • L'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusent mutuellement d'avoir visé la population civile depuis le début des hostilités

WASHINGTON: Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé vendredi l'Arménie et l'Azerbaïdjan à "mettre fin aux violences et protéger les civils" dans la province séparatiste du Nagorny Karabakh, théâtre depuis trois semaines d'un conflit sanglant.

M. Pompeo a rencontré séparément ses homologues azerbaïdjanais Djeyhoun Baïramov puis arménien Zohrab Mnatsakanian au département d'Etat à Washington. Il n'y a pas eu de rencontre à trois.

Le chef de la diplomatie américaine a "mis l'accent sur la nécessité de mettre fin aux violences et de protéger les civils", a indiqué le ministère.

Il a répété le souhait de Washington que le conflit soit résolu "sans usage ou menace de la force, (en respectant) l'intégrité territoriale et les droits à l'égalité et à l'auto-détermination de la population".

L'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusent mutuellement d'avoir visé la population civile depuis le début des hostilités, le 27 septembre, dans cette région montagneuse de l'Azerbaïdjan contrôlée par des séparatistes arméniens soutenus par Erevan.

Djeyhoun Baïramov a assuré avoir demandé à M. Pompeo que l'Arménie mette fin à "l'occupation" du Nagorny Karabakh.

"Nous nous sommes engagés à trouver une solution diplomatique au conflit et sommes prêts à reprendre immédiatement des pourparlers sérieux", a-t-il dit dans un communiqué.

"L'Arménie doit cessez d'éviter d'importantes négociations et choisir la paix durable", a-t-il ajouté.

Zohrab Mnatsakanian a pour sa part accusé Bakou d'être à l'origine des violences et la Turquie d'être impliquée directement dans le conflit "avec du soutien technique militaire (et) l'envoi de terroristes militaires de la région".

Des petits groupes de manifestants portant des affiches de soutien à l'Arménie et à l'Azerbaïdjan se sont invectivés à l'extérieur du bâtiment du Département d'Etat, séparés par un agent de sécurité du ministère.

Avant ces rencontres, Mike Pompeo s'était montré prudent sur les résultats de ces discussions, soulignant que deux cessez-le-feu précédents n'avaient pas été respectés.

Les Etats-Unis, comme la Russie, ont multiplié les appels au cessez-le-feu dans le Nagorny Karabakh, région à majorité arménienne ayant fait sécession de l'Azerbaïdjan à la chute de l'URSS, lors d'une guerre ayant fait 30.000 morts.

Washington fait partie, avec la France et la Russie, du Groupe de Minsk formé de longue date par l'Organisation sur la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) pour être le principal médiateur dans ce conflit.

La Russie est actuellement en première ligne pour tenter d'apporter une réponse diplomatique aux hostilités, qui ont fait près de 5.000 morts selon le président russe Vladimir Poutine.

Washington est officiellement resté neutre, mais Mike Pompeo a récemment dit espérer que l'Arménie puisse "se défendre" face à l'Azerbaïdjan et critiqué l'implication de la Turquie, un allié de Bakou.

Les Etats-Unis comptent une importante communauté arménienne et ont des liens stratégiques avec l'Azerbaïdjan, une des rares nations musulmanes à avoir des relations diplomatiques fortes avec Israël.


A J-11, Trump à corps perdu dans les meetings

Arrivée du président américain Donald Trump à bord de l'Air Force One à Joint Base Andrews dans le Maryland le 23 octobre. (Mandel Ngan/ AFP)
Short Url
  • Pour rattraper son retard dans les sondages, le président républicain mise gros sur la Floride, l'un des États susceptibles de basculer pour l'un ou l'autre des candidats
  • Avant son départ pour le "Sunshine State", le président américain a mis un coup diplomatique à son actif, en annonçant depuis le Bureau ovale qu'Israël et le Soudan avaient accepté de normaliser leurs relations

WASHINGTON : A 11 jours de la présidentielle, Donald Trump poursuit sa course effrénée aux électeurs en tenant vendredi deux meetings de campagne dans l'État-clé de Floride, au lendemain de son ultime débat avec son rival démocrate Joe Biden.

Ce face-à-face en direct télévisé, organisé à Nashville dans le Tennessee, a été bien plus policé et constructif que le précédent, marqué par de constantes interruptions et des insultes. Mais il ne devrait pas profondément changer la dynamique.

Avant son départ pour le "Sunshine State", le président américain a mis un coup diplomatique à son actif, en annonçant depuis le Bureau ovale qu'Israël et le Soudan avaient accepté de normaliser leurs relations.

"Pensez-vous que Joe l'Endormi aurait pu conclure cet accord?" a demandé, narquois, M. Trump au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui était au bout du fil et sur haut-parleur.

Plus de 50 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation - 35 millions par correspondance et plus de 15 millions en personne - selon le comptage vendredi du US Elections Project, de nombreux électeurs préférant éviter les foules le jour de l'élection en pleine pandémie.

Donald Trump doit voter par anticipation samedi en Floride. Son vice-président, Mike Pence, l'a fait à Indianapolis vendredi.

"Un super boulot"

Pour rattraper son retard dans les sondages, le président républicain mise gros sur la Floride, l'un des États susceptibles de basculer pour l'un ou l'autre des candidats et donc d'offrir les grands électeurs nécessaires pour la victoire.

M. Trump, qui perd du terrain chez certains seniors, a déjà sillonné ces 10 derniers jours la Floride, connue pour accueillir une forte proportion de retraités.

En plus de Pensacola, le milliardaire va courtiser The Villages, 100.000 habitants, la plus grande communauté de retraités en Floride. Ce bastion trumpiste près d'Orlando a toutefois été récemment le théâtre de fortes tensions entre pro et anti-Trump.

Alors que les Américains âgés votent beaucoup républicain, ils sont aussi dans la catégorie des personnes les plus vulnérables face au coronavirus, et M. Trump est très critiqué pour sa gestion de la pandémie qui a fait plus de 223.000 morts aux États-Unis.

"Je prends toujours mes responsabilités et j'ai fait un super boulot", a dit vendredi le milliardaire.

Samedi, le président a encore un marathon de meetings au programme, en Caroline du Nord, dans l'Ohio et le Wisconsin. Dimanche, il doit aller dans le New Hampshire.

Selon son équipe, Joe Biden doit lui s'exprimer vendredi depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, sur son plan pour "vaincre le Covid-19 et remettre notre économie sur les rails".

Ces deux questions ont été au centre du débat jeudi soir entre les deux septuagénaires devant des millions de téléspectateurs.

"Quelqu'un qui est responsable d'autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des Etats-Unis d'Amérique", a lancé le candidat démocrate, en prédisant "un hiver sombre" pour le pays le plus endeuillé au monde.

Donald Trump, qui dit être complètement remis du coronavirus pour lequel il a été hospitalisé, l'a en retour accusé de vouloir "reconfiner" le pays en raison du Covid-19, assurant que son administration combattait "très fermement" la pandémie.

Respecter les règles

Bien que parfois vifs, leurs échanges étaient nettement plus mesurés et plus audibles que la fois précédente, où les noms d'oiseaux avaient fusé. "C'est manifestement une façon plus populaire de faire", a commenté M. Trump vendredi, assurant qu'il avait voulu "respecter les règles du jeu".

Pour éviter la cacophonie, les organisateurs avaient décidé de couper le micro d'un candidat pendant les deux premières minutes de prise de parole de l'autre pour chacune des questions, sur la pandémie, les questions raciales, le changement climatique ou encore la politique étrangère.

Donald Trump a notamment demandé à Joe Biden de "s'expliquer" sur des allégations de corruption au sujet des activités de son fils Hunter en Chine et en Ukraine, quand le candidat démocrate était vice-président de Barack Obama (2009-2017).

Joe Biden a contre-attaqué en reprochant au président de n'avoir jamais accepté de publier ses déclarations d'impôts. "Que cachez-vous ?", a-t-il lancé.

Contrairement aux précédentes présidentielles, il n'y aura cette année que deux débats, le président sortant ayant refusé un duel virtuel le 15 octobre -un format proposé pour éviter les risques d'infection après son diagnostic positif au coronavirus. (AFP)


Fact-check: le point sur le dernier débat présidentiel américain

Le président américain Donald Trump, le candidat démocrate et ancien Vice-président des États-Unis Joe Biden entourant la modératrice Kristen Welket lors du débat présidentiel final à Nashville, Tennessee, le 22 octobre. (Jim Bourg/AFP)
Short Url
  • Pandémie, relations avec la Chine, question raciale, le président américain et son rival Joe Biden ont participé à leur dernier débat public avant les élections en avançant des arguments chocs pas toujours précis
  • Vrai ou faux ? Tout est relatif. Ainsi, parlant des relations commerciales avec la Chine, M. Biden a affirmé que Donald Trump a provoqué une augmentation du déficit commercial pas une baisse" ; or ce déficit était supérieur sous Obama

WASHINGTON : Le président Donald Trump et son rival Joe Biden se sont opposés à propos de la pandémie de Covid-19, la guerre commerciale avec la Chine ou encore la question raciale aux États-Unis, lors de leur dernier débat avant les élections du 3 novembre.

L'équipe de fact-checking de l'AFP fait le point.

Pandémie de covid-19

Évoquant le coronavirus, Donald Trump a déclaré : "on s'attendait à 2,2 millions de morts, selon une modélisation (ndlr: de l'épidémie). Nous avons fermé la plus grande économie du monde afin de combattre cette horrible maladie".

D'où vient ce chiffre ?

Le chiffre de 2,2 millions de morts - que le président avait déjà précédemment cité pour défendre sa réponse sanitaire - vient d'un rapport du Comité de réponse au Covid-19 de l'Imperial college. Ce chiffre correspond, selon ce rapport, au nombre total de morts que l'épidémie aurait pu faire aux États-Unis si absolument aucune mesure n'avait été prise.

Les États-Unis, comme d'autres pays, ont imposé des confinements et les Américains ont, à des degrés variables, observé les mesures de distanciation sociale.

Selon l'université Johns Hopkins, la pandémie a fait plus de 223.000 morts dans le pays.

Joe Biden a lui lancé : "il y a maintenant 1.000 morts par jour. 1.000 morts par jour".

Cela n'est pas totalement juste. Durant les mois passés, il y a effectivement eu de nombreux jours où le nombre de morts a dépassé le millier. Par exemple, un bilan de l'AFP établi à partir des données nationales et de celles de l'université Johns Hopkins montre que vendredi à 03H00 GMT, 1.035 décès avaient été enregistrés en 24 heures.

Cependant les bilans varient d'un jour à l'autre. Sur les sept derniers jours ainsi les bilans étaient de 990, 854, 420, 509, 661, 796 et 1.103 décès, soit une moyenne de 762 morts par 24 heures.

Les relations avec la Chine

"La Chine paie, ils paient des milliards et des milliards de dollars", a affimé M. Trump, se référant apparemment à l'argent des droits de douane imposés à la Chine par son administration.

M. Biden a rétorqué que c'était "l'argent des contribuables" américains.

La réponse du candidat démocrate est exacte. Comme le relève le centre de politique fiscale de Urban-Brookings, une taxe douanière "est presque toujours payée directement par l'importateur (généralement une entreprise) et jamais par le pays exportateur".

Parlant des relations commerciales américano-chinoises, M. Biden a affirmé à propos du président : "Il a provoqué une augmentation du déficit (commercial) avec la Chine, pas une baisse".

Ce n'est pas exact. Le déficit commercial s'est monté à 344 milliards de dollars en 2019, après être monté à 418 milliards de dollars en 2018. Comparé à 2016, dernière année de l'administration Obama où le déficit était de 347 milliards de dollars, il a donc baissé.

Depuis le début de son mandat, la politique douanière du locataire de la Maison blanche a visé à réduire le déficit commercial et à mettre fin à ce qu'il qualifie de pratiques commerciales injustes.

Selon une trêve conclue le 15 juin 2020, la Chine s'est engagée à importer pendant deux ans au moins 200 milliards de biens américains, soit plus que le niveau de 2017.

La question raciale

Discutant de la question raciale, sujet brûlant aux États-Unis après la mort de plusieurs citoyens afro-américains tués par la police, M. Trump a accusé l'ancien vice-président démocrate d'avoir qualifié les hommes noirs de "super prédateurs" lorsqu'il était sénateur.

C'est faux. L'expression "super prédateurs" date d'une loi sur la criminalité co-écrite par M. Biden. Mais c'est Hillary Clinton qui a utilisé cette formule en défendant ce texte.

Joe Biden a maintenu jeudi soir n'avoir pas utilisé cette expression. Devant le Sénat il avait cependant parlé de criminels "prédateurs" lors d'un discours en faveur de cette loi. (AFP)