Le yacht d'un oligarque russe saisi aux îles Fidji à la demande des Etats-Unis

Intervention à la demande du ministère américain de la Justice afin de saisir le yacht Amadea amarré à Lautoka, aux Fidji le 5 mai 2022 montre (Photo, AFP).
Intervention à la demande du ministère américain de la Justice afin de saisir le yacht Amadea amarré à Lautoka, aux Fidji le 5 mai 2022 montre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 06 mai 2022

Le yacht d'un oligarque russe saisi aux îles Fidji à la demande des Etats-Unis

  • Le navire Amadea, estimé à 325 millions de dollars, appartient, selon Washington, à l'homme d'affaires et député Suleiman Kerimov
  • Selon Washington, M. Kerimov a fait fortune grâce à ses participations dans de grandes entreprises énergétiques et financières russes

SUVA: Les autorités des îles Fidji ont saisi, à la demande des Etats-Unis, un superyacht soupçonné d'appartenir à un oligarque russe visé par des sanctions liées à la guerre en Ukraine, a annoncé jeudi le ministère américain de la Justice.

Le navire Amadea, estimé à 325 millions de dollars, appartient, selon Washington, à l'homme d'affaires et député Suleiman Kerimov, visé par des sanctions européennes et américaines.

Selon Washington, M. Kerimov a fait fortune grâce à ses participations dans de grandes entreprises énergétiques et financières russes, dont Gazprom et Sberbank. 

Amarré à Lautoka, dans l'ouest des Fidji, depuis la mi-avril, l'Amadea était immobilisé par les autorités fidjiennes depuis l'émission d'un mandat américain de saisie. Mardi, un tribunal local avait ordonné sa saisie, qui a eu lieu dans la foulée.

La demande de saisie de l'Amadea est fondée sur le fait qu'il "enfreindrait la législation américaine, notamment la loi sur les pouvoirs économiques en cas d'urgence internationale, de blanchiment d'argent et de conspiration", a déclaré jeudi le ministère américain dans un communiqué. 

M. Kerimov fait partie d'un groupe d'oligarques "qui profitent du gouvernement russe par le biais de la corruption et de ses activités malveillantes dans le monde entier, notamment l'occupation de la Crimée", a-t-il ajouté. 

L'Amadea mesure 107 mètres, dispose d'une piscine, d'un jacuzzi, d'un héliport et d'un "jardin d'hiver" sur le pont, selon le site spécialisé superyachtfan.com. 

"Il n'y a pas de cachette pour les avoirs des criminels qui soutiennent le régime russe", a de son côté affirmé dans un communiqué le ministre de la Justice américain Merrick Garland.

"Le ministère de la Justice s'efforcera sans relâche de tenir pour responsables ceux qui facilitent la mort et la destruction dont nous sommes témoins en Ukraine", a-t-il ajouté.

Ils ne peuvent pas se cacher

"Cette saisie montre aux oligarques russes corrompus qu'ils ne peuvent pas se cacher, même dans les endroits les plus reculés du monde", a commenté pour sa part la numéro deux du ministère américain de la Justice, Lisa Monaco. "Chaque yacht acheté avec de l'argent sale est dans notre viseur", a-t-elle assuré.

Plusieurs sites spécialisés indiquent que Kerimov en est le propriétaire, mais cela n'a pas pu être confirmé par l'AFP de manière indépendante.

Une société enregistrée comme étant propriétaire du bateau, Millemarin Investment, a demandé un sursis à exécution de cette saisie, dans l'attente d'une décision en appel. La haute Cour des Iles Fidji a refusé cette demande. 

Selon des médias de l'archipel, le yacht devrait prendre la direction des États-Unis dans les prochains jours.

Dans la copie du mandat américain publiée, la section énumérant les diverses éléments laissant penser que M. Kerimov est le véritable propriétaire du yacht a été partiellement caviardée. 

Elle mentionne que la propriété de l'Amadea a été transférée à Millemarin Investment en août 2021. 

Le mandat américain indique que les autorités fidjiennes ont fouillé le navire le mois dernier et trouvé de "nombreux" documents financiers liés à l'Amadea. Les détails des transactions ont été cachés. Les documents officiels indiquaient qu'après les Fidji, il devait se rendre aux Philippines. 

"Cependant, il y a des raisons de croire que la destination prévue était, en fait, Vladivostok ou d'autres eaux territoriales russes", selon le mandat.

L'Espagne avait déjà saisi en avril, à la demande des Etats-Unis, un superyacht d'une valeur de 90 millions de dollars, appartenant au milliardaire russe Viktor Vekselberg, un allié du président Vladimir Poutine.

Washington a annoncé en mars la création d'une cellule dédiée à la poursuite des "oligarques russes corrompus" et de tous ceux qui violeraient les sanctions adoptées par Washington contre Moscou.

Depuis, les Américains ont "sanctionné et bloqué des navires et avions pour une valeur de plus d'un milliard, ainsi que gelé des centaines de millions de dollars d'avoirs d'élites russes sur des comptes américains", d'après la Maison Blanche.

Le président Joe Biden espère pouvoir liquider ces actifs et utiliser l'argent pour compenser les dégâts subis par l'Ukraine. 


Chine: La BBC dénonce l'arrestation d'un de ses journalistes en Chine

Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu «aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises»
  • Selon lui, «il a été battu et frappé par la police», alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays

LONDRES: La groupe de médias britannique BBC a indiqué dimanche qu'un de ses journalistes en Chine, qui couvrait à Shanghai les manifestations contre la politique draconienne "zéro Covid" du régime, a été arrêté et "frappé par la police".

"La BBC est très inquiète de la manière dont a été traité notre journaliste Ed Lawrence qui a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai", a indiqué un porte-parole du groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

Selon lui, "il a été battu et frappé par la police", alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays.

Des centaines de personnes ont manifesté ce week-end en Chine dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai et Pékin, pour protester contre les confinements et les restrictions imposées par les autorités pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu "aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises, au-delà d'une affirmation des fonctionnaires, qui l'ont ensuite libéré, qu'ils l'avaient arrêté pour son propre bien au cas où il aurait attrapé la Covid (au milieu) de la foule".

"Nous ne considérons pas cela comme une explication crédible", a-t-il ajouté.


Ethiopie: Une partie du Tigré reste inaccessible aux acteurs humanitaires, selon le PAM

Du matériel médical et des dossiers sont endommagés et pillés par des soldats érythréens dans un hôpital qui leur servait de base (Photo, AP).
Du matériel médical et des dossiers sont endommagés et pillés par des soldats érythréens dans un hôpital qui leur servait de base (Photo, AP).
Short Url
  • La livraison d'aide humanitaire au Tigré avait été interrompue fin août lorsque les combats avaient repris après cinq mois de trêve
  • L'armée érythréenne et des forces régionales et milices de l'Amhara, restent présentes dans certaines zones du Tigré

ADDIS ABEBA: Les opérations humanitaires s'amplifient dans le nord de l'Éthiopie depuis l'accord de paix entre belligérants du Tigré, mais une partie de cette région reste inaccessible et l'aide acheminée inférieure aux besoins, estime vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM).

La livraison d'aide humanitaire au Tigré avait été interrompue fin août lorsque les combats avaient repris après cinq mois de trêve entre l'armée fédérale éthiopienne et ses alliés, et les forces des autorités rebelles du Tigré.

Avant même cette interruption, l'aide était déjà insuffisante à satisfaire les besoins d'une région où quelque 90% des six millions d'habitants dépendent de l'aide alimentaire, en raison du conflit qui a éclaté en novembre 2020.

Dans un communiqué vendredi, le PAM dit avoir "distribué plus de 2.400 tonnes de vitales, denrées alimentaires, de matériel médical, nutritionnel et autres dans la région du Tigré" depuis le 15 novembre et la "réouverture des quatre couloirs humanitaires" vers la région.

"Mais l'aide acheminée au Tigré ne satisfait pas les besoins et le PAM et ses partenaires ont besoin d'accéder urgemment à l'ensemble de la région", dont l'accès à certaines zones de l'est et du centre est restreint, explique l'organisation onusienne dans un communiqué.

Le Tigré est resté quasiment coupé du monde pendant plus d'un an et est privé d'électricité, de télécommunications, de services bancaires et de carburant.

Le PAM continue par ailleurs de distribuer de l'aide dans les régions de l'Amhara et de l'Afar, voisines du Tigré, elles aussi, touchées par la guerre qui, selon l'ONU, a déplacé plus de deux millions d'Éthiopiens.

"Dans le nord de l'Éthiopie, les deux ans de conflit ont rendu plus de 13,6 millions de personnes dépendantes de l'aide humanitaire", 5,4 millions au Tigré, 7 millions en Amhara et 1,2 million en Afar, rappelle le PAM.

Le conflit a éclaté quand le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale destituer l'exécutif régional du Tigré qui contestait son autorité depuis plusieurs mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires dans la région.

Le gouvernement et les rebelles tigréens ont signé le 2 novembre à Pretoria un accord de paix prévoyant, entre autres, un accès humanitaire sans entraves au Tigré, suivi, le 12 novembre à Nairobi, d'un document sur les modalités de sa mise en œuvre.

Les hostilités ont cessé au Tigré depuis cet accord, a indiqué le 22 novembre le chef d'état-major des forces tigréennes, Tadesse Worede.

Mais l'armée érythréenne et des forces régionales et milices de l'Amhara, qui ont épaulé l'armée éthiopienne, restent présentes dans certaines zones du Tigré.


Somalie: Attaque en cours d'un hôtel à Mogadiscio, revendiquée par les shebab

Des gens ramassent des débris devant l'hôtel Hayat détruit après un siège meurtrier de 30 heures par des militants d'Al-Shabaab à Mogadiscio (Photo, AFP).
Des gens ramassent des débris devant l'hôtel Hayat détruit après un siège meurtrier de 30 heures par des militants d'Al-Shabaab à Mogadiscio (Photo, AFP).
Short Url
  • De nombreux civils et des responsables politiques ont déjà été secourus et évacués de cet établissement
  • Selon l'ONU, au moins 613 civils ont déjà été tués et 948 blessés dans des violences cette année en Somalie

MOGADISCIO: Une attaque par les shebab d'un hôtel du centre sécurisé de Mogadiscio près du palais présidentiel était en cours dimanche soir, montrant la capacité des islamistes radicaux à continuer de frapper le pouvoir somalien, qui lui a déclaré une "guerre totale".

"Un groupe de combattants shebab a attaqué un hôtel dans le district de Bondhere ce soir (et) les forces de sécurité sont engagées pour les éliminer", a annoncé le porte-parole de la police nationale, Sadik Dudishe, dans un communiqué.

De nombreux civils et des responsables politiques ont déjà été secourus et évacués de cet établissement, le Villa Rose, a-t-il ajouté.

"J'étais près du Villa Rose lorsque deux fortes explosions ont secoué l'hôtel. Il y a eu des tirs nourris. La zone a été bouclée et j'ai vu des gens fuir", a relaté un témoin, Aadan Hussein, depuis Mogadiscio.

Les shebab, groupe affilié à Al-Qaïda qui tente de renverser le gouvernement central somalien depuis 15 ans, ont revendiqué l'attaque.

L'hôtel Villa Rose est un lieu prisé des députés somaliens, située dans la zone centrale sécurisée de Mogadiscio, non loin du bureau du président du pays, Hassan Cheikh Mohamoud.

Sur son site web, le Villa Rose y est décrit comme "l'hébergement le plus sûr de Mogadiscio", avec détecteurs de métaux et haut mur d'enceinte.

La force de l'Union africaine en Somalie (Atmis) a condamné l'attaque et "félicité" sur Twitter "les forces de sécurité somaliennes pour leur réponse rapide afin d'éviter de nouvelles victimes et des dommages matériels".

Attaques en représailles 

Cette nouvelle attaque intervient alors que le président somalien récemment élu, en mai, a décidé d'engager depuis trois mois une "guerre totale" contre les shebab.

L'armée somalienne, soutenue par des clans locaux, par l'Atmis, et avec l'appui de frappes aériennes américaines, leur ont ainsi repris le contrôle de la province de Hiran et de vastes zones du Moyen-Shabelle, dans le centre du pays.

Mais les insurgés ont riposté par une série d'attaques sanglantes, soulignant leur capacité à frapper au cœur des villes et des installations militaires somaliennes.

Le 29 octobre, deux voitures bourrées d'explosifs ont explosé à quelques minutes d'intervalle à Mogadiscio, tuant 121 personnes et en blessant 333 autres. Soit l'attaque la plus meurtrière depuis cinq ans dans ce pays fragile de la Corne de l'Afrique.

Un triple attentat à la bombe à Beledweyne (centre) a aussi fait 30 morts dont des responsables locaux début octobre, et au moins 21 clients d'un hôtel de Mogadiscio ont été tués lors d'un siège de 30 heures en août.

Selon l'ONU, au moins 613 civils ont déjà été tués et 948 blessés dans des violences cette année en Somalie, principalement causées par des engins explosifs improvisés (EEI) attribués aux shebab. Les chiffres les plus élevés depuis 2017, et en hausse de plus de 30% par rapport à l'an dernier.