Mondial-2022: au Qatar, les migrants se pressent pour apercevoir la Coupe du monde

Les gens assistent à un événement marquant les 200 jours de la Coupe du Monde de la FIFA 2022, dans la capitale qatarie Doha le 6 mai 2022 (Photo, AFP).
Les gens assistent à un événement marquant les 200 jours de la Coupe du Monde de la FIFA 2022, dans la capitale qatarie Doha le 6 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 08 mai 2022

Mondial-2022: au Qatar, les migrants se pressent pour apercevoir la Coupe du monde

  • Chaque personne avait environ 15 secondes pour se prendre en photo avec le trophée
  • Un groupe de pop bangladais et des joueurs de tambour indiens faisaient patienter les foules

DOHA: Des milliers de travailleurs migrants, auxquels le Qatar doit notamment ses stades, ont formé de longue files d'attentes vendredi pour voir le trophée de la Coupe du monde exposé dans le pays hôte du Mondial-2022.

Pour sa dernière sortie publique avant le tournoi (21 nov-18 déc), le trophée a été placé dans un parking près du principal stade de cricket de Doha, à Asian Town. 

Chaque personne avait environ 15 secondes pour se prendre en photo avec le trophée, remporté en 2018 par la France.

Un groupe de pop bangladais et des joueurs de tambour indiens faisaient patienter les foules.

A défaut de pouvoir s'offrir les billets pour assister à des matches du Mondial-2022, Azam Rashid, un menuisier qui a travaillé sur deux stades, a tenu à voir la statuette de près. 

"L'attente est longue, mais cela en vaut la peine", a-t-il déclaré à l'AFP. "Les billets sont peut-être trop chers, mais le Qatar et la Coupe du monde m'ont donné une opportunité", a-t-il ajouté. 

Un certain nombre de billets abordables, vendus 40 rials, soit un peu plus de 10 euros, ont été réservés aux 2,8 millions d'habitants du pays, parmi lesquels 2,5 millions d'étrangers.  

Nasim, employé dans un dépôt de la zone industrielle, fait partie de ceux qui ont en profité. "Tout le monde peut se permettre le prix que j'ai payé", a-t-il dit.

Mais de nombreuses personnes dans la file d'attente ont indiqué de ne pas avoir eu la même chance, les billets ayant été vite épuisés. 

Or les catégories suivantes de billet, dont le prix débute à 70 euros, sont hors de portée pour des travailleurs souvent payés au salaire minimum, soit 270 euros par mois.

"La Coupe du monde est excitante, mais c'est clairement trop (cher) pour moi", a affirmé Tarir, un employé administratif. 

Pour Ahmed Kareem, un ouvrier du bâtiment qui vit depuis dix ans au Qatar, la plupart des migrants ne regarderont les matches qu'à la télévision. 

"Ce trophée est un grand événement. Pour la plupart d'entre nous, c'est ce qui se rapprochera le plus de la Coupe du monde ", a-t-il conclu. 

L’Asie du Sud fournit le plus gros des effectifs des travailleurs qui ont construit sept nouveaux stades et en ont rénové un huitième, pour le premier Mondial organisé dans un pays arabe. 

Le Qatar a été très critiqué sur les droits des travailleurs étrangers, mais il affirme avoir introduit des changements importants ces dernières années, faisant de lui l'état du Golfe le plus progressiste en la matière. 


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.