La révélation du massacre de Tadamon lève le voile sur les atrocités de la guerre en Syrie

Images amateurs du massacre de Tadamon, à Damas, où l'on voit clairement des miliciens tirer sur des gens. (AFP)
Images amateurs du massacre de Tadamon, à Damas, où l'on voit clairement des miliciens tirer sur des gens. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 11 mai 2022

La révélation du massacre de Tadamon lève le voile sur les atrocités de la guerre en Syrie

  • Une vidéo confirme les pires craintes des familles de la banlieue de Damas, près de dix ans après la disparition de leurs proches
  • Un crime de masse a été révélé par une enquête du journal The Guardian et du magazine New Lines

DUBAI : En 2013, quarante et un civils au total ont été assassinés de sang-froid en un seul incident. Un par un, les détenus aux yeux bandés ont été amenés au bord d'une fosse fraîchement creusée dans la banlieue de Damas, à Tadamon, et ils ont été abattus de manière systématique. Les corps, empilés les uns sur les autres, ont ensuite été incendiés.

Les images de ce massacre perpétré par des miliciens syriens fidèles au régime de Bachar al-Assad n'ont été diffusées qu'en avril dernier après une révélation faite par le journal britannique The Guardian et par le magazine en ligne New Lines.

La vidéo amateur, prise par les tueurs eux-mêmes, a été découverte par une recrue de la milice dans l'ordinateur portable de l'un de ses aînés. Écœuré par ce qu'il a vu, le jeune homme a transmis ce document à des chercheurs qui sont parvenus à confronter l'un des tueurs identifiés sur la séquence.

tadamon
Une femme syrienne brandit des photos de victimes du régime Assad devant un tribunal allemand. (AFP)

Des journalistes et des militants du sud de Damas, s'adressant à Arab News après la diffusion en ligne de la vidéo, signalent que le massacre de Tadamon n'est probablement pas la seule atrocité commise dans la région pendant cette période.

Tout au long des années 2012 et 2013, les milices prorégime ont tiré sur des passants au hasard aux points de contrôle de Tadamon, de Yalda et du camp de Yarmouk et ils ont abattu des personnes dans leurs maisons. Les corps des victimes étaient souvent laissés sur place, selon les habitants.

«Nous entendions parler de ces massacres et de l'incinération des cadavres», confie à Arab News Rami al-Sayed, un photographe du quartier de Tadamon. «Nous savions que toute personne arrêtée par les chabiha de la rue Nisrine serait portée disparue et, dans la plupart des cas, exécutée.»

Chabiha est un terme syrien; il désigne les milices parrainées par le gouvernement Assad qui ont procédé à des exécutions extrajudiciaires pendant la guerre civile qui a éclaté après le soulèvement de 2011.

La rue Nisrine était connue pour être le fief d'une de ces milices qui, au début du soulèvement, a violemment réprimé les manifestations, puis a commencé à détenir et à exécuter des habitants du sud de Damas.

«Toutes les victimes identifiées jusqu'à présent ne sont pas connues pour avoir participé à des manifestations ou à des activités militaires contre le régime», explique Al-Sayed.

«La présence d'une majorité prorégime à Tadamon a contraint la plupart des personnes opposées au régime à fuir entièrement le quartier ou à résider dans une zone qui était encore sous le contrôle de l'opposition en 2013», ajoute-t-il.

tadamon
Un homme syrien montre des brûlures de cigarettes sur son corps dans le centre spécialisé Al-Waalan, dans la ville d'Aldana, dans le nord du pays, le 14 février 2019. (AFP)

Les observateurs syriens des droits de l'homme affirment que des familles entières, parmi lesquelles figuraient des enfants et des personnes âgées, qui ont tenté de franchir des postes de contrôle dans le sud de Damas ont disparu en 2013. Dans de nombreux cas, leur sort demeure inconnu, aujourd'hui encore.

Ces familles ne constituent qu'une petite fraction des 102 000 civils qui ont disparu depuis le début du soulèvement, en 2011, selon le Réseau syrien pour les droits de l'homme. Cette ONG estime que les forces du régime sont responsables de la disparition forcée de près de 85% du nombre total de Syriens disparus.

La plupart des victimes du massacre de Tadamon n'ont pas encore été publiquement identifiées. Redoutant de nouvelles représailles, leurs familles sont réticentes à se manifester et à reconnaître leur relation.

«De nombreux parents ont peur d'annoncer qu'ils ont reconnu leur proche dans la vidéo. Ils craignent d'être persécutés par la police secrète syrienne, surtout s'ils vivent dans une région contrôlée par le régime», explique à Arab News Mahmoud Zaghmout, un Syro-Palestinien du camp de Yarmouk.

Les habitants du sud de Damas s'attendent à ce que ni les auteurs de ce massacre spécifique ni ceux qui ont supervisé d'innombrables autres tueries ne soient tenus de rendre des comptes dans un avenir proche, malgré les preuves vidéo qui les incriminent.

«Ce n'est pas la première fois que des preuves aussi claires de l'implication de membres du régime syrien dans des crimes de génocide sont exposées», précise Zaghmout. «Mais le régime demeure protégé par les Russes, ce qui lui permet d'échapper à toute responsabilité.»

Lorsque les images du massacre sont apparues en ligne pour la première fois, les familles des Syriens et des Palestiniens qui avaient disparu en 2013 ont parcouru frénétiquement la vidéo à la recherche d'indices susceptibles de leur indiquer le lieu où se trouvaient leurs proches.

tadamon
Anwar Raslan (à droite) a été reconnu coupable d'avoir supervisé le meurtre de vingt-sept personnes et la torture de quatre mille individus à Damas en 2011 et 2012. (AFP)

Même si les images horribles ont confirmé leurs pires craintes, au moins ont-ils pu trouver un semblant d’aboutissement qui mettrait fin à l'incertitude relative à la perte de leur proche et qui leur permettrait d’entreprendre leur travail de deuil.

Des familles ont subi le même traumatisme en parcourant des milliers de photographies sorties clandestinement de Syrie en 2013 par un déserteur de l’armée qui avait pour nom de code «César». Ces images contenaient des preuves horribles de viols, de tortures et d'exécutions extrajudiciaires dans les prisons du régime.

Les preuves fournies par César ont aidé à poursuivre Anwar Raslan, un ancien officier des services de renseignement syriens, qui a été condamné à perpétuité en janvier dernier par un tribunal allemand pour les sévices atroces qu'il a infligés aux détenus.

Le procès de Coblence a offert une lueur d'espoir aux Syriens qui souhaitaient voir leurs bourreaux confrontés à la justice. Malgré cette petite victoire, les familles de Tadamon doutent que les miliciens qui ont assassiné leurs proches comparaissent un jour.

Les parents de Wassim Siyam, un Palestinien qui résidait dans le camp de Yarmouk et qui avait 33 ans lorsqu'il a disparu, ont regardé ces images macabres.

«J’ai revu les images plusieurs fois, puis la façon dont un homme courait a attiré mon attention. C'était mon fils. Il a toujours couru comme ça. Je savais que c'était lui», confie le père de Wassim à Arab News.

De nombreuses familles entretenaient toujours l'espoir que leurs enfants soient encore en vie quelque part dans le système carcéral du régime et qu'ils soient un jour libérés grâce à l'une des amnisties occasionnelles du gouvernement.

Le 2 mai, une soixantaine de détenus ont été libérés par le régime en vertu d'un nouveau décret présidentiel qui accorde l'amnistie aux Syriens qui ont commis des «crimes terroristes», expression souvent utilisée par les autorités pour désigner les personnes arrêtées de manière arbitraire.

tadamon
Des militants syriens brandissent des photos qui documentent la torture de détenus à l'intérieur des centres de détention du régime Assad, le 17 mars 2016, à Genève. (AFP)

Certains avaient passé plus de dix ans dans des installations décrites par l'organisation de défense des droits Amnesty International comme des «abattoirs humains».

Des foules impressionnantes se sont rassemblées à Damas dans les jours qui ont suivi l'amnistie dans l'espoir de retrouver leurs proches. Certains brandissaient des photos de leurs disparus et demandaient aux détenus libérés s'ils les avaient vus vivants en prison.

La mère de Wassim a longtemps gardé l'espoir que son fils soit encore en vie, près de dix ans après sa disparition. «J'ai gardé ma foi en Dieu. Je pensais qu'il était probablement détenu, mais toujours en vie», aurait-elle déclaré.

«Je ne sais pas comment ils ont pu faire cela à des civils. Une personne normale évite d’écraser une fourmi en marchant, si elle le peut. Comment ont-ils pu faire cela?»

Elle a ajouté: «Mon fils était apprécié de la communauté. Nous n'avons jamais fait de mal à personne pour être blessés de cette façon. Je m'attendais à le voir sortir de prison – maigre, torturé, avec peut-être un œil en moins –, mais je ne m'attendais pas à cela.»

tadamon
Une photo d'une victime de torture prise par un ancien policier militaire de l'armée syrienne est brandie par des militants syriens lors d'un rassemblement à Genève, le 17 mars 2016. (AFP)

La vidéo du massacre de Tadamon a exclu la possibilité que Wassim et les autres hommes soient encore en vie.

«L'espoir qu'ils avaient, même le plus infime, s'est envolé», a expliqué à Arab News Hazem Youness, chercheur palestino-syrien et ancien diplomate, qui a interrogé plusieurs familles.

La fille d'une des victimes a déclaré à Youness que, depuis la disparition de son père, «chaque fois que j'entendais frapper à la porte, j'espérais que ce serait mon père. Désormais, je ne peux plus espérer.»

Conscientes des conditions brutales et inhumaines qui règnent dans les prisons du régime, certaines familles ont admis qu'elles étaient soulagées de voir leurs proches dans la vidéo: au moins, cela signifiait qu’ils n'avaient pas souffert longtemps.

«C'est mieux ainsi», affirme Youness, citant l'une de ces familles. «Nous avons été rassurés de savoir qu'il ne subit pas de torture. C'était plus difficile pour nous quand nous pensions sans cesse: “Que fait-il? Se fait-il torturer en ce moment? Que mange-t-il? Comment va-t-il? Est-il malade? Où est-il?”»

La diffusion des images a eu une autre conséquence de taille: elle a validé les affirmations des survivants et a confirmé que des meurtres avaient bien eu lieu dans la région.

tadamon
Images amateur du massacre de Tadamon à Damas, où l'on voit nettement des membres de la milice tirer sur des personnes. (AFP)

«Tout le monde savait que des massacres avaient lieu», a souligné Youness. «Les habitants de Tadamon et des zones du camp rapportent qu'il y avait une odeur de sang puis celle de cadavres en décomposition qui sortaient des maisons.»

«Mais, vous savez, se douter est une chose et être certain en est une autre; vous ne voulez toujours pas croire que c'est vrai, puis vous en avez la preuve.»

Certains habitants n'ont pas été surpris d'apprendre que des crimes de guerre avaient été commis à Tadamon. Ce qui les a plutôt choqués, c'est la cruauté et l'inhumanité des miliciens qui se manifestent dans la vidéo.

«Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi horrible», a reconnu Youness. «Vous pouvez constater sur la vidéo à quel point ce qu’ils ont fait est une chose ordinaire pour eux. On voit qu'ils le font avec aisance, tout en plaisantant entre eux, comme si c'était la routine, comme si c'était un jeu.»

«Ce sont des bêtes qui tuent de sang-froid. C'est même injuste de les comparer aux bêtes, puisque les bêtes, elles, sont capables de faire preuve d’un certain degré de compassion et d’empathie.»

Faisant allusion à la nécessité de rester optimiste, Youness a affirmé: «Le chemin de la justice est malheureusement long. Mais peu importe le temps que cela prendra, la marche doit se poursuivre.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza fait le bilan de l'attaque israélienne: 44 morts en trois jours

Une femme palestinienne marche parmi les décombres devant sa maison, dans la ville de Gaza, tôt le 8 août 2022, à la suite du cessez-le-feu entre Israël et les militants palestiniens (Photo, AFP).
Une femme palestinienne marche parmi les décombres devant sa maison, dans la ville de Gaza, tôt le 8 août 2022, à la suite du cessez-le-feu entre Israël et les militants palestiniens (Photo, AFP).
Short Url
  • Au moins 44 Palestiniens, dont quatre femmes et 15 enfants, ont été tués au cours des bombardements qui ont duré trois jours
  • Les violences se sont finalement arrêtées tard dans la journée de dimanche grâce à un cessez-le-feu négocié par l'Égypte

GAZA: Lundi, les habitants de Gaza ont enterré leurs morts, ratissé les décombres de leurs maisons et fait le bilan de la dernière attaque israélienne.

Au moins 44 Palestiniens, dont quatre femmes et 15 enfants, ont été tués au cours des bombardements qui ont duré trois jours, et plus de 350 personnes ont été blessées. Dix-huit maisons ont été complètement détruites, 1 675 ont été endommagées et 71 sont devenues inhabitables.

L'attaque a commencé vendredi lorsqu'Israël a lancé un bombardement aérien et d'artillerie sur les positions du Djihad islamique, le plus grand assaut depuis la guerre de 11 jours menée par Israël contre Gaza l'année dernière.

Les violences se sont finalement arrêtées tard dans la journée de dimanche grâce à un cessez-le-feu négocié par l'Égypte. «Nous avons accueilli la nouvelle du cessez-le-feu avec joie et nous sommes retournés à notre travail», témoigne Hazem Douima, un commerçant de Gaza. «Nous ne voulions pas d'une nouvelle effusion de sang».

Les familles endeuillées ont enterré leurs morts. Une même famille a pleuré le décès de quatre enfants, rejoints par des centaines de personnes à Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza.

«Nous remercions Dieu d'être encore en vie. Ces quelques jours ont été difficiles. Il y avait des bombardements partout, c'était effrayant pour les adultes et les enfants. Ce n'est pas la première fois que cela se produit, et je ne pense pas que ce soit la dernière», dit Sobhi el-Wawy, 44 ans, à Arab News.

«Nous voulons vivre comme le reste du monde... Nous ne voulons pas de guerres ni d'escalade, nous voulons la paix.»

«Nous sommes presque de retour à la vie normale, mais la vie de ceux qui ont perdu leurs enfants ou des êtres chers sera beaucoup plus difficile», affirme Rahma al-Borai.

«Nous menons une vie difficile à Gaza. Il y a beaucoup de pauvreté et de souffrance. Malheureusement, on refuse de nous regarder de cet œil... Le monde est injuste.»

«Regardez comment le monde a réagi face à la situation en Ukraine et comment il réagit face à celle en Palestine. Nous sommes sous les bombardements, nous mourons sans raison. Tout ce que nous voulons, c'est la liberté.»

Lundi, après que la trêve fragile a été instaurée, Israël a rouvert le point de passage de Kerem Shalom afin de fournir du carburant à la seule centrale électrique de Gaza qui produit huit heures d'électricité par jour. Le passage d'Erez a également été rouvert aux patients des hôpitaux, à certains diplomates et aux étrangers.

Cependant, les Palestiniens ne peuvent toujours pas traverser la frontière pour aller au travail. Selon Israël, cette décision est conditionnée par une période de calme et une évaluation de la sécurité.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Manifestations en Irak à la suite de coupures de courant

Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale (Photo, AFP).
Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale (Photo, AFP).
Short Url
  • Les manifestants ont bloqué les routes pour protester contre les coupures de courant qui ont privé de nombreuses personnes d'électricité sous une chaleur de 50°C
  • Selon le gouverneur de Bassora, Asaad al-Eidani, les dernières coupures sont dues à un incendie dans une centrale électrique

DJEDDAH: Lundi, les manifestants de la province de Bassora, dans le sud de l'Irak, ont bloqué les routes pour protester contre les coupures de courant qui ont privé de nombreuses personnes d'électricité sous une chaleur de 50°C.

Ils ont rempli les rues et brûlé des pneus, bloquant ainsi la route principale menant à la capitale provinciale. Entre-temps, les partisans du puissant clerc chiite Moqtada al-Sadr ont poursuivi leur sit-in devant le bâtiment du Parlement irakien pour réclamer des élections anticipées. Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale.

«Ce n'est ni la première ni la dernière fois que nous protestons», dit Ali Hussein, 35 ans. «Nous le soutenons et nous voulons qu'il punisse les corrompus.»

Les manifestations ont été déclenchées à la suite de l'effondrement du réseau électrique dans six provinces du sud en raison d'une demande excessive dans un contexte de températures élevées. Selon le gouverneur de Bassora, Asaad al-Eidani, les dernières coupures sont dues à un incendie dans une centrale électrique.

Dans la ville sainte de Najaf, un dépôt d'armes appartenant au réseau de groupes paramilitaires Al-Hachd al-Chaabi, soutenu par l'Iran, a explosé sous l'effet de la chaleur.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: Un rival de Sadr réclame le retour des séances du Parlement

L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Malik (Photo, AFP).
L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Malik (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 30 juillet, les partisans de Sadr ont envahi le Parlement qu'ils ont occupé près d'une semaine
  • Les législatives avaient été remportées par le Courant sadriste

BAGDAD: L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, grand rival du leader chiite Moqtada Sadr, a affirmé lundi que seul le Parlement pouvait discuter d'élections anticipées et réclamé la reprise des sessions parlementaires.

Le 30 juillet, les partisans de Sadr ont envahi le Parlement qu'ils ont occupé près d'une semaine, avant de transférer leur sit-in dans les jardins de l'institution et tout autour pour protester contre une candidature au poste de Premier ministre présentée par leurs rivaux, l'alliance du Cadre de coordination.

M. Sadr a ensuite réclamé une dissolution du Parlement et des législatives anticipées. Une requête acceptée sous conditions par le Cadre de coordination, qui a réclamé à demi-mot la fin du sit-in dans et autour du Parlement, situé dans la Zone verte, secteur ultrasécurisé de Bagdad.

Cette alliance regroupe des factions chiites pro-Iran influentes, de même que le parti chiite de M. Maliki, ennemi historique de M. Sadr.

Une dissolution du Parlement ne peut être actée que par un vote à la majorité absolue, selon la Constitution. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du Président de la république.

"Il n'y aura ni dissolution du Parlement possible, ni changement de régime, ni élections anticipées, sans une reprise des sessions parlementaires", a lancé M. Maliki dans une allocution télévisée.

Le Parlement "seul discute de ces demandes, et nous ferons ce qu'il décide, car nous sommes tous garants du régime, et l'Irak n'est servi que par le respect du droit et de la Constitution", a-t-il martelé.

Il s'exprimait à l'occasion de l'Achoura, commémoration religieuse marquant la mort de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et troisième imam du chiisme, tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid en Irak.

Dix mois après les législatives d'octobre 2021, l'Irak attend toujours la désignation d'un nouveau Premier ministre et d'un président de la République, sur fond de querelles politiciennes.

Les législatives avaient été remportées par le Courant sadriste, qui représentait le premier bloc de l'assemblée avec 73 députés dans un Parlement fragmenté où aucun camp n'a réussi à construire une majorité claire parmi les 329 élus.

N'étant pas parvenu à rassembler la majorité pour nommer un Premier ministre, M. Sadr a fait démissionner ses députés en juin, abandonnant à ses adversaires la tâche de former un gouvernement. Mais il a réussi à mobiliser dans la rue pour protester contre le candidat au poste de Premier ministre proposé par ses adversaires.