Le tourisme mondial relève la tête, sans retrouver ses niveaux d'avant la pandémie

En 2019, les recettes du tourisme mondial avaient atteint 1.482 milliards de dollars, avant d'être divisées quasiment par trois l'année suivante à cause de la pandémie. (AFP).
En 2019, les recettes du tourisme mondial avaient atteint 1.482 milliards de dollars, avant d'être divisées quasiment par trois l'année suivante à cause de la pandémie. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 12 mai 2022

Le tourisme mondial relève la tête, sans retrouver ses niveaux d'avant la pandémie

  • Pour les vacances d'été, le soleil et la mer dans les Caraïbes et en Amérique latine ont particulièrement la cote
  • En Europe, la France, l'Espagne, le Portugal, la Grèce et l'Islande décollent, sans toutefois faire le plein de touristes comme avant la pandémie

PARIS: Malgré la guerre en Ukraine et des restrictions de voyage toujours en place à cause du Covid-19, le tourisme mondial continue de remonter la pente, Europe et Amériques en tête, sans pour autant retrouver ses niveaux d'avant pandémie. 


Les touristes reprennent désormais confiance. Ils partent en vacances, de plus en plus souvent à l'étranger. Aux aéroports, les files d'attente se reconstituent.


Les arrivées de touristes internationaux dans le monde ont ainsi plus que doublé (+130%) en janvier 2022 par rapport à la même période en 2021, selon les derniers chiffres disponibles de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), avec 18 millions de visiteurs supplémentaires à l’échelle mondiale, "soit l'équivalent de l'augmentation totale enregistrée sur l'ensemble de l'année 2021".


En 2019, les recettes du tourisme mondial avaient atteint 1.482 milliards de dollars, avant d'être divisées quasiment par trois l'année suivante à cause de la pandémie.


Si janvier confirme la tendance à la reprise enclenchée en 2021, l'OMT souligne toutefois que le variant Omicron a récemment donné un nouveau coup de frein et que les arrivées internationales en janvier 2022 restaient inférieures de 67% à celles d'avant la pandémie.


Toutes les régions ont vu les voyageurs revenir et ainsi pu rebondir par rapport aux bas niveaux de début 2021.


L'Europe en particulier a fait trois fois mieux et les Amériques deux fois mieux. Il leur reste encore la moitié du chemin à faire pour retrouver le tonus d'avant la pandémie.


"J'ai voyagé en début de semaine et je peux vous dire que les aéroports, les terminaux internationaux aux États-Unis sont très encombrés et qu'il y a une demande ou un intérêt pour voyager en Europe, parce que pendant plusieurs années nous n'avons pas pu le faire. Il nous manque donc de venir à Paris, d'aller à Rome et à Berlin", explique à l'AFP Larry Cuculic directeur général de Best Western.


Le Moyen-Orient connaît aussi un boom par rapport à 2021 (+89%), selon l'OMT, tout comme l'Afrique (+51%), mais ces deux régions restent encore très loin des scores touristiques de 2019.


Et sans surprise, c'est l'Asie-Pacifique, avec plusieurs destinations fermées, qui dégringole. En janvier, les arrivées de touristes internationaux y étaient inférieures de 93% à celles d'avant la pandémie.

Les Français, une  « exception européenne »

Mieux qu'hier et moins bien que demain: selon le cabinet ForwardKeys, le deuxième trimestre 2022 semble encore "plus prometteur pour les voyages internationaux dans le monde que le premier trimestre". 


Pour les vacances d'été, le soleil et la mer dans les Caraïbes et en Amérique latine ont particulièrement la cote. Le Costa Rica, Aruba dans les Antilles néerlandaises, la République Dominicaine ou encore la Jamaïque figurent parmi les 20 destinations les plus demandées et dépassent même les niveaux d'avant pandémie.


En Europe, la France, l'Espagne, le Portugal, la Grèce et l'Islande décollent, sans toutefois faire le plein de touristes comme avant la pandémie.


La France tire bien son épingle du jeu: les touristes reviennent, et ils dépensent. Les recettes du tourisme international en février dans le pays "se sont rapprochées de celles de 2019", à 2,7 milliards d’euros, "en hausse de 1,5 milliard par rapport à l’année dernière et à -8% par rapport à 2019", a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne, ministre chargé du tourisme lors d'un point presse téléphonique.


Le secteur du tourisme en France représentait, en 2019 avant la pandémie, 7,4% du PIB et 9,5% des emplois.


Selon Jean-Baptiste Lemoyne, la France est "très bien positionnée", destination "numéro un des voyages en Europe pour les Américains, les Belges, les Italiens, les Espagnols". 


Les Français, eux, sont "une exception européenne", assure le ministre: "ils sont 60% à envisager de rester dans leur pays pour les vacances. Avec un socle domestique qui va demeurer très fort et le retour d’une clientèle internationale, cela signifie qu’on est sur une saison d‘été qui peut être très, très dynamique".


Quant au secteur aérien, "on retrouvera cet été sur les courts et moyen-courriers 100% du niveau de 2019. En revanche sur le long-courrier, on restera plutôt sur 85-90% du niveau de 2019".


Pour Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, "ce n’est pas le marché qui va être problématique, c'est le coût de production des séjours touristiques, la compétitivité, l'adéquation entre les produits et le pouvoir d’achat: les acteurs augmentent tous leurs prix, et pour l’instant ça passe parce que les gens ont envie de se faire plaisir. Mais on arrive à la limite de ce qui est acceptable pour bon nombre de clients".


Ventes de yearlings records à Deauville à plus de 51 millions d'euros

Un dresseur mène un cheval dit Mont, vendu 675 000 euros (Photo, AFP).
Un dresseur mène un cheval dit Mont, vendu 675 000 euros (Photo, AFP).
Short Url
  • Le précédent record pour ces enchères remontait à 2019 avec un chiffre d'affaires qui avait atteint 43 millions d'euros
  • 84% des chevaux ont trouvé preneurs

DEAUVILLE: Les plus prestigieuses enchères de yearlings (pur-sang anglais de 18 mois) en France, les ventes de Deauville, ont enregistré un chiffre d'affaires inédit de plus de 51 millions d'euros, ont annoncé mardi les organisateurs.

Le chiffre d’affaires total a bondi de 18% toujours par rapport à 2019 pour atteindre 51.071.000 euros, précise dans un communiqué l'agence de vente Arqana.

"Face à un tel résultat, nous sommes plus que satisfaits, la saison des ventes de yearlings démarre de la meilleure des façons", se félicitent Éric Hoyeau, président d’Arqana et Freddy Powell, directeur exécutif, cité dans le communiqué.

Le précédent record pour ces enchères remontait à 2019 avec un chiffre d'affaires qui avait atteint 43 millions d'euros. En 2021, le total de la vente s'était établi à 40,2 millions d'euros.

Le prix le plus élevé de cette édition a été atteint dimanche pour la vente du frère de Sottsass (lauréat du Prix de l'Arc de Triomphe), adjugé 2,1 millions d'euros au maître entraîneur japonais Yoshito Yahagi. Ce poulain, présenté par l'Écurie des Monceaux, est le fils de Siyouni et Starlet's Sister.

Lundi, le fils de Dubawi et de la lauréate du Prix Minerve Golden Valentine, présenté également par l'Ecurie des Monceaux, a été acquis pour 2 millions d'euros par Godolphin, l'écurie de l'émir de Dubaï Mohammed ben Rached al-Maktoum.

Godolphin, plus gros acheteur à l'issue des trois jours de ventes, s'est adjugé 6 yearlings achetés pour un volume d’enchères de 5,55 millions d'euros.

Le record à Deauville pour la vente d'un seul cheval a été établi à 2,6 millions d'euros en 2015.

Le prix moyen des yearlings (pur-sang anglais d'un an révolu) vendus cette année a atteint 210.025 euros pour 285 chevaux présentés, indique Arqana. 84% des chevaux ont trouvé preneurs.

L'agence de vente Arqana, deuxième agence de vente de yearlings après Tattersalls en Angleterre, a lancé ces ventes en 2000 et organisait l'événement qui compte parmi les plus prestigieuses enchères de yearlings en France.


La reprise mondiale des voyages d'affaires est plus lente que prévu

Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie (Photo, AFP).
Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie (Photo, AFP).
Short Url
  • «La reprise a rencontré des difficultés repoussant les prévisions d'une reprise complète à 2026 au lieu de 2024»
  • En 2019, les dépenses mondiales liées aux voyages d'affaires s'étaient élevées à 1.400 milliards de dollars

WASHINGTON: La reprise s'annonce plus longue que prévu pour les voyages d'affaires, qui ne devraient retrouver leur niveau pré-pandémique qu'en 2026, et non en 2024, a averti lundi l'association mondiale du tourisme d'affaires (GBTA) dans son rapport annuel 2022.

"La reprise a rencontré des difficultés (...) repoussant les prévisions d'une reprise complète à 2026 au lieu de 2024 comme prévu précédemment", indique cette association basée aux États-Unis dans un communiqué.

La GBTA souligne ainsi qu'"alors que de nombreuses conditions de reprise liées à la Covid se sont améliorées, de nombreuses conditions macroéconomiques se sont détériorées rapidement au début de 2022".

En 2019, les dépenses mondiales liées aux voyages d'affaires s'étaient élevées à 1.400 milliards de dollars.

Elles avaient chuté de plus de moitié en 2020, sous l'effet de la pandémie, à 661 milliards de dollars, et étaient peu remontées en 2021, à 697 milliards de dollars.

Elles devraient atteindre 933 milliards en 2022 (+33,8%), avec cependant de fortes différences selon les régions, détaille la GBTA.

L'Amérique du Nord a mené la reprise en 2021, tandis que l'Europe de l'Ouest a été la seule région à avoir enregistré une baisse des dépenses l'année dernière, à cause des conséquences de la Covid. "Les deux régions devraient connaître les reprises les plus fortes", précise l'organisation.

L'Asie-Pacifique avait connu en 2021 une forte reprise, tirée par la Chine, mais "cela s'est inversé en 2022", en raison de la politique "zéro Covid", et alors que "d'autres pays de la région ne se sont ouverts que lentement", tandis que le rythme plus lent des vaccinations en Amérique latine y a ralenti la reprise.


Nama Ventures conduit une série de financement de lancement pour la startup bahreïnie Faceki

Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique (Photo fournie).
Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique (Photo fournie).
Short Url
  • Cette série a également été témoin de la participation de la société de capital-risque Vision Ventures, ainsi que d'autres investisseurs providentiels
  • Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique alimentées par l'apprentissage automatique

RIYAD: La société de capital-risque basée en Arabie saoudite, Nama Ventures, a conduit une série de financements de lancement pour un montant non divulgué pour la plate-forme de protection contre la fraude et de vérification d'identité basée à Bahreïn, ayant été primée, Faceki.

«Nous prévoyons d'accroître notre présence mondiale, de continuer à innover et de fournir des solutions de vérification d'identité conformes, sécurisées et d’utilisation simple», a affirmé Hamza Al-Ghatam, co-fondateur et PDG de Faceki, dans un communiqué.

Cette série a également été témoin de la participation de la société de capital-risque Vision Ventures, ainsi que d'autres investisseurs providentiels.

Fondée en 2020, la plate-forme utilise des solutions cloud et de vérification d'identité numérique alimentées par l'apprentissage automatique pour servir sa clientèle dans plus de 175 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com