Orpea, en pleine crise, passe un accord avec les banques

Une photo montre le logo d'une maison de retraite Orpea, sur lequel on peut lire "Orpea, la vie continue avec nous", à Nantes, dans l'ouest de la France, le 10 février 2022. (AFP).
Une photo montre le logo d'une maison de retraite Orpea, sur lequel on peut lire "Orpea, la vie continue avec nous", à Nantes, dans l'ouest de la France, le 10 février 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Orpea, en pleine crise, passe un accord avec les banques

  • Cet accord s'inscrit dans le cadre «d'une procédure amiable de conciliation», pour prévenir les difficultés, ouverte devant le tribunal de commerce de Nanterre, a indiqué le groupe
  • Il prévoit l'octroi d'un crédit de 1,73 milliard d'euros, la mise en place d'un plan de cession d'actifs pour plus de 3 milliards d'euros d'ici à fin 2025 et un prêt optionnel d'un montant maximum de 1,5 milliard d'euros

PARIS : Après le scandale, les conséquences financières: le groupe d'Ehpad privés Orpea, dans la tourmente depuis la sortie en janvier d'un livre-enquête, a signé un accord avec ses banques pour assurer son financement dans un contexte incertain, après un plongeon de près de 60% de son bénéfice net annuel.

Cet accord s'inscrit dans le cadre "d'une procédure amiable de conciliation", pour prévenir les difficultés, ouverte devant le tribunal de commerce de Nanterre, a indiqué le groupe dans un communiqué publié vendredi. 

Il "répond au contexte actuel d'incertitudes qui pèse sur Orpea, ainsi qu'à un accès fermé aux marchés financiers et au ralentissement du programme de cessions d'actifs initialement envisagé", a expliqué le groupe présent dans 23 pays et qui gère plus de 350 établissements pour personnes âgées dépendantes en France.

Il prévoit l'octroi d'un crédit de 1,73 milliard d'euros, la mise en place d'un plan de cession d'actifs pour plus de 3 milliards d'euros d'ici à fin 2025 et un prêt optionnel d'un montant maximum de 1,5 milliard d'euros.

"Je m'engage à ce que nous tirions toutes les leçons de cette crise pour rétablir la confiance que nous accordent nos parties prenantes depuis toujours, partout où le groupe est implanté", a commenté Philippe Charrier, PDG d'Orpea, cité dans le communiqué. 

Charges liées au scandale

Pour l'année en cours, Orpea s'attend "à faire face à des charges exceptionnelles liées à la gestion de la crise et de ses conséquences". Il prévoit également que sa rentabilité soit affectée par la hausse de l'inflation qui impacte "les coûts de l'énergie et les salaires dans certains pays".

Le groupe se dit "confiant sur la dynamique de croissance" de son chiffre d'affaires 2022 mais n'a pas publié de prévisions chiffrées. Il ne versera pas de dividende au titre de l'exercice 2021. 

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires a progressé de 9% à 1,12 milliard d'euros.

L'an passé, son bénéfice net a chuté de 59,3% par rapport à 2020 à 65,2 millions d'euros, en raison notamment d'une provision de 83 millions d'euros "pour risques et charges relatives aux risques estimés au titre des années 2017-2021 suite aux enquêtes administratives" dont le groupe a fait l'objet. 

Et en 2020, son bénéfice net avait déjà fondu de près d'un tiers car la crise sanitaire a diminué son activité et alourdi ses charges opérationnelles.

En 2021, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du groupe a toutefois progressé de 11% à 1,07 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires de 4,3 milliards d'euros, en hausse de 9,6%. 

«Mesures correctives»

Le groupe est sous le feu des critiques depuis la publication fin janvier du livre-enquête de Victor Castanet "Les Fossoyeurs". Le journaliste indépendant dénonçait notamment une maltraitance des résidents et un usage abusif des fonds publics. 

Un rapport commandé dans la foulée par le gouvernement a pointé début avril de graves dysfonctionnements. L'État a porté plainte et demandé la restitution de dotations publiques présumées détournées de leurs fins.

Le groupe fait depuis fin avril l'objet d'une enquête judiciaire, ouverte à Nanterre, sur des soupçons de maltraitance institutionnelle ou d'infractions financières.

Un rapport intermédiaire des cabinets indépendants Grant Thornton et Alvarez & Marsal, commandé par Orpea, a également constaté des dysfonctionnements au sein du groupe.

"De nombreuses mesures correctives ont d'ores et déjà été prises", a assuré M. Charrier.

Orpea, qui a annoncé la semaine dernière la nomination d'un nouveau directeur général, entend mener "un plan de transformation majeur, prioritairement déployé en France" destiné à améliorer notamment "la qualité de l'accompagnement et le bien-être du résident" ainsi que sa politique de ressources humaines.

En début de matinée, à la Bourse de Paris, le titre Orpea reculait de 4,70% à 32,23 euros dans un marché en hausse. Il a perdu plus de 60% de sa valeur depuis le début de l'année, réalisant la pire chute de l'indice SBF 120.


Pouvoir d'achat: LR fixe trois priorités et des «lignes rouges»

Olivier Marleix, député et nouveau président du groupe parlementaire Les Républicains (LR) (Photo, AFP).
Olivier Marleix, député et nouveau président du groupe parlementaire Les Républicains (LR) (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patron du groupe LR Olivier Marleix a écrit dimanche à la Première ministre Elisabeth Borne
  • Les députés LR demandent «des mesures de financement»

PARIS: Carburant à 1,50 euro le litre, revalorisation du travail, baisse de la CSG pour les retraités... Les députés LR ont arrêté trois priorités pour le projet de loi pouvoir d'achat et fixé leurs "lignes rouges", en faisant la "condition" pour envisager de voter le texte.

Le patron du groupe LR Olivier Marleix a écrit dimanche à la Première ministre Elisabeth Borne pour énumérer les mesures "que son groupe souhaite impérativement voir adoptées", avec "trois priorités principales", selon un communiqué.

Il faut d'abord un "objectif d’une baisse du prix du carburant à 1,5 euro par litre", car "la première des urgences serait de baisser fortement les taxes sur les carburants", assure M. Marleix dans le courrier que l'AFP a pu consulter.

Il plaide ensuite pour "la revalorisation du travail et pas uniquement des minima sociaux", afin que le travail "rapporte toujours plus que l'assistanat", et déplore "cette règle qui consiste à taxer toujours plus et à compenser ce matraquage fiscal en faisant l’aumône d’un chèque".

"Nous allons donc défendre une baisse des charges pour augmenter le salaire net" pour les salariés et les indépendants, promet M. Marleix qui déplore que les classes moyennes soient "les grandes oubliées" du projet de loi.

Enfin, il demande une "annulation de la hausse de la CSG sur tous les retraités".

Les députés LR demandent également "des mesures de financement", notamment par la lutte contre la fraude sociale et fiscale, et la lutte contre la bureaucratie.

"Guidés par notre esprit de responsabilité, nous proposerons des mesures d'économie pour compenser le coût de ces mesures sans augmenter encore davantage notre dette", promet M. Marleix.

"Si, comme vous nous l'avez indiqué, votre gouvernement semble ouvert au dialogue (...) alors il doit amender et enrichir son projet de loi pour porter avec nous ces mesures indispensables", affirme-t-il en l'assurant: "c'est la condition pour que les députés Les Républicains puissent envisager l'adoption de ce projet de loi".

Outre ces trois priorités, les LR comptent porter d'autres mesures "essentielles": déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé, protection du pouvoir d'achat des familles, accès au logement des jeunes et enfin révision du mode de calcul du prix de l'électricité, précise le courrier.


Ceinture verte ou opportunité foncière? A Paris, l'avenir du périphérique en débat

Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes. (AFP)
Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes. (AFP)
Short Url
  • Bientôt 50 ans - en 2023 - et toujours aussi important: l'anneau de 35 km qui encercle la capitale reste un axe de déplacement essentiel pour les Franciliens
  • Et aussi un vecteur de pollution de l'air, avec des seuils jusqu'à six fois supérieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et de bruit

PARIS: Anne Hidalgo veut faire du périphérique parisien, au menu d'un débat mardi au Conseil de Paris, une "ceinture verte" de la capitale. Mais la volonté de la maire de la capitale suscite des critiques, y compris au sein de sa majorité de gauche.

Bientôt 50 ans - en 2023 - et toujours aussi important: l'anneau de 35 km qui encercle la capitale reste un axe de déplacement essentiel pour les Franciliens, avec plus d'un million de déplacements par jour.

Et aussi un vecteur de pollution de l'air, avec des seuils jusqu'à six fois supérieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et de bruit, rappelle la maire socialiste de la capitale, qui veut en faire à l'horizon 2030 un "boulevard urbain".

Cette transformation passe par l'uniformisation de l'axe à deux fois trois voies, dont une réservée aux bus, taxis et covoiturage, la plantation de 50 000 arbres et le réaménagement des portes pour gommer son aspect de frontière entre Paris et sa banlieue.

La suppression d'une voie suscite l'opposition de la présidente de droite de la région, Valérie Pécresse, et la froide réserve du préfet de police, Didier Lallement, qui a rappelé en mai que la maire ne pouvait se passer de l'accord de l'Etat sur ce dossier.

Par la voix de Nicolas Jeanneté, l'opposition de droite demande à la municipalité de mettre en place un "schéma global de mobilité pour Paris et l'Ile-de-France au lieu d'empiler des plans qui ne se coordonnent pas".

«Cohérence» à gauche 

L'opposante Maud Gatel (MoDem) propose elle la fermeture de certaines bretelles d'accès pour réduire l'effet de congestion. Quant aux alliés communistes, ils réclament des solutions alternatives de transport, comme une ligne de métro circulaire ou la relance de la petite ceinture ferroviaire pour le fret.

Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes.

Ils réclament l'abaissement de la vitesse maximale de 70 à 50 km/h - une promesse de campagne de la gauche en 2020, rappellent-ils - et un moratoire sur les constructions situées à moins de 150 m du périphérique.

Ces dernières années, "le travail des associations a démontré la disparition alarmante des espaces verts qui jouxtent le périphérique au profit de constructions, le plus souvent de bureaux", décochent-ils dans un texte.

Outre le besoin de vert, "il ne faut pas recréer une nouvelle frontière avec des nouveaux bureaux, comme on est en train de les créer porte de Montreuil et de Vincennes", dit à l'AFP l'élu EELV Emile Meunier, qui veut "arrêter d'exposer les salariés à la pollution".

Porte Maillot, Bruneseau, Bercy-Charenton: les écologistes se sont "régulièrement opposés aux projets de construction aux abords du périphérique", rappelle sa collègue Aminata Niakaté, pour qui "il faut de la cohérence entre ce qu'on dit et ce qu'on fait".

Ces fissures au sein de la majorité sont une aubaine pour l'opposition. "Les abords du périph' sont vus comme une manne financière" par l'exécutif de gauche, fustige Valérie Montandon (LR). Un constat partagé par Danielle Simonnet (LFI), qui cible "l'hypocrisie mensongère" d'Anne Hidalgo.

Des projets révisés 

Pour Nicolas Jeanneté (Les Centristes), l'abattage de plus de 70 arbres porte de Montreuil, où plusieurs immeubles de bureaux doivent sortir de terre, met ainsi à mal la "volonté illusoire de faire du périph' une ceinture verte".

L'héritage des années Missika, l'ancien adjoint à l'urbanisme à l'origine de projets aujourd'hui contestés, est lourd à porter pour son successeur Emmanuel Grégoire.

Vendredi, il a défendu sur Twitter le bilan "vert" des socialistes: parcs créés sur le périphérique recouvert porte des Lilas et de Vanves, friche ferroviaire convertie en éco-quartier avec un grand parc à Clichy-Batignolles.

Mettant en avant la remise à plat de Bercy-Charenton, le premier adjoint promet "50% de végétalisation dans les futures opérations d'aménagement" et "plus de 50% de logements sociaux" dans la réhabilitation des quartiers populaires en bordure de l'axe.

Gêné par l'annulation du permis de construire pour l'immeuble-pont dit "Mille arbres", que le tribunal administratif a jugé "susceptible de porter atteinte à la santé publique", M. Grégoire promet que "l'intégralité des projets urbains a été révisée" pour coller au futur plan local d'urbanisme.

Ce PLU doit aboutir en 2023 avec, promet-il, un "très haut niveau d'exigence sur le plan environnemental".


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.