Yanbu, sur la mer Rouge, est en passe de devenir l'une des destinations phares de l'Arabie saoudite

Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Outre les magnifiques expositions annuelles de fleurs, d'oiseaux et de papillons, la ville de Yanbu, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, attire les touristes par sa riche biodiversité. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Yanbu, sur la mer Rouge, est en passe de devenir l'une des destinations phares de l'Arabie saoudite

  • Au-delà de son charme pittoresque, de son climat favorable et de sa beauté naturelle, Yanbu présente un attrait particulier pour les amateurs d'Histoire
  • L'architecture historique de la ville, dont une maison où a vécu T. E. Lawrence, a été fidèlement restaurée

UBAΪ: À quelques heures de route à l'ouest de Médine se trouve la ville portuaire historique de Yanbu, la deuxième plus grande agglomération de la côte occidentale de la mer Rouge en Arabie saoudite. Avec son curieux patrimoine et ses attractions de plus en plus nombreuses, ce joyau côtier sans prétention est en train de devenir une destination incontournable.
Les visiteurs de Yanbu peuvent se promener le long du port historique de la ville, déguster du poisson pêché dans la mer Rouge et préparé selon la tradition locale, et explorer le Souk al-Lail, («marché de nuit»), récemment restauré, où ils ont la possibilité d’acheter des dattes locales, des feuilles vertes de mulukhiyah, ainsi que d'autres sucreries et délices.
Le soir, la zone du vieux port s'anime et les habitants se pressent dans les restaurants en plein air qui surplombent les eaux tranquilles, protégées des vagues par des récifs coralliens intacts qui attirent depuis longtemps les plongeurs sur le littoral.

yanbu
Le phare emblématique de Yanbu surplombe la zone côtière de la ville au bord de la mer Rouge. (Shutterstock)

Yanbu est l'un des plus anciens ports de la mer Rouge. Son Histoire remonte à au moins deux mille cinq cents ans, lorsqu'il constituait une étape cruciale sur l'ancienne route des épices et de l'encens, du Yémen à l'Égypte, puis à la Méditerranée.
Son importance stratégique dans le monde du commerce perdure encore aujourd'hui. Plus au sud de la vieille ville idyllique, le long de la côte, se trouve un important terminal pétrolier qui abrite trois raffineries de pétrole, une usine de plastique et plusieurs autres usines pétrochimiques.
Si Yanbu a longtemps joui d'une réputation de lieu de commerce, elle est en train de devenir un haut lieu du tourisme.

yanbu
Le marché du village historique de Yanbu al-Nakhl. (Shutterstock)

«Dans le passé, la plupart des touristes venaient d'Arabie saoudite, mais désormais, nous recevons plus d'étrangers, de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni», déclare à Arab News Ghazi al-Enezi, qui dirige l'opérateur Ghazi Tours, basé à Riyad.
«Yanbu accueille de nombreux visiteurs via des croisières au départ de Djeddah, des villes d'Égypte et de Jordanie.»
En 2014, M. Al-Enezi a été nommé meilleur guide touristique du Royaume par le gouvernement saoudien. Depuis, sa jeune entreprise prospère, avec douze membres du personnel qui organisent des visites à travers le pays et une multitude de clients locaux et internationaux.
Le marché touristique croissant du Royaume a donné un coup de fouet à l'industrie hôtelière de Yanbu, avec l'ouverture récente d'un Novotel, d'un Holiday Inn et de l'Al-Ahlam Tourism Resort. Les cafés et les restaurants locaux ont ainsi trouvé de nouveaux débouchés.

yanbu
Le climat agréable de Yanbu fait de la ville côtière une escapade de choix pendant les mois d'été. (Shutterstock)

«De nombreux hôtels et restaurants ouvrent, et les habitants essaient également de servir aux visiteurs leurs propres plats locaux», indique Ghazi al-Enezi. «Le temps est également agréable. La température n’est pas trop élevée en été, ce qui signifie que pendant les mois chauds, les gens peuvent s'échapper à Yanbu.»
Au-delà de son charme pittoresque, de son climat favorable et de sa beauté naturelle, Yanbu présente également un attrait particulier pour les amateurs d'Histoire. L'officier de renseignement de l'armée britannique T.E. Lawrence, plus connu sous le nom de «Lawrence d'Arabie», a vécu à Yanbu pendant un certain temps entre 1915 et 1916 dans un bâtiment hijazi typique.
Cet archéologue, diplomate et écrivain britannique, est devenu célèbre pour son rôle dans la révolte arabe et la campagne du Sinaï et de la Palestine contre l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale.
Lawrence a été déployé dans la région pour aider les Arabes à renverser leurs dirigeants ottomans, qui s’étaient alliés à l'Allemagne contre la Grande-Bretagne et la France.

yanbu
Lawrence d'Arabie, à gauche, et la maison rénovée de Yanbu où il a vécu entre 1915 et 1916. (Getty Images)

Le 1er décembre 1916, les forces ottomanes de Fakhri Pacha lancent une offensive audacieuse contre Yanbu dans le but de reprendre le contrôle de ce port stratégiquement vital.
Après quelques succès initiaux des Ottomans, les Arabes contre-attaquent avec le soutien de cinq navires de guerre de la Royal Navy britannique ancrés au large de la côte. Le 18 janvier 1917, les Ottomans battent en retraite.
Yanbu a servi de base d'approvisionnement et d'opérations pour les forces arabes et britanniques pendant le reste de la guerre.

yanbu
Le port industriel de Yanbu. (Shutterstock)

En 1975, le gouvernement saoudien décide de faire de Yanbu l'un des deux nouveaux centres industriels du pays, l'autre étant Jubail, sur le Golfe.
Depuis lors, les projets de développement publics et privés de Yanbu ont renforcé sa valeur économique et son prestige, attirant d’importantes infrastructures pétrochimiques et logistiques.
Désormais, alors que le Royaume connaît une nouvelle transformation, annoncée par le programme de réformes économiques et sociales Vision 2030, la fortune de Yanbu se concentre cette fois sur le tourisme, le patrimoine et la culture.
En 2020, le ministère du Tourisme a initié un projet de restauration de la maison hijazi de T.E. Lawrence, rénovant ses murs en pierre blanche et ses façades en bois ornés, dans ce qui allait devenir le premier des efforts du ministère pour faire revivre la vieille ville de Yanbu.

yanbu
Maisons patrimoniales en cours de restauration à Yanbu (Shutterstock).

D'autres maisons traditionnelles arabes ont également été rénovées, et des travaux de restauration délicats ont été initiés pour redonner à leurs murs en pierre de corail et à leurs fenêtres en bois treillissé leur gloire d'antan. La renaissance de l'architecture authentique de Yanbu a fait de la ville un lieu hautement prisé des visiteurs.
Depuis, une multitude de tour-opérateurs ont vu le jour à Yanbu pour répondre à l'afflux récent de visiteurs.
M. Al-Enezi, qui organise des visites guidées à Yanbu depuis 2008, propose deux circuits principaux: l'un le long de la côte, avec une visite de l'île aux huîtres, connue pour ses plages immaculées et ses eaux claires, et l'autre dans le cœur urbain de Yanbu, qui fait découvrir aux visiteurs le patrimoine et l'artisanat locaux.

yanbu
Ghazi al-Enezi a été nommé meilleur guide touristique du Royaume en 2014. (Fourni)

Il emmène également les visiteurs à Umluj, située à 150 km au nord de Yanbu. Souvent qualifiée de «Maldives d'Arabie saoudite», la ville côtière est composée de plus de cent petites îles où des hôtels et d'autres attractions sont actuellement en construction.
À l'extérieur de la ville, les visiteurs en quête de sensations fortes sont attirés par le mont Radwa, dont les pics acérés aux couleurs rouges s'élèvent à 2 282 mètres au-dessus du niveau de la mer, le point culminant de la chaîne d'Al-Nakhil.
Connu pour sa riche biodiversité, notamment les lynx, les tigres, les bouquetins et les loups, les visiteurs peuvent profiter d'un safari le long du paysage accidenté des hautes terres et s'arrêter dans des villages de haute altitude pour goûter le miel local.

yanbu
Yanbu peut également s'enorgueillir de paysages montagneux attrayants. (Shutterstock)

Pour Ghazi al-Enezi, l'industrie du tourisme à Yanbu est désormais méconnaissable par rapport à ce qu'elle était lorsqu'il a commencé à y organiser des visites quatorze ans auparavant.
«C'était difficile pour les quelques personnes qui travaillaient dans ce secteur au début, car à l'époque, le gouvernement saoudien n'était pas axé sur le tourisme et peu de gens venaient visiter le Royaume», précise-t-il à Arab News.
«Mais c'est désormais une entreprise en pleine croissance et en pleine évolution.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'université Al Jouf figure dans le classement mondial des universités QS 2023

Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Short Url
  • Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume
  • Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle

AL JOUF: L'université Al Jouf, pour la deuxième année consécutive, figure dans le classement mondial des universités QS pour 2023: c’est ce qu’a rapporté mardi dernier l’agence de presse saoudienne (SPA).
L'université a également atteint le 701e rang mondial et le 8e rang local. Elle figure dans le classement mondial des universités du magazine The Times pour la deuxième année consécutive, ayant atteint les objectifs de développement durable définis par les Nations unies.
Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume pour le soutien indéfectible qu’ils apportent au secteur de l'éducation, qui a contribué au succès de l'université.
Le président s'est vu remettre un certificat du classement international QS. Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle et qu’elle travaillait en permanence pour progresser dans l’ensemble des domaines, dans le cadre des objectifs de la Vision 2030, a rapporté la SPA.
Le doyen de la recherche scientifique et superviseur de l'unité de classification internationale de l'université, le Dr Nabil al-Ruwaili, a déclaré que le classement d'Al Jouf est le reflet de ses pratiques qualitatives au niveau de l’éducation, de la science et de la recherche.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Drame de Melilla: l'Espagne promet une «  collaboration totale » avec les enquêtes

Pedro Sanchez en compagnie d'Emmanuel Macron à Madrid. (AFP).
Pedro Sanchez en compagnie d'Emmanuel Macron à Madrid. (AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis mercredi une "collaboration totale" de son gouvernement avec les enquêtes sur la mort de 23 migrants africains
  • Il a rappelé que trois enquêtes sur les évènements de Melilla étaient ouvertes, dont deux en Espagne

MADRID: Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis mercredi une "collaboration totale" de son gouvernement avec les enquêtes sur la mort de 23 migrants africains qui tentaient vendredi de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla à partir du territoire marocain.

"Je déplore la perte en vies humaines", a déclaré le chef du gouvernement dans une interview à la radio Cadena Ser, mettant de nouveau en avant "le droit de Ceuta et Melilla", les deux enclaves espagnoles en territoire marocain, "à des frontières sûres" et accusant "les mafias (...) qui se livrent au trafic d'êtres humains".

"Je déplore les morts survenues à Nador", ville du nord du Maroc limitrophe de Melilla, a affirmé M. Sánchez, sur la sellette depuis les évènements tragiques de vendredi et ses commentaires du lendemain, au cours duquel il avait apporté un soutien très appuyé aux forces de sécurité espagnoles et marocaines.

Depuis, de nombreuses images ont montré des actes de brutalité à l'égard des quelque 2.000 migrants qui essayaient d'entrer par la force à Melilla.

Ces scènes avaient valu mardi à Madrid et à Rabat des propos d'une sévérité rare de la part de l'ONU, qui avait condamné "l'usage excessif de la force" lors des évènements de vendredi, le qualifiant d'"inacceptable".

"Je veux dire à quel point nous avons été choqués par (...) la violence à la frontière entre le Maroc et l'Espagne en Afrique du Nord ce week-end", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

"Les personnes qui migrent ont des droits humains et ceux-ci doivent être respectés et nous les voyons trop souvent bafoués", a-t-il ajouté, précisant que ce recours excessif à la force avait été constaté par l'ONU "des deux côtés de la frontière".

"Je n'ai pris connaissance de ces informations et de ces images qu'après avoir fait ces déclarations" samedi, a commenté M. Sánchez, qui n'a pas été interrogé durant l'interview sur les propos du porte-parole de l'ONU.

Il a rappelé que trois enquêtes sur les évènements de Melilla étaient ouvertes, dont deux en Espagne. Le ministère public espagnol a, en effet, demandé mardi l'ouverture d'une enquête "pour faire la lumière" sur les évènements de vendredi, après l'annonce d'une autre enquête par le "Défenseur du Peuple" (personnalité défendant les droits des citoyens espagnols en cas de soupçons d'abus de la part de l'Etat).

En outre, M. Sánchez a rappelé qu'une enquête avait été lancée au Maroc par le procureur de Nador.

"Il faut faire confiance aux institutions", a-t-il dit, promettant que son gouvernement apporterait "une collaboration totale" avec ces enquêtes "pour clarifier les faits".

Mais, a-t-il dit, la "tragédie" de vendredi "est le dernier acte d'un drame commencé bien avant", c'est-à-dire dans les pays d'où sont originaires ces migrants.

"Ce que nous devons faire, c'est travailler au Soudan, qui est le pays d'où vient une grande partie" des migrants ayant tenté de pénétrer à Melilla.

"Les principaux responsables sont les mafias (...) qui se livrent au trafic d'êtres humains", a-t-il encore déclaré, faisant écho à ses propos de samedi.


Un Palestinien tué par l'armée israélienne en Cisjordanie

La tante (à gauche) du Palestinien Mohammad Marei, qui a été tué lors d'un raid israélien, pleure lors de ses funérailles dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 29 juin 2022. (AFP).
La tante (à gauche) du Palestinien Mohammad Marei, qui a été tué lors d'un raid israélien, pleure lors de ses funérailles dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 29 juin 2022. (AFP).
Short Url
  • Selon l'agence de presse palestinienne Wafa, il a été tué par des soldats israéliens lors d'un raid de l'armée à Jénine
  • L'armée israélienne a multiplié ces dernières semaines les raids à Jénine, dont le camp de réfugiés est un bastion des factions armées palestiniennes d'où étaient originaires des auteurs d'attaques récentes en Israël

JENINE: Un Palestinien a été tué mercredi à l'aube lors d'une opération de l'armée israélienne à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, selon des sources palestiniennes.

Mohammad Marei, âgé de 25 ans, a été tué d'une balle dans la poitrine, a indiqué à l'AFP le ministère de la Santé palestinien.

Selon l'agence de presse palestinienne Wafa, il a été tué par des soldats israéliens lors d'un raid de l'armée à Jénine.

L'armée israélienne a indiqué que des soldats avaient procédé à l'arrestation de deux Palestiniens "recherchés pour activités terroristes" dans la ville palestinienne de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Lors des opérations, plusieurs suspects ont lancé des engins explosifs sur les soldats qui ont répliqué par des tirs", a-t-elle ajouté dans un communiqué, précisant qu'un Palestinien avait été touché sans donner davantage de détails.

L'armée israélienne a multiplié ces dernières semaines les raids à Jénine, dont le camp de réfugiés est un bastion des factions armées palestiniennes d'où étaient originaires des auteurs d'attaques récentes en Israël.

Depuis fin mars, les forces de sécurité israéliennes mènent des opérations quasi-quotidiennes en Cisjordanie à la suite d'une série d'attaques perpétrées par des Palestiniens et des Arabes israéliens en Israël et en Cisjordanie dans lesquelles 19 personnes, en majorité des civils, ont perdu la vie.

Lors de ces opérations de l'armée israélienne, au moins 48 Palestiniens et trois assaillants Arabes israéliens ont été tués, en partie des membres de groupes armés, mais aussi des civils, dont une journaliste couvrant une opération à Jénine.