Musique: la biguine, dans tous ses états

Crédit : page Facebook du «Big Inn Jazz Collective»
Crédit : page Facebook du «Big Inn Jazz Collective»
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Musique: la biguine, dans tous ses états

  • La biguine est née à Saint-Pierre, en Martinique, de la rencontre des musiques de danses de salons européennes (polka, mazurka, contredanse...) et du bèlè (ou bel-air), un rythme d'origine africaine venu des campagnes
  • Interprétée dans les maisons de maîtres par ceux nommés à l'époque les «nègres à talent», elle a vu son ascension stoppée avec l'éruption du volcan de la Montagne Pelée en 1902

PARIS : "La biguine est une musique très ouverte, comme tous les genres créoles": à Paris, le Big in Jazz Collective et le groupe Malavoi offrent la semaine prochaine deux lectures très différentes de ce genre musical emblématique des Antilles françaises.

"C'est un genre très défini, mais qui est très ouvert. Une fois qu'on a dit que la biguine, c'est grosso modo une polka avec une syncope un peu particulière, à partir de là, on peut faire énormément de choses avec", explique à l'AFP le journaliste Bertrand Dicale, auteur du livre "Ni noires ni blanches: histoire des musiques créoles". 

La biguine est née à Saint-Pierre, en Martinique --alors plaque tournante des Antilles--, de la rencontre des musiques de danses de salons européennes (polka, mazurka, contredanse...) et du bèlè (ou bel-air), un rythme d'origine africaine venu des campagnes.

Interprétée dans les maisons de maîtres par ceux nommés à l'époque les "nègres à talent", elle a vu son ascension stoppée avec l'éruption du volcan de la Montagne Pelée en 1902, qui a détruit la ville de Saint-Pierre, alors la capitale économique de l'île.

Depuis son apparition au début de la Troisième République, elle a beau s'être transformée, avoir enfanté d'autres styles, elle demeure la mère de toutes les musiques en Martinique.

Le Big In Jazz Collective est un collectif de musiciens entre 25 et 50 ans censés représenter les forces vives du jazz contemporain antillais. Il sera en concert à L'Alhambra à Paris mardi et ambitionne d'accentuer encore le lien étroit que la biguine a très vite entretenu avec le jazz.

Son ambition: s'emparer de standards de grands compositeurs antillais ayant déjà ouvert en leur temps la biguine au jazz -- Alain Jean-Marie, Eugène Mona, Marius Cultier, Albert Lirvat, Alexandre Stellio... -- et leur donner un coup de fouet.

"C'est une réunion entre amis musiciens qui veulent promouvoir le jazz créole. Pour moi, le jazz, c'est une liberté d'expression et, à travers cette liberté, le moyen de promouvoir nos cultures et nos traditions", revendique Stéphane Castry, bassiste et doyen de la formation.

Immuable cadence

Mais dans le dédale d'autres influences revendiquées par le groupe -- soul, groove, reggae, funk... --, la biguine peut parfois donner l'impression de se dissiper.

"Quand j'écoute le Big in Jazz Collective, la biguine, j'ai du mal à la retrouver", fait remarquer Eric Basset, directeur du label Aztec Musique, spécialisé dans les musiques caribéennes.

"Forcément, on est plus ou moins loin à la fois de la définition, pour autant qu'il y ait une définition unique et canonique, de la biguine, et surtout plus ou moins loin des habitudes", note pour sa part Bertrand Dicale.

Malavoi -- du nom d'une variété de canne à sucre --, qui jouera à La Cigale le 21 mai, est plus conservatrice. La formation, née il y a un demi-siècle et dont ne subsiste aujourd'hui qu'un membre d'origine, le batteur Denis Dantin, brosse plus cette biguine dans le sens du poil. 

Les versions qu'en offre cette formation, devenue une institution à la Martinique, sont beaucoup plus soyeuses, confortables, douces à l'oreille, avec des accents symphoniques. 

Aux cuivres et aux guitares privilégiés dans le Big In Jazz Collective, Malavoi préfère les cordes, rappelant qu'au tout début de l'histoire, l'instrument roi dans les salons des demeures coloniales était le violon, avant d'être la clarinette ou la trompette.

Mais au-delà de leurs différences, le Big In Jazz Collective et Malavoi se rejoignent sur un point, essentiel: la cadence, immuable, imprimée par le rythme du bèlè.

Car, selon Bertrand Dicale, la biguine, "avant que ce soit un genre en soi, c'était une façon particulière de jouer une musique". 


Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo, chasseur de l'ADN préhistorique

Un écran montre le lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine 2022, le paléogénéticien suédois Svante Paabo, lors d'une conférence de presse à l'Institut Karolinska de Stockholm, en Suède, le 3 octobre 2022. (AFP).
Un écran montre le lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine 2022, le paléogénéticien suédois Svante Paabo, lors d'une conférence de presse à l'Institut Karolinska de Stockholm, en Suède, le 3 octobre 2022. (AFP).
Short Url
  • «En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des homininés disparus, ses découvertes ont donné la base à l'exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques», a salué le jury Nobel
  • Grâce au séquençage d'un os retrouvé en Sibérie en 2008, le Suédois de 67 ans a également permis de révéler l'existence d'un autre homininé distinct et inconnu jusqu'alors, l'homme de Denisova, qui vivait dans l'actuelle Russie et en Asie

STOCKHOLM : Le prix Nobel de Médecine a couronné lundi le pionnier de la paléogénomique, le Suédois Svante Pääbo, pour le séquençage complet du génome de l'homme de Néandertal et la fondation de cette discipline qui remonte à l'ADN du fond des âges pour éclairer les gènes humains d'aujourd'hui.

"En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des homininés disparus, ses découvertes ont donné la base à l'exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques", a salué le jury Nobel.

Grâce au séquençage d'un os retrouvé en Sibérie en 2008, le Suédois de 67 ans a également permis de révéler l'existence d'un autre homininé distinct et inconnu jusqu'alors, l'homme de Denisova, qui vivait dans l'actuelle Russie et en Asie.

Installé en Allemagne depuis des décennies - il travaille au prestigieux Institut Max-Planck pour la recherche fondamentale - Svante Pääbo a découvert en 2009 qu'un transfert de gènes de l'ordre de 2% avait eu lieu entre ces homininés disparus, comme Neandertal, et l'Homo sapiens.

Ce flux ancien de gènes vers l'homme actuel a eu un impact physiologique sur l'homme d'aujourd'hui, affectant par exemple la façon dont son système immunitaire réagit aux infections.

Ses travaux avaient ainsi récemment montré que les malades du Covid-19 portant un segment d'ADN de Neandertal - notamment en Europe, et plus notablement en Asie du Sud - hérité d'un croisement avec le génome humain il y a quelque 60 000 ans, ont plus de risques d'avoir des complications sévères de la maladie.

"Les différences génétiques entre Homo Sapiens et nos plus proches parents aujourd'hui éteints étaient inconnues jusqu'à ce qu'elles soient identifiées grâce aux travaux de Pääbo", a salué le comité Nobel dans sa décision.

Le chercheur suédois a su surmonter les difficultés posées par la dégradation de l'ADN dans le temps: après des milliers d'années, seules des traces demeurent, de surcroît largement contaminées par des bactéries ou des traces humaines modernes.

Dans une interview à la Fondation Nobel, le paléogénéticien a raconté qu'il était "en train d'avaler sa dernière gorgée de thé" quand il a reçu le coup de téléphone de Stockholm.

"Je ne pensais pas vraiment que (ses découvertes) me qualifieraient pour un prix Nobel", a-t-il affirmé.

L'homme de Néandertal a cohabité un temps avec l'homme moderne en Europe avant de disparaître totalement il y environ 30 000 à 40 000 ans, supplanté par Sapiens, aux racines africaines.

"Les 40.000 dernières années sont assez unique dans l'histoire de l'humanité puisque nous somme la seule forme d'humain en vie. Avant cela il y avait presque tout le temps eu d'autres types d'humains", a souligné M. Pääbo jeudi.

Natif de Stockholm, il était considéré comme nobélisable depuis longtemps. Mais il avait disparu de la liste des favoris ces dernières années.

L'Institut Max-Planck s'est réjoui de son prix, saluant un travail "qui a révolutionné notre compréhension de l'évolution historique de l'humain moderne".


Kim Kardashian mise à l'amende pour avoir frauduleusement promu une cryptomonnaie

Kim Kardashian assiste à la 2022 Vanity Fair Oscar Party après la 94e cérémonie des Oscars au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts à Beverly Hills, en Californie, le 27 mars 2022. (AFP).
Kim Kardashian assiste à la 2022 Vanity Fair Oscar Party après la 94e cérémonie des Oscars au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts à Beverly Hills, en Californie, le 27 mars 2022. (AFP).
Short Url
  • L'amende comprend une pénalité de 1 million de dollars ainsi qu'un redressement de 260 000 dollars qui représente la somme touchée par Mme Kardashian et des intérêts
  • L'ex-épouse du rappeur Kanye West, qui a accepté de coopérer avec la SEC, s'est également engagée à ne pas faire la promotion d'actifs en cryptomonnaies pendant trois ans

NEW YORK : La star américaine Kim Kardashian a accepté de payer 1,26 million de dollars pour avoir fait l'éloge d'une cryptomonnaie sur son compte Instagram sans mentionner qu'elle était payée pour le faire, a annoncé lundi le gendarme de Wall Street, la SEC.

L'autorité accuse plus précisément la vedette de téléréalité, influenceuse et femme d'affaires, d'avoir fait la publicité d'un actif en cryptomonnaies, les jetons EMAX, vendus sur EthereumMax, en omettant d'indiquer qu'elle avait été rémunérée 250 000 dollars par la plateforme pour cette opération.

L'amende comprend une pénalité de 1 million de dollars ainsi qu'un redressement de 260 000 dollars qui représente la somme touchée par Mme Kardashian et des intérêts.

L'ex-épouse du rappeur Kanye West, qui a accepté de coopérer avec la SEC, s'est également engagée à ne pas faire la promotion d'actifs en cryptomonnaies pendant trois ans.

"Cette affaire rappelle que lorsque des célébrités ou des influenceurs promeuvent des opportunités d'investissement, dont des actifs en cryptomonnaies, cela ne veut pas dire que ces produits d'investissement sont bons pour tous les investisseurs", a déclaré dans un communiqué Gary Gensler, le patron de la SEC.

"Nous encourageons les investisseurs à considérer les risques et les opportunités potentiels d'un investissement à la lumière de leurs objectifs financiers", a ajouté M. Gensler.

Selon Forbes, la fortune personnelle de Mme Kardashian s'élève à 1,8 milliard de dollars. Elle compte 331 millions d'abonnés sur Instagram.

Déjà présente dans l'univers du maquillage et des sous-vêtements sculptants, elle a lancé début septembre avec Jay Simmons la société de capital-investissement SKKY Partners.

D'autres célébrités ont été épinglées dans le passé par les autorités américaines pour avoir fait la promotion illégale de cryptomonnaies, dont le boxeur Floyd Mayweather, la star du rap DJ Khaled, l'acteur Steven Seagal ou encore le rappeur T.I.


Les coutelleries de Jezzine, un artisanat en agonie

La ville de Jezzine est un haut lieu de villégiature au Liban (Photo, fournie).
La ville de Jezzine est un haut lieu de villégiature au Liban (Photo, fournie).
Short Url
  • Il existe actuellement une dizaine d’ateliers de coutellerie qui appartiennent principalement à cinq grandes familles de la ville
  • Ce savoir-faire nécessite de la patience, une technique rigoureuse et un don artistique

BEYROUTH: Entourée de forêts de pin, de falaises abruptes et de chutes d’eau impressionnantes, la ville de Jezzine est un haut lieu de villégiature au Liban. Elle est réputée pour ses anciennes demeures, qui rappellent la période glorieuse de cette cité perchée à 950 mètres dans le sud du pays du Cèdre.

Sur place, on trouve les restaurants établis près d’une cascade haute de plus de 40 mètres et célèbres pour leur kebbé; le vieux souk mérite également le détour. La rue principale est parsemée de cafés où les anciens du village viennent jouer aux cartes ou fumer le narguilé. Mais ce sont surtout les boutiques et échoppes des artisans couteliers qui font la particularité de Jezzine.

Le vieux souk mérite également le détour (Photo, fournie).
Avec les crises économiques et financières qui se sont abattues sur le Liban et la crise sanitaire du coronavirus, les touristes – qu’ils soient étrangers ou issus de la diaspora libanaise – ont presque disparu (Photo, fournie).

Il existe actuellement une dizaine d’ateliers de coutellerie qui appartiennent principalement à cinq grandes familles de la ville et perpétuent ainsi une tradition centenaire qui remonte au XVIIIe siècle.

«C’est un artisanat né localement aux alentours de 1770», explique l’un des «derniers Mohicans», Antoine Chahine. «Les habitants étaient essentiellement des agriculteurs qui avaient besoin d’outils, d’où l’émergence de forgerons qui se sont transformés à un certain moment en fabricants d’épées et de poignards, alors que la région était plongée dans des conflits entre féodaux. Avec le temps et l’évolution de la société, ils sont devenus des artisans couteliers», explique-t-il.

Il existe actuellement une dizaine d’ateliers de coutellerie qui appartiennent principalement à cinq grandes familles de la ville (Photo, fournie).
Il existe actuellement une dizaine d’ateliers de coutellerie qui appartiennent principalement à cinq grandes familles de la ville (Photo, fournie).

La particularité de la coutellerie de Jezzine tient au manche de ces outils. La plupart d’entre eux sont façonnés dans la corne de buffle ou de mouton.

«La forme principale usitée depuis les années 1960 est le phénix», l’oiseau légendaire qui meurt et renaît de ses cendres, qui est devenu l’un des symboles du Liban, explique encore le vieil artisan. Ses coutelleries ont été offertes à nombre de chefs d’État et de gouvernement, comme le pape, le président palestinien, Mahmoud Abbas, et divers monarques du Golfe, comme le Koweït et les Émirats arabes unis… Il y a des centaines d’années, les princes du Mont-Liban les avaient offerts aux sultans ottomans. Les touristes se les arrachaient comme des petits pains durant les années 1960.

«Outre le fait que j’aime mon métier, c’est pour moi une grande fierté de perpétuer un artisanat centenaire qui porte haut le nom de Jezzine et celui du Liban», affirme M. Chahine, les larmes aux yeux.

«C’est un artisanat né localement aux alentours de 1770», explique l’un des «derniers Mohicans», Antoine Chahine (Photo, fournie).
«C’est un artisanat né localement aux alentours de 1770», explique l’un des «derniers Mohicans», Antoine Chahine (Photo, fournie).

Il avait à peine 5 ou 6 ans quand il est venu à l’atelier de son père pour jouer ou pour l’observer travailler avant de commencer, peu à peu, à l’aider. Il restait des heures à le regarder tailler, peindre et astiquer ces cornes de buffle, qui devenaient des objets presque vivants. Son premier objet, il l’a réalisé à l’âge de 12 ans. Ce savoir-faire nécessite de la patience, une technique rigoureuse et un don artistique.

Malheureusement, cet artisanat ancestral est désormais à l’agonie, pour plusieurs raisons. D’abord, il ne reste plus que quelques irréductibles artisans pour perpétuer cette tradition centenaire. Antoine Chahine a un frère et une sœur, mais il est le seul à poursuivre ce métier hérité de père en fils. De son côté, ses deux fils ont fait des études de médecine et ils ont quitté le Liban. Il regrette ainsi que, parmi la nouvelle génération, personne ne veuille apprendre ce métier. «À lui seul, ce métier est insuffisant pour faire vivre décemment une famille», admet-il.

En outre, selon lui, les jeunes de Jezzine préfèrent des emplois qui ne nécessitent pas une attention et une patience supérieures à l’ordinaire. Ils se tournent vers les forces de sécurité intérieure ou vers l’armée. M. Chahine a désormais six ouvriers qui travaillent de leur maison, mais, insiste-t-il, ils ont parallèlement un autre gagne-pain.

Malheureusement, cet artisanat ancestral est désormais à l’agonie, pour plusieurs raisons (Photo, fournie).
Malheureusement, cet artisanat ancestral est désormais à l’agonie, pour plusieurs raisons (Photo, fournie).

«Avant 2019, je travaillais tout l’hiver pour vendre durant les deux mois de l’été. Aujourd’hui, avec deux saisons torpillées, notre situation financière est catastrophique», déplore-t-il.

En dehors de la crise actuelle, un autre danger guette cet artisanat centenaire: l’invasion de matériaux de basse qualité et moins chers qui exercent, depuis plusieurs années déjà, une concurrence de plus en plus rude.

À l’origine, tout était fait main, sur place, dans les ateliers. Certains commerçants ont toutefois eu recours à un travail industriel, beaucoup moins cher, pour commander des coutelleries en série. D’autres artisans utilisent un mélange de résine ou de poudre d’os au lieu des cornes d’animaux. «Certains fabriquent des manches en plastique, ce qui a eu des répercussions négatives sur eux, mais aussi sur l’ensemble des artisans», explique M. Chahine.

À l’origine, tout était fait main, sur place, dans les ateliers (Photo, fournie).
À l’origine, tout était fait main, sur place, dans les ateliers (Photo, fournie).

Ce dernier regrette par ailleurs un manque de soutien des ministères concernés. «Ce qui est malheureux, c’est le fait que l’État ne s’intéresse pas du tout à notre sort, alors que notre artisanat fait la fierté du Liban. Il y a quelques années, le gouvernement italien nous a soutenus à travers des projets, des expositions… Ce qui n’est pas le cas des autorités libanaises», indique-t-il.

Avec les crises économiques et financières qui se sont abattues sur le Liban et la crise sanitaire du coronavirus, les touristes – qu’ils soient étrangers ou issus de la diaspora libanaise – ont presque disparu. Pour faire face à ce manque de clients, un phénomène inédit, il a eu la brillante idée de recourir à la vente en ligne, et c’est ce qui lui permet actuellement de garder la tête hors de l’eau. Il espère que, un jour, cet artisanat ancestral pourra se développer de nouveau, tel le phénix qui renaît de ses cendres.