Facebook, Amazon, Uber: coup de frein sur l'embauche dans la tech américaine

Cette photo prise le 23 mars 2022 montre le logo de la plateforme américaine de médias sociaux Facebook affiché sur une tablette à Lille, dans le nord de la France. (AFP).
Cette photo prise le 23 mars 2022 montre le logo de la plateforme américaine de médias sociaux Facebook affiché sur une tablette à Lille, dans le nord de la France. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Facebook, Amazon, Uber: coup de frein sur l'embauche dans la tech américaine

  • En pleine saga autour d'un rachat par Elon Musk, dont l'issue semble plus incertaine que jamais, Twitter a décidé de suspendre les recrutements non-essentiels
  • Quant au patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, il a écrit dans un courriel adressé aux employés de l'entreprise et publié par CNBC, que les nouvelles embauches devraient être «traitées comme un privilège»

PARIS : De Facebook à Uber en passant par Amazon et Twitter, plusieurs groupes technologiques américains ralentissent le rythme de leurs recrutements alors que le secteur, euphorique pendant la pandémie, traverse une période plus difficile.

Diverses annonces ont été faites en marge de la publication de résultats trimestriels de groupes cotés à Wall Street.

Lors d'un appel téléphonique avec des analystes fin avril, David Wehner, le directeur financier de Meta, la maison mère de Facebook, a ainsi évoqué un "ajustement" des objectifs d'embauche.

"Nous réévaluons régulièrement notre vivier de talents en fonction de nos besoins commerciaux", a précisé à l'AFP un porte-parole de Meta.

"A la lumière de nos dépenses prévisionnelles, communiquées lors de nos derniers résultats, nous ralentissons la croissance" du recrutement, a-t-il ajouté, précisant toutefois que l'objectif de long terme restait d'augmenter les effectifs du groupe, qui employait 77.805 personnes fin mars, en hausse de 28% sur un an.

Autre mastodonte de la tech et deuxième employeur aux Etats-Unis derrière Walmart, Amazon, qui comptait 1,6 million de salariés fin 2021 (soit plus du double qu'en 2019), a laissé entendre que des vagues de recrutement n'étaient pas à envisager dans l'immédiat.

"Alors que le variant (Omicron, ndlr) a reculé dans la seconde partie du premier trimestre et que les employés sont revenus de congés, nous sommes rapidement passés d'une situation de sous-effectif à une situation de sur-effectif", a indiqué le directeur financier du groupe, Brian Olsavsky.

En pleine saga autour d'un rachat par Elon Musk, dont l'issue semble plus incertaine que jamais, Twitter a décidé de suspendre les recrutements non-essentiels.

Quant au patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, il a écrit dans un courriel adressé aux employés de l'entreprise et publié par CNBC, que les nouvelles embauches devraient être "traitées comme un privilège".

Si ces groupes n'ont pas annoncé de licenciements, c'est en revanche le cas de la plateforme de courtage en ligne Robinhood, qui a indiqué fin avril qu'elle supprimerait environ 9% de ses effectifs, soit près de 350 postes à plein temps.

Cameo, une application qui permet de commander des messages vidéo personnalisés à des célébrités, a pour sa part mis fin au contrat de 80 employés, selon le site The Information.

Inflation 

Les raisons de ces gels de l'emploi varient d'une entreprise à l'autre. Facebook a par exemple insisté sur l'impact sur ses revenus publicitaires des nouvelles règles imposées par Apple sur le partage des données.

Twitter nage de son côté en pleine incertitude avec la saga Musk et ses rebondissements multiples, tandis qu'Uber a accusé une lourde perte due à sa participation au capital de plusieurs start-ups à la santé financière chancelante.

Il existe toutefois des facteurs communs, à commencer par la fin de l'économie du confinement et la levée progressive des restrictions sanitaires.

"De nombreuses entreprises de la tech ont répondu à une demande croissante pour les services numériques en recrutant et ont fait grossir leurs chiffres d'affaires au cours des deux dernières années", explique Terry Kramer, professeur-adjoint à l'école de commerce de UCLA, qui cite le cas emblématique de la plateforme de vidéoconférences Zoom. 

"Une bonne partie de ce que nous observons en ce moment correspond à une phase de maturité dans l'adoption des technologies au cours de laquelle ces entreprises ne peuvent pas et n'ont pas besoin de continuer à croître au même rythme", poursuit M. Kramer.

Autre élément pesant sur le secteur: l'inflation toujours élevée. Elle pousse la banque centrale américaine (Fed) à relever ses taux directeurs, ce qui handicape la capacité des entreprises à emprunter, une situation particulièrement défavorable à la tech.

"Beaucoup d'entreprises qui s'appuyaient sur une stratégie de croissance, ne prévoyant pas de dégager de profits à court terme, pensaient pouvoir continuer à obtenir des fonds grâce au marché boursier ou des investisseurs privés", décrit le spécialiste des prévisions économiques Daniil Manaenkov de l'université du Michigan. "C'est remis en cause."

A Wall Street, le sous-indice du S&P 500 regroupant le secteur des technologies de l'information a chuté de plus de 22% depuis le début de l'année, le Nasdaq de près de 25%. 

Pour Dan Ives de Wedbush Securities, une bulle spéculative, similaire à celle qu'ont connue les entreprises technologiques à la fin des années 1990, n'est cependant pas à craindre.

"Il s'agit d'une correction massive dans un environnement de taux plus élevés, qui va conduire à une bifurcation claire du secteur de la tech entre des vainqueurs et des perdants", prédit l'analyste.  


Bruno Le Maire à la recherche d’investissements dans le Golfe

Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire. (Photo, Bella Suadere)
Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire. (Photo, Bella Suadere)
La première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. (Photo, Bella Suadere)
La première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. (Photo, Bella Suadere)
Short Url
  • Le conseil d’affaires franco-émirien vise à renforcer les relations économiques entre les deux pays, notamment dans les domaines de l'énergie, du transport et de l’investissement
  • Il n’y a rien d’étonnant de voir plusieurs fonds d’investissement tourner les yeux vers cette région, à l’instar du Français Ardian, qui vient d’inaugurer ses bureaux à Abu Dhabi

ABU DHABI: Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire, a lancé officiellement la première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. «Le conseil d’affaires franco-émirien doit nous permettre d’accélérer les investissements des Émirats arabes unis vers la France et de la France vers les Émirats arabes unis», a déclaré le ministre en marge de sa visite aux Émirats Arabes unis (EAU). 

Composé de 18 chefs d’entreprise français et émiriens, dont les présidents d’Airbus, de la BNP, de la CMA CGM, et de la présidente d’Ardian, le conseil est coprésidé par le ministre émirien de l'Industrie et des Technologies avancées, directeur général et PDG du groupe Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), le Dr Sultan al-Jaber, et le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné.

Il a été lancé en juillet dernier lors de la visite du président émirien, cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan, en France et vise à renforcer les relations économiques entre les deux pays, notamment dans les domaines de l'énergie, du transport et de l’investissement.

Outre la promotion des échanges économiques, ces réunions serviront à identifier et à mettre en œuvre des projets d'investissement croisés privés.

Les membres du conseil se réuniront au moins une fois par an, en présence de leurs ambassadeurs respectifs, alternativement aux EAU et en France.

«Le niveau de participation des deux côtés montre à quel point nous sommes déterminés à donner une nouvelle impulsion à cette coopération économique franco-émirienne», a dit Bruno Le Maire.

En déplacement aux Émirats ce lundi et mardi, le ministre français a également participé à une rencontre entre les représentants des fonds d’investissement français venus solliciter les investissements émiriens, le «UAE-France investors meetup», organisé à Abu Dhabi Global Market, l’ADGM. L’événement a réuni aussi des banques, des gestionnaires d’investissement, des conseillers et des centres financiers dans le but de déployer des partenariats stratégiques entre les deux pays. Lors de son discours, Bruno Le Maire a souligné les relations d’amitié avec ses hôtes.

Visite régionale sans grands contrats 

La visite régionale du ministre français avait surtout pour objectif de réaffirmer les relations privilégiées de Paris avec ses partenaires du Golfe et de rappeler l'attractivité de l’Hexagone à ses potentiels investisseurs, mais elle ne s’est pas soldée pour l’instant par des signatures de contrats pour les entreprises françaises.

Entamée en Arabie saoudite samedi, elle s’est poursuivie au Qatar dimanche, où Bruno Le Maire a tenu plusieurs rencontres bilatérales de haut niveau, dont celle avec le prince hériter, Mohammed Ben Salmane, et l’émir du Qatar, cheikh Tamim al-Thani, ainsi que des discussions avec les présidents des fonds d’investissement.

Lors de cette tournée régionale, Bruno Le Maire a souligné plusieurs fois l’attractivité de la France qui est devenue le pays «le plus attractif pour les investisseurs de toute l’Europe». « S’il y a un endroit où il faut investir, c’est la France», a-t-il martelé.

«Le fil rouge de mon déplacement dans le Golfe qui se traduit ici aux Émirats, c’est l’investissement dans les énergies renouvelables et dans l’industrie verte», a souligné Le Maire. «Il y a ici aux Émirats beaucoup de projets communs; je pourrais citer la ferme solaire d’EDF qui est la plus grande ferme solaire au monde, et l’hydrogène avec les projets d’Engie ici aux EAU. Et au moment où les EAU prennent la présidence de la COP28, je pense que renforcer cette coopération entre la France et les énergies vertes aux EAU est absolument essentiel.»

La France est prête à soutenir les EAU pour garantir le succès de la COP28, a déclaré le ministre français qui s’est entretenu auparavant avec Sultan al-Jaber, dont la récente nomination à la présidence de la COP28, alors qu’il dirige l’une des plus puissantes entreprises pétrolières au monde, a soulevé quelques critiques dans la presse internationale.

Le seul challenge qui nous attend est celui du climat, a conclu Bruno Le Maire.

Les investissements communs

La France, comme les autres pays européens, ressent fortement les conséquences du conflit en Ukraine, à savoir la hausse des prix de l’énergie, l’inflation et le ralentissement économique, alors que la croissance économique des pays du Golfe est à envier, tout comme leur revenus budgétaires, stimulés par les prix actuels du pétrole.

Il n’y a donc rien d’étonnant de voir plusieurs fonds d’investissement tourner les yeux vers cette région, à l’instar du Français Ardian, l’un des plus importants fonds de capital-investissement (private equity) au monde, qui vient d’inaugurer ses bureaux à Abu Dhabi.

Ardian collabore déjà avec des structures comme Mubadala Investments ou ADIA, Abu Dhabi Investment Authority.

Au niveau bilatéral, Paris et Doha ont renouvelé ce dimanche un programme d'investissement conjoint de 300 millions d’euros, entre BpiFrance et Qatar Investment Authority.

Par ailleurs, Bruno Le Maire s’est entretenu avec Khaldoon al-Mubarak, président général de Mubadala.

La France et les EAU travaillent depuis longtemps afin de favoriser les investissements dans différents secteurs français dont la technologie, la santé et l’éducation.

En 2020, Mubadala a annoncé la signature d'un mémorandum d’entente avec BpiFrance, afin d’investir 1 milliard d’euros dans le fonds LAC1, un fonds de 10 milliards d’euros géré par BpiFrance.

«Nous pensons qu’une marge de manœuvre existe pour étendre ces investissements; notre objectif, défini par le président Macron, est d’atteindre à terme un niveau de 10 milliards d’euros d’investissements», a précisé le ministre.

 


Saudi Aramco signe des accords d’une valeur de 7,2 milliards de dollars lors du Forum Iktva

Le forum se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur». (Photo fournie)
Le forum se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur». (Photo fournie)
Short Url
  • Aramco a signé plus de 100 accords et mémorandums d’entente lors de la première journée du Forum Iktva, qui se déroule jusqu’au 2 février à Dhahran
  • Lors de l’événement, l’Aramco Digital Company a été lancée afin d’accélérer les efforts de transformation numérique

RIYAD: La Saudi Arabian Oil Company (Saudi Aramco) a conclu des accords évalués à environ 7,2 milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) lors de la septième édition du Forum In-Kingdom Total Value Add (Iktva) à Dhahran, lundi.

Durant le forum, la compagnie a également lancé l’Aramco Digital Company afin d’accélerer ses efforts de transformation numérique.

«Je suis fier d’annoncer une nouvelle initiative majeure de transformation numérique avec le lancement de l’Aramco Digital Company aujourd’hui. Nous prévoyons d’investir 1,9 milliard de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui en fait le plus gros investissement d’Aramco dans le numérique à ce jour. Par ailleurs, cet investissement ajoute de la valeur à l’écosystème numérique du Royaume», a déclaré Amin Nasser, président et PDG de Saudi Aramco.

L’Arabie saoudite sera une terre d’opportunités pour les investisseurs mais «un véritable royaume d’opportunités pour tous», a-t-il souligné.  

Ahmad A. Al-Sa’adi, vice-président exécutif des services techniques d’Aramco, a commenté le lancement de la société. «Il s’agit d’un excellent exemple d’innovation en action, offrant une expertise de pointe en matière d’intelligence artificielle (IA) et de technologies émergentes dans un secteur vital de l’économie.»

Le géant de l’énergie a signé plus de 100 accords et mémorandums d’entente lors de la première journée de l’événement, qui se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur».

Au cours de l’événement, Aramco a conclu un accord de partenariat stratégique avec Zoom ainsi qu’un accord avec Taulia Inc. afin de mettre en œuvre des solutions pour le financement des fournisseurs.

En outre, la compagnie a conclu un accord définitif avec DHL pour former une coentreprise et fournir des services d’approvisionnement et de chaîne d’approvisionnement. Elle a de même établi un partenariat avec le ministère saoudien de l’Investissement pour développer et promouvoir les opportunités d’investissement.

Parmi les autres accords signés par Aramco au cours de l’événement figure celui conclu avec Accenture pour accélérer l’intégration des systèmes et des services de solutions numériques. La compagnie a également conclu un accord avec Achilles visant à développer et à localiser des services de notation environnementale, sociale et de gouvernance.

Le PDG d’Aramco a indiqué à l’auditoire que le programme Iktva avait atteint 63% de contenu local en 2022, contre 35% en 2015 lors de son lancement initial. Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a dit espérer que le contenu local atteigne 85% d’ici à 2030.

«Rien ne serait possible sans l’engagement exceptionnel de nos fournisseurs en faveur de la localisation au cours des sept premières éditions d’Iktva. Cela a rendu les entreprises d’Aramco plus rentables, plus résilientes et encore plus fiables, tout en partageant les récompenses promises», a déclaré M. Nasser au public.

«Ma génération peut être fière de transmettre une entreprise énergétique intégrée de premier plan, de mener un travail de pionnier en matière de décarbonisation et de placer Aramco au cœur de projets à faible émission de carbone, comme l’hydrogène bleu, les énergies renouvelables et les matériaux plus durables», a-t-il affirmé.  

1
De gauche à droite, le ministère saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane ben Abdelaziz, le gouverneur de la province Ach-Charqiya, le prince Saoud ben Nayef ben Abdelaziz, et le président et PDG d’Aramco, Amin Nasser. (Aramco)

Le forum met en lumière les efforts collectifs de localisation dans des domaines clés tels que l’espace numérique, le développement durable, et les secteurs industriel et manufacturier. «L’écosystème des fournisseurs locaux est une priorité absolue pour Aramco, et contribue de manière majeure à l’économie du Royaume. Grâce à cet ambitieux programme, nous contribuons à créer une culture de l’innovation et à fournir des emplois de qualité à notre population croissante», a ajouté M. Al-Sa’adi.

Le programme Iktva encourage les entreprises internationales à établir leurs sièges régionaux dans le Royaume. Depuis sa création, plus de 150 investissements ont été réalisés dans le Royaume, y compris des produits fabriqués pour la toute première fois en Arabie saoudite. La compagnie a également créé 16 centres de formation nationaux dans 10 villes saoudiennes, couvrant plus de 60 métiers. À ce jour, plus de 48 000 ressortissants saoudiens ont obtenu un diplôme dans ces centres, a précisé M. Al-Sa’adi.

Une présentation donnée le premier jour de l’événement a également souligné le rôle des femmes saoudiennes et leurs réalisations dans leurs domaines respectifs.

Après la présentation, le prince Abdelaziz a plaisanté en disant que les quelque dix femmes exceptionnelles présentes dans la vidéo quitteraient bientôt Aramco, pour être embauchées au ministère «Je suis sûr que d’ici à l’année prochaine, les jeunes femmes que vous avez vues travailleront à Riyad au sein du ministère», a lancé le ministre de l’Énergie au public, qui a éclaté de rire.

«Le rôle vital du ministère de l’Énergie est d’agir comme un facilitateur et comme le moteur du programme de localisation. Nous sommes en contact permanent avec tous les autres éléments de l’écosystème et nous nous tenons prêts à soutenir, encourager et inciter les autres entités gouvernementales à redoubler d’efforts», a assuré le prince Abdelaziz.

La première journée de l’événement a attiré plus de 10 000 visiteurs, et plus de 290 entreprises ont bénéficié de l’espace d’exposition.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le patron de TikTok entendu par le Congrès américain fin mars

Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin. (Photo, AFP)
Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin. (Photo, AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que Shou Zi Chew est entendu par le Congrès américain
  • Très critiquée aux Etats-Unis par les démocrates et les républicains, TikTok entame une année sous haute tension après le passage d'une loi interdisant la populaire plateforme de partage de vidéos sur les appareils des fonctionnaires

WASHINGTON: Le PDG de TikTok sera auditionné par le Congrès américain le 23 mars afin de témoigner de l'impact de l'application sur les enfants et de la relation de la plateforme avec le Parti communiste chinois.

"Les Américains ont le droit de savoir quel impact ces actions ont sur leur vie privée", a estimé lundi Cathy McMorris Rodgers, la cheffe d'une puissante commission de la Chambre des représentants, à l'origine de cette audition.

C'est la première fois que Shou Zi Chew est entendu par le Congrès américain. Le PDG du réseau social chinois avait déjà été reçu à Bruxelles début janvier pour échanger avec plusieurs hauts responsables européens.

Très critiquée aux Etats-Unis par les démocrates et les républicains, TikTok entame une année sous haute tension après le passage d'une loi interdisant la populaire plateforme de partage de vidéos sur les appareils des fonctionnaires.

Le poids renforcé au Congrès des républicains, qui détiennent désormais la majorité à la Chambre, risque de compliquer encore plus la donne pour la plateforme.

Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin.

L'application a "délibérément permis au Parti communiste chinois d'accéder aux données d'utilisateurs américains", a dénoncé l'élue Cathy McMorris Rodgers.

TikTok n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Pour avoir une chance de continuer à être autorisé sur l'ensemble des smartphones américains, TikTok USA va possiblement devoir se séparer de sa maison mère ByteDance.