L'artiste française Rosa Bonheur, un destin extraordinaire entre nature, femmes et cow-boys

Le tableau de feue l'artiste française Rosa Bonheur exposé à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Le tableau de feue l'artiste française Rosa Bonheur exposé à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 17 mai 2022

L'artiste française Rosa Bonheur, un destin extraordinaire entre nature, femmes et cow-boys

  • La Française Rosa Bonheur, artiste éprise de nature et de liberté, a traversé le XIXe siècle comme une comète tombée dans l'oubli
  • Marie Rosalie Bonheur alias Rosa Bonheur (1822-1899) est pourtant la femme peintre probablement la plus célèbre et la plus vendue de son siècle, tant en France qu'en Angleterre et aux États-Unis

PARIS: Elle a peint boeufs, chevaux et lions comme personne, passionné les cow-boys et les féministes: la Française Rosa Bonheur, artiste éprise de nature et de liberté, a traversé le XIXe siècle comme une comète tombée dans l'oubli.

2022, année de commémoration du bicentenaire de sa naissance à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, ressuscite cette femme au destin extraordinaire, plus connue aujourd'hui pour les cafés parisiens qui portent son nom et comme icône homosexuelle.

Marie Rosalie Bonheur alias Rosa Bonheur (1822-1899) est pourtant la femme peintre probablement la plus célèbre et la plus vendue de son siècle, tant en France qu'en Angleterre et aux États-Unis, pays qui la subjuguait mais où elle n'est jamais allée, s'accordent à dire les spécialistes.

Du haut de ses 1m50, c'est aussi la première femme artiste à avoir reçu la Légion d'honneur des mains de l'impératrice Eugénie.

Et l'une des premières à avoir acheté en son nom propre un bien immobilier grâce au fruit de son travail à 37 ans, le château de By à Thomery près de Fontainebleau, où elle a vécu avec son amour de toujours, Nathalie Micas.

Aînée d'une fratrie de quatre enfants, devenus tous artistes, elle a pourtant connu la misère et perdu, à l'âge de onze ans, sa mère, musicienne, enterrée dans une fosse commune.

Rosa Bonheur, « star » oubliée et «  femme forte », s'expose à Bordeaux avant Paris

Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux inaugure mercredi une rétrospective de l'oeuvre de l'artiste Rosa Bonheur, à l'occasion du bicentenaire de sa naissance dans la capitale girondine, qui remet en lumière sa fascination pour les animaux et sa peinture sincère.


Conçue en coopération avec le musée d'Orsay où elle s'installera à partir d'octobre, cette exposition vise à sortir Rosa Bonheur de "son image de peintre de vaches" tombée dans l'oubli alors qu'elle était une "star" au XIXe siècle, assure à l'AFP Sandra Buratti-Hasan, l'une des commissaires.


Il s'agit de resituer la peintre en pasionaria du "monde vivant" à l'heure où l'écologie, le respect de la nature et la cause animale font l'actualité, ajoute-t-elle.


Elle veut aussi montrer que l'œuvre de Rosa Bonheur est indissociable de sa vie de "femme forte" qui a "transgressé des frontières" en portant le pantalon -avec un permis spécial- et en s'entourant de femmes, dont sa complice et compagne pendant une quarantaine d'années Nathalie Micas.


Parmi les 203 pièces présentées, certaines placent le monde vivant dans des spectaculaires compositions dynamiques ou de véritables portraits, comme posés, toujours avec une minutie quasi photographique rendant à la fois l'anatomie et la psychologie animales.


"Rosa Bonheur ne cherche pas à humaniser les animaux mais veut exprimer leur singularité et leur irréductible étrangeté", selon Leïla Jarbouai, l'autre commissaire, conservatrice au musée d'Orsay. "Son féminisme et son amour des animaux vont de pair: elle donne une voix à ceux qui n'en ont pas".


Pour Mme Buratti-Hasan, la peintre "questionne le rapport de pouvoir entre les hommes et les animaux. Il y a une dimension écologique même si elle n'en a jamais fait un manifeste politique".


L'artiste elle-même, qui vivait entourée de moutons, biches, sangliers, boeufs et même de lions dans son château de By, près de Fontainebleau, a confessé qu'elle "avait pour les étables un goût plus irrésistible que jamais courtisan pour les antichambres royales".

Marron, vert, bleu

L'exposition est présentée de façon chrono-thématique sur trois niveaux qui reprennent "les couleurs récurrentes de l'œuvre de Rosa Bonheur", marron au sous-sol, vert au rez-de-chaussée et bleu à l'étage, explique la scénographe Isabelle Fourcade.


Le visiteur est ainsi confronté à une saisissante esquisse à l'échelle (2,45 m x 5,07 m), inachevée, du "Marché aux chevaux" (1855), présentée pour la première fois. "On y voit sa force de dessinatrice, on a l'impression d'être dans un dessin animé", glisse Mme Buratti-Hasan, directrice adjointe du musée bordelais.


Elle espère susciter chez le spectateur un "effet +waouh+" dans une section, "Les animaux en majesté", où trônent de grandes toiles animalières dont "Le lion chez lui" (1881) et "Le roi de la forêt" (1878).


Ce dernier, un cerf majestueux surpris sur le vif, installe avec le visiteur un "moment d'échanges entre espèces" que l'on retrouve dans d'autres travaux de Rosa Bonheur.


L'artiste, reprend Sandra Buratti-Hasan, a sciemment pris le parti de mettre en valeur des "choses très prosaïques", comme des chevaux de trait ou des boeufs en plein labeur, sur des grands formats, auparavant réservés à la "peinture noble". A l'image de sa célèbre et monumentale "Foulaison du blé en Camargue".


Plusieurs œuvres arrivent du monde anglo-saxon, Etats-Unis et Royaume-Uni, de collections privées ou de grandes institutions comme le Getty à Los Angeles, le MET à New York et la National Gallery à Londres.


Rosa Bonheur a en effet connu dès le début de sa carrière un engouement particulier à l'étranger, profitant d'une "explosion" du commerce de l'art, selon Mme Buratti-Hasan.


Certaines pièces n'ont plus été exposées depuis des décennies et d'autres, comme "Le roi de la forêt", jamais présentées en France, où la dernière exposition importante consacrée à l'artiste remonte à 1997, déjà à Bordeaux, sa ville natale.

Buffalo Bill 

Formée par son père portraitiste, elle "a eu très tôt la vocation" et "l'ambition de devenir la Vigée-Lebrun des animaux" (en référence à Elisabeth Vigée-Lebrun, 1755-1842, grande portraitiste française, ndlr), expliquent à l'AFP les commissaires d'une rétrospective Rosa Bonheur qui débute mercredi à Bordeaux avant de s'installer en octobre au musée d'Orsay à Paris, Sandra Buratti-Hasan et Leïla Jarbouai.

Exposée dès l'âge de 19 ans au Salon - vitrine de l'art contemporain de l'époque - elle obtient la gloire en 1849 à 27 ans lorsque l’État français lui passe commande du "Labourage Nivernais", exposé au musée d'Orsay. 

Quelques années plus tard, en pleine conquête de l'Ouest, son oeuvre circule partout en Angleterre puis en Amérique du Nord, grâce à ses amis marchands d'art dont Ernest Gambart, qui ont façonné et su vendre "son image", selon les commissaires.

Son monumental "Marché aux Chevaux" (2,45 m sur 5) sera offert par un riche industriel au Metropolitan Museum de New York et reproduit sur quantité de supports dont un papier-peint, marquant le firmament de sa notoriété américaine.

"La précision anatomique de son travail va séduire les +farmers+ américains qui découvrent grâce à elle les chevaux percherons et les importent", raconte à l'AFP Natacha Henry, historienne du féminisme.

"Le colonel William Frederick Cody alias Buffalo Bill, lui-même, en tournée en Europe en 1889 avec son spectacle de cow-boys et d'indiens intitulé +Wild West Show+, vole à son secours pour capturer plusieurs chevaux jugés trop rétifs par l'artiste", ajoute-t-elle.

Poupées à son effigie 

L'historienne préface la réédition de la biographie officielle de Rosa Bonheur ("Souvenirs de ma vie", Phébus, 2022), parue initialement en 1908 et écrite par l'Américaine Anna Klumpke qui a partagé la dernière année de vie de l'artiste.

De 34 ans sa cadette, cette jeune peintre est venue en France pour réaliser le portrait de son "modèle", qui lui a confié la rédaction de sa vie.

L'admiration de Rosa Bonheur pour les États-Unis semble réciproque au point que "les féministes américaines de l'époque offraient des poupées à son effigie à leurs filles", relève Mme Henry.

Plusieurs photographies la montre en pantalon et tunique, cheveux coupés court au carré dans son atelier ou en robe et chapeau, en public. Elle utilisait la photographie mais préférait peindre les animaux sur le vif en arpentant les marchés aux bestiaux, la campagne et les abattoirs, tout en soignant ses animaux domestiques dont plusieurs lions.

Fait marquant parmi tant d'autres, selon Mme Henry, Rosa Bonheur "a aussi dirigé à Paris une +école gratuite de dessin pour les jeunes filles+ qu'elles souhaitait voir emprunter son propre chemin vers l'indépendance financière".

L'artiste a passé les 40 dernières années de sa vie au château de By dont 30 avec Nathalie Micas, également peintre et décédée en 1889. D'elle, elle disait: "si Nathalie avait été un homme je l'aurais épousée".

Les deux femmes reposent avec Anna Klumpke dans le même caveau au cimetière du Père Lachaise, à Paris.


Le fondateur des bijoux Dinh Van décédé à 94 ans

Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Short Url
  • Jean Dinh Van «était un travailleur et un grand joueur de polo, il était très brillant et très modeste à la fois»
  • La démarche de Jean Dinh Van consistait à «proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien»

PARIS: Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC, a annoncé à l'AFP son épouse.

Jean Dinh Van "est décédé dans la nuit à Neuilly-sur-Seine", a déclaré Marie-Françoise Dinh Van. "Il allait bien récemment, mais il y a une quinzaine de jours, il a fait une chute en arrière sur la tête qui a déclenché un hématome cérébral. Hier soir, il a fait un très, très gros AVC qui lui a été fatal", a-t-elle expliqué.

Une cérémonie sera organisée à Boulogne-Billancourt, là où il est né en 1927, vendredi 8 ou lundi 11 juillet, a indiqué Mme Dinh Van.

Le joaillier, breton d'origine vietnamienne par son père, s'était formé chez Cartier avant d'ouvrir sa première boutique à Paris en 1965, selon le site internet de la marque qui a connu la gloire dans les années 90 avant d'être cédée à un groupe d'investisseurs emmené par Eric Laporte.

Jean Dinh Van "était un travailleur et un grand joueur de polo. Il était très brillant et très modeste à la fois", selon son épouse.

"Il avait revendu il y a plus d'une vingtaine d'années son affaire, qu'il avait entièrement créée lui-même", a poursuivi Marie-Françoise Dinh Van. "Avec lui, c'était une société très confidentielle qui fabriquait à la main de façon artisanale. Maintenant, elle fabrique à l'étranger de façon tout à fait autre et industrialisée".

La démarche de Jean Dinh Van consistait à "proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien", précise la marque pour expliquer la renommée de son fondateur.

Celui-ci s'est inspiré de nombreux objets du quotidien (lames de rasoir, boutons de manchettes, menottes) qu'il détournait pour en faire des bijoux.


Jazz à Juan: à 80 ans, une première «exaltante» pour Paul Anka

Paul Anka, le créateur de «My Way», a attendu ses 80 ans pour enfin se produire à Jazz à Juan (Alpes-Maritimes). (Photo, AFP)
Paul Anka, le créateur de «My Way», a attendu ses 80 ans pour enfin se produire à Jazz à Juan (Alpes-Maritimes). (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai une très longue relation avec la France et les Français et leur musique. Venir enfin à Juan-les-Pins ce sera un moment intense», a confié Paul Anka
  • «Je vais chanter des classiques, 'My Way' bien sûr, du jazz, ainsi qu'un hommage à Sammy Davis Junior», a ajouté le Canadien

JUAN-LES-PINS: « Chanter là où tant de grands musiciens ont joué, c'est exaltant »: Paul Anka, le créateur de « My Way », a attendu ses 80 ans pour enfin se produire à Jazz à Juan (Alpes-Maritimes) où sont aussi programmés George Benson, Herbie Hancock ou encore Gilberto Gil. 

« J'ai une très longue relation avec la France et les Français et leur musique. Venir enfin à Juan-les-Pins ce sera un moment intense », a confié la star nord-américaine dans un entretien depuis Los Angeles. 

« Je connais beaucoup de festivals dans le monde. Juan figure certainement dans le top 3 », a ajouté l'auteur de « Diana » ou « Destiny » qui, en 1969, a adapté « Comme d'habitude » de Claude François, repris ensuite par Frank Sinatra. 

Ce natif d'Ottawa (Canada) qui a vécu tout près, en Italie, dans les années 50, mais n'est « jamais venu à Juan, même en spectateur », succédera en effet le 8 juillet dans la Pinède Gould à des monstres tels Charles Migus, Miles Davis ou Ray Charles. 

« Proche de Charles Aznavour, Gilbert Bécaud et Johnny Hallyday » et de Michel Legrand, « l'un des plus grands auteurs », mais aussi de Michel Colombier, compositeur et arrangeur (de Gainsbourg ou Polnareff) »avec qui j'ai travaillé sur plusieurs albums », Paul Anka, qui ne choisira son répertoire « qu'une semaine avant », a cependant une petite idée de ce qu'il souhaite réserver au public. 

« My way »  

« Je vais chanter des classiques, 'My Way' bien sûr, du jazz, ainsi qu'un hommage à Sammy Davis Junior, cher au public français, et quelques-uns des premiers succès qui m'ont permis de venir en France très jeune, comme ‘Diana’ et ‘Destiny’ », a ajouté le Canadien qui « parlait français à la maison » avec ses parents francophones nés au Liban et en Syrie. 

Plus occupé que jamais, Paul Anka, qui confie encore être « amoureux » des films de Claude Chabrol et de Roger Vadim, « termine un nouvel album, une émission de télévision qui sera diffusée dans quatre ou cinq mois et la pré-production d'un documentaire sur ma vie que va réaliser une société de production ». 

Figure incontournable du jazz, initié par Wes Montgomery, guitariste de Miles Davis en 1967 sur l'album « Miles in the Sky », George Benson rend de son côté le 6 juillet une dixième visite à Jazz à Juan, depuis sa première apparition en 1964. 

Stakhanoviste de la scène avec une centaine de concerts par an, l'auteur du mythique « Give Me the Night », reste sur un album hommage à deux récents disparus, Chuck Berry et Fats Domino, paru en 2019. 

Aujourd'hui âgé de 79 ans, le guitariste de Pittsburgh aura comme d'habitude dans sa loge, selon une source proche, du rôti de boeuf, du jambon et de la pastèque, du jus de cerise et de canneberge mais aussi « une bouteille de champagne brut rosé de la plus haute qualité ». 

Pour sa 61e édition, le festival d'Antibes Juan-les-Pins, créé en 1960 en hommage à un célèbre Antibois d’adoption, Sidney Bechet, se veut résolument jazz avec Rhoda Scott (le 8 juillet), Diana Krall (le 17) ou encore Herbie Hancock (le 18) mais élargit aussi sa gamme avec le chanteur de soul américain John Legend (le 10) et l'Irlandais Van Morrison (le 13 juillet). 


La Fête du cinéma signe son grand retour en France

Le président français Emmanuel Macron (à droite) s'adresse au public sur scène à côté de l'ancien ministre français de la Culture Jack Lang (au centre) et de la ministre française de la Culture Rima Abdul-Malak (à gauche) lors du festival annuel de musique dans la cour de l'Elysée palais présidentiel à Paris le 21 juin 2022. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron (à droite) s'adresse au public sur scène à côté de l'ancien ministre français de la Culture Jack Lang (au centre) et de la ministre française de la Culture Rima Abdul-Malak (à gauche) lors du festival annuel de musique dans la cour de l'Elysée palais présidentiel à Paris le 21 juin 2022. (AFP)
Short Url
  • «Je n'accepte pas qu'au pays des Frères Lumières, le cinéma puisse mourir», a récemment écrit Lang sur ses réseaux sociaux
  • Après une édition 2020 annulée pour cause de pandémie de Covid-19 et une édition 2021 où le port du masque était obligatoire, la Fête du cinéma 2022 entend séduire les spectateurs pour réactiver la fréquentation

PARIS: C’est un rendez-vous incontournable pour les amoureux du septième art. La Fête du cinéma signe son grand retour en France à compter de ce dimanche 3 juillet. Jusqu’au mercredi 6 juillet, les salles obscures proposent à travers toute la France des séances à petits prix.

Après une édition 2020 annulée pour cause de pandémie de Covid-19 et une édition 2021 où le port du masque était obligatoire, la Fête du cinéma 2022 entend séduire les spectateurs pour réactiver la fréquentation. 

La Fête du 7e art a été créée en 1985, à l'initiative de Jack Lang, ministre de la Culture à l’époque.

"Je n'accepte pas qu'au pays des Frères Lumières, le cinéma puisse mourir", a récemment écrit ce dernier sur ses réseaux sociaux, poursuivant : «La Fête du cinéma est de retour ce dimanche !

J'en ai décidé la création en 1985, trois ans après la Fête de la musique. Pourquoi ce retard ?

Certains professionnels du cinéma étaient réticents. Ils pensaient qu’elle mettrait en danger la fréquentation des salles. C’est tout le contraire qui s’est produit. Des millions de cinéphiles se sont rendus dans les salles obscures !

De formidables moments, festifs et populaires, ont marqué la première édition de 1985, en particulier la projection de la version restaurée du Napoléon d’Abel Gance au Zénith, accompagnée d’un orchestre dirigé par Carmine Coppola, le père de l’incroyable cinéaste du même nom ».

« Rima Abdul-Malak aura certainement à cœur de redonner à cet événement son caractère culturel profond. Vive la magie du grand écran au pays des Frères Lumières !», a ajouté l’ancien ministre. Toujours très populaire auprès des Français, Jack Lang est président de l’Institut du monde arabe, à Paris, depuis 2013. 

Cet évènement, tant attendu par les cinéphiles comme par les familles en ce début d'été, a été organisé par la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) avec le soutien de Canal+ et de la BNP Paribas.

En 1981, les Français découvrent Jack Lang lorsqu’il devient le ministre de la Culture de François Mitterrand, où il se fait remarquer en rendant nationale la Fête de la musique en 1982 et en créant les Journées du patrimoine en 1984 et la Fête du cinéma en 1985. Très attaché à la culture, il lance une série de grands travaux pour rénover le Louvre, l’Opéra Bastille ou encore la BNF. 

«Les festivals sont l'ADN de la France l'été», a affirmé sur France Inter l’actuelle ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak.

«A nous, pouvoirs publics, en lien avec les salles, les exploitants, de trouver les leviers pour dire à nos citoyens de revivre l'expérience du cinéma en salle. En France, on a un écran pour 10 000 habitants. C'est l'un des pays au monde qui a le plus de cinéma et on doit préserver cette force»,  a-t-elle insisté.