Maghreb-Orient des Livres, la richesse des littératures du Maghreb et du Moyen-Orient

Une vue de l'exposition à l’hôtel de ville de Paris. (AFP).
Une vue de l'exposition à l’hôtel de ville de Paris. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

Maghreb-Orient des Livres, la richesse des littératures du Maghreb et du Moyen-Orient

  • Tables rondes, entretiens avec les auteurs, séances de dédicaces, projections de films et vente de livres en français et en arabe ont été proposés pour les publics de tout âge
  • «Maghreb-Orient des Livres est une occasion de rencontrer des auteurs du Maghreb et du Moyen-Orient et de faire découvrir leurs œuvres au public»

PARIS: Organisée par l’association Coup de soleil et l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO), la cinquième édition du Maghreb-Orient des Livres, s’est tenue à l’hôtel de ville de Paris, du 13 au 15 mai 2022. L’événement, qui a réuni plus de cent trente auteur(e)s venus des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, met en lumière la richesse des littératures de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (Mena), avec un focus sur le monde de la bande dessinée.

Tables rondes, entretiens avec les auteurs, séances de dédicaces, projections de films et vente de livres en français et en arabe ainsi que de nombreuses autres activités ont été proposés pour les publics de tout âge.

 

Interrogée par Arab News en français en marge de son allocution d’ouverture du Maghreb-Orient des Livres sur l’importance d’un tel événement, la Franco-Algérienne Alice Zeniter, dramaturge, metteur en scène et romancière, est l’auteure de nombreux romans à succès – Sombre dimanche (Albin Michel 2013, prix du Livre Inter), Juste avant l’oubli (Flammarion 2015, prix Renaudot des lycéens), ou encore L’Art de perdre, prix Goncourt des lycéens (2017) et prix Littéraire du Monde.

Alice Zeniter souligne qu’il est «important que ces manifestations littéraires aux histoires multiples, aux trajectoires migratoires qui font l’immense diversité de la France, puissent être racontées, entendues et reçues hors d’un phénomène de niche, où l’on imagine que ce sont des récits qui se racontent dans la communauté de mémoire». Ces histoires multiples, insiste-t-elle, doivent être partagées avec le plus grand nombre. «Qu’on puisse faire exister dans l’esprit des gens des territoires auxquels ils ne pensent pas forcément, des personnages qu’on puisse rendre familiers. Ce sont des histoires multiples de la France et des diasporas», conclut-elle.

Les thématiques découverte

  • Algérie-France: la guerre en héritage 
  • 1830-1962, l’Algérie coloniale 
  • Maroc-Tunisie et guerre d’Algérie 
  • Des printemps arabes à l’hiver des peuples 
  • Renforcer l’intégration: carte scolaire et discriminations 
  • Livres des deux rives: un dialogue méditerranéen par le livre 
  • De Nouakchott à Kouffah, le Sahara maghrébin, atouts et défis 
  • Le conflit Israël-Palestine
  • La documentation de la guerre en Syrie
  • Le dialogue méditerranéen par le livre
  • La difficile intégration par l’école en France
  • Le djihadisme en littérature

Une table ronde intitulée «Syrie, la guerre en mots et en images», programmée le dimanche 15 mai, a réuni Cécile Boëx (Syrie, une nouvelle ère des images, de la révolte au conflit transnational) et Jean-Pierre Perrin (Une guerre sans fin) et Souad Labbize (traductrice de Lettres à Samira)

«Maghreb-Orient des Livres est une occasion de rencontrer des auteurs du Maghreb et du Moyen-Orient et de faire découvrir leurs œuvres au public», souligne Agnès Levallois, vice-présidente de l'iReMMO. Elle ajoute que l’un des objectifs de cet événement consiste à soutenir la traduction de la littérature arabe afin de la rendre accessible au plus grand nombre. Selon elle, les auteurs du Maghreb peuvent faire la jonction entre l’Afrique et l’Occident.

 

Inès Baccouche, fondatrice et directrice de la maison d’édition et galerie d’art en ligne Art for Ness, affiche ses objectifs: accompagner les artistes et les auteurs de bande dessinée, de peinture ou de design d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, les faire connaître et les aider à se développer. «Notre plate-forme Art for Ness participe pour la deuxième fois à Maghreb-Orient des Livres avec des bandes dessinées Lab 619, un collectif tunisien, ainsi que Kef Kef, un collectif marocain, et nous espérons bientôt compter parmi nous un collectif jordanien», se réjouit-elle. «Nous espérons rassembler plus d’artistes de cette région autour de notre projet», ajoute-t-elle.

Ventes et dédicaces

Lors de chaque édition du Maghreb-Orient des livres, un rendez-vous incontournable pour les passionnés de littérature, d’Histoire et d’actualité du Maghreb et du Moyen-Orient et de leurs diasporas, des milliers de livres sont vendus par les libraires partenaires, réunis autour de la librairie centrale, l’Arbre à lettres. Cette année, des ouvrages d’une centaine d’auteurs (quatre-vingts édités en France et vingt au Maghreb) étaient proposés au public.

Les séances de dédicaces prévues

Des séances de dédicaces ont été programmées avec de nombreux auteurs, parmi lesquels:  

  • Iman Bassalah
  • Tahar Bekri
  • Yahia Belaskri
  • Rebecca Benhamou
  • Anouar Benmalek
  • Mounia Bennani-Chraïbi
  • Karima Berger
  • Samira el-Ayachi
  • Jacques Ferrandez
  • Karim Guellaty
  • Nadia Henni-Moulaï
  • Adil Jazouli
  • Guy Jimenes
  • Nedjma Kacimi
  • Abdellatif Laâbi
  • Smaïn Laâcher
  • Zineb Mekouar
  • Arezki Metref
  • Mina Namous
  • Mohamed Nedali
  • Héla Ouardi
  • Mabrouck Rachedi
  • Alain Ruscio
  • Boualem Sansal
  • Leïla Sebbar
  • Morgan Sportès
  • Benjamin Stora
  • Tassadit Yacine et Fawzia Zouari

Longue attente pour les fans francophones de Marie Kondo

Marie Kondo arrive pour la 91e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 24 février 2019. (Fichier, AFP)
Marie Kondo arrive pour la 91e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 24 février 2019. (Fichier, AFP)
Short Url
  • «Kurashi: la joie est un art de vivre» doit être publié, par les éditions First, en octobre, soit 11 mois après l'édition anglaise.
  • La consultante japonaise y expose sa méthode «révolutionnaire» pour ranger son intérieur «une bonne fois pour toutes», en ne conservant que ce qui «vous met en joie»

PARIS: Les fans francophones de la "reine du rangement", la Japonaise Marie Kondo, devront patienter jusqu'à l'automne pour lire le nouveau livre où elle explique son changement de philosophie, a annoncé l'éditeur jeudi dans un communiqué.

"Kurashi: la joie est un art de vivre" doit être publié, par les éditions First, en octobre, soit 11 mois après l'édition anglaise.

Le livre est paru aux États-Unis en novembre et suscite un certain engouement depuis que le quotidien Washington Post a expliqué, dans un article du 26 janvier, que "La vie de Marie Kondo est plus désordonnée aujourd'hui, et ça lui va comme ça".

Des journalistes du monde entier ont relevé qu'après avoir conçu sa méthode infaillible de rangement, la Japonaise avait eu trois enfants. Ces articles ont assuré une publicité internationale à ce nouvel ouvrage qui avait suscité peu d'intérêt médiatique lors de sa sortie en novembre.

Marie Kondo a accédé à une notoriété planétaire à 35 ans grâce à la série Netflix "L'Art du rangement avec Marie Kondo" (2019).

Son livre "La Magie du rangement", publié en français aux éditions First en 2015, a été un best-seller dès sa sortie, et a bénéficié d'un regain d'intérêt avec cette série.

La consultante japonaise y expose sa méthode "révolutionnaire" pour ranger son intérieur "une bonne fois pour toutes", en ne conservant que ce qui "vous met en joie".

"Kurashi" n'est plus tourné vers le rangement des objets, mais vers le mode de vie. "Le nouvel opus de la papesse du rangement vous invite à vous projeter dans votre vie idéale, du moment où vous vous réveillez jusqu'à la fin de la journée", expliquent les éditions First dans leur présentation.

Interrogée par l'AFP sur les raisons de ce délai dans la traduction d'un livre surtout fait de photos (200 illustrations sur 224 pages), la maison d'édition n'a pas commenté.


Astérix et Obélix, meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans

Le film «Astérix et Obélix: L'Empire du milieu». (Photo, Instagram, @guillaumecanetofficiel)
Le film «Astérix et Obélix: L'Empire du milieu». (Photo, Instagram, @guillaumecanetofficiel)
Short Url
  • Les plus célèbres des Gaulois ont légèrement devancé les chiffres de «La Ch'tite famille» de Dany Boon, qui avait fait 451 530 entrées pour son premier jour en 2018
  • C'est le septième meilleur démarrage de tous les temps pour un film français

PARIS: Le film "Astérix et Obélix: L'Empire du milieu" a réalisé le meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans, avec 466 703 entrées vendues en France mercredi, malgré les dures critiques.

Les plus célèbres des Gaulois ont légèrement devancé les chiffres de "La Ch'tite famille" de Dany Boon, qui avait fait 451 530 entrées pour son premier jour en 2018, selon les chiffres de CBO Box Office.

C'est le septième meilleur démarrage de tous les temps pour un film français. Il n'a toutefois pas pu dépasser le succès d'un autre film de Dany Boon, "Bienvenue chez les Ch'tis", sorti en 2008 (558 359 entrées).

Le réalisateur de cette superproduction, Guillaume Canet, qui joue aussi le rôle d'Astérix, a posté sur Instagram une capture d'écran qui indiquait cette information avec le mot "Merci".


Cyclisme: le Saudi Tour, parenthèse enchantée du peloton

Le peloton roule lors de la troisième étape du Saudi Tour, de la gare d'Alula Al-Manshiyah à Abu Rakah, le 1er février 2023. (Photo Thomas SAMSON / AFP)
Le peloton roule lors de la troisième étape du Saudi Tour, de la gare d'Alula Al-Manshiyah à Abu Rakah, le 1er février 2023. (Photo Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
  • Disputée sur cinq étapes au nord-ouest de l'Arabie saoudite, dans une région grande comme la Belgique mais peuplée de seulement 40.000 habitants, la course propose des paysages grandioses et plonge les coureurs plusieurs années en arrière
  • Dans ce cadre exotique, on retrouve tout de même quelques repères, comme la présence de la «voix du Tour de France» , puisque la course est organisée, comme la Grande Boucle, par Amaury Sport Organisation (ASO)

AL-ULA: Cadre sublime, soleil éclatant, hébergements de luxe, beaucoup de moyens et peu de pression: le Saudi Tour offre au peloton une parenthèse enchantée et une expérience hors du temps au milieu d'une saison de bruit et de fureur.

"Organiser une course de vélo dans le désert est un concept en soi", expose le Néo-Zélandais Jack Bauer qui vit, à 37 ans, une première "expérience unique" dans ce décor de sable et de roche sur des routes se faufilant dans des canyons à couper le souffle.

Disputée sur cinq étapes au nord-ouest de l'Arabie saoudite, dans une région grande comme la Belgique mais peuplée de seulement 40.000 habitants, la course propose des paysages grandioses et plonge les coureurs plusieurs années en arrière, dans une atmosphère à la bonne franquette, loin de la pression infernale des courses européennes.

Ici on s'habille, comme dans le temps, au "cul du camion" et on installe des chaises pliantes sous un palmier pour coller son dossard. Et écouter, assis à même le trottoir ou adossé contre le mur de la mosquée, le briefing des directeurs sportifs, avant un dernier arrêt aux toilettes dans des containers posés sur le parking.

"Je n'avais pas connu ça depuis mes années en Continental (3e division) avec des simples voitures au lieu d'un bus d'équipe, sans WC et avec les chaises de camping. C'est super sympa de faire une ou deux courses par an comme ça, sans le stress des épreuves en Europe. Attention ce ne sont pas des vacances mais c'est une sacrée expérience", souligne l'Autrichien Felix Grossschartner, un des nouveaux lieutenants de Tadej Pogacar chez UAE.

Tempête de sable

Au départ, l'ambiance est très détendue, au point de voir des coureurs venir enfoncer, à quelques minutes du gong, une dosette de café dans la machine à expresso de l'espace VIP, au milieu de quelques dignitaires saoudiens en tenue traditionnelle.

A l'arrivée, le podium est dressé dans des endroits sublimes, en haut d'un rocher ouvert à tous les vents ou en plein désert, où le vainqueur rejoint la remise des prix en baroudant dans le sable, vélo sur l'épaule. Une expédition "presque plus dure que l'étape", se marre, en exagérant fortement, l'Italien Jonathan Milan, arrivé premier mardi.

"C'est vraiment une course atypique, très dépaysante. Mais, même si ce n'est pas l'objectif de l'année, on est aussi là pour la performance", insiste le coureur français de la Cofidis, Axel Mariault.

De fait, la course est exigeante. Il n'y a certes pas de grandes superstars en lice mais sept équipes du World Tour qui se tirent la bourre et font souffrir le martyre aux formations plus modestes comme l'équipe nationale saoudienne, qui peine tous les soirs à arriver dans les délais.

Le principal ennemi est le vent qui balaye la plaine et les plateaux en hauteur. "On a même eu une tempête de sable", rapporte Jack Bauer.

Attention aux dromadaires

Les ânes qui traversent à tout bout de champ constituent également un danger et les nombreux policiers postés le long du parcours sont là d'abord pour éviter que les dromadaires barrent la route du peloton.

Dans ce cadre exotique, on retrouve tout de même quelques repères, comme la présence de la "voix du Tour de France", puisque la course est organisée, comme la Grande Boucle, par Amaury Sport Organisation (ASO).

Mais le contraste reste saisissant entre ce cyclisme "près de chez soi" et les moyens déployés par l'Arabie saoudite pour accueillir l'événement, qui participe à sa stratégie de promotion par le sport, souvent critiquée par l'Occident.

Ainsi, Jack Bauer ne s'est toujours pas complètement remis de la cérémonie d'ouverture proposant un spectacle de trapézistes vertigineux et un insensé show de drones en plein désert. "On aurait dit les JO. Je ne peux même pas imaginer combien ça a coûté", souffle le coureur, logé comme tous le monde dans un lodge de luxe allant jusqu'à 1.000 euros la nuit, aux frais du pays hôte.

"Si les équipes devaient payer, ça leur coûterait la moitié du budget de l'année", plaisante le Tchèque Zdenek Stybar qui constate que "les Saoudiens ont de l'argent à investir et veulent vraiment promouvoir le cyclisme dans leur pays".