Festival de Cannes: le pavillon saoudien sort le grand jeu

Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool, et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer. (Photo fournie)
Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool, et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

Festival de Cannes: le pavillon saoudien sort le grand jeu

  • Situé en bordure du Village International de Cannes, le pavillon saoudien est l'un des plus grands du festival cette année
  • Le pavillon vise notamment à créer un lien pour de futures collaborations au sein du marché cinématographique en pleine croissance du Royaume

CANNES: Le pavillon saoudien du 75e Festival de Cannes est devenu une plaque tournante pour des partenariats internationaux fructueux dans la production cinématographique, tout en offrant un voyage culturel imprégné de nombreuses master class, rencontres et événements de réseautage.

«Nous sommes ravis de revenir au Festival de Cannes pour établir des contacts avec l'industrie cinématographique internationale en vue de faire mieux connaître les nouveautés de notre secteur créatif en pleine expansion et de présenter le pays comme une destination cinématographique unique et passionnante», explique Abdallah al-Eyaf, directeur général de la Commission du film saoudien. 

Situé en bordure du Village International de Cannes, le pavillon saoudien est l'un des plus grands pavillons de cette année. Prolongement du riche patrimoine du Royaume, il donne une idée de l'identité culturelle du pays.

image 4
De gauche à droite: Abdallah al-Eyaf, PDG de la Commission du film saoudien et le producteur saoudien Aymen Khoja. (Rupture)

Des monuments historiques d'AlUla aux ruelles cachées d'Al-Balad à Djeddah, et aux roses lumineuses et florissantes de Taïf, l'Arabie saoudite compte treize provinces avec des paysages, des cultures et des possibilités uniques qui la distinguent complètement de la région qui l’entoure.

Ces lieux divers ont rapidement suscité des échanges parmi les passionnés de cinéma et de production au cours des trois premiers jours du festival dans la station balnéaire française.

Le pavillon du Royaume vise non seulement à enrichir le festival avec la culture saoudienne, mais également à créer un lien pour de futures collaborations au sein du marché cinématographique en pleine croissance du Royaume.

«C'est une période passionnante pour l'Arabie saoudite, et Cannes nous offre une occasion en or pour optimiser les opportunités à un moment où ce secteur connaît une croissance rapide», ajoute Al-Eyaf.

Dès les premiers pas dans le pavillon, les visiteurs sont subjugués par la culture saoudienne et l'hospitalité chaleureuse autour d’une tasse de café saoudien. Le Royaume a marqué l'année 2022 comme l'année du café saoudien, pour célébrer l'identité culturelle profondément enracinée du Royaume.

Outre une vue magnifique sur la Côte d'Azur, le pavillon saoudien dispose de trois espaces de réunion privés permettant aux producteurs, investisseurs et cinéastes de se rencontrer et de discuter de nouvelles collaborations.

Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer.

Mercredi, le pavillon a organisé une master class sur les médias avec Emma Pritchard, journaliste de BBC News, pour discuter des arts et de la couverture médiatique du Festival de Cannes.

Pritchard a déjà été invitée par la Commission du film saoudien à animer une master class pour les réalisateurs saoudiens en abordant les sujets des médias et de la presse.

«Ils m'ont demandé de revenir juste pour faire une autre master class cette année à Cannes et parler de la façon d’aborder le Festival de Cannes, ce que j'étais vraiment heureuse de faire», confie Pritchard à Arab News.

Cette journaliste chevronnée a couvert le festival pendant près de deux décennies et était heureuse de partager ses idées lors de la master class organisée par le pavillon saoudien. «C'était vraiment intéressant, avec des gens très enthousiastes, agréables et amicaux au milieu d’une ambiance détendue», affirme-t-elle. 

«C'était vraiment bien, parce que je parlais aux journalistes de l'aspect de la couverture de Cannes, qui est un festival du film tellement énorme à aborder. Cela fait déjà vingt ans que je le couvre», ajoute-t-elle. 

Au cours de cette soirée, le pavillon a également organisé un événement avec des boissons sans alcool Meet the Saudi Film Industry («À la rencontre du secteur cinématographique saoudien») pour accueillir certains des producteurs et cinéastes du Royaume.

Jeudi matin, le pavillon a poursuivi les festivités, organisant une table ronde avec des talents saoudiens, suivie d'un déjeuner où étaient réunis les gens de la profession, organisé par la Commission du film saoudien. 

De nombreux cinéastes régionaux et internationaux étaient présents à ce déjeuner pour mieux comprendre le Royaume comme site mondial pour le cinéma et l'industrie cinématographique.

Le pavillon saoudien a commencé les célébrations du week-end avec un autre déjeuner de l'industrie cinématographique organisé par le Festival du film de la mer Rouge au Carlton Beach, et un cocktail en soirée organisé par Neom.

Parallèlement aux déjeuners et aux événements pour connecter les professionnels du cinéma, de nombreux acteurs saoudiens sont passés au pavillon pour rencontrer et discuter de collaborations avec certaines des principales entités internationales de l'industrie cinématographique.

Parmi ces acteurs figuraient Yassir al-Saggaf et Fatima al-Banawi, qui ont tous deux participé récemment au film Champions, produit par l'Arabie saoudite. «Le pavillon saoudien est une plate-forme qui relie et rassemble tout le monde. Il est agréable d'avoir ces discussions et de créer des opportunités pour de futurs projets», assure Al-Banawi. 

«J'ai un long métrage en préproduction et il est très important pour moi d’aller à la rencontre d’homologues et de coproductions en Europe», a-t-elle ajouté.

La Commission du fim saoudien s'est associée à onze autres entités saoudiennes, notamment Film AlUla, Ithra by Aramco, Neom ou le Festival du film de la mer Rouge, dans les domaines de la production, de la distribution, de la création de contenu et du développement des talents dans le pavillon.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Au Danemark, un nouveau musée pour raconter les destins des réfugiés

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Short Url
  • Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl
  • Le musée est construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale

OKSBOL: Construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau musée consacré aux exilés ouvre ses portes mercredi au Danemark pour mieux raconter les histoires personnelles derrière la migration forcée.

Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl, une petite ville sur la côte ouest du pays scandinave, un des Etats d'Europe à la ligne la plus dure en matière d'immigration.

Dans ce qui fut jadis l'hôpital du camp auquel a été ajoutée une aile moderne, au milieu d'effets personnels - d'une tente à un ours en peluche -, l'exposition retrace les parcours individuels des exilés.

L'histoire, à l'origine du lieu, des réfugiés allemands à la chute du nazisme, mais aussi de ceux ayant trouvé refuge au Danemark pour fuir la guerre et l'oppression.

"Nous voulons raconter l'histoire, derrière les chiffres, des vrais gens", explique à l'AFP le directeur du musée Claus Kjeld Jensen.

Ici, au crépuscule de la guerre de 1939-1945, des dizaines de milliers d'Allemands fuyant la progression de l'Armée rouge ont trouvé refuge sur ces terrains militaires de landes et de plages au bord de la mer du Nord.

Oksbøl était alors devenue en quelques semaines la cinquième ville du Danemark en termes de population.

Dans le camp, opérationnel de 1945 à 1949, il y avait derrière des barbelés des écoles, un théâtre et un atelier.

En dehors des deux bâtiments de l'hôpital et d'un cimetière caché par une forêt touffue, il restait peu de traces de ce passé que le musée vient ressusciter.

"Il y a cette période de l'histoire du monde qui s'est déroulée ici même, où nous sommes. Mais il y a aussi la situation d'aujourd'hui", souligne Kjeld Jensen.

"Nous avons beaucoup plus de réfugiés dans le monde que nous n'en avions à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Donc je suppose que la question est plus pertinente que jamais", dit le conservateur.

« Sanctuaire »

Inauguré samedi par la reine du Danemark Margrethe II et le vice-chancelier allemand Robert Habeck, le musée a coûté au total 16 millions d'euros, dont 1,5 apportés par Berlin.

"Personne n'aurait pu penser qu'il serait si tristement actuel de parler de réfugiés et d'exil", a souligné la monarque de 82 ans.

Fin 2021, le monde comptait près de 90 millions de personnes déracinées -réfugiés et déplacés internes-,  selon le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un nouveau mouvement sur le continent, avec au moins 12 millions de personnes ayant quitté leurs foyers, selon l’ONU.

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley.

"Lorsque nous avons commencé ce projet, nous pensions que cela faisait partie du passé pour l’Europe occidentale", a-t-il dit lors de l’inauguration.

A l’intérieur de son oeuvre, d’imposantes charpentes en bois s’étirent vers le ciel, créant un grand foyer ouvert à partir duquel les visiteurs explorent les expositions.

Un lieu conçu comme "une oasis ou un sanctuaire qui s’ouvre vers la forêt", selon son concepteur. "C'est d’une certaine manière ce que les réfugiés ont, je l’espère, trouvé ici – un sanctuaire et l’aperçu d’un avenir meilleur".

Pour certains, la politique actuelle du Danemark vis-à-vis des réfugiés colle mal avec la philosophie du musée.

Ces dernières années, les gouvernements de droite comme de gauche ont mené l’une des politiques migratoires les plus strictes d’Europe.

Le Danemark est ainsi devenu le premier pays de l’Union européenne à réexaminer les cas de plusieurs centaines de Syriens de Damas ayant obtenu l'asile, jugeant que la situation leur permettait de rentrer chez eux.

Les politiques migratoires danoises "sont très orientées politiquement et nous espérons, bien sûr, qu’il y aura un moyen de changer cela", a déclaré le représentant du HCR, Henrik Nordentoft.


Les artistes saoudiens profitent des projets culturels en Arabie

 L'artiste saoudien Ahmed Mater travaille dans son studio de la capitale Riyad le 19 juin 2022, sur un projet à exposer dans le désert à l'extérieur d'Al-Ula. (AFP).
L'artiste saoudien Ahmed Mater travaille dans son studio de la capitale Riyad le 19 juin 2022, sur un projet à exposer dans le désert à l'extérieur d'Al-Ula. (AFP).
Short Url
  • L'inititiave présentée lundi va exposer les oeuvres de cinq artistes dont deux saoudiens
  • Parmi eux, Ahmed Mater, un artiste engagé dont une des oeuvres phares, "Evolution de l'Homme", représente les méfaits de l'industrie pétrolière

ALULA: L'Arabie saoudite a dévoilé un projet artistique grandiose dans le désert "la vallée des Arts", qui exposera en 2024 des oeuvres d'artistes locaux et étrangers, illustrant la volonté d'ouverture du royaume conservateur à la culture et au tourisme.

L'inititiave présentée lundi va exposer les oeuvres de cinq artistes dont deux saoudiens. Parmi eux, Ahmed Mater, un artiste engagé dont une des oeuvres phares, "Evolution de l'Homme", représente les méfaits de l'industrie pétrolière.

A travers la transformation d'une silhouette sur des panneaux lumineux, l'artiste y dénonce l'emprise du pétrole sur le monde. Créée en 2010, cette oeuvre a enfin été montrée au public saoudien en juin à Ryad.

"Je crois dans les changements quand ils viennent de la base, mais si on peut les encourager d'en haut c'est encore mieux", a estimé Ahmed Mater à l'AFP, faisant référence à l'impulsion donnée par les autorités pour encourager l'art dans le royaume.

"C'est ce qui est nouveau", ajoute-t-il.

La « vallée des arts »

Autour d'Al-Ula, une ville de la région de Médine dans le nord ouest du pays, le projet Wadi AlFann - "vallée des arts" - va exposer sur 65 kilomètres carrés de désert des œuvres s'inspirant du mouvement du "land art", une forme d'art consistant en interventions de grande ampleur sur la nature et les paysages.

L'une des pionnières de ce mouvement, l'Américaine d'origine hongroise Agnes Denes, figure parmi les trois artistes étrangers choisis pour ce projet.

L'idée est aussi de faire d'Al-Ula, célèbre pour ses tombes nabatéennes disséminées au milieu des montagnes et des oueds de grès, une destination touristique.

Ce projet ambitieux et monumental devrait attirer des visiteurs sur plusieurs générations, affirme la conservatrice du projet, Iwona Blazwick, ancienne directrice de la Whitechapel Gallery de Londres.

L'artiste saoudienne Manal AlDowayan, dont les oeuvres analysent la place des femmes dans la société saoudienne, se félicite d'avoir été choisie pour ce projet.

Si elle reconnait avoir été plus souvent exposée à l'étranger que dans son pays d'origine, elle soulignant n'avoir jamais été inquiétée dans sa carrière d'artiste par les autorités saoudiennes.

"J'abordais des sujets très durs à l'époque où le contexte était vraiment répressif, et je n'ai pas eu de problème (...) Je n'ai jamais été censurée", assure-t-elle.

Pour la chercheuse Eman Alhussein, du Arab Gulf States Institute à Washington, les artistes visuels qui manient l'art conceptuel ont toujours eu plus d'espace de liberté que les activistes, car "leurs œuvres peuvent être interprétées de différentes manières".

Manal AlDowayan s'étonne d'être désormais "constamment exposée" dans le royaume.

"Je suis redécouverte par mon peuple, ma communauté. Ils avaient l'habitude de me suivre sur Instagram. Maintenant, ils peuvent réellement aller voir les œuvres d'art", se réjouit-elle.

 


Tunisie: décès de l'acteur Hichem Rostom

L'acteur tunisien Hichem Rostom. (Twitter)
L'acteur tunisien Hichem Rostom. (Twitter)
Short Url
  • Ce docteur en littérature et en histoire de théâtre avait commencé sa carrière d'artiste il y a plus de 50 ans et participé à des dizaines de films tunisiens, français, italiens, anglais et allemands
  • En Tunisie, où il était considéré comme l'acteur le plus célèbre de sa génération, il a dirigé deux éditions des Journées théâtrales de Carthage et a été l’un des fondateurs du festival «Rouhaniyet» de chants spirituels et soufis

TUNIS: L'acteur tunisien Hichem Rostom, qui avait joué dans des films célèbres comme le « Patient anglais » est décédé mardi à l'âge de 75 ans, a annoncé le ministère tunisien de la Culture. 

Ce docteur en littérature et en histoire de théâtre avait commencé sa carrière d'artiste il y a plus de 50 ans et participé à des dizaines de films tunisiens, français, italiens, anglais et allemands. 

Il a fait ses études supérieures en France où il a travaillé comme animateur au Théâtre national populaire avant de se lancer dans le cinéma, décrochant des rôles dans plusieurs films dont le « Patient anglais » d'Anthony Minghella (1997), Paparazzi d'Alain Berberian (1998) ou encore l'Or noir de Jean-Jacques Annaud (2011). 

Après son retour en Tunisie en 1988, il a joué dans plusieurs films et séries de télévision à succès. 

En Tunisie, où il était considéré comme l'acteur le plus célèbre de sa génération, il a dirigé deux éditions des Journées théâtrales de Carthage et a été l’un des fondateurs du festival « Rouhaniyet » de chants spirituels et soufis.