Cannes: Un James Gray inspiré par son enfance, mais un peu sage

Anne Hathaway, James Gray et l'acteur Jeremy Strong posent avant de quitter le Palais des Festivals à Cannes, dans le sud de la France, le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Anne Hathaway, James Gray et l'acteur Jeremy Strong posent avant de quitter le Palais des Festivals à Cannes, dans le sud de la France, le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

Cannes: Un James Gray inspiré par son enfance, mais un peu sage

  • James Gray livre son film le plus autobiographique: il raconte la vocation naissante d'un jeune garçon, Paul, rêvant de devenir artiste
  • Le film réunit un casting alléchant, avec Anne Hathaway, Jeremy Strong, et le multi-oscarisé Anthony Hopkins en pater familias

CANNES: Le cinéma américain a fait son entrée jeudi soir en compétition à Cannes avec "Armageddon Time", peinture d'une enfance à New York dans les années 1980 qui fait écho au parcours du réalisateur, James Gray, que le Festival a connu plus ambitieux.

Le film réunit un casting alléchant, avec Anne Hathaway ("Le Diable s'habille en Prada"), Jeremy Strong, primé aux Emmy pour son rôle dans la série "Succession" et le multi-oscarisé Anthony Hopkins en pater familias. Le rôle principal est tenu par un acteur adolescent, Banks Repeta.

Trois ans après être monté dans les étoiles pour son son huis clos spatial "Ad Astra", l'auteur de "Little Odessa", son premier film, redescend dans son New York natal. Gray, dont c'est la cinquième fois en compétition à Cannes, ne retrouve ni la noirceur de "La nuit nous appartient" (2007), ni l'ambition de "The Immigrant" (2013), avec Marion Cotillard.

A 53 ans, Gray livre son film le plus autobiographique: il raconte la vocation naissante d'un jeune garçon, Paul, rêvant de devenir artiste, dans une famille d'origine juive du quartier de Flushing, où lui-même a grandi.

Le tout dans une ambiance 100% "années 1980", avec bande-son de l'époque, des Clash ("Armagideon Time", d'où dérive le titre du film) au hip-hop du Sugarhill Gang.

Inscrit dans une école publique avec des élèves de toute origine, contrairement à son aîné Ted, scolarisé dans un prestigieux établissement, Paul fait les 400 coups et se lie d'amitié avec le pitre de la classe, Johnny (Jaylin Webb), un gamin noir sans famille.

James Gray dissèque les lignes de fractures dans cette famille juive new-yorkaise issue de la diaspora ukrainienne: la jalousie entre frères, le complexe d'infériorité du père, modeste chauffagiste, la communication impossible entre une mère et son fils. Et surtout la relation unique entre le grand-père, interprété par Anthony Hopkins, et son petit-fils, et dont l'ultime legs sera de l'aider à accomplir sa vocation: le dessin.

Autant d'échos au parcours du réalisateur, qui lui aussi a fréquenté une école publique du Queens avant d'aller dans le privé, a grandi dans une famille modeste d'immigrés juifs. Le film a été en partie tourné dans son quartier natal.

Le contexte historique, l'élection du conservateur Ronald Reagan, vue avec horreur dans cette famille progressiste, la menace nucléaire ou encore la montée en puissance de la famille Trump  sont évoqués... sans que le film sache totalement quoi en faire.


L'Académie française honore le journal libanais L'Orient-Le Jour

Logo du quotidien libanais L'Orient-Le Jour. (Twitter)
Logo du quotidien libanais L'Orient-Le Jour. (Twitter)
Short Url
  • La Grande médaille de la francophonie récompense depuis 1986 ceux qui participent au rayonnement de la langue française dans le monde
  • Le journal dit défendre «depuis sa création les mêmes valeurs démocratiques, le pluralisme, l'ouverture vers l'autre et le dialogue des cultures et des religions», et être indépendant des partis politiques

PARIS: L'Académie française a décerné jeudi sa Grande médaille de la francophonie pour la première fois à un média, le quotidien libanais L'Orient-Le Jour. 

Le journal, né en 1971 de la fusion de deux titres fondés en 1924 et 1934, est le seul quotidien francophone du Proche et du Moyen-Orient. 

Il dit défendre « depuis sa création les mêmes valeurs démocratiques, le pluralisme, l'ouverture vers l'autre et le dialogue des cultures et des religions », et être indépendant des partis politiques.  

La Grande médaille de la francophonie récompense depuis 1986 ceux qui participent au rayonnement de la langue française dans le monde. Elle a été remise par le passé au chanteur belge Stromae ou au journaliste algérien Kamel Daoud. 

La récompense est l'une des 23 décernées jeudi par l'Académie française, pour certaines à plusieurs récipiendaires. 

Parmi les plus prestigieuses, le Grand Prix de la francophonie est allé à Trinh Xuan Thuan, écrivain américain d'origine vietnamienne et astrophysicien. 

Le Grand Prix de Littérature Paul-Morand a été remis au journaliste français Éric Neuhoff, le Grand Prix de poésie au dramaturge français Jean-Pierre Siméon et le Grand Prix de philosophie à Anca Vasiliu - née à Bucarest et qui enseigne la philosophie grecque à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne - , pour l'ensemble de leur œuvre. 

Jacques Dutronc a reçu la Grande Médaille de la chanson française, et Arnaud Desplechin le Prix du cinéma René-Clair. 

La récompense la plus convoitée, le Grand Prix du roman de l'Académie française, est traditionnellement remise fin octobre, à la même époque que d'autres grands prix littéraires d'automne. 


Les lauréats de Mawhiba représenteront l'Arabie saoudite lors de cinq olympiades scientifiques internationales

Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)
Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)
Short Url
  • Deux équipes d'étudiants ont déjà terminé leur programme de formation dans le Royaume à l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah
  • L’épreuve de formation de l'équipe de physique se déroule à l'Université de technologie et d'économie de Budapest et celui de l'équipe de biologie à la Société hongroise de biologie

DJEDDAH : Les meilleurs étudiants de la Fondation du roi Abdelaziz et de ses compagnons pour le talent et la créativité, également connue sous le nom de «Mawhiba», s’apprêtent à participer à cinq olympiades scientifiques internationales qui se tiendront, virtuellement et en présentiel, aux mois de juillet et d’août.

Deux équipes d'étudiants ont déjà terminé leur programme de formation dans le Royaume à l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah. Elles participeront à l'Olympiade internationale de mathématiques à Oslo, en Norvège, du 6 au 16 juillet, et à l'Olympiade internationale d'informatique en Indonésie du 7 au 15 août. L'épreuve d'informatique comporte des défis de programmation et de résolution de problèmes algorithmiques.

mawhiba
Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)

Par ailleurs, trente-huit femmes et hommes de trois autres équipes sont arrivés lundi dernier à Budapest, en Hongrie, pour entamer des programmes de formation intensive de deux semaines dans certaines des universités les plus prestigieuses du pays.

Parmi eux, quatorze étudiants espèrent gagner une place dans l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de chimie, organisée par la Chine; douze étudiants sont nominés pour l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de physique 2022, en Suisse; et douze autres tentront d’obtenir une place dans l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de biologie 2022, en Arménie. Les deux premiers événements seront virtuels et le troisième se déroulera en présentiel; tous trois auront lieu entre le 10 et le 18 juillet.

L’épreuve de formation de l'équipe de physique se déroule à l'Université de technologie et d'économie de Budapest et celui de l'équipe de biologie à la Société hongroise de biologie. En ce qui concerne la chimie, les candidats se rendront à l'université Lorand-Eotvos, à Budapest.

Ces équipes suivront en moyenne huit heures de cours et de tutorat par jour dans leurs matières de spécialisation, dispensés par des formateurs internationaux reconnus et expérimentés. Les cours comprendront des éléments pratiques et théoriques ainsi qu'une formation à la recherche de solutions à des problèmes scientifiques avancés.

Selon Mawhiba, à la fin de l’entraînement, les meilleurs éléments de chaque équipe seront sélectionnés pour représenter l'Arabie saoudite lors de leurs olympiades respectives.

Amel al-Hazzaa, secrétaire générale par intérim de Mawhiba, a déclaré à Arab News que ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires.

Elle a ajouté qu'ils avaient tous atteint des niveaux élevés de compétence et d'expérience afin de représenter dignement le Royaume dans une compétition internationale.

Au cours des dix dernières années, a révélé Mme Al-Hazzaa, les étudiants saoudiens ont remporté plus de cinq cents médailles, entre autres prix, lors de ces olympiades.

«Nous espérons que ces étudiants enregistreront de nouveaux succès lors des cinq prochaines olympiades», a-t-elle confié.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Festival Days Off, exigence et différence

Dans cette photo d'archive prise le 15 juillet 2017, la chanteuse française Camille Dalmais alias Camille se produit sur scène lors de la troisième journée de la 26e édition du festival de musique "Vieilles Charrues", à Carhaix-Plouguer, dans l'ouest de la France. FRED TANNEAU / AFP
Dans cette photo d'archive prise le 15 juillet 2017, la chanteuse française Camille Dalmais alias Camille se produit sur scène lors de la troisième journée de la 26e édition du festival de musique "Vieilles Charrues", à Carhaix-Plouguer, dans l'ouest de la France. FRED TANNEAU / AFP
Short Url
  • Le festival Days Off (2-13 juillet) marque sa singularité à la Philharmonie de Paris
  • Après une annulation en 2020 et un festival 2021 réduit pour cause de crise sanitaire, cette 12e édition est celle «du plaisir retrouvé»

PARIS: Jarvis Cocker et ses perles de pop française, Camille et ses spectateurs pour instruments, relève et vétéran du hip-hop sur le toit: le festival Days Off (2-13 juillet) marque sa singularité à la Philharmonie de Paris.

Après une annulation en 2020 et un festival 2021 réduit pour cause de crise sanitaire, cette 12e édition est celle "du plaisir retrouvé, avec l'ADN de Days Off, entre têtes d'affiche internationales, créations, ouverture sur la musique contemporaine et croisement d'esthétiques", synthétise pour l'AFP Vincent Anglade, programmateur.

Il y aura notamment le dandy anglais préféré des Français, Jarvis Cocker, pour un "concert unique dans tous les sens du terme" comme le dit le responsable. D'abord parce que le leader de Pulp jouera pour la seule fois sur scène son album "Chansons d'ennui Tip-Top", composé dans le cadre du film "The French Dispatch" de Wes Anderson. Et qu'il sera entouré d'une section de cordes.

"Chansons d'ennui" est "un titre un peu trompeur, ça n'a rien d'ennuyeux, ça se rapporte à la ville fictive d'Ennui-sur-Blasé", comme le souligne Vincent Anglade. Cocker a en réalité livré une "B.O. imaginaire en hommage à la pop française en reprenant plein de classiques, c'est assez touchant".

Un autre concept fait saliver avec la chanteuse Camille. "Lalàlive" est "une expérience participative ouverte aux familles, aux enfants (à partir de 8 ans)". "C'est une des grosses marques de fabrique de Camille: faire chanter les gens. Mais elle a poussé le truc encore plus loin, il n'y a plus d'orchestre, tout se fait a capella avec le public".

Intense Kae Tempest

Pour Days Off, le public sera autour de Camille et d'autres chanteurs professionnels, à 360°. Des groupes de personnes seront formés par ces chanteurs en fonction des tessitures et quelques exercices vocaux. "Le concert se créée avec les spectateurs, chaque groupe est pris en charge par un chanteur pro, c'est participatif de A à Z", déroule le programmateur.

Days Off a ses habitués. C'est le cas de l'artiste britannique venu en 2017 en tant que Kate Tempest (en ouverture du groupe de rock de filles Savages, sous le regard de l'écrivaine Virginie Despentes dans la salle) et qui revient débarrassé de tout genre sous le nom de Kae Tempest.

Reste la même intensité entre slam, rap, chant et poésie, comme le prouve "The line is a curve", un des albums de l'année. "Kae nous passionne à la Philharmonie, son champ esthétique s'élargit d'année en année, on a envie d'aller plus loin, on espère que ce sera une étape pour d'autres projets", confie Vincent Anglade.

Et puis, il y a la soirée "Toi, toi, mon toit", concert-apéro sur le toit de la Philharmonie au coucher du soleil, instauré il y a une poignée d'années. La prestation dans ce cadre de Laurent Garnier, en 2019, a déjà marqué la jeune histoire de Days Off.

Ce DJ culte se produisit dans le sillage de l'exposition consacrée à l'électro cette année-là à la Philharmonie. Cette fois, l'expo phare, c'est "Hip-Hop 360" (jusqu'au 24 juillet): place à la culture rap, entre la relève -- Andy 4000, Edge -- et la mémoire, Solo, membre fondateur d'Assassin, groupe pionnier oublié dans l'ombre de NTM et IAM.