La pression augmente sur les Houthis pour lever le siège de Taiz

Les forces pro-gouvernementales yéménites se déploient sur la route reliant les districts de Hays et d’Al-Jarrahi sur la ligne de front, le 28 avril 2022 (Photo, AFP).
Les forces pro-gouvernementales yéménites se déploient sur la route reliant les districts de Hays et d’Al-Jarrahi sur la ligne de front, le 28 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 22 mai 2022

La pression augmente sur les Houthis pour lever le siège de Taiz

  • Selon le bureau de l'ONU au Yémen, le gouvernement yéménite a envoyé, le 7 avril, une liste de quatre participants à la réunion, près de trois jours après que les envoyés de l'ONU ont demandé aux deux parties de nommer leurs négociateurs
  • L'ambassade du Yémen à Washington a accusé les Houthis d'utiliser le blocus comme moyen de pression, ajoutant que le siège a isolé des milliers d'habitants de Taiz du reste du Yémen

AL-MUKALLÂ: Les Houthis, soutenus par l'Iran, ont nommé leurs représentants au sein d'un comité conjoint qui s'efforcera de rouvrir les routes de Taiz et d'autres provinces, ce qui laisse espérer la fin du siège de cette ville stratégique par les militants, a révélé un responsable du gouvernement yéménite.

Après des semaines de retard, les Houthis ont envoyé une liste de candidats pour le comité au bureau de l'envoyé des Nations unies pour le Yémen, selon le chef adjoint de la délégation du gouvernement yéménite à Taiz, le major Mohammed Abdellah al-Mahmoudi.

Cette décision intervient alors que la milice fait l'objet d'une pression croissante dans le pays et à l'étranger pour mettre fin à son siège de la troisième ville du Yémen, en place depuis huit ans.

Dans le cadre de la trêve négociée par les Nations unies et entrée en vigueur le 2 avril, les factions belligérantes devaient cesser les hostilités sur tous les fronts, autoriser les vols commerciaux à partir de l'aéroport de Sanaa, permettre aux navires de ravitaillement d'entrer dans le port maritime d’Al- Hodeïda et désigner les candidats pour un comité conjoint chargé de discuter de la réouverture des routes à Taiz et dans d'autres provinces.

Selon le bureau de l'ONU au Yémen, le gouvernement yéménite a envoyé, le 7 avril, une liste de quatre participants à la réunion, près de trois jours après que les envoyés de l'ONU ont demandé aux deux parties de nommer leurs négociateurs.

Les Houthis ont été accusés de ne pas prendre au sérieux la levée du blocus, car ils ont tardé à nommer des représentants et ont poursuivi les attaques contre les habitants de la ville.

Al-Mahmoudi a déclaré samedi à Arab News, que la délégation houthie comprend Yahia al-Razami, Houssein Dhaif, Mohammed al-Mahtouri et Shoukari Mahyoub.

«Ce sont des agents de renseignement», a-t-il confirmé, ajoutant que le comité pourrait se réunir dans la capitale jordanienne Amman ou ailleurs cette semaine.

Dans l'équipe gouvernementale, Al-Mahmoudi est rejoint par Abdel Kareem Shaiban, Abdel Aziz al-Majeedi et Ali al-Ajaar.

«On nous a dit de nous préparer pour la réunion», a-t-il révélé.

La pression s'est accrue sur les Houthis pour qu'ils lèvent le siège de Taiz, alors que le gouvernement yéménite met en œuvre les engagements qu'il a pris dans le cadre de la trêve, notamment en autorisant une douzaine de navires de ravitaillement à entrer dans le port maritime de Hodeidah, en facilitant le départ de deux vols commerciaux de l'aéroport de Sanaa et en nommant ses représentants dans les discussions sur l'avenir de la ville.

Dans un rare défi lancé aux combattants houthis, des centaines de personnes se sont rassemblées pour la prière du vendredi près d'une route fermée à la périphérie orientale de la ville assiégée, malgré le risque de se retrouver sous le feu des snipers houthis.

Après les prières, les gens ont brandi des affiches et scandé des slogans demandant la réouverture des routes et la levée du siège.

Abdel Jabar Noman, un activiste, a affirmé à Arab News que de nombreuses personnes étaient mortes sur des routes accidentées et dangereuses, en cherchant à éviter les postes de contrôle des Houthis autour de la ville.

Les manifestations quotidiennes ont pour but de mettre la lumière sur les souffrances des habitants sous le blocus, a-t-il souligné.

«La levée du siège permettra aux gens de se déplacer facilement entre les villes, de faire baisser les prix des produits de base, et le carburant sera vendu au prix officiel», a-t-il indiqué.

À l'étranger, les diplomates et responsables saoudiens, yéménites et occidentaux augmentent également la pression sur les Houthis pour qu'ils lèvent le blocus. Ils se joignent ainsi aux efforts visant à mettre fin à la guerre.  

Le prince Khalid ben Salmane, vice-ministre saoudien de la Défense, a demandé au monde, et principalement à l'ONU, d'ordonner aux Houthis de lever le siège, de déposer les revenus du port d’Al- Hodeïda à la banque centrale et de se conformer aux initiatives de paix.

Après avoir rencontré Timothy Lenderking, envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, à Washington, le prince Khalid a déclaré sur Twitter: «Bien que la dynamique de la trêve reste élevée, j'ai réaffirmé la nécessité pour les Nations unies et la communauté internationale de faire pression sur les Houthis pour qu'ils rouvrent les routes de Taiz, déposent les revenus du port d’Al-Hodeïda et s'engagent dans des propositions de paix.»

Ahmed Awadh ben Moubarak, le ministre yéménite des Affaires étrangères, a rencontré Brett McGurk, le coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, à Washington, où il a appelé à une pression mondiale sur les Houthis pour qu'ils respectent la trêve et rouvrent les routes à Taiz.

«J'ai souligné notre reconnaissance envers les États-Unis et la nécessité de faire pression sur les #Houthis pour qu'ils adhèrent à la #trêve et mettent fin au siège de #Taiz», a publié le ministre yéménite, sur Twitter.

L'ambassade du Yémen à Washington a accusé les Houthis d'utiliser le blocus comme moyen de pression, ajoutant que le siège a isolé des milliers d'habitants de Taiz du reste du Yémen.

«Chaque jour, des centaines de milliers d'habitants de la troisième plus grande ville du Yémen, Taiz, ont l'impression d'être enfermés dans une ville assiégée depuis 2015. Une ville qui est détachée du reste du Yémen par les Houthis uniquement pour être utilisée comme monnaie d'échange politique», a déclaré l'ambassade du Yémen à Washington, sur Twitter.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'exposition Vision of a Homeland débute à Sakaka, en Arabie saoudite

Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Short Url
  • M. Al-Sanani a souligné le soutien indéfectible du prince Faisal aux beaux-arts et aux artistes de la région
  • L'exposition présentera également des œuvres qui reflètent le patrimoine saoudien à travers les régions de l'Arabie saoudite et l'esthétique de la calligraphie arabe

SAKAKA: Sous les auspices du gouverneur d'Al-Jouf, le prince Faisal ben Nawaf ben Abdelaziz, le Dr Ahmed ben Mohammed al-Sanani, conseiller spécial du gouverneur, a inauguré lundi l'exposition de trois jours Vision of a Homeland («Vision d’une patrie») au centre culturel Jouf à Sakaka.
Dans son discours à cette occasion, M. Al-Sanani a souligné le soutien indéfectible du prince Faisal aux beaux-arts et aux artistes de la région. «L'exposition est un espace d'innovation et de créativité qui joue un rôle essentiel dans l’accentuation de la sensibilisation de la communauté au patrimoine national et du nord, et à la technique du pointillisme», a ajouté le conseiller spécial.

exposition
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)

L'exposition présente une collection d'œuvres du Dr Ahmed al-Salama, un artiste qui utilise le pointillisme et s'attache à refléter l'héritage et la culture du Royaume, en particulier de la région du nord.
L'exposition présentera également des œuvres qui reflètent le patrimoine saoudien à travers les régions du Royaume et l'esthétique de la calligraphie arabe.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mikati poursuit les consultations parlementaires alors que le délai se prolonge

Le Premier ministre désigné du Liban, Najib Mikati, s'exprime après sa rencontre avec le président à Baabda, à l'est de la capitale Beyrouth, le 23 juin 2022. (AFP)
Le Premier ministre désigné du Liban, Najib Mikati, s'exprime après sa rencontre avec le président à Baabda, à l'est de la capitale Beyrouth, le 23 juin 2022. (AFP)
Short Url
  • Le Courant patriotique libre et les Forces libanaises continuent de bloquer les tentatives du Premier ministre désigné de mettre fin au blocage politique
  • Si Mikati parvient à former ce gouvernement, il s'agira de son deuxième cabinet sous le mandat du président Michel Aoun

BEYROUTH: Le Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, qui a été chargé de former un nouveau gouvernement libanais à l'issue de ses consultations parlementaires non contraignantes mardi, a déclaré avoir «passé en revue les opinions des députés» et qu’il «prendra en considération la plupart de ce qu'ils ont dit, mais ce qui compte, c'est que l'intérêt national l’emporte».
Mikati a affirmé que les opinions partagées par les députés «vont dans le sens de l'intérêt national, même si elles sont présentées sous des angles différents».
Il a espéré pouvoir former un gouvernement «qui puisse accomplir son devoir et poursuivre ce que le gouvernement précédent a commencé, notamment en ce qui concerne le Fonds monétaire international (FMI), le plan d'électricité et le dossier de la démarcation des frontières maritimes», et exprimé le souhait que les choses «se concrétisent de manière adéquate».
Si Mikati parvient à former ce gouvernement, il s'agira de son deuxième cabinet sous le mandat du président Michel Aoun; dans le cas contraire, il restera un Premier ministre désigné en tant qu'intérimaire.
Lors de la deuxième journée de consultations, le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, a exprimé une position ambiguë.
Bassil a confirmé que «le bloc n’a aucune envie de participer au nouveau gouvernement, mais nous ne nous sommes pas encore réunis en tant que bloc pour confirmer cette question».
Il s'oppose à Mikati et le CPL ne l'a pas désigné pour la formation d'un gouvernement.
Il a déclaré: «Nous avons dit à Mikati pourquoi nous ne sommes pas d'accord avec la formation du cabinet. Il y a un réel problème avec la crédibilité de la désignation et nous avons soulevé la question avec lui, mais nous avons surmonté ce problème étant donné la situation du pays».
Bassil a affirmé que le CPL est «contre tout gouvernement dépouillé de ses pouvoirs, et nous avons souligné qu'il est important pour le cabinet de traiter les dossiers importants, y compris le dossier de la gouvernance de la banque centrale». Il a toutefois nié avoir fait une «demande ou imposé une condition à Mikati».
Il a déclaré que «faire des amendements au gouvernement actuel est une mauvaise idée», ajoutant: «Nous nous opposons au vide présidentiel et nous l'empêcherons de se produire».
La déclaration de Bassil est remarquable, surtout lorsqu'il affirme que «la désignation de Mikati manque de crédibilité», mais qu'il décide de détourner les yeux étant donné la situation du pays.
Le bloc du Courant patriotique libre et le bloc des Forces libanaises n'ont pas proposé Mikati pour former un gouvernement lors des consultations parlementaires contraignantes organisées par le président Aoun la semaine dernière.
Cependant, une source proche de Mikati a souligné que les deux partis chrétiens ne représentent pas à eux seuls tous les chrétiens et que certains députés ayant une représentation populaire ont nommé Mikati.
La source a déclaré que «le CPL insiste pour avoir un cabinet efficace qui n'est pas dépouillé de ses pouvoirs dans le but de mettre en œuvre un programme politique, car le bloc du président veut nommer des personnes affiliées au parti à des postes critiques avant la fin du mandat, y compris la nomination d'un nouveau gouverneur pour la banque centrale».
Le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, a mis en garde contre «le danger d'adopter une logique de non-gouvernement avant l’élection présidentielle».
Il estime que «la perte de temps dans ces circonstances dangereuses que traverse le pays est fatale pour les Libanais qui souffrent à tous les niveaux».
Gemayel a souligné «la nécessité de former un gouvernement indépendant le plus rapidement possible pour arrêter l'effondrement».
Après avoir rencontré Mikati, le député Oussama Saad a déclaré que «le Liban a besoin d'un gouvernement qui puisse transporter en toute sécurité le pays de la réalité politique actuelle à une nouvelle réalité capable de faire face aux défis et aux crises».
Il a ajouté: «L’élection présidentielle est imminente. Pouvons-nous élire un nouveau président qui soit indépendant des axes internes et externes? Les blocs internes qui contrôlent la décision de l'État sont-ils prêts à mener à bien un projet de sauvetage?»
Le député Jihad al-Samad a exclu la possibilité de former un nouveau gouvernement «car il est difficile de former un gouvernement avec la pétulance et l'égoïsme continus».
Il a déclaré qu'il exigeait «que le gouvernement actuel soit activé, soit en lui redonnant la confiance du Parlement pour le relancer, soit en élargissant la notion d’expédition des affaires courantes».
Le député Bilal Houshaymi a déclaré que «la décision de ne pas participer au gouvernement est erronée». «Le gouvernement précédent a mis en œuvre certaines réformes qui devraient être menées à bout et tous les blocs devraient coopérer pour former un gouvernement. Les gens ont mis leur confiance dans le Parlement et nous devrions chercher à sortir de l'axe de l'enfer», a-t-il ajouté.
Le bloc des députés arméniens a fait part de sa volonté d’être représenté au sein du prochain cabinet. Le député Hagop Pakradounian a déclaré: «Un nouveau gouvernement doit être formé le plus rapidement possible et nous devons éviter le jeu des conditions et des contre-conditions. Nous espérons que Mikati aura une composition gouvernementale dans les deux prochains jours.»
Le chef du département des médias et de la communication des Forces libanaises, Charles Jabbour, a exclu la possibilité de la formation d'un nouveau gouvernement «car la formation des gouvernements au Liban prend habituellement entre deux et trois mois au moins, notant que le nouveau gouvernement, s'il est formé, aura quatre mois pour pouvoir assumer son rôle».
En ce qui concerne la position du député Gebran Bassil, le rival politique des Forces libanaises, Jabbour a déclaré à Arab News: «La position déclarée est différente de la position implicite. Bassil a déjà dit que les gouvernements de technocrates avaient pris fin et qu'un gouvernement politique était nécessaire. Il refuse que le gouvernement intérimaire reste jusqu'à la fin du mandat car le CPL continue de s'accrocher aux nominations qui sont dans son intérêt et veut faire partie du gouvernement en cas de vide présidentiel.»
Mikati travaille actuellement sur un projet de gouvernement qui devrait être soumis au président afin qu'ils puissent tous deux signer le décret de sa formation. L'empêchement actuel de sa formation est dû aux blocs parlementaires représentant des forces politiques importantes qui ont décidé de ne pas participer au gouvernement.
Peu de gens s'attendent à ce que cela change. Charles Jabbour a déclaré que «les blocs qui n'ont pas désigné Mikati pour former un gouvernement et qui ne participeront pas au gouvernement ne lui accorderont sûrement pas la confiance du Parlement».
Il a ajouté que la question pourrait dépendre de la déclaration ministérielle, mais «je pense que la formation du nouveau gouvernement se heurtera à des difficultés».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'université Al Jouf figure dans le classement mondial des universités QS 2023

Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Short Url
  • Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume
  • Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle

AL JOUF: L'université Al Jouf, pour la deuxième année consécutive, figure dans le classement mondial des universités QS pour 2023: c’est ce qu’a rapporté mardi dernier l’agence de presse saoudienne (SPA).
L'université a également atteint le 701e rang mondial et le 8e rang local. Elle figure dans le classement mondial des universités du magazine The Times pour la deuxième année consécutive, ayant atteint les objectifs de développement durable définis par les Nations unies.
Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume pour le soutien indéfectible qu’ils apportent au secteur de l'éducation, qui a contribué au succès de l'université.
Le président s'est vu remettre un certificat du classement international QS. Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle et qu’elle travaillait en permanence pour progresser dans l’ensemble des domaines, dans le cadre des objectifs de la Vision 2030, a rapporté la SPA.
Le doyen de la recherche scientifique et superviseur de l'unité de classification internationale de l'université, le Dr Nabil al-Ruwaili, a déclaré que le classement d'Al Jouf est le reflet de ses pratiques qualitatives au niveau de l’éducation, de la science et de la recherche.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com