Irlande du Nord: Londres en appelle à l'UE pour résoudre l'impasse

Le ministre britannique de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, arrive pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet au 10 Downing Street, à Londres, le 19 avril 2022. (AFP).
Le ministre britannique de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, arrive pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet au 10 Downing Street, à Londres, le 19 avril 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 22 mai 2022

Irlande du Nord: Londres en appelle à l'UE pour résoudre l'impasse

  • Le gouvernement britannique a provoqué la colère de Bruxelles et Washington en menaçant d'agir unilatéralement pour modifier le protocole nord-irlandais, conclu dans le cadre du Brexit
  • Londres tente ainsi d'apaiser le mécontentement des unionistes nord-irlandais qui refusent de participer à un nouveau gouvernement à Belfast –-dirigé pour la première fois par les républicains du Sinn Fein

LONDRES : Le ministre britannique chargé de l'Irlande du Nord a répété qu'il revenait à l'Union européenne d'assouplir sa position pour résoudre le différend sur les dispositions post-Brexit dans cette province britannique en crise politique.

Le gouvernement britannique a provoqué la colère de Bruxelles et Washington en menaçant d'agir unilatéralement pour modifier le protocole nord-irlandais, conclu dans le cadre du Brexit et prévoyant des contrôles douaniers spécifiques pour la province britannique.

Londres tente ainsi d'apaiser le mécontentement des unionistes nord-irlandais qui refusent de participer à un nouveau gouvernement à Belfast –-dirigé pour la première fois par les républicains du Sinn Fein après leur victoire aux élections locales du 5 mai-- si le protocole n'est pas modifié.

Interrogé par le journal Sunday Telegraph, le ministre chargé de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, a dit redouter que l'absence d'un exécutif en Irlande du Nord ne se prolonge si Bruxelles ne cède pas du terrain.

"J'ai moi-même fait valoir ce point auprès de l'UE avant les élections. À mon avis, il était beaucoup plus facile d'obtenir un accord avant les élections qu'après", a-t-il dit au journal. "L'idée que ça allait être plus facile après les élections était folle de la part de l'UE", a-t-il ajouté.

Le protocole a été signé pour protéger le marché unique européen après le Brexit sans provoquer le retour d'une frontière dure entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande européenne, et ainsi préserver la paix conclue en 1998 avec l'accord du Vendredi saint, après trois décennies de troubles sanglants entre unionistes et républicains.

Londres souhaite renégocier en profondeur ce protocole. L'UE, qui a redit vendredi sa volonté d'aboutir à des "solutions communes", est prête seulement à des aménagements.

Ce texte crée une frontière douanière de fait avec la Grande-Bretagne et menace, selon les unionistes, la place de la province au sein du Royaume-Uni à laquelle ils sont viscéralement attachés.

Après que Londres a précisé ses intentions, la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a exprimé sa "profonde inquiétude", prévenant que le Congrès américain bloquerait un accord de libre-échange convoité par le Royaume-Uni si la paix était menacée.

Samedi, la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a accueilli une délégation de parlementaires américains menée par le démocrate Richard Neal. Ce dernier a évoqué sur Twitter une "franche discussion concernant notre devoir de protéger la paix et la stabilité sur l'île d'Irlande". 

Il a appelé "à des négociations de bonne foi avec l'UE pour trouver des solutions durables au commerce post-Brexit entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord".

Mme Truss a dit sur Twitter avoir discuté avec lui de l' "engagement indéfectible" du Royaume-Uni envers l'accord du Vendredi saint.

Selon le journal The Observer, la ministre a cependant déclaré à la délégation américaine que Londres ne pouvait pas laisser l'impasse politique "s'éterniser" en Irlande du Nord.


Affaire Ghosn: deux magistrats français à Tokyo pour des interrogatoires

Le président et PDG de Nissan, Carlos Ghosn, prend la parole lors du dévoilement officiel du nouveau taxi de New York conçu par Nissan Motor Co. le 3 avril 2012 à New York (Photo, AFP).
Le président et PDG de Nissan, Carlos Ghosn, prend la parole lors du dévoilement officiel du nouveau taxi de New York conçu par Nissan Motor Co. le 3 avril 2012 à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Visé par un mandat d'arrêt de la justice française, M. Ghosn est soupçonné d'avoir mis au point, entre 2012 et 2017, un schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption
  • Ouverte en février 2020, l'information judiciaire, dans laquelle Renault s'est constituée partie civile, a donné lieu le 21 avril à l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Carlos Ghosn

NANTERRE: Deux magistrats et un enquêteur français sont arrivés samedi à Tokyo pour y mener des interrogatoires dans l'enquête instruite en France visant Carlos Ghosn, l'ex-patron de l'alliance Renault Nissan, a indiqué une source proche du dossier à l'AFP.

Visé par un mandat d'arrêt de la justice française, M. Ghosn est soupçonné d'avoir mis au point, entre 2012 et 2017, un schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption, avec quatre responsables du distributeur automobile omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA). Il conteste ces accusations.

Les deux magistrats de Nanterre et l'enquêteur de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) s'intéressent à d'importants flux financiers considérés comme suspects.

Ils doivent rester à Tokyo jusqu'à vendredi pour y mener des interrogatoires, a confirmé le parquet de Nanterre, en région parisienne.

L'objectif est de savoir si ces personnes interrogées étaient "informées" de ces flux, voire les avaient "validés", a précisé le parquet à l'AFP.

Selon une source proche de l'enquête, Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir ordonné le versement de primes de Renault au distributeur SBA, "maquillées par un certain nombre d'écritures comptables tels que des bonus, des reprises sur stock", et dont une partie était ensuite envoyée à des sociétés écrans appartenant à l'entourage de Carlos Ghosn.

Ouverte en février 2020, l'information judiciaire, dans laquelle Renault s'est constituée partie civile, a donné lieu le 21 avril à l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Carlos Ghosn pour corruption passive, abus de biens sociaux, abus de confiance et blanchiment en bande organisée entre 2012 et 2017.

L'ancien magnat de l'automobile, âgé de 68 ans, est également visé par un mandat d'arrêt de la justice japonaise, pays où il devait être jugé pour malversations financières avant sa fuite fin 2019 pour le Liban.


Espagne : la grève chez Ryanair prolongée de 12 jours supplémentaires

Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi (Photo, AFP).
Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Chez Ryanair, les représentants du syndicat espagnol USO ont par ailleurs déclaré que de nouvelles cessations de travail auraient lieu sur trois périodes de quatre jours
  • Près de 450 hôtesses et stewards d'easyJet ont été appelés à débrayer vendredi, samedi et dimanche ainsi que les 15, 16, 17, 29, 30 et 31 juillet

MADRID: Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi, les syndicats de cette dernière ayant annoncé l'arrêt du travail pour douze jours supplémentaires.

Samedi à 13h00 (11h00 GMT), 5 vols easyJet et 10 vols Ryanair avaient été annulés et 175 autres retardés, dont 52 EasyJet et 123 Ryanair, ont annoncé les syndicats dans un communiqué.

Chez Ryanair, les représentants du syndicat espagnol USO ont par ailleurs déclaré que de nouvelles cessations de travail auraient lieu sur trois périodes de quatre jours : du 12 au 15 juillet, du 18 au 21 juillet et du 25 au 28 juillet dans les dix aéroports espagnols où opère la compagnie irlandaise.

"Après six jours de grève et compte tenu de la réticence de la compagnie à écouter son personnel et de sa préférence pour laisser des milliers de passagers cloués au sol plutôt que de s'asseoir pour négocier un accord en vertu de la loi espagnole, nous avons été contraints d'appeler à de nouvelles journées de grève", a déclaré Lidia Arasanz, porte-parole de l'USO.

Près de 450 hôtesses et stewards d'easyJet ont été appelés à débrayer vendredi, samedi et dimanche ainsi que les 15, 16, 17, 29, 30 et 31 juillet. Ils réclament un alignement de leurs conditions de travail sur le reste de leurs collègues en Europe.

Chez Ryanair, le mouvement social, visant à réclamer de meilleures conditions de travail pour les 1 900 personnels de cabine de la compagnie en Espagne, avait débuté le 24 juin.

La compagnie irlandaise affirme être la compagnie qui transporte le plus de passagers sur le marché espagnol, desservant "plus de 650 itinéraires" depuis les 27 aéroports où elle opère dans le pays.

La semaine passée, le premier volet de la grève avait également concerné les salariés de la compagnie dans d'autres pays européens comme le Portugal, la Belgique, l'Italie, la France.

Ils exigeaient le respect du droit du Travail et une augmentation des salaires, alors que la compagnie irlandaise devrait enregistrer cet été une meilleure activité qu'en 2019, avant la pandémie de Covid-19.

Depuis le début de la grève chez Ryanair, qui a consisté jusqu'à présent en deux périodes de trois jours, "plus de 200 vols" ont été annulés et "près de 1 000" autres ont été retardés, selon le syndicat USO. Et les arrêts de travail à venir sont par ailleurs susceptibles de créer des niveaux similaires de perturbations.


Le pape exprime son « grand regret» de ne pouvoir partir en Afrique

Le Pape François salue l'audience pendant sa prière de l'Angelus depuis une fenêtre du Palais Apostolique donnant sur la Place Saint Pierre au Vatican, le 26 juin 2022. (Photo : Alberto PIZZOLI / AFP)
Le Pape François salue l'audience pendant sa prière de l'Angelus depuis une fenêtre du Palais Apostolique donnant sur la Place Saint Pierre au Vatican, le 26 juin 2022. (Photo : Alberto PIZZOLI / AFP)
Short Url
  • Le 10 juin, le Vatican avait annoncé le report de ce voyage, ravivant les inquiétudes sur l'état de santé du pape
  • Début avril, lors d'un voyage de deux jours à Malte, il était apparu diminué par ses problèmes d'articulations et avait dû utiliser une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion

CITE DU VATICAN: Le pape François a exprimé son "grand regret" de ne pouvoir entreprendre ce samedi son voyage initialement prévu en République Démocratique du Congo et au Soudan du Sud, reporté en juin sine die en raison de douleurs au genou.

"Le Seigneur sait combien mon regret est grand d'avoir été contraint de reporter cette visite tant désirée et attendue", affirme le pape dans un message vidéo diffusé samedi par le Vatican. "Mais ne perdons pas confiance et espérons nous retrouver au plus vite, dès que possible".

Il enchaîne avec des mots pour chacun des deux pays où il devait se rendre: "Je pense à la République Démocratique du Congo, à l’exploitation, à la violence et à l’insécurité qu’elle endure, particulièrement dans l’Est du pays, où les affrontements armés se poursuivent, causant des souffrances innombrables et dramatiques, exacerbées par l’indifférence et la complaisance de beaucoup".

"Et je pense au Soudan du Sud, au cri de paix de son peuple qui, épuisé par la violence et la pauvreté, attend des faits concrets du processus de réconciliation nationale auquel je souhaite contribuer".

"Chers amis congolais et sud-soudanais, les mots en ce moment ne suffisent pas à vous transmettre la proximité que je voudrais vous exprimer et l’affection que je ressens pour vous", dit-il encore.

Le 10 juin, le Vatican avait annoncé le report de ce voyage, ravivant les inquiétudes sur l'état de santé du pape.

Début avril, lors d'un voyage de deux jours à Malte, il était apparu diminué par ses problèmes d'articulations et avait dû utiliser une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion.

Et en mai, le Liban avait déjà annoncé le report de la visite du pape prévue en juin, en invoquant "des raisons de santé". Mais c'est la première fois que le Vatican annonce le report d'un voyage à l'étranger pour de telles raisons.

Le pape a cependant confirmé en juin qu'il se rendrait bien au Canada du 24 au 30 juillet.

Souffrant de fortes douleurs au genou droit, le pape argentin, qui apparaît depuis début mai en fauteuil roulant, a annoncé subir des infiltrations, des injections d'anti-inflammatoires à base de corticoïdes.

Le souverain pontife souffre aussi de douleurs à la hanche qui le font boiter et a subi en juillet 2021 une délicate opération au colon.