Une nouvelle tempête de poussière frappe l'Irak, le Koweït et l'Arabie saoudite

Des piétons traversent une route au milieu d'une violente tempête de poussière à Koweït le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Des piétons traversent une route au milieu d'une violente tempête de poussière à Koweït le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Vue aérienne d'une énorme tempête de poussière avançant dans la ville de Koweït au-dessus du campus de l'Université du Koweït (Photo, AFP).
Vue aérienne d'une énorme tempête de poussière avançant dans la ville de Koweït au-dessus du campus de l'Université du Koweït (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 24 mai 2022

Une nouvelle tempête de poussière frappe l'Irak, le Koweït et l'Arabie saoudite

  • Au Koweït, l'aéroport international a suspendu les vols pendant trois heures
  • Plus d'un millier de personnes à travers l'Irak ont été soignées dans les hôpitaux pour des troubles respiratoires

BAGDAD: Des aéroports et les administrations publiques en Irak ont dû suspendre lundi leurs activités en raison d'une énième tempête de poussière, qui a déclenché des troubles respiratoires chez plus d'un millier de personnes avant de frapper le Koweït et l'Arabie saoudite voisins.

Au Koweït, l'aéroport international a suspendu les vols pendant trois heures. Et pour la deuxième fois en moins d'une semaine, l'épais nuage de poussière a couvert la capitale saoudienne Ryad et ses monuments emblématiques, comme la tour du Kingdom Centre. La défense civile saoudienne a averti que la tempête persisterait jusqu'à la nuit.

Depuis la mi-avril, l'Irak, l'un des cinq pays au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique selon l'ONU, a connu pas moins de neuf tempêtes de poussière et de sable.

Lundi à Bagdad, un nuage de poussière grisâtre a flotté au-dessus des rues quasi-désertes et libérées des habituels embouteillages. Au sud de la capitale, près de Najaf, les bergers et leurs troupeaux se sont retrouvés enveloppés dans un désormais familier halo orangé.

Plus d'un millier de personnes à travers l'Irak ont été soignées dans les hôpitaux pour des troubles respiratoires, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Seif al-Badr.

La tempête devrait se dissiper progressivement, selon les services météorologiques.

En raison "des mauvaises conditions climatiques et de l'arrivée de violentes tempêtes de poussière", le Premier ministre Moustafa al-Kazimi avait ordonné la fermeture des "institutions publiques" à l'exception notamment des départements sanitaires et des agences sécuritaires.

«272 jours de poussière»

En raison d'une visibilité ne dépassant pas les 400 mètres, l'aéroport de Bagdad a suspendu le trafic aérien pendant quelques heures la journée.

L'aéroport international d'Erbil, dans le Kurdistan irakien autonome (nord), a annoncé en soirée une nouvelle fermeture "à cause d'une épaisse poussière" qui était de retour, selon l'agence de presse étatique INA. Les vols y avaient cessé aussi pendant quelques heures plus tôt dans la journée.

Maintes fois, les aéroports ont été contraints de suspendre brièvement leurs vols à causes des tempêtes ces dernières semaines.

Les deux dernières tempêtes de poussière ayant frappé l'Irak ont fait un mort et poussé près de 10.000 personnes à se rendre dans des hôpitaux pour soigner des troubles respiratoires.

Il s'agit principalement de personnes âgées, ou d'individus souffrant d'asthme, d'insuffisances respiratoires ou de maladies cardiaques, qui sont considérés comme les catégories les plus à risque, selon les autorités sanitaires.

"Ces tempêtes de poussière arrivent généralement en été, mais pas au même rythme que ces derniers temps", a admis Seif al-Hamza, un médecin dans un hôpital de Bagdad. "Les cas de suffocation ont considérablement augmenté en comparaison avec les saisons précédentes."

Durant les deux prochaines décennies, l'Irak devrait connaître "272 jours de poussière" par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l'Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent justement la création de ceintures vertes autour des villes "qui font office de brise-vent", à l'heure où "la désertification affecte 39%" de la superficie totale du pays, selon le président Barham Saleh.


L'ambassadeur saoudien en Chine visite le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication

Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Short Url
  • Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs
  • Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: L'ambassadeur saoudien en Chine, Abdulrahman ben Ahmed al-Harbi, s'est rendu dimanche au Centre de recherche et de connaissances en intercommunication, à Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne (SPA).

Il s’agit de l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises.

Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs.

Ben Junaid a expliqué à Al-Harbi le rôle que joue le Centre dans la préparation d'études sur la Chine et la traduction en mandarin d'ouvrages saoudiens publiés en Chine.

Il [lui] a également présenté l'unité d'études chinoises qui comprend un groupe d'élite de chercheurs saoudiens.

Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine, de l'évolution des groupes de réflexion et du rôle que joue l'ambassade d'Arabie saoudite en Chine dans l'approfondissement et le développement de ces relations au profit des deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

 


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com