L’ESJ Paris rend hommage à Shireen Abu Akleh

L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022. Photo fournie.
Short Url
Publié le Jeudi 26 mai 2022

L’ESJ Paris rend hommage à Shireen Abu Akleh

  • L’école de journalisme a créé une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un journaliste ou futur journaliste du monde arabe, et a donné le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022
  • «En tuant Shireen Abu Akleh, on a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole», dénonce Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone

PARIS: La direction de l’École supérieure de journalisme de Paris (ESJ), la doyenne des écoles de journalisme dans le monde, a décidé de rendre hommage à Shireen Abu Akleh, la journaliste palestino-américaine, correspondante de la chaîne Al-Jazeera, tuée par balles au cours d’un reportage à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 11 mai 2022.

Guillaume Jobin, président de l’ESJ, se dit révolté par cet acte qu’il qualifie d’«assassinat». «Je connaissais Shireen, je l’ai même rencontrée, elle devait intervenir dans notre école à la rentrée universitaire 2022. Je ne sais pas qui a décidé de la tuer. Mon avis personnel, et ce n’est pas celui de l’école que j’engage, c’est que Shireen Abu Akleh a été assassinée par des Israéliens. On ne sait pas qui, ce n’est pas forcément le gouvernement. Ce qui s’est passé est contre-productif, car cela a mis des millions de musulmans, de chrétiens ou des yézidis dans la rue. Shireen a été assassinée alors qu’elle travaillait pour Al-Jazeera, la seule chaîne arabe autorisée en Israël. Elle était appréciée par tous, des gens de la rue, des journalistes de gauche, de droite, y compris par les autorités palestiniennes», explique-t-il à Arab News en français. «Je le sais car je suis allé plusieurs fois en Palestine. Aucun Palestinien n’avait un intérêt à la tuer.»  

Le président de l’ESJ Paris est scandalisé par les insultes qu’il a entendues à la suite de ses prises de positions, publiques ou privées. «On m’a traité d’antisémite, on a dit que j’étais une personne qui ne connaît pas Israël, or ce n’est de cela dont il s’agit, puisque je me suis rendu plusieurs fois là-bas (…). Je sais que je vais encore me faire des ennemis, mais il faut le dire: hormis l’Algérie, quelle est la position des pays arabes sur le sujet, notamment ceux qui ont reconnu l’État d’Israël? Je ne nie pas l’existence d’Israël, c’est un fait, je ne dis que je suis pour ou contre, je dis juste que cela s’est fait sur le dos des Palestiniens qui restent enfermés dans une prison», regrette-t-il. «Notre école est connue, on ne fait pas de politique, on ne parle pas de religion, on a un seul engagement politique, c’est celui de la défense des droits des Palestiniens qui sont injustement traités par l’ensemble de la communauté internationale, à commencer par la France depuis 1948» (date de la création de l’État d’Israël), explique le président de l’ESJ Paris.

Hommage à la mémoire de Shireen Abu Akleh

«Nous avons décidé de réagir immédiatement sur les réseaux sociaux pour faire deux choses concrètes: créer une bourse au nom de Shireen Abu Akleh qui sera destinée à un homme et à une femme du monde arabe, journaliste ou souhaitant le devenir, et donner le nom de la défunte à la promotion ESJ 2022 de la section arabophone», nous révèle Guillaume Jobin.

«Nous honorons la mémoire de Shireen Abu Akleh car elle était palestinienne et journaliste de la première chaîne de télévision du monde arabe disposant du droit de travailler en Israël. Shireen Abu Akleh était aussi de nationalité américaine, nous révèle, de son côté, Noha Rashmawi, directrice générale de l’ESJ Paris et responsable de la section arabophone. «En assassinant Shireen Abu Akleh, ils ont voulu passer un message à l’ensemble du peuple palestinien, aux journalistes palestiniens et aux hommes libres du monde entier, celui de dire qu’ils ne peuvent pas être protégés (…). On a voulu supprimer la liberté d’expression, le droit à la parole. Shireen a été assassinée, son cercueil a été bafoué (…). Les soldats israéliens sont rentrés au sein de l’hôpital français, sous la protection du Vatican. Imaginez si un Palestinien avait osé entrer dans un hôpital israélien, protégé par le Vatican, qu’aurait fait le gouvernement français?», interroge-t-elle.  

«Je condamne la politique du gouvernement français sur ce sur terrain», poursuit-elle. «C’est une politique lâche et partisane (…). Nous demandons l’application du droit et des règles internationales qui ne sont pas respectés. Israël n’a jamais été sanctionné pour les crimes commis, comme celui de Mohammed al-Durah (le jeune adolescent âgé de 12 ans, tué dans les bras de son père en septembre 2000). C’est un fait qui a été rapporté par l’enquête du journaliste fanco-israëlien Charles Enderlin (ancien chef du bureau de France Télévision à Jérusalem pendant trente-quatre ans). Je parle en mon nom propre, Israël doit être condamné pour ce qu’il a fait et doit être jugé devant le tribunal international de la Haye», poursuit-elle en déplorant l’absence de réactions des gouvernements arabes.

«On ne peut pas se taire, laisser faire», conclut-elle en faisant le parallèle avec la situation en Ukraine. «Ce qui se passe en Ukraine est un crime et ce qui se passe en Palestine est aussi un crime, un crime qui dure depuis soixante-quinze ans. Ils (les Occidentaux) avaient été scandalisés par la mort de la journaliste américaine pendant les combats en Ukraine, Shireen Abou Akleh, elle aussi, était journaliste américano-palestinienne, assassinée alors qu’elle exerçait son métier. Je n’ai pas entendu un mot de l’Élysée à ce sujet», déplore Noha Rashmawi.

 


Ceinture verte ou opportunité foncière? A Paris, l'avenir du périphérique en débat

Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes. (AFP)
Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes. (AFP)
Short Url
  • Bientôt 50 ans - en 2023 - et toujours aussi important: l'anneau de 35 km qui encercle la capitale reste un axe de déplacement essentiel pour les Franciliens
  • Et aussi un vecteur de pollution de l'air, avec des seuils jusqu'à six fois supérieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et de bruit

PARIS: Anne Hidalgo veut faire du périphérique parisien, au menu d'un débat mardi au Conseil de Paris, une "ceinture verte" de la capitale. Mais la volonté de la maire de la capitale suscite des critiques, y compris au sein de sa majorité de gauche.

Bientôt 50 ans - en 2023 - et toujours aussi important: l'anneau de 35 km qui encercle la capitale reste un axe de déplacement essentiel pour les Franciliens, avec plus d'un million de déplacements par jour.

Et aussi un vecteur de pollution de l'air, avec des seuils jusqu'à six fois supérieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et de bruit, rappelle la maire socialiste de la capitale, qui veut en faire à l'horizon 2030 un "boulevard urbain".

Cette transformation passe par l'uniformisation de l'axe à deux fois trois voies, dont une réservée aux bus, taxis et covoiturage, la plantation de 50 000 arbres et le réaménagement des portes pour gommer son aspect de frontière entre Paris et sa banlieue.

La suppression d'une voie suscite l'opposition de la présidente de droite de la région, Valérie Pécresse, et la froide réserve du préfet de police, Didier Lallement, qui a rappelé en mai que la maire ne pouvait se passer de l'accord de l'Etat sur ce dossier.

Par la voix de Nicolas Jeanneté, l'opposition de droite demande à la municipalité de mettre en place un "schéma global de mobilité pour Paris et l'Ile-de-France au lieu d'empiler des plans qui ne se coordonnent pas".

«Cohérence» à gauche 

L'opposante Maud Gatel (MoDem) propose elle la fermeture de certaines bretelles d'accès pour réduire l'effet de congestion. Quant aux alliés communistes, ils réclament des solutions alternatives de transport, comme une ligne de métro circulaire ou la relance de la petite ceinture ferroviaire pour le fret.

Sur sa gauche, Anne Hidalgo doit surtout faire aux critiques non voilées de ses alliés écologistes.

Ils réclament l'abaissement de la vitesse maximale de 70 à 50 km/h - une promesse de campagne de la gauche en 2020, rappellent-ils - et un moratoire sur les constructions situées à moins de 150 m du périphérique.

Ces dernières années, "le travail des associations a démontré la disparition alarmante des espaces verts qui jouxtent le périphérique au profit de constructions, le plus souvent de bureaux", décochent-ils dans un texte.

Outre le besoin de vert, "il ne faut pas recréer une nouvelle frontière avec des nouveaux bureaux, comme on est en train de les créer porte de Montreuil et de Vincennes", dit à l'AFP l'élu EELV Emile Meunier, qui veut "arrêter d'exposer les salariés à la pollution".

Porte Maillot, Bruneseau, Bercy-Charenton: les écologistes se sont "régulièrement opposés aux projets de construction aux abords du périphérique", rappelle sa collègue Aminata Niakaté, pour qui "il faut de la cohérence entre ce qu'on dit et ce qu'on fait".

Ces fissures au sein de la majorité sont une aubaine pour l'opposition. "Les abords du périph' sont vus comme une manne financière" par l'exécutif de gauche, fustige Valérie Montandon (LR). Un constat partagé par Danielle Simonnet (LFI), qui cible "l'hypocrisie mensongère" d'Anne Hidalgo.

Des projets révisés 

Pour Nicolas Jeanneté (Les Centristes), l'abattage de plus de 70 arbres porte de Montreuil, où plusieurs immeubles de bureaux doivent sortir de terre, met ainsi à mal la "volonté illusoire de faire du périph' une ceinture verte".

L'héritage des années Missika, l'ancien adjoint à l'urbanisme à l'origine de projets aujourd'hui contestés, est lourd à porter pour son successeur Emmanuel Grégoire.

Vendredi, il a défendu sur Twitter le bilan "vert" des socialistes: parcs créés sur le périphérique recouvert porte des Lilas et de Vanves, friche ferroviaire convertie en éco-quartier avec un grand parc à Clichy-Batignolles.

Mettant en avant la remise à plat de Bercy-Charenton, le premier adjoint promet "50% de végétalisation dans les futures opérations d'aménagement" et "plus de 50% de logements sociaux" dans la réhabilitation des quartiers populaires en bordure de l'axe.

Gêné par l'annulation du permis de construire pour l'immeuble-pont dit "Mille arbres", que le tribunal administratif a jugé "susceptible de porter atteinte à la santé publique", M. Grégoire promet que "l'intégralité des projets urbains a été révisée" pour coller au futur plan local d'urbanisme.

Ce PLU doit aboutir en 2023 avec, promet-il, un "très haut niveau d'exigence sur le plan environnemental".


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.


Coquerel dénonce des «rumeurs infondées» sur son comportement envers les femmes

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette rumeur a été relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette
  • Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer

PARIS: Le député LFI Eric Coquerel, élu jeudi 30 juin président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonce dans une tribune au JDD dimanche des "rumeurs infondées" concernant son comportement envers les femmes.

"Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles", écrit M. Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant "obligé de prendre la parole pour la première fois".

Le comité contre les violences sexuelles de La France insoumise avait défendu jeudi le député Eric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, contre des "rumeurs sur son comportement avec les femmes", assurant n'avoir jamais reçu de signalement à son sujet.

"Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques", souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : "Rien n’est jamais sorti faute d’avoir trouvé un témoignage pouvant s’apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d’un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu’il me concernait, car il était visiblement bâclé".

Dès lors, écrit Eric Coquerel, "comment réagir à une rumeur qui n’est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d’enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l’expliquerait ?"

Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer, pour la première fois publiquement, par une intervention sur RTL cette semaine de l'auteure et militante Rokhaya Diallo. Cette dernière avait évoqué, sans plus de précisions, des "sources au sein de LFI" mettant en cause le comportement de M. Coquerel.