Crise humanitaire, terrorisme et coups d'Etat en Afrique: deux sommets de l'UA à Malabo

Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, s'exprime lors de la signature d'un protocole de coopération visant à étendre un partenariat de santé publique entre les États-Unis et l'UA au Département d'État, le vendredi 11 mars 2022, à Washington, DC. (AFP).
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, s'exprime lors de la signature d'un protocole de coopération visant à étendre un partenariat de santé publique entre les États-Unis et l'UA au Département d'État, le vendredi 11 mars 2022, à Washington, DC. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 mai 2022

Crise humanitaire, terrorisme et coups d'Etat en Afrique: deux sommets de l'UA à Malabo

  • Malabo assure qu'une vingtaine de chefs d'Etat sont attendus, au moment où l'UA estime que quelque 113 millions d'Africains ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence en 2022
  • «Environ 113 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire en Afrique dont 48 millions sont des réfugiés, des demandeurs d'asile et des déplacés internes», a détaillé le diplomate tchadien Moussa Faki Mahamat

MALABO : L'Union africaine (UA) a lancé mercredi les préparatifs de deux sommets extraordinaires consécutifs prévus en fin de semaine en Guinée équatoriale, le premier sur les crises humanitaires et le second sur le terrorisme et les "changements inconstitutionnels de gouvernement".

Malabo assure qu'une vingtaine de chefs d'Etat sont attendus, au moment où l'UA estime que quelque 113 millions d'Africains ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence en 2022, que le "terrorisme" jihadiste gagne tout le continent et après deux années marquées par quatre coups d'Etat reconnus comme tels par l'organisation panafricaine, qui a suspendu de ses instances le Mali, le Soudan, le Burkina Faso et la Guinée.

Les préparatifs ont commencé mercredi après-midi dans la capitale équato-guinéenne par la cérémonie d'ouverture d'une session du Conseil exécutif de l'UA et le discours du président de sa Commission, le diplomate tchadien Moussa Faki Mahamat, rapporte un journaliste de l'AFP.

Urgence pour 113 millions d'Africains

"Environ 113 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire en Afrique dont 48 millions sont des réfugiés, des demandeurs d'asile et des déplacés internes", a détaillé M. Faki Mahamat. Il s'agit d'un besoin d'aide "urgente" dans 15 pays africains les plus touchés par les crises, précise l'UA dans un communiqué. Le premier "Sommet humanitaire extraordinaire", qui réunira aussi des donateurs pour tenter de mobiliser des fonds, se tiendra vendredi.

Selon l'UA, "les besoins humanitaires augmentent rapidement en Afrique", notamment "à cause des chocs climatiques et des conflits (...) qui ont augmenté de manière exponentielle les besoins humanitaires".

Plus de 30 millions de personnes sont des déplacées internes sur le continent, dont plus de 10 millions d'enfants de moins de quinze ans, selon l'UA. En cause: les conflits intercommunautaires dans certaines régions, et l'insécurité alimentaire. 

Sur un continent qui compte 1,4 milliard d'habitants, environ 282 millions sont sous-alimentés, en augmentation de 49 millions par rapport à 2019, selon l'agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

«Gangrène»

Le second sommet, samedi, intitulé "Terrorisme et changements inconstitutionnels de gouvernement", abordera "le terrorisme, une gangrène qui infecte progressivement toutes les régions du continent, de la Libye au Mozambique, du Mali à la Somalie, en passant par le Sahel, le bassin du lac Tchad et l'est de la République démocratique du Congo", a poursuivi le président de la Commission de l'UA, ajoutant: "le terrorisme ne cesse d'étendre sa loi macabre avec des conséquences considérables sur les finances, les économies et la sécurité des populations".

"Quant aux changements inconstitutionnels de gouvernement, fléaux récents mais heureusement encore très localisés sur le continent, il vient marquer un recul des processus démocratiques engagés dans de nombreux pays depuis une vingtaine d'années", a déploré Faki Mahamat. "Les délais des transitions mis en place au lendemain de ces changements inconstitutionnels sont devenus des sources de dissension et parfois de tensions préjudiciables à la stabilité des Etats concernés et de leur voisinage", a-t-il conclu.

Militaires putschistes

Au Mali, au Soudan, en Guinée et au Burkina Faso, des militaires ont renversé des régimes civils ces deux dernières années. Les putschistes ont tous promis une transition vers un pouvoir civil mais parfois dans des délais indéterminés ou jugés trop longs par l'UA, mais aussi l'Union européenne ou des capitales occidentales, qui ont imposé parfois des sanctions aux juntes en place et, pour ce qui est de l'UA, suspendu leurs pays de ses instances jusqu'à la remise du pouvoir aux civils.

Le cas du Tchad pourrait également être évoqué par certains autres pays. Le 20 avril 2021, le jour de l'annonce de la mort du président Idriss Déby Itno, l'un de ses fils, le jeune général Mahamat Idriss Déby Itno, a pris les rênes du pays à la tête d'une junte de 15 généraux en limogeant le gouvernement, dissolvant le Parlement et abrogeant la Constitution.

L'UA, l'UE et la France l'ont immédiatement adoubé, quand elles vilipendaient et sanctionnaient les militaires putschistes ailleurs sur le continent, invoquant la promesse du nouveau président tchadien autoproclamé d'élections "libres et démocratiques" dans un délai de 18 mois, au terme d'un Dialogue de réconciliation nationale qui se fait toujours attendre 13 mois après la mort du maréchal Déby. Mahamat Déby a ensuite évoqué la possibilité de prolonger la "transition" de 18 mois supplémentaires.  


Répression des manifestations en Iran: les exécutions se multiplient

Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Short Url
  • Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», dit le fondateur de l’organisation Iran Human Rights
  • L'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques

DJEDDAH: Vendredi, des groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que le nombre d'exécutions en Iran avait plus que doublé au cours des six derniers mois, dans le cadre d'une nouvelle campagne destinée à intimider les manifestants hostiles au régime.

Entre le 1er janvier et le 30 juin, 251 Iraniens ont été pendus, contre 117 au cours du premier semestre de l'année dernière. La recrudescence des exécutions a coïncidé avec une série de manifestations menées à travers le pays pour dénoncer l'effondrement économique de l'Iran ainsi que la flambée des prix des denrées alimentaires de base comme le pain.

«Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», affirme Mahmood Amiry-Moghaddam, fondateur du groupe d'activistes Iran Human Rights basé en Norvège.

«Seules des réactions internationales plus fortes et des campagnes nationales peuvent augmenter le coût politique de ces exécutions et mettre fin à cette tendance croissante.»

Selon Amiry-Moghaddam, 137 de ces exécutions ont eu lieu depuis le début de la dernière vague de manifestations contre le régime en Iran, le 7 mai. Six femmes figurent parmi les personnes exécutées, et huit prisonniers ont été pendus à la prison de Rajai Shahr, à l'extérieur de Téhéran, rien que cette semaine.

Le groupe a précisé que son évaluation des exécutions ne comprenait que celles publiées dans les médias officiels ou confirmées par au moins deux sources indépendantes, ce qui signifie que le véritable bilan est probablement plus important.

Les défenseurs des droits de l'homme accusent également l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. L'organisation Iran Human Rights affirme avoir recensé l'exécution de 67 prisonniers appartenant à la minorité baloutche, principalement des musulmans sunnites qui vivent dans le sud-est du pays.

D'après le rapport annuel d'Amnesty International sur la peine de mort en 2021, au moins 19% des exécutions enregistrées en Iran concernent les Baloutches, qui ne représentent pourtant qu'environ 5% de la population.

L'exécution du 20 juin de Firuz Musalou, un Kurde condamné pour son appartenance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – un mouvement illégal qui mène une insurrection en Turquie – suscite également des inquiétudes. Sa condamnation a été exécutée en secret, sans que sa famille n'en soit informée.

Le mois dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exprimé son inquiétude face à l'augmentation du nombre d'exécutions. En effet, l'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques.

«La peine de mort continue d'être prononcée pour des charges qui ne relèvent pas des ‘crimes les plus graves’ et selon des modalités qui ne sont pas conformes aux normes d'équité des procès», indique Nada al-Nashif, haut-commissaire adjoint des Nations Unies aux droits de l'homme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Cour pénale internationale célèbre ses vingt ans avec une conférence de haut niveau

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan pose pour une photo au siège de la CPI à La Haye le 27 mai 2022. (AFP)
Le procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan pose pour une photo au siège de la CPI à La Haye le 27 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Intitulée « La Cour pénale internationale à 20 ans : Réflexions sur le passé, le présent et l’avenir », la conférence a rassemblé plus de 300 experts
  • Le 1er juillet 2002, la Cour pénale internationale est entrée en vigueur officiellement créée après ratification par 60 États

BEYROUTH: A l’occasion du vingtième anniversaire de la Cour pénale internationale (CPI), une conférence de haut niveau au World Forum Convention Center de La Haye (Pays-Bas) a eu lieu vendredi.

Le 1er juillet 2002, la Cour pénale internationale est entrée en vigueur officiellement créée après ratification par 60 États. Ceci a permis le début des opérations de la Cour dans le cadre de son mandat qui vise à assurer la responsabilité des auteurs des crimes les plus graves au regard du droit international, à contribuer à leur prévention et à rendre justice aux victimes.

Intitulée « La Cour pénale internationale à 20 ans : Réflexions sur le passé, le présent et l’avenir », la conférence a rassemblé plus de 300 experts d’organisations et de tribunaux internationaux, des barreaux, des représentants d'États, du milieu universitaire et de la société civile. 

Les panélistes ont discuté des réalisations de la Cour au cours de ses deux premières décennies, d'aspects spécifiques des opérations actuelles de la CPI et des domaines nécessitant un développement du système pénal international à l'avenir.

 «Rafraîchir le processus de justice internationale»

Marquant cette journée, le Président de la Cour, le juge Piotr Hofmański, a voulu célébrer «une cour internationale permanente et indépendante, dédiée à la lutte contre l'impunité pour les génocides, les crimes contre l'humanité , les crimes de guerre et le crime d'agression», invitant tous les États à «rejoindre la CPI, donner aux victimes partout dans le monde l'accès à la justice et aider à protéger l'humanité des atrocités».

Pour le Procureur de la CPI, Karim A. A. Khan QC, «c'est un moment pour faire une pause, réfléchir et essayer de rafraîchir le processus de la justice internationale».

«Nous devons tous essayer de faire mieux et de nous consacrer à nouveau à ces principes de justice qui appartiennent à toute l'humanité. Si nous travaillons de manière collective, je suis convaincu que la justice internationale peut accélérer et progresser et avoir l'impact requis. Le souhait doit également être que, dans les vingt années à venir, beaucoup puissent voir un monde meilleur, plus sûr et plus juste qu'il ne l'est pour tant de nos frères et sœurs aujourd'hui», a-t-il poursuivi.

Le Greffier de la CPI, Peter Lewis, a rappelé pour sa part qu’après 20 ans de fonctionnement, « la Cour est plus occupée que jamais à traiter des crimes qui choquent la conscience du monde ».

« Tout ce que nous avons accompli au cours des deux dernières décennies n'a été possible que grâce au soutien et à la coopération de nos États parties, des organisations internationales et de la société civile. Alors que nous sommes confrontés à de nouveaux défis, cette coopération et ce soutien sont plus importants que jamais », a-t-il ajouté.


A Kiev, les combattants géorgiens en formation sur le droit international

«Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme de Poutine», déclarait fin mai le député ukrainien Aleko Elisachvili  (à gauche). (photo,AFP)
«Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme de Poutine», déclarait fin mai le député ukrainien Aleko Elisachvili (à gauche). (photo,AFP)
Short Url
  • L'événement est organisé à Kiev par une ONG suisse, «Appel de Genève», dont le rôle est notamment de transmettre des rudiments de droit international aux combattants étrangers venus aider les Ukrainiens
  • Environ 800 combattants de quelques 32 pays, sont mobilisés depuis plusieurs mois dans le sud-est de l'Ukraine

KIEV : Son avant-bras est tatoué: «N'oublie jamais, ne pardonne jamais» y est écrit. Le chef de la Légion nationale géorgienne, Mamouka Mamoulachvili, écoute attentivement une présentation sur la nécessité pour les combattants étrangers en Ukraine de respecter le droit international.

L'événement est organisé à Kiev par une ONG suisse, «Appel de Genève», dont le rôle est notamment de transmettre des rudiments de droit international aux combattants étrangers venus aider les Ukrainiens pour faire face à l'armée russe, résume Marie Lequin, cheffe de la «région Eurasie».

Dans la petite salle, Mamoulachvili ne passe pas inaperçu, tout comme le drapeau de la Légion, une tête de loup entouré du drapeau ukrainien. A l'aise en anglais, il dirige environ 800 combattants de quelques 32 pays, mobilisés depuis plusieurs mois dans le sud-est de l'Ukraine.

«Aujourd'hui, il s'agit d'une étape dans un processus d'+engagement humanitaire+, pour mettre en place un dialogue avec des formations armées pour susciter un changement de comportement» sur le terrain, détaille Lequin, au moment de la signature d'un document engageant les combattants géorgiens à respecter le droit international.

- «Lignes floues» -

A Kiev, Lequin souhaite mettre en garde contre d'éventuelles «lignes floues» dans la guerre, soulignant «l'importance que le travail humanitaire soit séparé des opérations militaires».

Mamoulachvili se défend, lui, de toute confusion: le travail de ses hommes et des ONG est complémentaire, selon lui.

Il affirme que ses équipes «fournissent de la nourriture» aux populations locales, «que les ONG distribuent ensuite aux habitants», dans une synergie positive.

Le travail d'évacuation des civils des zones dangereuses est également en partie du ressort des troupes de Mamoulachvili: «Nous avons sauvé des civils dans des zones bombardées par les Russes», affirme-t-il au cours des échanges.

«On le fait avec des voitures que l'on a acheté avec nos propres moyens et qui ne sont pas blindées», tient-il à dire.

- «Violation grave» -

«Cela reste déroutant d'un point de vue d'un civil de comprendre si vous êtes là pour aider humanitairement ou si vous êtes là pour diriger des opérations militaires pour protéger les civils», lance toutefois Lequin à Mamoulachvili.

Pour elle, «c'est très difficile de savoir si la présence de ces soldats» peut faire des ONG qui opèrent sur le terrain «des cibles ou pas».

Depuis le début de l'invasion russe, certains combattants ukrainiens ont en effet utilisé des écoles pour héberger des soldats ou des bus autrefois utilisés pour les écoliers pour transporter des militaires, a constaté l'AFP, en faisant des cibles importantes pour les Russes.

Mais pour Mamoulachvili, le problème vient des Russes, qui «violent toutes les règles» et qu'il accuse d'utiliser de «fausses» ONG pour transporter des armes sur le sol ukrainien, «une violation grave» et une «perfidie» à ses yeux.

En attendant, Lequin et son organisation tentent de «documenter» les crimes de guerre imputés par Kiev et ses alliés occidentaux à l'armée russe -- que Moscou rejette -- car la guerre s'arrêtera et «ira au tribunal à un moment», selon elle.

Sur le terrain, Mamoulachvili et ses hommes font face ces derniers temps à la puissance de feu russe.

«Les combats sont de plus en plus compliqués pour nous car la Russie utilise désormais uniquement son artillerie, et n'est plus dans une stratégie de combats rapprochés», dit-il.

«L'Ukraine doit protéger sa population civile mais le pays se fait bombarder quotidiennement et on n'a pas d'armes pour y répondre», déplore-t-il, appelant la communauté internationale à donner plus d'armes lourdes pour contrecarrer les plans russes.