Nucléaire iranien: l'accord ne restera pas «indéfiniment sur la table»

La ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna, s'exprime lors d'une conférence de presse avec le ministre allemand des Affaires étrangères au ministère des Affaires étrangères à Berlin le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
La ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna, s'exprime lors d'une conférence de presse avec le ministre allemand des Affaires étrangères au ministère des Affaires étrangères à Berlin le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 26 mai 2022

Nucléaire iranien: l'accord ne restera pas «indéfiniment sur la table»

  • Washington assure que cette sanction, décidée par Donald Trump après le retrait de l'accord, n'a aucun lien avec le nucléaire et ne peut être discutée dans le cadre de ces négociations
  • Les chances de parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien s'amenuisent

PARIS: La France a estimé mercredi que ce serait "une erreur grave et dangereuse" de considérer que l'accord sur le nucléaire iranien restera "indéfiniment sur la table", alors que les négociations entre Téhéran et les grandes puissances sont bloquées.

"Pas plus que ses partenaires, la France n’acceptera que l’Iran acquière une capacité nucléaire militaire. Nous appelons les parties à adopter une approche responsable et à prendre urgemment les décisions nécessaires à la conclusion de cet accord", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un point de presse électronique.

"Ce serait une erreur grave et dangereuse de considérer qu’il pourra rester indéfiniment sur la table, alors que les avancées du programme (nucléaire iranien, ndlr), qui se poursuit au même rythme soutenu, risquent de le priver de ses bénéfices de non-prolifération", a-t-il ajouté.

Le JCPOA (acronyme de l'accord de 2015) qui prévoit des restrictions drastiques au programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions internationales, est moribond depuis le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump.

L'élection de Joe Biden à la Maison Blanche a permis de relancer les efforts pour faire revivre l'accord, mais les négociations sont à l'arrêt depuis deux mois alors même qu'un projet de texte semblait à portée de signature.

L'un des derniers obstacles est la demande de Téhéran que les Etats-Unis retirent les Gardiens de la Révolution, son armée idéologique, de la liste noire américaine des "organisations terroristes étrangères".

Washington assure que cette sanction, décidée par Donald Trump après le retrait de l'accord, n'a aucun lien avec le nucléaire et ne peut être discutée dans le cadre de ces négociations.

Les chances de parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien s'amenuisent, a prévenu mercredi le négociateur américain en charge du dossier.

"Aujourd'hui, les chances de succès des négociations sont inférieures aux chances d'échec, et c'est à cause d'exigences excessives de l'Iran auxquelles nous ne céderons pas", a déclaré Rob Malley, qui dirige depuis plus d'un an des négociations indirectes avec l'Iran à Vienne, devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain.


Répression des manifestations en Iran: les exécutions se multiplient

Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Short Url
  • Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», dit le fondateur de l’organisation Iran Human Rights
  • L'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques

DJEDDAH: Vendredi, des groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que le nombre d'exécutions en Iran avait plus que doublé au cours des six derniers mois, dans le cadre d'une nouvelle campagne destinée à intimider les manifestants hostiles au régime.

Entre le 1er janvier et le 30 juin, 251 Iraniens ont été pendus, contre 117 au cours du premier semestre de l'année dernière. La recrudescence des exécutions a coïncidé avec une série de manifestations menées à travers le pays pour dénoncer l'effondrement économique de l'Iran ainsi que la flambée des prix des denrées alimentaires de base comme le pain.

«Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», affirme Mahmood Amiry-Moghaddam, fondateur du groupe d'activistes Iran Human Rights basé en Norvège.

«Seules des réactions internationales plus fortes et des campagnes nationales peuvent augmenter le coût politique de ces exécutions et mettre fin à cette tendance croissante.»

Selon Amiry-Moghaddam, 137 de ces exécutions ont eu lieu depuis le début de la dernière vague de manifestations contre le régime en Iran, le 7 mai. Six femmes figurent parmi les personnes exécutées, et huit prisonniers ont été pendus à la prison de Rajai Shahr, à l'extérieur de Téhéran, rien que cette semaine.

Le groupe a précisé que son évaluation des exécutions ne comprenait que celles publiées dans les médias officiels ou confirmées par au moins deux sources indépendantes, ce qui signifie que le véritable bilan est probablement plus important.

Les défenseurs des droits de l'homme accusent également l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. L'organisation Iran Human Rights affirme avoir recensé l'exécution de 67 prisonniers appartenant à la minorité baloutche, principalement des musulmans sunnites qui vivent dans le sud-est du pays.

D'après le rapport annuel d'Amnesty International sur la peine de mort en 2021, au moins 19% des exécutions enregistrées en Iran concernent les Baloutches, qui ne représentent pourtant qu'environ 5% de la population.

L'exécution du 20 juin de Firuz Musalou, un Kurde condamné pour son appartenance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – un mouvement illégal qui mène une insurrection en Turquie – suscite également des inquiétudes. Sa condamnation a été exécutée en secret, sans que sa famille n'en soit informée.

Le mois dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exprimé son inquiétude face à l'augmentation du nombre d'exécutions. En effet, l'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques.

«La peine de mort continue d'être prononcée pour des charges qui ne relèvent pas des ‘crimes les plus graves’ et selon des modalités qui ne sont pas conformes aux normes d'équité des procès», indique Nada al-Nashif, haut-commissaire adjoint des Nations Unies aux droits de l'homme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Kiev, les combattants géorgiens en formation sur le droit international

«Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme de Poutine», déclarait fin mai le député ukrainien Aleko Elisachvili  (à gauche). (photo,AFP)
«Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme de Poutine», déclarait fin mai le député ukrainien Aleko Elisachvili (à gauche). (photo,AFP)
Short Url
  • L'événement est organisé à Kiev par une ONG suisse, «Appel de Genève», dont le rôle est notamment de transmettre des rudiments de droit international aux combattants étrangers venus aider les Ukrainiens
  • Environ 800 combattants de quelques 32 pays, sont mobilisés depuis plusieurs mois dans le sud-est de l'Ukraine

KIEV : Son avant-bras est tatoué: «N'oublie jamais, ne pardonne jamais» y est écrit. Le chef de la Légion nationale géorgienne, Mamouka Mamoulachvili, écoute attentivement une présentation sur la nécessité pour les combattants étrangers en Ukraine de respecter le droit international.

L'événement est organisé à Kiev par une ONG suisse, «Appel de Genève», dont le rôle est notamment de transmettre des rudiments de droit international aux combattants étrangers venus aider les Ukrainiens pour faire face à l'armée russe, résume Marie Lequin, cheffe de la «région Eurasie».

Dans la petite salle, Mamoulachvili ne passe pas inaperçu, tout comme le drapeau de la Légion, une tête de loup entouré du drapeau ukrainien. A l'aise en anglais, il dirige environ 800 combattants de quelques 32 pays, mobilisés depuis plusieurs mois dans le sud-est de l'Ukraine.

«Aujourd'hui, il s'agit d'une étape dans un processus d'+engagement humanitaire+, pour mettre en place un dialogue avec des formations armées pour susciter un changement de comportement» sur le terrain, détaille Lequin, au moment de la signature d'un document engageant les combattants géorgiens à respecter le droit international.

- «Lignes floues» -

A Kiev, Lequin souhaite mettre en garde contre d'éventuelles «lignes floues» dans la guerre, soulignant «l'importance que le travail humanitaire soit séparé des opérations militaires».

Mamoulachvili se défend, lui, de toute confusion: le travail de ses hommes et des ONG est complémentaire, selon lui.

Il affirme que ses équipes «fournissent de la nourriture» aux populations locales, «que les ONG distribuent ensuite aux habitants», dans une synergie positive.

Le travail d'évacuation des civils des zones dangereuses est également en partie du ressort des troupes de Mamoulachvili: «Nous avons sauvé des civils dans des zones bombardées par les Russes», affirme-t-il au cours des échanges.

«On le fait avec des voitures que l'on a acheté avec nos propres moyens et qui ne sont pas blindées», tient-il à dire.

- «Violation grave» -

«Cela reste déroutant d'un point de vue d'un civil de comprendre si vous êtes là pour aider humanitairement ou si vous êtes là pour diriger des opérations militaires pour protéger les civils», lance toutefois Lequin à Mamoulachvili.

Pour elle, «c'est très difficile de savoir si la présence de ces soldats» peut faire des ONG qui opèrent sur le terrain «des cibles ou pas».

Depuis le début de l'invasion russe, certains combattants ukrainiens ont en effet utilisé des écoles pour héberger des soldats ou des bus autrefois utilisés pour les écoliers pour transporter des militaires, a constaté l'AFP, en faisant des cibles importantes pour les Russes.

Mais pour Mamoulachvili, le problème vient des Russes, qui «violent toutes les règles» et qu'il accuse d'utiliser de «fausses» ONG pour transporter des armes sur le sol ukrainien, «une violation grave» et une «perfidie» à ses yeux.

En attendant, Lequin et son organisation tentent de «documenter» les crimes de guerre imputés par Kiev et ses alliés occidentaux à l'armée russe -- que Moscou rejette -- car la guerre s'arrêtera et «ira au tribunal à un moment», selon elle.

Sur le terrain, Mamoulachvili et ses hommes font face ces derniers temps à la puissance de feu russe.

«Les combats sont de plus en plus compliqués pour nous car la Russie utilise désormais uniquement son artillerie, et n'est plus dans une stratégie de combats rapprochés», dit-il.

«L'Ukraine doit protéger sa population civile mais le pays se fait bombarder quotidiennement et on n'a pas d'armes pour y répondre», déplore-t-il, appelant la communauté internationale à donner plus d'armes lourdes pour contrecarrer les plans russes.


Washington et les talibans ont discuté du déblocage de fonds après le séisme

Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid à Kaboul le 30 juin 2022 (Photo, AFP).
Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid à Kaboul le 30 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Washington veut s'assurer que ces fonds soient utilisés à des fins humanitaires
  • Rina Amiri, a indiqué sur Twitter qu'elle avait refusé d'assister aux discussions

WASHINGTON: Les Etats-Unis et les talibans, au pouvoir en Afghanistan, ont poursuivi cette semaine leurs discussions à Doha sur le déblocage d'aide après un récent tremblement de terre meurtrier, a indiqué vendredi le département d'Etat américain.

Les talibans cherchent un moyen de débloquer une partie des réserves afghanes déposées à l'étranger - gelée par les Etats-Unis - suite au séisme. Washington veut s'assurer que ces fonds soient utilisés à des fins humanitaires.

Pendant les rencontres mercredi et jeudi, les Etats-Unis ont réitéré une promesse antérieure de 55 millions de dollars de nouvelle aide pour les secours après le tremblement de terre, a déclaré le département d'Etat dans un communiqué.

Et "les deux parties ont discuté en détail des actions américaines visant à préserver 3,5 milliards de dollars de réserves de la banque centrale afghane au profit du peuple afghan", selon le texte.

Les Etats-Unis, dont la délégation était menée par le représentant spécial pour l'Afghanistan, Thomas West, ont aussi fait part d'"inquiétudes concernant l'ingérence accrue des talibans dans la fourniture de l'aide humanitaire" et "la transparence dans la fourniture des services".

Après la prise du pouvoir par les talibans en août 2021, Washington avait saisi en février sept milliards de dollars de réserves de la banque centrale afghane déposés aux Etats-Unis.

Joe Biden souhaitait que la moitié de cette somme soit réservée à l'indemnisation des familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et l'autre moitié à de l'aide humanitaire à l'Afghanistan, mais versée de manière à ce que l'argent ne tombe pas aux mains des talibans.

Or le pays, déjà touché par une crise économique sévère, a été frappé par un séisme d'une magnitude de 5,9 dans l'est du pays, faisant plus de 1.000 morts.

Les Etats-Unis ont également dit lors des discussions soutenir "les demandes du peuple afghan pour que les filles soient autorisées à retourner à l'école et que les femmes soient autorisées à travailler, à contribuer à la croissance économique du pays, à se déplacer et à s'exprimer librement", d'après le communiqué.

Toutefois, l'envoyée spéciale des Etats-Unis pour les droits des femmes afghanes, Rina Amiri, a indiqué sur Twitter qu'elle avait refusé d'assister aux discussions.

Bien qu'elle ait affirmé soutenir le fait d'évoquer certaines questions avec les talibans pour améliorer la vie des Afghans, elle s'est dite "gravement préoccupée par les actions (...) des talibans dans les domaines que mon bureau supervise et déçue qu'un engagement international solide à ce stade n'ait pas produit de résultats significatifs pour les femmes, les filles et les populations à risque afghanes".