Des patients incapables de payer leur hospitalisation au Liban

Un bureau de change compte des billets en dollars américains à côté de livres libanaises dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 24 mai 2022 (Photo, Reuters).
Un bureau de change compte des billets en dollars américains à côté de livres libanaises dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 24 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Samedi 28 mai 2022

Des patients incapables de payer leur hospitalisation au Liban

  • Un responsable de la Croix-Rouge met en garde contre le manque de médicaments
  • L'agence de notation américaine Fitch a averti que la sortie du Liban du défaut de paiement de sa dette restait difficile après des élections parlementaires non concluantes

BEYROUTH: La crise du taux de change du dollar au Liban empêche les patients de payer leur hospitalisation, le taux de change au marché noir ayant atteint 37 000 livres libanaises vendredi.

Des médecins, des patients et des propriétaires d'hôpitaux, qui ont manifesté jeudi à proximité des ministères et de la Banque centrale dans la rue Hamra, ont demandé que les comptes en dollars des hôpitaux et des médecins soient débloqués et ont prévenu que la situation allait évoluer.

Le secrétaire général de la Croix-Rouge, Georges Kettaneh, a déclaré qu'il était important de «penser davantage à sécuriser les médicaments pour les maladies graves et chroniques car la situation est devenue très alarmante».

Il a ajouté que les bénévoles de la Croix-Rouge ont parfois remarqué que les patients transportés à l'hôpital étaient en mauvais état, parce qu'ils ne trouvaient pas les médicaments dont ils avaient besoin.

EZ
Des travailleurs enlèvent des sections de la barrière en béton à l'entrée du parlement (Photo, AFP).

La couverture médicale disponible par le biais de la sécurité sociale et d'autres institutions d'assurance ne garantit plus qu'une fraction des dépenses médicales. Auparavant, elle couvrait entre 75 et 100 % des frais.

Mohammed Karaki, directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale, a averti: «Les hôpitaux privés insinuant qu'ils pourraient demander aux patients de payer l'intégralité de la facture de l'hôpital et percevoir eux-mêmes le montant par la suite auprès des compagnies d'assurance constituent une intimidation inappropriée.»

Les hôpitaux protestent contre leur incapacité à collecter des fonds auprès des banques et, par conséquent, leur incapacité à fournir des services médicaux aux patients couverts par les assurances.

«Les tarifs d'assurance et tous les autres acteurs de l'assurance ne peuvent plus se conformer à la réalité dans les circonstances actuelles. Toutefois, diverses idées sont envisagées, notamment la possibilité d'arrêter la fourniture de médicaments dans le but de se concentrer sur l'hospitalisation pour garantir les prix réels, de sorte que les hôpitaux ne facturent pas des frais supplémentaires aux patients, sauf dans les cas prévus par la loi», a indiqué Karaki.

La crise économique actuelle modifie également le paysage des quartiers de Beyrouth et de sa banlieue.

De nombreux magasins ont préféré être dans l'obscurité plutôt que d'avoir un abonnement à un générateur parce qu'ils ne pouvaient pas couvrir son coût à cause de la baisse des ventes, a révélé une personne.

Les gens doivent acheter de l'eau dans des citernes privées en raison des pannes. Mais les propriétaires de citernes facturent leurs clients en dollars compte tenu du coût de l'essence.

Jeudi et vendredi, des grèves et des protestations ont été organisées par le personnel du secteur médical et des soins de santé, des patients, des chauffeurs de taxi, des propriétaires de boulangeries, ainsi que des prestataires de la sécurité et de l'armée, qui protestaient contre la politique monétaire qui avait amené le Liban au point de rupture.

Les hôpitaux ont poursuivi leurs grèves vendredi et ont suspendu tous les services, à l'exception des admissions d'urgence.

Les chauffeurs de taxi ont bloqué les routes sur le pont Ring, au cœur de Beyrouth, paralysant les intersections entre l'est et l'ouest de la capitale, pour protester contre la flambée des prix de l'essence et du diesel.

Ces prix dépassent la capacité du grand public, ce qui entraîne des coupures de courant supplémentaires dans les foyers qui dépendent des abonnements aux générateurs diesel pour assurer un éclairage minimal.

La facture mensuelle est maintenant facturée en dollars et s'élève à au moins 40 dollars.

Les propriétaires de boulangeries ont manifesté devant le ministère de l'économie pour demander que le blé soit assuré pour les moulins et que le prix d'un paquet de pain soit proportionnel au taux de change.

Un paquet de pain de taille moyenne valait 15 000 LBP vendredi.

«Le prix d’un paquet de pain a été soumis au taux de change élevé du dollar», a affirmé Antoine                             Saïf, chef du syndicat des propriétaires de boulangeries au Mont-Liban.

Les stations-service ont été fermées vendredi et le syndicat des propriétaires a appelé à une manifestation pour exiger une solution radicale à la situation actuelle, car il ne peut plus supporter les lourdes pertes.

Georges Brax, porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service, a déclaré que les banques ne cessaient de retarder le paiement des cotisations en dollars des sociétés importatrices de pétrole, qui représentent le prix de l'essence importée, selon la plateforme Sayrafa.

Brax a affirmé que les banques continuaient également à retarder les autorisations préalables de la Banque centrale, ce qui aurait pour conséquence la poursuite du rationnement des livraisons de gaz sur le marché local par ces sociétés et une diminution de la disponibilité du gaz pour le consommateur dans les stations, malgré la présence de faibles quantités dans les entrepôts libanais.

«Cela entraînera sans aucun doute le retour de la crise, ce que personne ne souhaite», a-t-il prévenu.

Des discussions ont lieu au siège du Conseil économique et social pour étudier comment améliorer les revenus des personnes travaillant dans le secteur privé.

Les entités économiques et l'Union générale du travail discutaient de l'érosion du pouvoir d'achat et du fardeau de la vie en raison du taux de change élevé du dollar, a signalé Mohammed Choucair, chef des organes économiques.

Il a ajouté: «Nous nous dirigeons vers le renforcement de ces revenus.»

L'agence de notation américaine Fitch a averti que la sortie du Liban du défaut de paiement de sa dette restait difficile après des élections parlementaires non concluantes.

Dans un rapport, l'agence a souligné que la réalité actuelle compliquait davantage la capacité du pays à mettre en œuvre des réformes financières et économiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Trafic de drogue au Liban: L’armée intervient pour stopper une fusillade

Des drapeaux palestiniens flottent dans le camp de réfugiés de Burj al-Barajneh, à Beyrouth, au Liban, le 24 juin 2019 (Photo, Reuters).
Des drapeaux palestiniens flottent dans le camp de réfugiés de Burj al-Barajneh, à Beyrouth, au Liban, le 24 juin 2019 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les troupes libanaises ont dû intervenir pour mettre fin aux combats dans une zone adjacente au camp de réfugiés palestiniens de Bourj al-Barajneh
  • Les affrontements ont éclaté lors d'une dispute entre membres de familles rivales

BEYROUTH: Des familles rivales de trafiquants de drogues ont semé le chaos dans le sud de Beyrouth mardi lors d’affrontements violents à l’aide de mitrailleuses et de mortiers.
Les troupes libanaises ont dû intervenir pour mettre fin aux combats dans une zone adjacente au camp de réfugiés palestiniens de Bourj al-Barajneh, des membres des deux familles s’étant retrouvés mêlés à un conflit lié au trafic de drogue.
Les affrontements ont initialement éclaté lundi en fin de journée lorsque Hassan Jaafar, un présumé trafiquant de drogue syrien de mère libanaise, s’est disputé avec les membres d'une famille rivale vivant dans la même zone, connue sous le nom de quartier Baalbekien.
Samir Abou Afach, un responsable de l'Organisation de libération de la Palestine et du mouvement Fatah à Beyrouth, a révélé à Arab News que Jaafar a commencé à «tirer au hasard en direction du camp» à cause d'un différend avec d'autres tireurs.
«Nous craignions un plan contre le camp», a-t-il prévenu.
Abou Afach a déclaré que l'OLP s'est engagée à ne pas s'ingérer dans les affaires libanaises, ni à impliquer les camps de réfugiés dans les différends entre les Palestiniens et les Libanais.
«Nous avons donc contacté l'armée libanaise et le Hezbollah pour mettre fin aux affrontements. Mais les combats se sont poursuivis toute la nuit et par intermittence jusqu'à ce que l'armée intervienne au matin et pénètre dans le refuge construit par Jaafar pour son gang il y a des années et arrête deux personnes. Jaafar est toujours en fuite.»
«Le Hezbollah et le Mouvement Amal ont souligné à plusieurs reprises qu'ils ne fournissaient pas de couverture à Jaafar, et lorsqu'ils interviennent, il fait généralement profil bas pendant un certain temps. Jaafar a réussi à se faire un nom dans la région et à faire passer des matériaux interdits dans le camp, notamment des matériaux de construction et des drogues», a-t-il ajouté.
L'armée aurait saisi des objets volés, dont des motos, lors de ce raid.
Le camp de Bourj al-Barajneh abrite plus de 35 000 réfugiés palestiniens, ainsi que quelques Syriens et Palestiniens qui ont fui la Syrie.
Les forces de sécurité libanaises luttent contre les trafiquants de drogue dans les quartiers adjacents au camp. Selon une source sécuritaire, les dealers et les distributeurs encouragent les personnes de cette zone à vendre leur drogue.
Les refuges pour les trafiquants et les fugitifs sont courants dans diverses régions libanaises, notamment dans les zones du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth et dans le nord de la Bekaa, bien que le parti affirme n'avoir rien à voir avec eux.
Le problème semble s'être aggravé ces derniers mois, les trafiquants de drogue menaçant même les services de sécurité.
Le lieutenant-colonel Ibrahim Rachid, chef du bureau régional de lutte contre les stupéfiants à Tripoli, a affirmé que les statistiques montraient une augmentation du nombre de toxicomanes et de trafiquants depuis 2016.
Le problème met à rude épreuve les systèmes sécuritaire et judiciaire libanais, a-t-il ajouté.
«Les toxicomanes constituent une menace pour la vie d'autrui et pour la sécurité de la société dans leur quête de vol, de fraude, de criminalité et d'agression», a-t-il signalé.
La juge d'instruction du Liban-Nord, Samaranda Nassar, a déclaré lors d'un récent séminaire sur le problème de la drogue au Liban que l'augmentation des taux de dépendance entraîne une hausse des vols et des meurtres dans le pays.
«Nous sommes confrontés à de nouveaux types de drogues destinés aux jeunes et aux adolescents, ainsi qu'à des drogues numériques qui ne sont pas moins dangereuses que les drogues traditionnelles par leur effet de confusion sur le cerveau humain», a-t-elle averti.
«Des peines plus sévères doivent être imposées aux trafiquants de drogue. Je suis déterminée à prendre les décisions appropriées et à sanctionner les criminels.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Un an de prison pour un journaliste ayant refusé de dévoiler ses sources

Le journaliste tunisien Khalifa Guesmi (Photo, Instagram: @khalifagasmi).
Le journaliste tunisien Khalifa Guesmi (Photo, Instagram: @khalifagasmi).
Short Url
  • Khalifa Guesmi avait été arrêté pendant une semaine en mars puis libéré au nom d'une loi antiterroriste
  • Le journaliste, qui travaille comme reporter restera en liberté provisoire en attendant l'audience en appel

TUNIS: La justice tunisienne a condamné mardi à un an de prison un journaliste d'une radio privée pour avoir refusé de dévoiler ses sources, a annoncé son employeur, Mosaïque FM.

Le journaliste, qui travaille comme reporter pour cette radio à Kairouan (centre), restera en liberté provisoire en attendant l'audience en appel.

Khalifa Guesmi avait été arrêté pendant une semaine en mars puis libéré au nom d'une loi antiterroriste, après la publication sur le site de la station d'une information portant sur le démantèlement d'une "cellule terroriste" et l'arrestation de ses membres. Il a refusé de divulguer ses sources aux forces de sécurité.

La justice a également prononcé une autre peine de trois ans de prison contre un agent de sécurité dans la même affaire, selon la même source.

Dans un communiqué diffusé avant l'annonce du verdict, le Syndicat des journalistes tunisiens (SNJT) a réclamé "l'arrêt des poursuites" contre ce journaliste et "l'abandon de toutes les charges liées à l'exercice professionnel de son métier".

Le syndicat a aussi appelé au "respect de la liberté du travail journalistique et de ses garanties, notamment la protection des sources, la liberté de publication et la liberté d'expression".


Syrie: Washington veut dissuader Ankara de mener une offensive terrestre

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Short Url
  • Les États-Unis maintiennent quelque 900 soldats dans le nord-est syrien, aux côtés des FDS
  • Les Forces démocratiques syriennes ont joué un rôle clé dans les combats de la coalition internationale antidjihadiste

WASHINGTON: Une opération terrestre de la Turquie en Syrie risquerait de "compromettre" les acquis de la guerre contre le groupe État islamique (EI) dans ce pays, a estimé mardi le porte-parole du Pentagone, appelant Ankara à la retenue.

La Turquie a lancé le 20 novembre une série de raids aériens dans le nord-est de la Syrie sur des positions de combattants kurdes membres de groupes qualifiés de "terroristes" par Ankara. Et son président Recep Tayyip Erdogan a réitéré la semaine dernière son intention d'ordonner, "le moment venu", une offensive terrestre.

"Une poursuite des combats, et plus particulièrement une offensive terrestre, compromettrait gravement les gains durement acquis dans la lutte contre l'EI et déstabiliserait la région", a déclaré à la presse le général Pat Ryder.

La possibilité d'une opération terrestre "continue de nous inquiéter (...) et nous appelons à la retenue", a ajouté le porte-parole du ministère américain de la Défense, tout en reconnaissant la légitimité des exigences de sécurité d'Ankara.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS, dominées par les Kurdes), qui contrôlent le nord-est de la Syrie, ont joué un rôle clé dans les combats de la coalition internationale antidjihadiste qui a délogé les combattants de l'EI de la région.

La Turquie a lancé ses raids après un attentat qui a fait six morts et des dizaines de blessés à Istanbul le 13 novembre, accusant les Kurdes de l'avoir commandité, ce qu'ils ont démenti.

Le général Ryder a précisé que les soldats américains encore déployés dans le nord-est de la Syrie avaient réduit leurs patrouilles communes avec leurs alliés des FDS. "Nous avons réduit le nombre de patrouilles parce que (...) nous les effectuons en partenariat avec les FDS et que celles-ci ont réduit leurs patrouilles", a-t-il expliqué.

Les États-Unis maintiennent quelque 900 soldats dans le nord-est syrien, aux côtés des FDS.