«Le Bleu du Caftan» remporte le Prix de la Critique Internationale au Festival Cannes

Le film est produit par Nabil Ayouch et coproduit par Amine Benjelloun, “Le Bleu du Caftan” (Photo, Le Matin).
Le film est produit par Nabil Ayouch et coproduit par Amine Benjelloun, “Le Bleu du Caftan” (Photo, Le Matin).
Short Url
Publié le Dimanche 29 mai 2022

«Le Bleu du Caftan» remporte le Prix de la Critique Internationale au Festival Cannes

  • Nouvelle consécration pour le cinéma marocain à Cannes !
  • Le film de la réalisatrice marocaine Maryam Touzani, «Le Bleu du Caftan» vient de remporter le Prix de la Critique Internationale

A quelques heures de la révélation du palmarès du 75e Festival de Cannes, La Fédération Internationale de la Presse Cinématographique (FIPRESCI) a décerné le Prix de la Critique Internationale au long-métrage «Le Bleu du Caftan» de Maryam Touzani.

Projeté jeudi dernier en avant première mondiale à Cannes, dans la sélection officielle « Un Certain Regard », avec 18 autres films du monde entier, “Le Bleu du Caftan” a reçu un très bel accueil après projection, beaucoup d’émotion dans les yeux des spectateurs et une standing ovation de plus de 15 minutes. 

Produit par Nabil Ayouch et coproduit par Amine Benjelloun, “Le Bleu du Caftan” est un long-métrage poignant, qui parle de transmission, de tradition et d’amour, au sens le plus large du terme.

Lire la suite  

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Trois films marocains primés au Festival de Cannes 2023

Trois films remportent des prix reflétant la créativité et le talent des artistes nationaux (Photo, Le Matin).
Trois films remportent des prix reflétant la créativité et le talent des artistes nationaux (Photo, Le Matin).
Short Url
  • La réalisatrice Asmae El Moudir a remporté le Prix de la mise en scène de la section «Un Certain Regard» pour son documentaire «Kadib abyad»
  • «Kadib Abyad» raconte l’histoire d’Asmae, jeune réalisatrice marocaine, qui se rend chez ses parents à Casablanca pour les aider à déménager

Le cinéma marocain se distingue à la 76e édition du Festival de Cannes organisée du 16 au 27 mai 2023. Trois films remportent des prix reflétant la créativité et le talent des artistes nationaux.

Deux Prix pour un documentaire exceptionnel
La réalisatrice Asmae El Moudir a remporté le Prix de la mise en scène de la section «Un Certain Regard» pour son documentaire «Kadib abyad» (la mère de tous les mensonges). Ce film a également eu, ex-aequo avec «Les Filles d’Olfa» de la tunisienne Kaouther Ben Hania, le Prix de L’Œil d’or attribué par un jury présidé par la cinéaste américaine Kirsten Johnson. «Ça n'a pas été facile, ça fait dix ans que je travaille sur ce film, je suis heureuse d'être récompensée, mais tout le Maghreb et tout le Maroc est récompensé aujourd’hui», a déclaré la réalisatrice marocaine en remerciant toutes les personnes qui l’ont soutenue dans cette expérience.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


À quoi ressemblera la nouvelle Turquie ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à ses partisans après les premiers résultats des sondages à la sortie du second tour de l'élection présidentielle à Istanbul (Photo, Reuters).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à ses partisans après les premiers résultats des sondages à la sortie du second tour de l'élection présidentielle à Istanbul (Photo, Reuters).
Short Url
  • La région devra faire face à une troisième décennie d'Erdogan en Turquie, qui a aujourd'hui 69 ans
  • La question est maintenant de savoir à quel Erdogan nous aurons affaire

Aujourd'hui, les citoyens de Turquie voteront au second tour de l'élection présidentielle. Le président sortant Recep Tayyip Erdogan est le grand favori, ce qui signifie que la région devra faire face à une troisième décennie d'Erdogan, qui a maintenant 69 ans.

La question est maintenant de savoir à quel Erdogan nous aurons affaire. La région a vu Erdogan passer par plusieurs phases. L'Erdogan de la réussite économique, puis l'Erdogan de la résistance soutenant la cause palestinienne, puis l'Erdogan qui a cherché à étouffer toutes les tensions, puis l'Erdogan du printemps arabe, qui pensait que la région servirait la Turquie grâce à l'ascension des Frères musulmans.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Tunisie: Fuite des cerveaux, un grand désastre !

La Tunisie était classée en 2020 à la deuxième place après la Syrie en matière de fuite des cerveaux (Photo, La Presse).
La Tunisie était classée en 2020 à la deuxième place après la Syrie en matière de fuite des cerveaux (Photo, La Presse).
Short Url
  • Dans le secteur informatique tout particulièrement, l’exode des compétences est de plus en plus phénoménal en Tunisie
  • Selon l’Organisation de coopération et de développement économique, la Tunisie était classée en 2020 à la deuxième place en la matière

Plus de 8.000 cadres supérieurs, 4.000 ingénieurs, 2.300 enseignants-chercheurs, 1.000 médecins et pharmaciens et 450 informaticiens ont quitté le pays depuis, d’après l’Office des Tunisiens à l’étranger.

Tout constat fait, il y a péril en la demeure. La marche entamée par le pays durant plus d’une décennie est suicidaire, à bien des égards. Et les chiffres sont têtus : plus de 8.000 cadres supérieurs, 4.000 ingénieurs, 2.300 enseignants-chercheurs, 1.000 médecins et pharmaciens et 450 informaticiens ont quitté le pays depuis, d’après l’Office des Tunisiens à l’étranger.

Selon l’Organisation de coopération et de développement économique, la Tunisie était classée en 2020 à la deuxième place en matière de fuite des cerveaux, après la Syrie. Et le fléau va crescendo. S’attardant sur l’origine du mal, l’Association tunisienne des grandes écoles (Atuge) fait état des conditions de vie précaires en Tunisie. Les personnes interrogées citent corruption, bureaucratie, instabilité politique et taux d’inflation exorbitant en Tunisie contre meilleures opportunités professionnelles et financières à l’étranger (un salaire souvent multiplié par dix) comme principal mobile derrière ces mouvements migratoires à n’en pas finir.

Dans le secteur informatique tout particulièrement, l’exode des compétences est de plus en plus phénoménal. Et les chiffres sont effrayants, puisque l’on parle de milliers de cerveaux perdus. En payent le lourd tribut les entreprises et notre économie, somme toute le pays.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.