Législatives: face aux candidats de la majorité, Borne épingle le RN et le « danger Nupes »

 Elisabeth Borne a appelé lundi les candidats de la majorité aux législatives à "aller à la confrontation politique", en étrillant le Rassemblement national. (AFP).
 Elisabeth Borne a appelé lundi les candidats de la majorité aux législatives à "aller à la confrontation politique", en étrillant le Rassemblement national. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

Législatives: face aux candidats de la majorité, Borne épingle le RN et le « danger Nupes »

  • Dans son discours, la cheffe du gouvernement a épinglé le Rassemblement national (RN) et la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), estimant que "ces deux blocs extrêmes font assaut de mots forts pour masquer des idées courtes"
  • Faisant valoir sa qualité de "femme de gauche", elle s'est aussi attardée sur "l'alliage hétéroclite à gauche sous la coupe de Jean-Luc Mélenchon", le leader des Insoumis

PARIS: Elisabeth Borne a appelé lundi les candidats de la majorité aux législatives à "aller à la confrontation politique", en étrillant le Rassemblement national, dont le programme est "un assemblage d'idées trompeuses", et le "danger Nupes", qualifié de "mariage forcé" à gauche.

Lors d'une heure de visio-conférence avec quelque 200 parmi les 550 candidats portant la bannière Ensemble, la Première ministre a délivré des messages d'encouragement en vue des scrutins des 12 et 19 juin, notamment aux postulants "qui sont dans des circonscriptions de conquête".

"Nous ne devons pas hésiter à aller à la confrontation politique", a plaidé Mme Borne. "Penser que nous serons portés par la seule dynamique majoritaire issue de l'élection présidentielle serait une erreur", a-t-elle insisté, aux côtés du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand notamment.

Dans son discours, la cheffe du gouvernement a épinglé le Rassemblement national (RN) et la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), estimant que "ces deux blocs extrêmes font assaut de mots forts pour masquer des idées courtes".

"Le RN a changé de ton et de nom, mais il n'a pas changé de programme" qui "reste un assemblage d'idées trompeuses dont les conséquences seraient dramatiques pour notre pays", a-t-elle martelé.

La Bretagne devrait rester un fief macroniste

Terre de tradition centriste, la Bretagne devrait à nouveau envoyer une large majorité de députés macronistes à l'Assemblée nationale, malgré la récente poussée de LFI dans les villes et du RN dans les campagnes.

"La Bretagne n'est pas une terre d'excès", décrit Bernard Poignant, ancien maire PS de Quimper. Comme d'autres, l'ancien conseiller de François Hollande, qui s'est mis en retrait du PS, pronostique une "bonne majorité" de députés macronistes dans la région lors des élections de juin.

En 2017, c'est un vrai raz-de-marée LREM qui avait déferlé sur la péninsule, le parti présidentiel l'emportant dans 24 des 27 circonscriptions et ne laissant que trois sièges à la droite (LR-UDI). Le marcheur finistérien Richard Ferrand a ensuite été élu président de l'Assemblée nationale en 2018.

A nouveau, en avril dernier, Emmanuel Macron est en tête dans chacune des 27 circonscriptions bretonnes, au premier tour de la présidentielle. Deux électeurs bretons sur trois (66,58%) lui ont même accordé leur confiance au deuxième tour.

Des résultats qui amènent Romain Pasquier, politologue à Sciences Po Rennes, à pronostiquer "une relative stabilité" du rapport de force politique aux législatives, "sauf s'il y a une très forte mobilisation en faveur de la Nupes", l'alliance de gauche entre LFI, EELV, PS et PCF.

"Tout va dépendre du niveau de participation" électorale, poursuit le chercheur, car "lorsque la marée est basse, ce sont plutôt les électeurs macronistes qui continuent de voter".

Thomas Frinault, maître de conférence en Sciences politiques à l'Université Rennes 2, ne croit pas non plus à "un grand mouvement de bascule", même si la gauche est "mieux placée qu'en 2017", avec des candidatures uniques et de bons scores de Jean-Luc Mélenchon dans les villes bretonnes (à Rennes, il est arrivé en tête avec 36,31% des voix au premier tour de la présidentielle).

Tropisme centriste

Quelques circonscriptions pourraient basculer, comme la 8e d'Ille-et-Vilaine, fief du premier questeur de l'Assemblée Florian Bachelier (LREM): M. Macron et M. Mélenchon y sont arrivés au coude-à-coude au premier tour (27 voix d'écart) et les candidats de gauche avaient plus de 14 points d'avance sur le président sortant.

A Brest, le résultat est également très incertain dans la 2e circonscription du Finistère, où le député sortant n'a pas été réinvesti par LREM et devra affronter deux autres candidats se revendiquant de la majorité présidentielle ainsi qu'un candidat LFI et un dissident PS.

Le découpage des circonscriptions ne favorise cependant pas les candidats La France Insoumise (LFI), qui s'est taillée la part du lion dans l'accord avec ses alliés de gauche, en s'arrogeant 15 circonscriptions sur 27.

Or, "les offres les plus radicales séduisent moins en Bretagne", remarque Thomas Frinault, qui décrit le "tropisme centriste" d'une région passée de la démocratie chrétienne d'un Pierre Méhaignerie à la social-démocratie d'un Jean-Yves Le Drian.

"En Bretagne, on reste sur un vote modéré, du centre-droit au centre-gauche", confirme M. Pasquier. "Pendant longtemps, les socialistes ont capté ce vote centriste. Ils l'ont perdu et ce sont les marcheurs qui l'ont récupéré."

Fière de sa culture et attachée à la construction européenne, la Bretagne a aussi longtemps été une terre de mission pour le RN. En avril, Marine Le Pen est parvenue à changer la donne en arrivant en tête dans plus de 80 communes rurales du centre-Bretagne. Mais cette percée ne devrait pas suffire à faire élire un député RN, Mme Le Pen ayant été largement devancée au 2e tour dans toutes les circonscriptions bretonnes.

La droite peut, quant à elle, espérer conserver la circonscription de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ainsi que la 3e circonscription des Côtes-d'Armor, où le vice-président de l'Assemblée Marc Le Fur (LR) se représente pour un 6e mandat.

Faisant valoir sa qualité de "femme de gauche", elle s'est aussi attardée sur "l'alliage hétéroclite à gauche sous la coupe de Jean-Luc Mélenchon", le leader des Insoumis, qui aurait "asservi les autres partis de gauche en les reléguant au rang de simples figurants".

"C'est le mariage forcé de toutes les composantes de la gauche, au seul service des ambitions revanchardes de Jean-Luc Mélenchon", a-t-elle renchéri, évoquant son "malaise" et son "inquiétude pour le pays" face à ce rassemblement.

"La Nupes n'est pas le front populaire mais un front renversé qui prétend combattre le RN alors que certaines convergences sont troublantes", a ajouté Mme Borne, appelant à "dénoncer sur le terrain" ce "danger Nupes".

Durant cette réunion, Mme Borne a été interpellée par une demi-douzaine de candidats, notamment sur l'intérêt encore mitigé des citoyens pour la campagne des législatives.

"On a senti assez peu d'intérêt des électeurs, de l'abandon, de la colère", a décrit Violaine Richard, candidate dans la 4e circonscription du Vaucluse, avertissant face au "risque d'abstention fort" dans ce territoire où le RN et Reconquête! ont fait des scores élevés à la présidentielle.


«Des chiffres et des lettres»: deux figures historiques quittent l'émission

Bertrand Renard, animateur du programme de France Télévisions "Des chiffres et des Lettres" pose sur le plateau de l'émission, le 16 février 2012 au siège de France Télévision à Paris. (AFP).
Bertrand Renard, animateur du programme de France Télévisions "Des chiffres et des Lettres" pose sur le plateau de l'émission, le 16 février 2012 au siège de France Télévision à Paris. (AFP).
Short Url
  • Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat participaient à l'animation du jeu depuis respectivement 1975 et 1986
  • Ils ont «acté leur départ au cours de l'été après un désaccord contractuel autour du passage de cinq à deux émissions par semaine»

PARIS : Deux figures historiques de l'émission "Des chiffres et des lettres", Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat, vont quitter ce jeu à la longévité exceptionnelle qui ne sera désormais plus diffusé que le week-end, a indiqué France Télévisions à l'AFP, confirmant une information du journal Le Parisien/Aujourd'hui en France.

"Nous ne nous sommes pas mis d'accord et nous le regrettons (...) Nous remercions Arielle et Bertrand pour la très belle page du jeu qu'ils ont écrite pendant tant d'années", a déclaré au journal Alexandra Redde-Amiel, directrice de l'unité des jeux, variétés et divertissements de France Télévisions.

Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat participaient à l'animation du jeu depuis respectivement 1975 et 1986.

Ils ont "acté leur départ au cours de l'été après un désaccord contractuel autour du passage de cinq à deux émissions par semaine", écrit Le Parisien/Aujourd'hui en France.

En revanche, l'animateur principal du jeu diffusé sur France 3, Laurent Romejko, continuera à occuper ce rôle qu'il tient depuis 1992.

"Des chiffres et des lettres", qui consiste à former le plus long mot possible ou à trouver un nombre à partir de lettres et de chiffres tirés au hasard, existe sous sa forme actuelle depuis 1972. Il avait été lancé en 1965 avec seulement la partie lettres, sous le nom "Le mot le plus long".

Bertrand Renard, lui-même ancien candidat, arbitrait la section des chiffres et Arielle Boulin-Prat celle des lettres.

Selon le journal, ils apparaîtront pour la dernière fois à l'antenne le week-end du 10-11 septembre, "lors de la diffusion des derniers numéros enregistrés". On ne connaît pas encore le nom de leurs remplaçants.

Auparavant quotidienne, "Des chiffres et des lettres" ne sera désormais plus diffusée que le week-end en fin d'après-midi, avec une nouvelle formule.

"Nous voulons proposer 'Des chiffres et des lettres' à un public familial réunissant toutes les générations", a assuré Alexandra Redde-Amiel.


Tirs policiers: un mort et un homme entre la vie et la mort près de Lyon

Un homme est mort et un autre se trouve entre la vie et la mort, touchés par des tirs policiers dans la nuit de jeudi à vendredi près de Lyon. (AFP)
Un homme est mort et un autre se trouve entre la vie et la mort, touchés par des tirs policiers dans la nuit de jeudi à vendredi près de Lyon. (AFP)
Short Url
  • Vers 0h05 dans la nuit de jeudi à vendredi à Vénissieux, «quatre fonctionnaires de police de patrouille de nuit repéraient un véhicule stationné sur le parking Carrefour de Vénissieux et signalé volé»
  • Alors que les fonctionnaires s'apprêtaient à le contrôler, le conducteur du véhicule enclenchait la marche arrière puis la marche avant, percutant un policier qui se trouvait projeté sur le capot du véhicule

VENISSIEUX: Un homme est mort et un autre se trouve entre la vie et la mort, touchés par des tirs policiers dans la nuit de jeudi à vendredi près de Lyon, a indiqué le parquet qui a ouvert une enquête pour refus d'obtempérer aggravé.

Les deux policiers ayant fait usage de leurs armes ont été placés en garde à vue et sont actuellement entendus par la police des polices, a indiqué le parquet de Lyon.

Vers 0h05 dans la nuit de jeudi à vendredi à Vénissieux, tout proche de Lyon, "quatre fonctionnaires de police de patrouille de nuit repéraient un véhicule stationné sur le parking Carrefour de Vénissieux et signalé volé", a précisé le parquet.

Alors que les fonctionnaires s'apprêtaient à le contrôler, le conducteur du véhicule enclenchait la marche arrière puis la marche avant, percutant un policier qui se trouvait projeté sur le capot du véhicule, qui poursuivait sa progression.

Deux fonctionnaires de police, dont celui positionné sur le capot, faisaient usage de leur arme à plusieurs reprises. Le véhicule finissait sa course une centaine de mètres plus loin, a ajouté le parquet dans un communiqué.

Les policiers découvraient dans l'habitacle du véhicule deux hommes très grièvement blessés et leur prodiguaient les premiers secours.

Les pompiers rapidement sur place constataient le décès du passager tandis que le conducteur était transporté à l'hôpital en urgence absolue, selon le parquet. Il se trouve en état de mort cérébrale, selon une source policière

Le fonctionnaire de police percuté, légèrement blessé aux jambes, était également orienté vers l’hôpital pour examen, selon le parquet qui indique que deux enquêtes ont été ouvertes.

La première, confiée à la Sûreté départementale, concerne le recel de vol, le refus d'obtempérer aggravé et les violences avec arme sur agents de la force publique. La seconde, pour violences avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Selon une source policière, les deux hommes victimes des coups de feu sont connus défavorablement des services de police.


Avant la rentrée, le manque de chauffeurs de bus scolaires inquiète les parents

Des élèves débutent une épreuve dans le cadre des épreuves du baccalauréat au Lycée technique Diderot (lycée technique) à Paris, le 11 mai 2022. (AFP)
Des élèves débutent une épreuve dans le cadre des épreuves du baccalauréat au Lycée technique Diderot (lycée technique) à Paris, le 11 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Chaque année, environ 1,2 million d'élèves rejoignent leur école, collège ou lycée grâce à un bus scolaire, selon l'Association des régions de France (ARF)
  • Avec un manque de chauffeurs de bus estimé à 10% avant la rentrée, la situation dans la région Grand Est est pourtant parmi les plus critiques de France

PARIS: A la rentrée, des élèves resteront-ils au bord de la route ? A cause d'une pénurie de chauffeurs de bus scolaires, certains parents ne savent pas si la desserte des écoles sera bien assurée, même si les collectivités se veulent rassurantes.

Chaque année, environ 1,2 million d'élèves rejoignent leur école, collège ou lycée grâce à un bus scolaire, selon des chiffres communiqués à l'AFP par l'Association des régions de France (ARF).

Mais cette année, un mois avant la rentrée, les organisations patronales des transports scolaires allument leurs feux de détresse: il manque 8 000 chauffeurs à l'appel, selon la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

Si le manque de chauffeurs "a toujours existé ces dernières années", rappellent les régions de France, chargées du transport scolaire, la pénurie n'a jamais été aussi importante: "L'an dernier, les syndicats avaient annoncé une pénurie de 5 000 conducteurs", indique l'ARF.

La pénurie, "on ne la découvre pas maintenant", dit à l'AFP Patrick Salaün, président de l'Unaape (Union nationale des associations autonomes de parents d'élèves). Mais il souligne que "c'est la première année où les parents sont prévenus dès le mois de juin".

La Peep, autre association de parents d'élèves, craint de son côté que le tracé des lignes de bus scolaires ne soit pas encore défini. "Les parents sont partis en vacances avec leurs inquiétudes et aucune réponse" des collectivités, dénonce son vice-président Laurent Zameczkowski.

"Il est hors de question que les parents doivent subir les conséquences" du manque de chauffeurs, juge-t-il, "c'est un service public qui se doit d'être assuré".

Mais réduira-t-on le nombre de dessertes à la rentrée ? "On n'en est pas à ce niveau-là", rassure Véronique Guillotin, sénatrice (Parti radical) de Meurthe-et-Moselle, qui avait interpellé fin juillet le gouvernement à ce sujet.

Avec un manque de chauffeurs de bus estimé à 10% avant la rentrée, la situation dans la région Grand Est est pourtant parmi les plus critiques de France.