Ukraine: au 99e jour de la guerre, la Russie contrôle 20% du pays selon Kiev

Près de Kiev, un vieil homme regarde sa maison détruite par les bombardements russes. (AFP).
Près de Kiev, un vieil homme regarde sa maison détruite par les bombardements russes. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 02 juin 2022

Ukraine: au 99e jour de la guerre, la Russie contrôle 20% du pays selon Kiev

  • Trois mois après le début de l'invasion, les forces russes contrôlent actuellement «environ 20%» du territoire ukrainien, soit près de 125 000 km2, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky
  • Selon le ministère russe de la Défense, le nombre de combattants étrangers y a été «quasiment divisé par deux», passant de 6 600 à 3 500

KIEV: L'armée russe resserrait jeudi son emprise dans l'est de l'Ukraine, son objectif prioritaire, au 99ème jour d'une guerre qui lui a permis de mettre la main sur 20% du pays selon Kiev. 

Après l'échec de leur offensive-éclair pour faire tomber le gouvernement de Kiev, les forces russes se concentrent sur la conquête du reste du Donbass (est) où se joue désormais une guerre d'usure, notamment autour de la ville stratégique de Severodonetsk. 

Et la tactique du rouleau compresseur appliquée par Moscou pour grignoter lentement le Donbass semble porter ses fruits. 

« La situation la plus difficile » concerne Lougansk, l'une des deux régions du Donbass, où « l'ennemi essaye de déloger nos troupes de leurs positions », a souligné le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeri Zaloujny, cité dans un communiqué de l'armée publié dans la nuit de mercredi à jeudi. 

Severodonetsk, capitale administrative de la région, est désormais « occupée à 80% » par les forces russes et les combats font rage dans les rues, a déclaré le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, dans la nuit de mercredi à jeudi. 

« Nouveau Marioupol » 

Selon Kiev, les forces ukrainiennes y sont notamment retranchées dans une zone industrielle bombardée par les Russes, comme à la toute fin du long siège de la ville stratégique de Marioupol (sud-est), largement détruite et conquise par les Russes fin avril. 

Les dirigeants ukrainiens ont ces derniers jours accusé Moscou de vouloir faire de Severodonetsk un « nouveau Marioupol ». 

La pression russe reste également importante sur Donetsk, l'autre région du Donbass, notamment Sloviansk, à quelque 80 km à l'ouest de Severodonetsk. Les habitants de la région manquent notamment de gaz, d'eau et d'électricité, selon Kiev. 

Trois mois après le début de l'invasion, les forces russes contrôlent actuellement « environ 20% » du territoire ukrainien, soit près de 125 000 km2, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans un message au Parlement luxembourgeois. 

Avant l'invasion, les forces russes ou pro russes y contrôlaient 43 000 km2, depuis l'annexion de la Crimée et la prise d'un tiers du Donbass en 2014. Depuis le 24 février, elles ont notamment avancé dans l'est et au sud, le long des mers Noire et d'Azov, contrôlant désormais un corridor côtier stratégique reliant l'est russe à la Crimée. 

« L'ennemi a un avantage opérationnel en termes d'artillerie », a concédé Valeri Zaloujny lors d'une conversation téléphonique mercredi avec le chef d'état-major français des armées, le général Thierry Burkhard, selon Kiev. 

Le général ukrainien a plaidé pour la livraison le plus rapidement possible à son pays d'armes « du type de celles de l'Otan ». « Cela sauverait des vies », a-t-il souligné. 

Kiev attend notamment des livraisons de systèmes de lance-missiles plus puissants promis par le président américain Joe Biden, en espérant que cela change le rapport de force militaire sur le terrain. 

La Russie a affirmé jeudi avoir stoppé l'afflux de « mercenaires » étrangers voulant combattre aux côtés de l'armée de Kiev en Ukraine, à force de leur infliger de lourdes pertes ces dernières semaines. Selon le ministère russe de la Défense, le nombre de combattants étrangers y a été « quasiment divisé par deux », passant de 6 600 à 3 500, et un « grand nombre » d'entre eux « préfèrent quitter » le pays « le plus rapidement possible ». 

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les forces russes ont bombardé plusieurs lignes de chemin de fer dans la région de Lviv (ouest), une région où arrivent notamment les armes livrées à l'Ukraine par les pays occidentaux, une aide dénoncée par Moscou. 

Risque de crise alimentaire 

Les forces ukrainiennes perdent chaque jour jusqu'à 100 soldats, a assuré le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, au média américain Newsmax dans un entretien publié mercredi. 

« La situation dans l'est est vraiment difficile (...) Nous perdons de 60 à 100 soldats par jour, tués au combat, et quelques 500 sont blessés », a-t-il détaillé. 

Dans le sud, les Ukrainiens s'inquiètent d'une possible annexion des régions conquises par les forces russes, Moscou évoquant des référendums dès juillet en vue d'une annexion. Les combats et bombardements se poursuivent notamment dans la région de Kherson, en partie conquise par les Russes et où les habitants manquent de médicaments et ont besoin d'aide humanitaire, selon Kiev. 

Les Occidentaux essaient aussi de débloquer les ports ukrainiens de la mer Noire, notamment celui d'Odessa (sud), principale porte de sortie de la production agricole du pays, pour relancer les exportations de céréales dont l'Ukraine est l'une des grandes productrices mondiales. 

Au moins 20 millions de tonnes de céréales ukrainiennes ne peuvent être exportées à cause d'un blocus russe, faisant planer le risque d'une crise alimentaire mondiale. 

Le président sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine (UA), se rend jeudi en Russie pour s'entretenir vendredi avec son homologue russe Vladimir Poutine qui l'a invité à Sotchi, ont indiqué ses services dans un communiqué. 

L'UA espère ainsi « contribuer à l’accalmie dans la guerre en Ukraine, et à la libération des stocks de céréales et de fertilisants dont le blocage affecte particulièrement les pays africains », ont-ils ajouté. 

Kiev reprend des couleurs 

A Kiev et dans ses alentours, que les forces russes ont quitté fin mars pour se replier vers l'est, l'activité reprend des couleurs avec le retour progressif des habitants. 

Près de la capitale, la demande « augmente chaque semaine » pour l'usine de boulangerie Tsar-Khlib, se félicite Oleksandr Tarenenko, directeur du groupe Khlibni Investytsiï qui la possède. Malgré la guerre, elle n'a jamais cessé d'alimenter Kiev en pain. 

Avec une petite fraction de ses 800 salariés, dont une vingtaine installés à demeure dans le sous-sol, la fabrique a réduit la voilure mais continue de produire 16 tonnes de pain frais par jour contre 100 avant-guerre. 

Quand les sirènes anti-aériennes retentissent, les ouvriers partent à la cave. Les miches chaudes s'amoncellent alors à la sortie du four. 

Après avoir poussé la Finlande et la Suède à demander leur adhésion à l'Otan, l'invasion russe de l'Ukraine continue à avoir d'autres effets géostratégiques: les Danois ont ainsi massivement voté »oui » mercredi au référendum sur une entrée de leur pays dans la politique de défense de l'Union européenne, après s'y être refusés pendant trois décennies. 

L'équipe d'Ukraine de football a par ailleurs battu l'Ecosse (3-1) mercredi soir en match de barrages pour le Mondial 2022, permettant aux habitants d'oublier brièvement le quotidien de la guerre. L'Ukraine obtiendra son billet pour le Qatar si elle bat le Pays de Galles dimanche. 


Etats-Unis: fusillade dans un rassemblement de bikers, trois morts

Le restaurant Twin Peaks, théâtre d'une fusillade entre gangs de motards, le 18 mai 2015 à Waco, Texas. (Erich Schlegel/Getty Images/AFP)
Le restaurant Twin Peaks, théâtre d'une fusillade entre gangs de motards, le 18 mai 2015 à Waco, Texas. (Erich Schlegel/Getty Images/AFP)
Short Url
  • La fusillade s'est produite vers 17H00 locales (23H00 GMT) alors que quelque 20.000 bikers s'étaient rassemblés pour le rassemblement annuel du Memorial Day, à Red River dans le comté de Taos
  • «Les auteurs de la fusillade ont tous été arrêtés», a assuré sans préciser leur nombre la maire de Red River, Linda Calhoun

LOS ANGELES : Au moins trois personnes ont été tuées et cinq autres blessées dans une fusillade survenue samedi soir lors d'un rassemblement de motards au Nouveau-Mexique (Sud-Ouest des Etats-Unis), selon les autorités confirmant des informations de presse.

«Les auteurs de la fusillade ont tous été arrêtés», a assuré sans préciser leur nombre la maire de Red River, Linda Calhoun, dans un entretien vidéo au média local Questa Del Rio News, confirmant le bilan des victimes fourni par des médias locaux.

«Aucun personnel des forces de l'ordre, aucun personne des urgences n'a été blessé. Aucun habitant n'a été blessé», a-t-elle déclaré, «c'était un incident entre gangs». Elle n'a pas indiqué quels gangs étaient présumés impliqués.

La fusillade s'est produite vers 17H00 locales (23H00 GMT) alors que quelque 20.000 bikers s'étaient rassemblés pour le rassemblement annuel du Memorial Day, à Red River dans le comté de Taos.

Selon le journal The Taos News, un policier a décrit l'incident à la cellule de centralisation comme «une fusillade en cours entre (le club de moto) Banditos et quelqu'un d'autre».

Un témoin qui s'exprimait à la chaîne locale KOAT filiale d'ABC a décrit le chaos qui s'en est suivi dans la foule.

«Il y avait des gens qui couraient autour de l'endroit où nous nous tenions en criant +ils tirent là-bas+», a raconté Eddie Cook. «Pendant que tout le monde courait autour de moi, j'ai entendu les coups de feu».

Après la fusillade, le maire de Taos a décrété un couvre-feu nocturne entre 22H00 et 04H00 locales, ainsi que l'interdiction de la vente d'alcool, selon le Taos News.

En mai 2015, une fusillade entre des bandes rivales de motards à Waco, dans le Texas (Sud), avait fait neuf morts et une quinzaine de blessés lors d'un rassemblement de bikers.


Elections locales et régionales en Espagne : Pedro Sánchez sur la défensive

Begona Gomez, épouse du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se prépare à voter à Madrid le 28 mai 2023 lors des élections locales et régionales (Photo, AFP).
Begona Gomez, épouse du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se prépare à voter à Madrid le 28 mai 2023 lors des élections locales et régionales (Photo, AFP).
Short Url
  • Les bureaux de vote ont ouvert à 09H00 locales (07H00 GMT) et fermeront à 20H00 (18H00 GMT)
  • Accompagné de son épouse, M. Sánchez a voté peu avant 09H30 dans un bureau de Madrid

MADRID: L'Espagne a commencé à voter dimanche lors d'élections municipales et régionales à l'allure de répétition générale avant les législatives de la fin de l'année, pour lesquelles les sondages prédisent une défaite du Premier ministre socialiste Pedro Sanchez et un retour au pouvoir de la droite.

Les bureaux de vote ont ouvert à 09H00 locales (07H00 GMT) et fermeront à 20H00 (18H00 GMT). Les premiers résultats sont attendus vers 22H00 locales (20H00 GMT), car il n'y a pas de sondages de sortie des urnes en Espagne.

Accompagné de son épouse, M. Sánchez a voté peu avant 09H30 dans un bureau de Madrid.

Les élections concernent la totalité des 8 131 municipalités, soit 35,5 millions d'électeurs, ainsi que les assemblées --et donc aussi les exécutifs-- de 12 des 17 régions autonomes. 18,3 millions d'électeurs sont concernés par ce deuxième vote.

"Si la gauche fait mieux que prévu et parvient à conserver le contrôle de la plupart des gouvernements régionaux en jeu (...), cela voudra dire que les élections législatives seront très serrées et laissera bien augurer de ses chances de rester au pouvoir" à la fin de l'année, estime Federico Santi, un analyste au centre de réflexion Eurasiagroup, dans une étude parue cette semaine.

Mais si les sondages, qui pronostiquent une poussée à droite, ont vu juste, les succès dans les régions fourniront au chef de la principale formation d'opposition, Alberto Nunez Feijoo, qui est à la tête du Parti populaire (PP, conservateur), "l'élan" nécessaire pour gagner les législatives à l'automne, poursuit M. Santi.

Premier ministre depuis 2018, M. Sanchez aborde ce double scrutin avec plusieurs handicaps: l'usure du pouvoir, la reprise de l'inflation --même si elle est bien plus basse en Espagne que dans la plupart des autres pays de l'Union européenne-- et la forte baisse du pouvoir d'achat qui en découle.


Dialoguer en temps de guerre: le dilemme d'écrivains ukrainiens et russes

Sur cette image fournie par l'écrivain Artem Chapeye, un militaire en service actif dans les forces armées ukrainiennes, Chepeye pose pour une photo dans un lieu non divulgué près d'une caserne militaire en Ukraine le 25 mai 2023. Quand les bombes tombent, les artistes des deux camps peuvent-ils encore se parler ? (AFP).
Sur cette image fournie par l'écrivain Artem Chapeye, un militaire en service actif dans les forces armées ukrainiennes, Chepeye pose pour une photo dans un lieu non divulgué près d'une caserne militaire en Ukraine le 25 mai 2023. Quand les bombes tombent, les artistes des deux camps peuvent-ils encore se parler ? (AFP).
Short Url
  • Trois écrivains ukrainiens, dont deux sont militaires, devaient se rendre en mai au «World Voices festival» organisé à New York par l'association, mais ont protesté contre la présence d'écrivains russes
  • L'un d'entre eux, Artem Chapeye, soldat dans la police militaire, dit qu'apparaître aux côtés d'écrivains russes pourrait être perçu comme déloyal par ses supérieurs et camarades

WASHINGTON : Le dialogue est-il possible entre écrivains de part et d'autre d'un conflit?

C'est la question qui a secoué le dernier festival de Pen America, après que l'association de défense de la liberté d'expression a invité des écrivains ukrainiens et russes dissidents à y participer en même temps.

Trois écrivains ukrainiens, dont deux sont militaires, devaient se rendre en mai au "World Voices festival" organisé à New York par l'association, mais ont protesté contre la présence d'écrivains russes.

L'un d'entre eux, Artem Chapeye, soldat dans la police militaire, dit qu'apparaître aux côtés d'écrivains russes pourrait être perçu comme déloyal par ses supérieurs et camarades.

"Je réalise que ces personnes ne soutiennent pas le gouvernement de (Vladimir) Poutine, mais j'ai des obligations en tant que soldat", explique-t-il à l'AFP.

Volodymyr Yermolenko, président de la branche ukrainienne de l'association internationale, assure lui ne pas croire en la possibilité d'un dialogue en temps de guerre.

Difficile de "s'asseoir aux côtés de représentants russes, alors que nos amis peuvent mourir sous les balles russes", dit-il.

Face à l'impossibilité de trouver un compromis, deux écrivains russes et Masha Gessen, journaliste du New Yorker, ont annulé leur participation à l'événement.

La romancière russe Anna Nemzer -- qui a fui la Russie après l'invasion de l'Ukraine -- parle d'une solution douloureuse, mais assure accepter le refus des Ukrainiens de dialoguer avec des Russes.

"J'ai ce maudit passeport, et avec ma langue, avec le fait que j'ai vécu là-bas toute ma vie, je fais partie de tout ceci, je ne peux pas y échapper", regrette-t-elle.

"C'est un piège, c'est injuste, mais comment puis-je seulement utiliser le mot 'injuste' quand nous savons ce qu'est l'injustice: les bombes qui pleuvent".

Liberté d'expression

Masha Gessen, qui a émigré de Moscou dans son enfance, a démissionné du conseil d'administration de Pen America en signe de protestation.

"Pour moi, une organisation qui défend la liberté d'expression ne peut pas boycotter la parole de quelqu'un", a expliqué Masha Gessen à la chaîne de télévision russe en exil, Dojd.

La directrice de Pen America, Suzanne Nossel, a dit regretter l'incident. "Nous aurions dû avoir une meilleure approche".

Plus tôt dans le mois, une dispute similaire avait éclaté à Tartu, en Estonie, après que deux poètes ukrainiens ont refusé de participer à un festival littéraire car Linor Goralik, une célèbre autrice russe, y était invitée.

"Les crimes de guerre perpétrés en Ukraine le sont au nom de la culture russe", dit la poétesse ukrainienne Olena Huseinova pour expliquer son refus de s'exprimer lors du festival.

"Si j'étais une représentante de la culture russe, je ne trouverais pas la force de parler, je serais trop honteuse", ajoute Mme Huseinova, qui a fui Kiev en février 2022 avec pour seules affaires les vêtements qu'elle portait.

Boycott?

Ces désaccords illustrent la difficulté pour les organisations internationales d'afficher leur soutien à l'Ukraine tout en collaborant avec des dissidents russes.

Alors que de nombreux artistes ont fui la Russie, d'autres sont restés, ont continué à exprimer leur opposition et font face à du harcèlement, des menaces et des arrestations.

Après l'invasion de l'Ukraine en février 2022, Suzanne Nossel avait appelé à ne pas boycotter sans distinction la culture russe.

"Les dialogues culturels avec des Russes indépendants d'esprit sont essentiels pour éclairer la crise actuelle et trouver des moyens de la surmonter", écrivait-elle dans le Wall Street Journal.

Pour Georgy Urushadze, ancien directeur du principal prix littéraire russe et qui a fui la Russie, il est aussi de son devoir de "publier des livres qui saisissent la tristesse de la réalité russe".

"C'est important maintenant et cela sera important pour les historiens dans le futur", assure-t-il.

Dans ce contexte, comment envisager un dialogue entre artistes ukrainiens et russes, même après la fin de la guerre?

Pour Volodymyr Yermolenko, président de Pen Ukraine, cela dépendra de s'"il y a une démarche de repentance, de vraie repentance".